L’Aid El Fitr à Tipasa à l’ère du Covid19: une fête sous le signe de la coexistence tranquille

Publié le : lundi, 25 mai 2020 14:39

TIPASA - Au 2ème jour de la fête de l’Aid El Fitr, le calme plat a régné en maître mot dans différentes régions de la wilaya de Tipasa, dont les habitants semblent avoir trouvé une formule de coexistence tranquille avec la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) à l’image des groupes d’enfants s’adonnant ça et là à leurs jeux insouciants dans nombre de quartiers.

Ainsi en est-il dans la ville de Cherchell, et d’autres régions de la wilaya, où une forte animation constatée le 1er jour de l’Aid El Fitr durant lequel des familles ont tenu à marquer l’occasion en investissant les rues tout en respectant les mesures barrières contre le virus, notamment le port de bavettes de différentes couleurs et formes, a cédé la place, au deuxième jour de cette fête religieuse, à un " calme quasi olympien" perturbé, par moments, par des jeux et cris joyeux d’enfants.

Toutes les rues étaient désertes, selon le constat fait par l’APS,  au niveau de nombreux quartiers de la vieille ville de Cherchell, en partant de la cité "El Maham" à l’ouest, jusqu’à Guaid Youcef et Tirizine, exception faite de la présence de groupes d’enfants et de patrouilles de la police, passant de temps à autre.

Le même calme plat était également palpable à la place publique du centre ville, classée monument national protégé. Une place avec vue sur le port de pêche habituellement grouillant de monde, durant les périodes de fêtes, mais quasi déserte en cette journée.

Néanmoins, dans cet espace désertique, l'on relève la présence d’un habitué des lieux, "Ami Mouh", un sexagénaire retraité assis sur un banc qui, comme à son habitude, est entrain de nourrir les pigeons.

"C’est ma façon à moi de célébrer l’Aïd. Je profite de la tranquillité et je refuse que ce virus m’impose sa loi", a indiqué Ami Mouh à l’APS, estimant que "c’est plutôt au monde d’imposer sa loi à ce virus".

Le sexagénaire, qui a affirmé respecter les mesures barrières préconisées par les autorités sanitaires, car il "tient à la vie", a souligné l’importance de ces "moments de paix et de tranquillité avec les pigeons. Je n’abandonnerai cette habitude pour rien au monde", a-t-il assuré.

Dans le quartier populaire El Maham (sortie -ouest de la ville), des groupes de pères de familles accompagnent des enfants exhibant leurs belles tenues de l’Aid. "En dépit de la pandémie, nous tenons à célébrer l’Aid. Cohabiter avec le virus est désormais une nécessité", a soutenu Mouloud.Gh, comme pour expliquer sa présence, sur place.

Ajoutant qu’après deux mois de confinement, "l’Aid el Fitr est une occasion pour les familles pour les familles de déstresser et surtout égayer les enfants, tout en respectant les règles de prévention et de distanciation sociale, notamment", a-t-il souligné.

Sur un "éventuel relâchement de vigilance après ce temps de confinement", un citoyen,  M. Mouloud, a assuré à l'APS que "c’est plutôt le contraire. Nous nous sommes adaptés à la situation, car la vie ne peut pas s’arrêter", estimant que les instructions du corps médical et des experts pour éviter ce virus "sont très claires. Il suffit juste de se conformer au port de la bavette et à la distanciation sociale, ce n’est pas si difficile que ça", a-t-il soutenu.

Mouloud a affirmé s’être préparé, à l’avance, pour l’Aid El Fitr, en faisant "notamment l’acquisition de bavettes et en sensibilisant mes enfants sur l’importance de leur port".

Assurant, en outre, que son sens de responsabilité lui a dicté d’aller voir sa mère tout seul le jour de l’Aid, "tout en se tenant à distance d’elle, ce qui était vraiment triste", a-t-il déploré.

L’Aid El Fitr à Tipasa à l’ère du Covid19: une fête sous le signe de la coexistence tranquille
  Publié le : lundi, 25 mai 2020 14:39     Catégorie : Régions     Lu : 148 foi (s)   Partagez