Connexion

Connectez-vous à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Rester connecté(e)

Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |12/03/2017

USD 61$ in 108.56 in 115.18
EUR 1€ in 115.07 in 122.13
JPY 100¥ in 94.02 in 99.79
GBP in 132.00 in 140.09

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

24/03/2017 07:05

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube  

Vous êtes ici : ACCUEIL»MONDE»Algérie Presse Service - MONDE

BRUXELLES - Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a affirmé lundi à Bruxelles, que la responsabilité de la Communauté internationale envers la Libye est "collective", appelant l'ensemble des "groupes influents" à s'acquitter "pleinement" de leur rôle en faveur d'un règlement pacifique de la crise.

Dans une déclaration à la presse, en marge de la réunion de haut niveau du Conseil d'association UE-Algérie, M. Lamamra a affirmé que la Communauté internationale doit se baser sur un seul agenda susceptible de "soutenir et encourager les Libyens à construire une entente à même d'aboutir au règlement pacifique de la crise et à la réconciliation nationale, et qui sera plébiscitée par les différentes composantes du peuple libyen".

 

Le chef de la diplomatie algérienne a estimé que la réunion qui regroupera les Secrétariats de la Ligue arabe, des Nations unies, de la Commission de l'Union africaine (UA) et la Haute représentante de l'Union européenne et qui sera tiendra prochainement au siège de la Ligue arabe au Caire, sera "extrêmement importante".

 

Il a ajouté que ce groupe qui sera complémentaire, pourrait aider l'ensemble des acteurs internationaux à "inscrire leur action dans le cadre d'un seul agenda".

Par ailleurs, le MAE a affirmé avoir mis l'accent, lors de ses discussions avec la Haute représentante de l'Union européenne, Federica Mogherini, sur la question palestinienne, étant "la question centrale et que les tensions existantes au Moyen-Orient et dans le monde, sont directement ou indirectement liées à cette grande injustice infligée au peuple palestinien depuis des décennies".

M. Lamamra a rappelé la partie européenne, au cours des discussions que l'accroissement des crises ne doit pas prendre le dessus sur la poursuite des efforts qui tendent à aider le peuple palestinien à obtenir ses droits inaliénables.

Publié dans: MONDE

LE CAIRE - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a indiqué mardi au Caire que l'Algérie poursuivait ses efforts pour trouver une issue à la crise en Libye, mettant en avant l'expérience algérienne en matière de réconciliation nationale.

Intervenant à l'ouverture des travaux de la 147e session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, M. Messahel s'est dit "convaincu de la capacité des peuples à transcender les épreuves et à dépasser les rancoeurs pour réaliser la paix et la stabilité dans leurs pays", précisant que l'Algérie "veille dans sa démarche avec les Etats voisins à rapprocher les

points de vue des parties libyennes et à encourager le dialogue inclusif dans le cadre du processus de règlement sous l'égide de l'ONU loin des ingérences étrangères".

Le ministre a, à cet égard, rappelé que l'Algérie "abritera en avril prochain la 11e réunion des pays voisins de la Libye pour tenter de trouver une issue politique à la crise par le dialogue inclusif et la réconciliation nationale".

Pour M. Messahel, l'ONU doit assumer ses responsabilités dans la mise en oeuvre des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, notamment la résolution 2259, en vue de préserver l'unité, la souveraineté et la stabilité de la Libye et la cohésion de son peuple.

Le ministre a, par ailleurs, appelé réformer la Ligue arabe de manière "profonde et globale" pour remédier aux lacunes enregistrées et s'adapter aux mutations et exigences en découlant.

"Les crises profondes que traverse la région arabe ont démontré l'incapacité de la Ligue arabe à régler les conflits et à gérer des crises sans précédent dans l'histoire de la région qui est désormais menacée d'ingérence étrangère", a affirmé M. Messahel.

Il a indiqué que cette situation "a influé négativement sur la performance du système de la Ligue arabe qui s'est traduit par un recul de son rôle et de son influence dans les fora internationaux et les cercles décisionnels".

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a annoncé mercredi que la prochaine réunion des pays voisins de la Libye aura lieu vers la fin du mois en cours à Alger.

"La prochaine réunion des pays voisins de la Libye va se tenir en Algérie vers fin du mois de mars", a déclaré le ministre sur les ondes de la Radio nationale.

Il a précisé, à ce propos, que les parties concernées par cette rencontre attendent que "le Secrétaire général de l'ONU désigne son nouveau représentant spécial en Libye ou conforter celui déjà en poste, à savoir Martin Kobler, pour pouvoir se réunir".

M. Messahel a relevé, que l'Algérie "jouit d'une crédibilité auprès de tous les partenaires libyens pour deux raisons majeures. La première est liée à (sa position) d'équidistance entre les différentes parties au conflit alors que la deuxième repose sur le principe de la non interférence et la non-ingérence".

Rappelant, dans ce sens, que l'Algérie, qui "n'a pas d'intérêts particuliers en Libye, ne s'ingère jamais dans les affaires des autres".

Le ministre a souligné que "la solution est une affaire de Libyens, elle doit être basée sur le dialogue direct entre les Libyens qui ont les moyens et les compétences pour s'en sortir à condition qu'il n'ait pas d'interférences dans leurs affaires".

Il met en avant, à ce propos, le rôle central des Nations Unies dans le processus de solution politique à la crise libyenne, rappelant la résolution onusienne 2259.

Cette résolution, a noté M. Messahel, détermine le rôle des uns et des autres, comme elle est favorable à une solution politique et pour le principe de la non interférence, estimant qu'il "faut appliquer cette résolution".

Sur la situation au Mali, le ministre a estimé "important" que l'Etat se redéploye dans le nord du pays, relevant que ''la réapparition des instances de l'Etat dans certaines constitue une avancée''.

"Le plus difficile était l'installation des autorités intérimaires dans ces régions. Maintenant que c'est fait à Kidal, je pense que le reste est plus facile", a estimé M. Messahel.

S'agissant de l'intégration régionale, le ministre a souligné que le Maroc "constitue le premier partenaire commercial de l'Algérie dans la région", ajoutant que "l'ouverture des frontières entre les deux pays n'est pas à l'ordre du jour".

Abordant le cas de la crise en Syrie, M. Messahel a indiqué qu'il n'y a pas d'autres alternatives que le dialogue entre Syriens.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Le premier vice-président du Conseil présidentiel du gouvernement d'entente nationale de Libye, Ahmed Omar Maitiq, a salué mardi les efforts consentis par l'Algérie pour "renforcer la confiance entre toutes les parties libyennes".

Dans une déclaration à la presse au terme de l'audience que lui a accordée le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, le responsable libyen a salué "les efforts intenses déployés par l'Algérie pour renforcer la confiance entre les différentes parties libyennes", indiquant que ces efforts sont "salués par le Conseil présidentiel et tous les Libyens".

Il a ajouté, dans le même contexte, que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a "de tout temps appelé à œuvrer en faveur de l'entente entre Libyens et à consentir davantage d'efforts pour rapprocher leurs points de vue", indiquant que "toutes les parties sont conscientes que l'accord politique est le socle que tous les efforts doivent consolider".

 

Après avoir relevé une "amélioration" de la situation en Libye, le même responsable a fait savoir que le Conseil présidentiel "consente d'importants efforts dans ce cadre avec le concours des pays voisins, notamment l'Algérie qui a joué un rôle primordial en matière de soutien logistique".

 

Il a mis en exergue dans ce sens l'importance pour l'Algérie et toutes les parties de poursuivre ces efforts en faveur de l'accord politique.

Pour sa part, M. Messahel a réitéré la position de l'Algérie "qui privilégie le dialogue comme unique solution à la crise en Libye", indiquant que son entretien avec le responsable libyen a porté sur "l'évaluation globale de la situation qui s'est nettement améliorée tant sur le plan sécuritaire qu'économique grâce aux importants efforts consentis par les parties libyennes dans le cadre du dialogue inter-libyen".

Après avoir rappelé les relations historiques unissant les deux pays, M. Messahel a souligné "l'importance de poursuivre les consultations entre l'Algérie et toutes les parties concernées par la crise libyenne", affirmant par la même occasion que "l'accord politique est appuyé, en plus de l'Algérie, par l'ONU et la Ligue des Etats arabes".

 

Soulignant que l'Algérie "poursuit les concertations avec les Libyens et les pays voisins et l'ONU qui a un rôle important dans l'accompagnement des Libyens vers une sortie de crise", M. Messahel a indiqué que "la stabilité de la Libye est indissociable de celle de l'Algérie".

 

Il a également saisi l'occasion pour mettre en exergue "la capacité des Libyens à trouver par eux-mêmes une solution politique et à réaliser la réconciliation nationale grâce au dialogue", message, a-t-il dit, "que les Algériens adressent à leurs frères en Libye" au vu de "l'expérience vécue par l'Algérie grâce à la politique de concorde civile et de réconciliation nationale, initiée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika pour unifier les Algériens et rétablir la sécurité et la stabilité".

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a reçu dimanche à Alger, une délégation libyenne représentant des personnalités nationales, des responsables politiques et des parlementaires, tous membres du dialogue inter-libyen, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

La visite de la délégation libyenne en Algérie "s'inscrit dans le cadre de la poursuite des consultations que mène l'Algérie avec l'ensemble des acteurs présents sur la scène politique libyenne avec pour objectif de rapprocher davantage les positions des parties libyennes", a souligné la même source.

La rencontre "a porté essentiellement sur les voies et moyens à même de permettre la consolidation de la dynamique de règlement de la crise libyenne, l'unique alternative capable de préserver l'unité et l'intégrité territoriale de la Libye et de la cohésion de son peuple et tendant à favoriser la réconciliation nationale".

A cette occasion, les membres de la délégation libyenne "ont fait une présentation sur les réalités de la situation politique qui prévaut en Libye" et ont, à ce titre, "mis en relief les derniers développements survenus dans le pays et notamment à Tripoli, en soulignant l'importance et l'urgence de la résolution de la crise pour rompre l'impasse actuelle", précise-t-on.

Pour sa part, M. Messahel "a rappelé l'engagement de l'Algérie en faveur de la stabilité de la Libye et fait part de son regret que les affrontements ayant récemment affecté la capitale Tripoli ne contribuent aucunement à l'objectif d'apaisement nécessaire au rétablissement de la paix et de la sécurité du pays".

 

L'Algérie "condamne toute escalade et appelle instamment les parties libyennes à user de toute leur force pour éviter de nouveaux affrontement".

 

Il a rappelé, par la même occasion, "la volonté de l'Algérie à poursuivre son action visant le rapprochement des parties libyennes, ainsi que ses efforts continus à l'échelle régionale et auprès des partenaires internationaux pour une solution politique rapide et durable à la crise".

Dans cette optique, M. Messahel "a insisté sur l'importance capitale du dialogue inclusif libo-libyen pour parvenir à la réconciliation nationale, loin de toute ingérence extérieure, et à la mise en place d'institutions pérennes et légitimes au service de tous les libyens, en particulier une armée nationale unifiée".

Tout en réaffirmant le soutien constant de l'Algérie au processus de règlement initié par les Nations Unies, le ministre "a rappelé la responsabilité première de l'Organisation onusienne, en particulier le Conseil de sécurité, dans la résolution de la crise en Libye", a ajouté la même source.

Les représentants libyens ont, de leur côté, "salué la position constante et équidistante de l'Algérie et de ses efforts en faveur de la solution politique dans le cadre de l'accord libyen du 17 décembre 2015", conclut le communiqué.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - L'Algérie et l'Italie "coordonnent de façon permanente" leurs efforts sur de nombreuses questions, notamment sur la situation en Libye, a affirmé, mardi à Alger, le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel.

"Nous avons une coordination permanente de nos efforts avec l'Italie sur de nombreuses questions importantes notamment la situation qui prévaut actuellement en Libye", a déclaré M. Messahel à l'issue de la 3ème  session du dialogue stratégique algéro-italien sur les questions politiques, sécuritaires et de lutte contre le terrorisme.

M. Messahel a présidé les travaux de cette session avec le secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale italien, Vincenzo Amendola.

 

Il a réitéré à l'occasion la position algérienne "favorable à une solution politique et à un dialogue inclusif des parties libyennes, sans exclusion, à l'exception de celles considérées  par l'ONU comme étant des organisations terroristes".

 

M. Messahel a indiqué avoir évoqué avec le responsable italien la réunion tripartite (Algérie-Tunisie-Egypte) qui s'est tenue à Tunis dans "le cadre de la coordination des efforts par les pays voisins de la Libye".

Cette rencontre sera suivie, a souligné M. Messahel, par la 11ème réunion des pays du voisinage de la Libye, avec la participation de l'Algérie, Tunisie, Egypte, Soudan, Tchad, Niger.

 

"Nous soutenons le processus onusien pour résoudre la crise en Libye et nous considérons que cet accord politique constitue la plate-forme à même de permettre aux Libyens de trouver une solution à la crise que vit leur pays".

 

Il a précisé, à ce propos, que les Libyens "sont libres d'apporter les modifications qu'ils jugeront, eux-mêmes, utiles pour aboutir à la solution recherchée".

M. Messahel a relevé avoir évoqué avec le responsable italien la question de la migration clandestine, estimant que l'Algérie "est devenu aujourd'hui un pays de destination", soulignant que les "approches algérienne et italienne sont très proches".

Ces approches "se fondent sur le lien entre le développement et la migration clandestine", a-t-il soutenu, estimant qu'il "ne peut y avoir de règlement de la crise de la migration clandestine sans que ne soit réglée la question du développement".

Il a fait remarquer, dans ce sens, l'existence d'une "nouvelle dimension" dans cette équation, qui est celle de la sécurité, plaidant pour "un traitement des causes" de ce phénomène.

Pour sa part, Vincenzo Amendola a indiqué que la coopération algéro-italienne dans la lutte contre le terrorisme, "donne et donnera des résultats concrets", ajoutant que "cette lutte constitue la première priorité des pays de la Méditerranée.

Au sujet de la Libye, il a souligné que l'Algérie et l'Italie "partagent la même vision qu'ils soutiennent dans tous les forums internationaux", défendant le principe selon lequel "la solution doit émaner des Libyens, eux-mêmes, sans aucune interférence étrangère".

Il a déclaré, dans le même sillage, que "l'Algérie et l'Italie feront tout leur possible pour que la Libye retrouve sa stabilité".

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Une aide humanitaire de l'Algérie de 30 tonnes composée essentiellement de produits alimentaires destinée aux populations libyennes frontalières a été acheminée et remise vendredi, a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

"Cette nouvelle aide, décidée par le gouvernement algérien, s'ajoute aux autres gestes de solidarité que notre pays a manifestés à l'endroit du peuple frère et voisin libyen qui fait face à une situation difficile du fait de la poursuite de la crise à laquelle il est confronté depuis plusieurs années", a ajouté le communiqué du MAE.

"A ce titre, l'Algérie entend poursuivre ses efforts constants et inlassables en direction de toutes les parties libyennes pour mettre un terme aux différends qui les opposent dans le cadre de la solution politique, à travers le dialogue inclusif et la réconciliation nationale", a souligné le MAE.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel a reçu mercredi une importante délégation libyenne, représentant "Al Bounian El Marsous" et conduite par le Général Major Salem M’Hamed Djeha.

Cette rencontre fait suite aux multiples visites en Algérie des représentants politiques, hauts responsables, personnalités et parlementaires libyens, et s’inscrit dans le cadre  des efforts que mène  l’Algérie pour rapprocher davantage les positions des parties libyennes, indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

L’entretien a porté sur les perspectives visant  à accélérer la dynamique de règlement politique de la crise libyenne dans le sens de la préservation de l’unité et de l’intégrité territoriale de la Libye et de la cohésion de son peuple  et tendant à favoriser la dynamique  de réconciliation nationale.

Les membres de la délégation libyenne ont fait une présentation sur la situation qui prévaut en Libye aux plans militaire et sécuritaire. Ils ont à ce titre rappelé les  capacités que recèlent les forces libyennes dans la perspective de la fondation d’une institution militaire unie. Ils ont fait état des succès remportés dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, notamment à Syrte.

Pour sa part, le ministre  Abdelkader Messahel  a mis en exergue l’importante contribution de  l'Algérie visant au rapprochement entre les parties libyennes, ainsi que son action constante en faveur de la solution politique durable, à travers le dialogue inclusif, la réconciliation nationale , loin de toute ingérence extérieure et  l’impératif de mutualiser les efforts des libyens pour bâtir des institutions fortes et légitimes , notamment une armée nationale unifiée.

Le ministre a salué la victoire remportée par les unités d’El Bounian El Marsous dans la libération de la ville de Syrte et dans la lutte contre le terrorisme.

Les représentants libyens ont de leur côté loué les efforts continus de l'Algérie en faveur de la solution politique dans le cadre de l’accord libyen du 17 décembre 2015 et son soutien aux côtés du peuple libyen pour asseoir définitivement la paix, la stabilité et la sécurité dans ce pays frère et voisin.

Publié dans: ALGÉRIE

BRUXELLES - Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra a appelé, mardi à Bruxelles, la communauté internationale à un "examen de conscience" sur la situation en Libye, l'exhortant à prendre les mesures nécessaire afin de favoriser "une solution libyenne".

"La communauté internationale doit faire son examen de conscience et voir dans quelles circonstances certains membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont jeté de l'huile sur le feu au lieu de prendre des mesures d'apaisement, d'inclusion et de nature à favoriser une solution", a-t-il déclaré lors d'une conférence internationale de haut niveau sur la médiation.

Selon le chef de la diplomatie algérienne, la communauté internationale "a raté l'occasion" de faire une transition pacifique et inclusive en Libye comme l'avait préconisée l'Union africaine (UA) en 2011.

"Malheureusement, nous n'avons pas été suivis, nous avons été isolés par le processus international", a-t-il regretté.

Aujourd'hui, a-t-il poursuivi, les difficultés "perdurent" en raison de l'absence d'"un seul agenda pour le peuple libyen", mais également pour toute la communauté internationale.

"Il faut trouver un moyen d'harmoniser toutes les approches", a-t-il préconisé", rappelant que l'action diplomatique de l'Algérie en Libye vise à "encourager une solution libyenne" à la crise.

"Nous souhaitons qu'il y ait un agenda unique des Libyens et qu'il soit soutenu par toute la communauté internationale sans qu'il y ait d'agenda concurrent ou conflictuel", a-t-il précisé à l'APS.

La facilitation de l'Algérie consiste, selon le ministre, à "consolider l'accord signé le 17 décembre 2015" et à faire en sorte que si cet accord doit être amendé, "cela se fera de manière consensuelle".

Il mis l'accent, à ce titre, sur la nécessité d'aller vers la "réconciliation nationale" afin que "les Libyens, ensemble, se mettent d'accord sur leur avenir, leurs institutions, leur armée nationale et leurs forces de sécurité".

M. Lamamra a estimé que les Libyens doivent pouvoir "aller vers une transition inclusive, puis vers des élections démocratiques sur la base de la nouvelle constitution, en cours d'élaboration".

Il a exhorté, dans ce contexte, la communauté internationale à "donner la priorité" à la reconstruction de l'Etat libyen qui constitue, a-t-il dit, "incontestablement" un moyen de lutter "légitimement" contre le terrorisme dans le cadre du respect de sa souveraineté et de son intégrité territoriale.

"Combattre le terrorisme par des interventions militaires en Libye ne fera qu'aggraver le problème", a-t-il prévenu.

Publié dans: MONDE

ALGER - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a rappelé lundi les fondamentaux de la démarche et de l'action de la diplomatie algérienne pour rapprocher les points de vues des parties libyennes et à promouvoir la solution politique en Libye, loin de toute ingérence extérieure.

M. Messahel qui répondait à une question de l'APS sur "les efforts que déploie l'Algérie en direction des parties libyennes pour les aider à trouver une solution à la crise multiforme que connaît leur pays", a évoqué "l'action de la diplomatie algérienne qui a consisté à rapprocher les points de vues des parties libyennes et à promouvoir la solution politique en dehors de toute ingérence extérieure, à travers le dialogue inclusif, la réconciliation nationale à même de préserver la souveraineté, l'intégrité territoriale, l'unité de ce pays et la cohésion de son peuple, loin de toute considération politique et idéologique".

"Les lignes directives de cette démarche ont été défendues avec constance autant auprès des nombreuses délégations libyennes composées de responsables politiques, de Chefs militaires, de parlementaires, de notables et de représentants de la société civile qu'auprès des différents partenaires internationaux avec lesquels l'Algérie oeuvre à favoriser l'avènement d'une solution politique définitive à la crise en Libye", a soutenu le ministre.

Pour ce faire, M. Messahel a renouvelé l'appel à l'ensemble des parties libyennes à "dépasser leurs différends, à placer l'intérêt de leur pays au-dessus de toute considération pour permettre au peuple libyen frère de recouvrer la paix, la stabilité et la sécurité et à s'engager dans le seul combat qui vaille, celui du développement et du progrès".

M. Messahel a aussi annoncé, que "le gouvernement algérien a décidé d'octroyer une nouvelle aide humanitaire de 30 tonnes composée essentiellement de produits alimentaires en faveur du peuple libyen frère".

Cette aide est destinée aux populations frontalières qui vivent des conditions éprouvantes du fait de la persistance de la crise qui sévit dans le pays.

Par cette même occasion, le gouvernement algérien fournira une aide de 20.000 litres de diesel destinée aux hôpitaux de Ghat et d'Oubari confrontés à de grandes difficultés de fonctionnement en raison de ruptures récurrentes et prolongées d'électricité. Cette aide sera acheminée dans les prochains jours, a-t-il fait savoir.

Le Ministre a également précisé que "cette aide qui vient s'ajouter aux autres aides humanitaires déjà consenties par l'Algérie, témoigne de la solidarité agissante du gouvernement et du peuple algériens à l'endroit de la Libye et de son peuple auxquels ils sont unis par un destin commun et par des liens séculaires de voisinage et d'histoire".

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER- Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a réaffirmé mardi à Alger la disponibilité de l'Algérie à poursuivre ses efforts de soutien au processus onusien pour le règlement politique de la crise en Libye, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

M. Messahel a assuré "la disponibilité de notre pays à poursuivre ses efforts de soutien au processus des Nations unies pour le règlement de la crise libyenne", au terme d'une rencontre avec une importante délégation libyenne, représentant une coalition de partis politiques libyens, conduite par Ali Bachir Zouik.

Le ministre a, en outre, rappelé"les fondamentaux de la position constante de l'Algérie oeuvrant pour un règlement politique de la crise en Libye, à travers un dialogue national incluant l'ensemble des parties libyennes, loin de toute ingérence extérieure"

, a-t-on ajouté dans le texte.

Cette rencontre, qui s'inscrit dans le cadre des concertations avec les parties, personnalités et leaders politiques libyens, portant sur les récents développements de la situation en Libye, notamment sur les plans politique et sécuritaire et les voies et moyens destinés à renforcer le processus de sortie de crise, initié par l'ONU, fait suite aux précédentes rencontres tenues, à la lumière des efforts de l'Algérie sur la voie d'un dialogue inter-libyen.

L'entretien a également porté sur "les perspectives visant l'élargissement aux acteurs influents sur la scène politique libyenne et la consolidation de la dynamique de dialogue inclusif libo-libyen pour une solution politique consensuelle et durable, avec pour finalité de sceller un consensus fort et une réconciliation nationale", selon la même source.

Pour leur part, "les membres de la délégation libyenne, qui ont salué les efforts de l'Algérie en faveur de la solution politique dans le cadre de l'accord libyen du 17 décembre 2015, ont fait une présentation sur la situation prévalant en Libye", a conclu le communiqué.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a réitéré dimanche à Alger

la position constante de l'Algérie pour un règlement politique de la crise  libyenne, en rappelant ses efforts continus loin de toute ingérence extérieure, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

A l'issue d'une audience accordée à une importante délégation libyenne représentant le commandement de l'opération "Al Bounian El Marsous", composée notamment d'officiers supérieurs et conduite par son porte-parole, le Général Mohamed Al Ghasri, M. Messahel a réaffirmé "la position constante de l'Algérie pour un règlement politique de la crise en Libye.

Le ministre, a ajouté la même source, a rappelé les efforts continus de l'Algérie, "loin de toute ingérence extérieure", pour le règlement de cette crise.

La visite de la délégation libyenne, qui s'inscrit dans le cadre des concertations sur les derniers développements de la situation en Libye, notamment sur les plans politique et sécuritaire, fait suite aux différentes rencontres en Algérie de responsables politiques, de parlementaires, et autres représentants libyens, à la lumière des efforts de l'Algérie sur la voie d'un dialogue inter-libyen, lit-on également dans le communiqué.

"L'entretien a porté en particulier sur les voies et moyens visant au renforcement du dialogue inclusif, dans le cadre de la dynamique de la solution politique consensuelle et de la réconciliation nationale", a précisé le texte.

Pour leur part, les membres de la délégation libyenne, qui ont fait un exposé sur les opérations militaires et la libération de la ville de Syrte, ont salué

"le rôle actif et constant de l'Algérie en faveur de la solution politique dans le cadre de l'accord politique libyen du 17 décembre 2015".

"A cet effet, M. Messahel, a salué les succès enregistrés dans la lutte antiterroriste à Syrte, à Benghazi et dans d'autres localités de Libye", a conclu le communiqué.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a souligné mercredi à Alger la nécessité pour la Libye de se doter d'institutions fortes "pour combattre le terrorisme et le crime organisé".

Lors d'une rencontre avec la presse nationale, M. Messahel a affirmé que l'urgence pour la Libye "est d'aller vers des institutions fortes à leur tête une armée et un gouvernement d'union nationale pour notamment combattre le terrorisme et le crime organisé", estimant que les Libyens "ont les capacités de reconstruire leur pays".

A cette occasion, le ministre a réitéré la position algérienne pour le règlement de la crise libyenne basée sur le respect de la souveraineté de la Libye, la non-ingérence dans ses affaires internes et le dialogue interlibyen, affirmant que l'Algérie "jouit de la confiance des différentes parties libyennes en étant à équidistance de toutes ces parties".

Pour M. Messahel, la solution politique à cette crise "ne doit pas être imposée mais doit émaner des Libyens eux-mêmes dans le cadre d'un dialogue  impliquant toutes les parties libyennes concernées".

Il a indiqué que l'accord politique du 17 décembre 2015, signé sous l'égide de l'Onu, "a été conclu pour gérer une transition" en prévoyant la mise en place de trois institutions, à savoir la chambre des représentants, le Haut comité d'Etat et le Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale.

"Ce processus onusien tarde à être mis en œuvre et il y a risque de dérives", a-t-il fait remarquer.

Concernant les efforts de l'Union africaine (UA) pour le règlement de la crise libyenne, il a rappelé la mise en place d'un Comité de cinq chefs d'Etat africains pour la gestion de cette crise, ajoutant que l'Algérie avait demandé l'élargissement de ce Comité aux pays voisins.

"Notre demande a été entendue et retenue et le Comité s'est transformé en 5+7", a-t-il souligné.

Dans le cadre de ces efforts, le Comité chargé de la Libye se réunira vendredi à Brazzaville (Congo) au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Les travaux de l’atelier sur "l’impact de la situation sécuritaire en Libye sur la sécurité frontalière des pays du voisinage", se sont ouverts mercredi au siège du Centre africain d’étude et de recherche sur le terrorisme (CAERT) à Alger, en vue d’améliorer les capacités des pays africains notamment ceux voisins de la Libye à contrôler leurs frontières.

Prévu sur deux jours, l'atelier a pour objectif d'apporter assistance aux Etats membres de l’Union africaine (UA) notamment les pays qui partagent les frontières avec la Libye, afin d’améliorer leurs capacités à dominer, gérer et contrôler leurs frontières avec la Libye, selon les intervenants lors de la séance d'ouverture.

Ces assises s'inscrivent dans le cadre des études et recherches sur les efforts et plans d’action des Etats membres de l’UA pour la lutte anti-terroriste et la lutte préventive contre l’extrémisme violent.

Plusieurs représentants nationaux des points focaux du CAERT prennent part à cet atelier, à savoir  la Libye, l'Algérie, la Tunisie, l'Egypte, le Tchad, le Soudan et le Niger de même qu'un haut responsable d'un service de sécurité des frontières de chacun des Etats membres de l'UA.

Des représentants de Mauritanie, du Mali et du Burkina Faso y participent en qualité d'observateurs, aux côtés d'experts du CAERT, Africain Union Border Program (AUBP), l'Organisation internationale de Migration (OIM), ainsi que de l'Organisation de la Police internationale (Interpol).

Ont intervenu à l'ouverture des travaux, le directeur du CAERT, Larry Gbevlo-Lartey Esq, l'ambassadeur norvégien à Alger, Arne Gjermundsen, et le représentant du gouvernement algérien, Hamid Boukrif, directeur de la prospective, de la programmation et de la planification politique au ministère des Affaires étrangères.

Les participants se pencheront lors de ces assises sur la manière de renforcer les capacités, améliorer la coopération/émulation et adopter une démarche visant à apporter une réponse efficace aux entraves qui minent la stabilité sécuritaire afin de "traiter la situation dans sa globalité".

Les débats se focaliseront également sur les efforts menés dans la lutte préventive contre l'extrémisme violent et les plans d'action des Etats membre de l'UA à la lumière de la situation sécuritaire qui prévaut en Libye.

Outres ces aspects, "les lignes de conduite susceptibles de donner une réponse sécuritaire frontalière appropriée aux menaces, préoccupations et défis imposés par la situation en Libye", seront aussi à l'ordre du jour de cette rencontre.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a reçu à Alger une importante délégation de responsables municipaux, conduite par le président du Conseil municipal de Misrata, Mohamed Chtiwi, ainsi que des parlementaires représentant la région de Misrata, indique lundi un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

‘‘Cette visite d'information, qui s'inscrit dans le cadre des concertations sur les derniers développements de la situation en Libye, fait suite aux différentes visites en Algérie de responsables politiques et de parlementaires libyens, à la lumière des efforts de l'Algérie sur la voie d'un dialogue inter-libyen’‘, précise le communiqué.

L'entretien a porté, notamment, sur ‘‘les voies et moyens tendant à impulser la solution politique consensuelle, à travers la dynamique de dialogue inclusif inter-libyen et la réconciliation nationale’‘, souligne la même source.

A cette occasion, M. Messahel ‘‘a réitéré la position de l'Algérie pour le règlement politique de la crise libyenne, en rappelant ses efforts constants, loin de toute ingérence extérieure dans ce pays frère et voisin’‘, relève le communiqué.

Pour leur part, les membres de la délégation libyenne ‘‘ont salué le rôle actif et continu de l'Algérie en faveur de la solution politique dans le cadre de l'accord politique libyen du 17 décembre 2015’‘, ajoute la même source.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Les membres de la délégation parlementaire libyenne ont salué lundi à Alger "le rôle actif et permanent" de l'Algérie en faveur d'une solution politique à la crise libyenne, dans le cadre de l'accord du 17 décembre 2015, a indiqué un communiqué du Conseil de la nation.

Le président du groupe parlementaire du tiers présidentiel, El Hachemi Djiar a reçu lundi la délégation parlementaire libyenne qui effectue une visite en Algérie, a précisé le même communiqué.

"Cette rencontre a été l'occasion pour M. Djiar de réaffirmer la position de l'Algérie vis-à-vis de la crise libyenne et rappeler les efforts qu'elle (Algérie) ne cesse de fournir pour mettre fin à la crise en Libye, sans pour autant s'ingérer dans les affaires internes de ce pays frère et voisin", a ajouté la même source.

Cette rencontre "intervient suite aux visites et rencontres effectuées par plusieurs parlementaires libyens, dont le président du parlement libyen, Salah Akila", selon le communiqué.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Le chef de la délégation parlementaire libyenne, Ali Ahmed Tekali, a affirmé dimanche à Alger  que sa visite en Algérie était "une opportunité pour trouver une solution à la crise" que vit son pays, tout en saluant les relations solides unissant l'Algérie et la Libye.

Lors de l'audience que lui a accordée le vice-président de l'Assemblée nationale populaire (APN), Djamel Bouras, le Chef de la délégation parlementaire libyenne, a précisé que vu "la conjonctutre exceptionnelle que traverse la Libye, cette visite permettra d'exposer nos problèmes dans l'espoir de trouver un soutien en vue de trouver une solution à la crise".

Le chef de la délégation libyenne a en outre salué " les relations solides unissant l'Algérie et la Libye, fondées sur la coopération et le respect mutuel".

Pour sa part, M. Bouras a exprimé "le souhait de l'Algérie de voir la sécurité et la stabilité régner en Libye" d'autant plus que le pays dispose "de grandes potentalités" à même de lui permettre de surmonter ses poblèmes, a-t-il affirmé.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Les derniers développements en Libye ainsi que les moyens d'accélérer la mise en œuvre du processus politique, ont fait l'objet d'un entretien dimanche à Alger, entre le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etat arabes, Abdelkader Messahel, et une délégation de parlementaires de la Chambre des Représentants de Libye, a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Les deux parties ont évoqué, lors de cet entretien, "la situation en Libye, tant sur le plan politique, sécuritaire et économique et les moyens d'accélérer la mise en œuvre du processus politique, à travers une dynamique de dialogue inclusif inter-libyen et la réconciliation nationale", a-t-on précisé.

A ce titre M. Messahel, a "réitéré la position de l'Algérie pour le règlement de la crise libyenne", en rappelant "ses efforts (Algérie) constants et continus basés sur la non-ingérence dans les affaires intérieures libyennes".

Pour leur part, les membres de la délégation libyenne ont salué le rôle actif et continu de l'Algérie en faveur de la solution politique dans le cadre de l'accord politique de 17 décembre 2015, ajoute le communiqué.

Cette rencontre fait suite aux différentes visites en Algérie de parlementaires libyens, dont le président de la chambre des représentants, M. Salah Aguila.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER- Les membres de la délégation parlementaire libyenne ont salué lundi les efforts consentis par l'Algérie pour la facilitation des consultations entre les différentes parties libyennes en faveur du dialogue interlibyen dans le cadre de la mise en oeuvre de l'accord politique et en soutien au processus initié par l'ONU.

La délégation libyenne a été reçue par le président de la commission de la défense nationale à l'Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Chenouf, indique un communiqué de l'Assemblée.

Les deux parties ont passé en revue les derniers développements survenus en Libye ainsi que les "voies et moyens à même d'accélérer la mise en oeuvre du processus de règlement de la crise, notamment par le dialogue inclusif interlibyen et la réconciliation nationale, afin de préserver la stabilité, la paix et la sécurité dans ce pays frère et voisin" a ajouté le communiqué.

De son côté, le président de la commission a rappelé l'approche de l'Algérie pour le règlement de la crise libyenne ainsi que ses efforts basés sur le principe de non-ingérence dans les affaires internes des pays, en oeuvrant à promouvoir la solution politique et à rapprocher les vues des parties libyennes".

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Les derniers développements de la situation en Libye ont été à l'ordre du jour de l'entretien lundi à Alger entre le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etat arabes, Abdelkader Messahel, et une délégation de parlementaires de la Chambre des représentants de Libye, a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Lors de cette rencontre, les deux parties ont évoqué "les voies et les moyens permettant l'accélération de la mise en œuvre du processus de règlement de la crise en Libye, à travers la dynamique de dialogue inclusif inter-libyen et la réconciliation nationale, pour la préservation de la stabilité de la paix et de la sécurité de ce pays voisin", a précisé la même source.

M. Messahel a rappelé, à cette occasion, la vision de l'Algérie et ses efforts fondés sur la "non-ingérence, la solution politique et le rapprochement entre les positions des parties libyennes."

Les membres de la délégation libyenne ont, de leur côté, salué "les importants efforts consentis par l'Algérie au titre de la facilitation de la concertation entre les partis libyennes et le dialogue inter-libyen, dans le cadre de la mise en œuvre de l'accord politique et en soutien au processus initié par l'ONU", a conclu le texte.

Publié dans: ALGÉRIE
Page 1 sur 5
banner-aps