Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |23/04/2017

USD 1$ in 108.22 in 114.83
EUR 1€ in 116.05 in 123.16
JPY 100¥ in 99.12 in 105.20
GBP in 138.71 in 147.22

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

25/04/2017 01:53

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube  

Vous êtes ici : ACCUEIL»MONDE»Algérie Presse Service - MONDE

ALGER - La tournée effectuée, ces trois derniers jours, par le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union Africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, en Libye a permis de constater "l'entière disposition" des parties libyennes à aller de l'avant et trouver une solution à la crise à travers le dialogue et la réconciliation nationale, loin de toute ingérence étrangère.

La visite de M. Messahel et de la délégation l'accompagnant, à l'est et à l'ouest de la Libye, saluée par toutes les parties libyennes durant les cinq étapes à travers un accueil officiel, militaire et populaire très  chaleureux, confirme "la sagesse de la position algérienne quant à la crise libyenne, qui demeure à équidistance vis-à-vis de toutes les parties en Libye".

A El Bayda (est de Libye), M. Messahel a entamé sa tournée mercredi dernier où il a été reçu par le président du Parlement libyen, Akila Salah, qui s'est dit "totalement disposé" à aller de l'avant en vue d'aboutir à un règlement politique durable de la crise à travers le dialogue interlibyen inclusif et la réconciliation nationale, sans exclusive aucune, mettant l'accent sur l'unité de la Libye, qui est "indivisible".

"Le dialogue doit être inclusif sur la base de l'accord politique dont certains points doivent être modifiés conformément à la volonté du peuple libyen", a-t-il soutenu, tout en se félicitant de l'intérêt que porte le président de la République, Abdelaziz Bouteflika à la Libye et ses efforts afin de rapprocher les positions des frères libyens en faveur de l'unité et de la stabilité de leur pays".

A Benghazi, deuxième étape de sa tournée, M. Messahel a été reçu par le maréchal Khalifa Hafter au Quartier général des forces armées arabes libyennes. 

Sa réunion avec le maréchal a porté sur les derniers développements sur la scène politique libyenne et l'impératif soutien au dialogue interlibyen loin de toute ingérence étrangère sur la base de l'accord politique et de la réconciliation nationale.

Toujours à Benghazi, M. Messahel a rencontré les notables de l'est libyen notamment d'Ajdabiya, Barqah et Al-Marj qui ont affirmé qu'ils "sont disposés à dialoguer avec tous les protagonistes quels que soient leurs courants ou points de vue", estimant que "le dialogue doit être inclusif sans exclusion aucune en vue de respecter la volonté de tout un chacun".

 

Accueil chaleureux à Zentan et Misrata et une forte volonté de tirer profit de l'expérience algérienne

 

Au deuxième jour de sa tournée, le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes s'est rendu à Zentan (ouest de la Libye) où un accueil chaleureux lui a été réservé par la les responsables, les notables et la population dont Hadj Mabrouk qui porte la médaille de moudjahid décernée par les autorités algériennes pour sa participation à la révolution nationale. 

Les notables et les personnalités locales de la région de Zentan ont souligné la nécessité de tirer profit de l’expérience algérienne en matière de concrétisation de la paix et de la réconciliation nationale, en vue de trouver une solution à la crise libyenne, saluant "les efforts déployés par l’Algérie, à sa tête le président de la république, Abdelaziz Bouteflika", pour la réunification des enfants de la Libye".

Avant de se rendre à Misrata, M. Messahel était arrivé à Tripoli où il s'est entretenu avec le président du Haut Conseil d'Etat, Abderrahmane Souihli, qui a affirmé la disponibilité du Conseil à £uvrer en faveur de solutions rapides à la crise libyenne à travers le dialogue, saluant la "position de l'Algérie qui reste à équidistance vis-à-vis de toutes les parties libyennes, ce qui confère à son rôle davantage d'efficacité dans le soutien au processus de règlement pacifique de la crise".

A Misrata, le ministre a été chaleureusement accueilli par des jeunes libyens à l'aéroport de la ville. 

Il a eu ensuite plusieurs rencontres avec des représentants de la société civile, des députés et des personnalités militaires de l'opérations "El Bouniyane El Marsous", ainsi que des représentants du "Rassemblement politique" et du Conseil des notables.

A la fin de sa tournée, la délégation algérienne est revenue à Tripoli où M. Messahel a rencontré le président du gouvernement libyen d'union nationale, Fayez El-Serraj et le vice-président Ahmed Miitig qui a souligné la nécessité de régler toutes les questions en suspens et d'édifier ensuite les institutions du pays".

 

"Forte volonté" des Libyens de régler la crise par le dialogue et la réconciliation

 

A chacune des cinq étapes de sa tournée à l'est et à l'ouest de la Libye, en attendant une deuxième tournée prévue dans les  prochaines semaines dans les régions sud, M. Messahel a eu à constater "une forte volonté chez les Libyens de parvenir à des solutions pacifiques à travers la réconciliation nationale et le dialogue politique interlibyens en Libye même".

M. Messahel avait déclaré être porteur d'un message de "fraternité" et d' "espoir" aux Libyens partant de la douloureuse expérience de l'Algérie contre le terrorisme "qu'elle ne souhaite pas voir se reproduire en Libye", réitérant la conviction de Algérie que "la solution passe par un dialogue inclusif entre tous les Libyens sans exclusive". Les "Libyens en sont capables sans aucune ingérence étrangère ", a-t-il soutenu.

Lors de cette tournée M. Messahel a présenté l'expérience algérienne en matière de réalisation de la paix et de la réconciliation nationale en tant qu'expérience à suivre pour sortir la Libye de sa crise qui "ne peut être résolue qu'à travers  le dialogue et la réconciliation nationale" . 

Publié dans: MONDE

TRIPOLI- L'Algérie abritera la 11ème réunion des pays  voisins de la Libye qui s'inscrit dans le cadre des efforts soutenus en  faveur d'une solution politique à la crise libyenne, apprend-on vendredi de  sources diplomatiques. 

L'Algérie abritera en mai prochain les travaux de la 11ème session du  Mécanisme des pays voisins de la Libye entrant dans le cadre des efforts  visant à soutenir la solution politique à travers un dialogue inter-libyen  à l'intérieur de la Libye

En mai 2014, l'Algérie avait accueilli la première réunion du Mécanisme  des pays voisins de la Libye en marge de la Conférence ministérielle des  Non-alignés lors de laquelle elle avait souligné la nécessité d'"opter pour  la solution politique, seule garante de l'unité et de la souveraineté de la  Libye ainsi que de la cohésion de son peuple".

Elle a estimé également impératif de "lutter contre le terrorisme devenu  une menace réelle pour le devenir de ce pays et de placer l'intérêt suprême  de la Libye au dessus de toute autre considération".

Publié dans: ALGÉRIE

MESRATA (Libye)- La "franchise et la clarté" ont marqué  jeudi l'ensemble des rencontres tenues par le ministre des Affaires  maghrébines, de l'Union africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes,  Abdelkader Messahel, au deuxième jour de la tournée qu'il effectue en  Libye, où il a perçu "une forte volonté chez les libyens de parvenir à des  solutions pacifiques à travers le dialogue".

Troisième étape de la visite qu'effectue M. Messahel et la délégation qui  l'accompagne en Libye, le ministre est arrivé à la ville Zentan où un  accueil chaleureux lui à été réservé par la population de cette ville.

Au cours de cette étape, le ministre a indiqué qu'il était "porteur d'un  message d'espoir" partant de la douloureuse expérience de l'Algérie contre  le terrorisme "qu'elle ne souhaite pas voir se reproduire en Libye.

Durant sa rencontre avec les notable de la région de Zentan et des  responsables locaux, M. Messahel a affirmé "qu'il ne saurait y avoir de  solution à la crise en Libye qu'à travers un dialogue inclusif entre toutes  les composantes du peuple libyen sans exclusive", exprimant sa confiance en la capacité des Libyens à tourner la page de la violence à travers le  dialogue, les solutions politiques et la réconciliation nationale.

M. Messahel a mis en avant, plus d'une fois et au cours de toutes les  réunions, l'expérience algérienne en matière de paix et de réconciliation  nationale, relevant les efforts du président de la République, Abdelaziz  Bouteflika pour la construction de l'Algérie et la concrétisation de la stabilité, à commencer par la loi de la "Rahma", la loi de la Concorde  civile et le référendum national sur la réconciliation nationale.

Les notables et des personnalités locales de la région de Zentan, ont  valorisé, pour leur part les efforts déployés par l’Algérie "pour la  réunification des enfants de la Libye", mettant l’accent sur la nécessité  de tirer profit de l’expérience algérienne en matière de concrétisation de  la paix et de la réconciliation nationale.

 

-Le règlement de la crise libyenne passe par le dialogue  inter-libyens

 

A Tripoli, le ministre a relevé au cours de sa rencontre avec le président  du Haut Conseil de l'Etat libyen, Abderrahmane Souihli, "qu'il n'avait  présenté aucune initiative lors de sa tournée, partant de la conviction de  l'Algérie que le règlement de la crise libyenne passe par un dialogue  sérieux entre toutes les parties libyennes au sein de la Libye".

"L'Algérie a, également, été éprouvée il y a quelques années, mais  grâce à la sagesse de ses hommes et de ses femmes et à la politique sage du  président de la République, Abdelaziz Bouteflika, nous avions enclenché une  politique qui a permis de sauver le pays, par les sacrifices de ses

enfants, en tête desquels l'Armée nationale populaire (ANP), les corps de  sécurité et un front interne fort sous-tendu par l'Algérien soucieux de  préserver l'indépendance et la souveraineté de son pays", a-t-il soutenu.

Le président du Haut Conseil de l'Etat libyen, Abderrahmane Souihli a  salué, quant à lui, la "position de l'Algérie qui reste à équidistance  vis-à-vis de toutes les parties libyennes, ce qui confère à son rôle davantage d'efficacité dans le soutien au processus de règlement pacifique  de la crise", relevant que sa rencontre avec M. Messahel a été marquée par  un débat "franc et claire".

A Mesrata, le ministre a eu plusieurs rencontres avec des personnalités  militaires relevant de la salle d'opérations de l'initiative "El Bouniyane  El Marsous", un groupe de députés, des représentants du "rassemblement  politique" et du Conseil des notables ainsi que des jeunes et des acteurs  civils de la ville.

Au terme d'une visite effectuée vendredi soir à Mesrata (Ouest de la  Libye), le ministre a indiqué avoir "perçu une forte volonté chez les  Libyens de parvenir à des solutions pacifiques à travers le dialogue  politique inclusif" relevant avoir perçu cette volonté dans toutes les  villes qu'il a visitées à savoir Al Bayda, Benghazi, Zentan,Tripoli et  Mesrata.

M. Messahel a réitéré la conviction de l'Algérie que "la solution passe  par un dialogue inclusif entre tous les Libyens sans exclusive", affirmant  que les "Libyens en sont capables sans aucune ingérence étrangère ".

Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine (UA) et de la  Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel a entamé sa visite de travail  en Libye par la ville d'El Bayda (Est de la Libye) où il rencontré le  président du Parlement libyen, Akila Salah.

M. Messahel est arrivé ensuite à Benghazi où il s'est entretenu avec le  maréchal Khalifa Haftar ainsi que des personnalités politiques et civiles  et des notables de l'est libyen.

La visite de M. Messahel s'inscrit dans le cadre des efforts incessants  consentis par l'Algérie pour rapprocher les positions des frères libyens en  faveur d'un règlement politique durable de la crise dans ce pays, à travers  le dialogue inter-libyen inclusif et la réconciliation nationale, à même de préserver l'intégrité territoriale de la Libye, son unité, sa souveraineté  et la cohésion de son peuple.

Publié dans: ALGÉRIE

BENGHAZI (Libye) - Des notables et des personnalités locales de l'est libyen se sont félicité des efforts déployés par l'Algérie pour rapprocher les positions et les points de vue entre les différentes parties libyennes en vue de parvenir à une solution politique à la crise que connait leur pays, tout en affirmant leur disponibilité à participer au processus du dialogue inclusif inter-libyen et à la réconciliation nationale au service de la préservation de l'unité et de la stabilité de la  Libye.

Lors d'une réunion tenue mercredi avec le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel à Benghazi (Est de la Libye), plusieurs notables se sont félicité du niveau de soutien et des efforts déployés par "l'Algérie, pays voisin et frère" pour rapprocher les positions des Libyens en vue  d'une solution politique durable à la crise à travers le dialogue inclusif et la réconciliation nationale au service de la préservation de l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'unité de la Libye.

Saluant l'intérêt accordé par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika au soutien du processus de règlement pacifique de la crise en Libye, les notables libyens ont exprimé "leur grande confiance" en la capacité de l'Algérie à rapprocher les points de vue des protagonistes.

"Nous fondons nos espoirs sur l'Algérie avec laquelle nous avons des liens de fraternité et de voisinage pour soutenir les efforts de règlement pacifique en rapprochant les positions et points de vue sans aucune exclusion ou marginalisation", a indiqué M. Arhim Khaled, l'un des notables de la ville d’Adjdabia lors de cette rencontre marquée par "un débat franc et clair".

Abondant dans le même sens, M. Djaballah Said Djaballah El Arfi de la ville "Al Marj" a affirmé l’adhésion des tribus dont il est le représentant au processus du règlement pacifique et politique de la crise tout en soulignant "l’importance de garantir aux Libyens la sécurité dans le cadre des défis internationaux". Il a soutenu, dans ce sens, que "les citoyens  libyens sont conscients des enjeux qui les entourent et sont déterminés à continuer à œuvrer pour la préservation de leur patrie".

M. Djaballah a affirmé en outre que "les citoyens de Benghazi sont disposés à dialoguer  avec tous les protagonistes quels que soient leurs courants ou points de vue", estimant que "le dialogue doit être inclusif sans exclusion aucune en vue de respecter la volonté de tout un chacun".

De son côté, Saad Rekrek, coordinateur de la grande zone de Benghazi a soutenu que "les  citoyens à Benghazi sont pour un dialogue réel et sérieux regroupant l'ensemble des protagonistes libyens", ajoutant que la présence à Benghazi de la délégation algérienne sous la conduite de M. Messahel "nous confirme l’intérêt que porte l’Algérie à la Libye du fait de leur sécurité commune, notamment à la lumière du contexte sécuritaire dans la région".

Aussi, a-t-il ajouté, "nous admettons que toutes les parties libyennes sont en droit d'exprimer leurs revendications et leurs préoccupations mais le dialogue doit être entre les Libyens seuls".

Pour sa part, Djibril Said Mansour, l'un des notables de la région de "Barka" a estimé que "la Libye a été au cœur d'une conspiration internationale" et les citoyens libyens ont souffert de la situation vécue par le pays, réaffirmant l'espoir énorme que les Libyens fondent sur l’Algérie pour les accompagner dans le processus d'un règlement pacifique  durable.

M. Messahel a entamé mercredi sa tournée par la ville d'El Bayda dans l’est libyen où il a rencontré les notables de la ville et des personnalités influentes, avant de se rendre à Benghazi où il s'est entretenu avec le maréchal Khalifa Hafter. Il se rendra aujourd’hui dans d’autres régions du pays.

Publié dans: ALGÉRIE

ZENTAN (Libye) - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, est arrivé jeudi à Zentan (ouest de la Libye) où un accueil chaleureux lui a été réservé par la population de cette ville, deuxième étape de sa tournée dans le pays, pour tenter de rapprocher les visions et vues entre les Libyens en appui d'une solution pacifique de la crise libyenne.

Un accueil populaire chaleureux a été réservé à M. Messahel et à la délégation qui l'accompagne à l'aéroport de Zentan où des banderoles ont été brandies et sur lesquelles était écrit "La population de Zentan souhaite la bienvenue aux enfants du pays d'un million et demi de martyrs" et "Bienvenus aux vaillants moudjahidine".

M. Messahel devra rencontrer à Zentan (136 km au sud-ouest de Tripoli) des personnalités locales et des représentants de la société civile locale dont des notables et des militants locaux.

Cette tournée s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par l'Algérie en vue de rapprocher les positions entre les frères libyens pour aboutir à une solution politique et permanente de la crise à travers le dialogue inter-libyen et la réconciliation nationale à même de préserver l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'unité de la Libye.

Mercredi, M. Messahel avait entamé une visite de travail en compagnie d'une importante délégation qui l'a menée dans la ville d'Al Bayda (est de la Libye), à Benghazi, à Zentan et dans d'autres régions du pays.

Publié dans: MONDE

BENGHAZI - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a affirmé la "disposition des Libyens à entamer le dialogue et à trouver des solutions permanentes grâce aux potentialités considérables que recèle la Libye, parmi les hommes, femmes et élites des différentes régions du pays, rappelant que l'Algérie n'a de cesse plaider en faveur d'un dialogue "inter- libyen et à l'intérieur de la Libye".

"Nous sommes venus écouter nos frères à Benghazi comme nous le ferons avec nos frères des autres villes et régions"", a  indiqué M. Messahel lors d'une rencontre mercredi soir à Benghazi avec les notables et personnalités  locales des régions de l'Est de la Libye, appelant les présents à "faire prévaloir le discours favorisant le règlement de la crise et rejeter le discours hostile qui ne fera qu'envenimer la situation".

Il a précisé à ce propos, que "les solutions émanent de la volonté et de l'amour de la patrie", soulignant que l'expérience algérienne en matière de lutte contre le terrorisme et d'encouragement du dialogue est puisée des années de lutte de l'Algérie contre ce phénomène.

M. Messahel a évoqué l'expérience algérienne en matière de lutte contre le terrorisme, précisant que l’Algérie a pu surmonter cette dure épreuve grâce à la politique clairvoyante de son Excellence, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et aux efforts déployés par les institutions de l’Etat en particulier, l’Armée nationale populaire (ANP), les corps de sécurité ainsi qu'à la force du front interne qui a résisté avec courage à ce phénomène.

L’Algérie demeure disposée à partager cette expérience "devenue désormais une école dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, a-t-il poursuivi.

Dans le même contexte, M. Messahel a soutenu que l’"Algérie poursuivra ses efforts en tant que pays voisin et frère de la Libye notamment en cette conjoncture difficile qu'elle traverse", faisant remarquer que l’"Algérie ne peut rester les mains croisées alors que la Libye fait face à cette situation".

Enfin, le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes, a ajouté qu’il poursuivra sa tournée ce jour dans d’autres régions de la Libye et effectuera une deuxième tournée qui le mènera cette fois-ci dans les régions du Sud.

Publié dans: MONDE

BENGHAZI (Libye) - La tournée du ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue arabe, Abdelkader Messahel, en Libye a été marquée, à son premier jour, par plusieurs rencontres avec des personnalités influentes sur la scène politique dans l'est libyen.

M. Messahel a entamé sa tournée par la ville d'El Bayda, (1200 km à l'Est de Tripoli), où il a rencontré les notables de la ville et des personnalités influentes sur la scène politique libyenne, à l'instar du président du Parlement libyen, Akila Salah qui a relevé que "la position de l'Algérie vis-à-vis de la crise libyenne est on ne peut plus claire".

M. Akila a affirmé à l'issue de sa rencontre avec M. Messahel, a affirmé que "l'Algérie est le pays le plus proche de la Libye et celui qui connait le mieux les spécificités et coutumes du peuple libyen ainsi que sa composante sociale", ajoutant que "la position de l'Algérie, claire depuis toujours, est fondée sur le respect du peuple libyen, le rejet de toute  ingérence étrangère et la promotion du dialogue interlibyen", saluant par la même cette position "d'une grande importance pour le règlement de la crise".

M. Messahel, a précisé que "le message qu'entend adresser l'Algérie à travers cette tournée est on ne peut plus clair: Il n'y pas d'alternative au règlement politique consensuel interlibyen", évoquant "une éventuelle révision de l'accord politique sur la base des propositions formulées par les parties libyennes".

"Ma visite en Libye s'inscrit dans le cadre des efforts consentis par l'Algérie et fait suite aux orientations de son Excellence le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de poursuivre ces efforts pour que nos frères libyens parviennent à un règlement politique inclusif qui consacre l'unité de la Libye", a indiqué M. Messahel.

La délégation algérienne conduite par M. Messahel s'est, ensuite, dirigé vers Benghazi où il s'est entretenu avec le maréchal Khalifa Hafter. Les deux parties ont évoqué les derniers développements sur la scène politique libyenne et l'impératif soutien au dialogue interlibyen loin de toute ingérence étrangère sur la base de l'accord politique et de la réconciliation nationale.

M. Messahel poursuivra sa tournée jeudi dans différentes régions et villes libyennes. Il rencontrera également d'autres personnalités influentes sur la scène politique libyenne. Une deuxième tournée est programmée dans le Sud de la Libye.

La visite de M. Messahel s'inscrit dans le cadre des efforts incessants consentis par l'Algérie pour rapprocher les positions des frères libyens en faveur d'un règlement politique durable de la crise dans ce pays, à travers le dialogue interlibyen inclusif et la réconciliation nationale, à même de préserver l'intégrité territoriale de la Libye, son unité, sa souveraineté et la cohésion de son peuple.

En avril 2016, M. Messahel s'était rendu à Tripoli (capitale de la Libye) dans le cadre d'une visite, première du genre d'un ministre arabe et africain après l'installation des membres du gouvernement d'union nationale à Tripoli. Lors de cette visite, il a réitéré le soutien de l'Algérie pour le rétablissement de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Libye.

L'Algérie avait accueilli ces dernières toutes les parties politiques libyennes venues se concerter et échanger les points de vue sur l'avenir de leur pays. Ainsi, ont visité l'Algérie le président du gouvernement libyen d'union nationale, Fayez El-Serraj, qui s'est rendu en Algérie plusieurs fois, le président du Haut Conseil d'Etat libyen, Abderrhamane Souihli, en janvier dernier, une délégation parlementaire du Parlement libyen, une délégation de la région de Misrata, durant le même mois, ainsi qu'une autre délégation représentant l'opération "Al Bunyan Al Marsous", dirigée par le colonel Salem Mohamed Joha, en février de l'année en cours.

L'Algérie a reçu, fin 2016, le maréchal Khalifa Hafter, le vice-président du Conseil présidentiel libyen, Ahmed Miitig, en septembre 2016, le président du Parlement libyen, Akila Salah, en novembre de la même année.

Ces visites répétées et continues reflètent le souci de Algérie d'impliquer tous les Libyens dans le processus de règlement politique de la crise sans exclusive et sans ingérence étrangère.

Publié dans: ALGÉRIE

EL BAYDA (Libye) - Le président du Parlement libyen, Akila Salah, s'est félicité mercredi du soutien de l'Algérie en faveur du règlement de la crise en Libye, précisant que "l'Algérie est le pays le plus proche de la Libye et sa position,  claire depuis toujours, est d'une grande importance pour le règlement de la crise".

M. Akila qui intervenait à l'issue de sa rencontre avec le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue arabe, Abdelkader Messahel, a affirmé que "l'Algérie est le pays le plus proche de la Libye et celui qui connait le mieux les spécificités et coutumes du peuple libyen ainsi que sa composante sociale".

"La position de l'Algérie, claire depuis toujours, est fondée sur le respect du peuple libyen, le rejet de toute ingérence étrangère et la promotion du dialogue interlibyen", a indiqué le responsable libyen saluant par la même cette position "d'une grande importance pour le règlement de la crise".

M. Akila a affirmé avoir reçu de la part de M. Messahel des assurances concernant "la disponibilité de l'Algérie à apporter aide et assistance au peuple libyen pour qu'il puisse surmonter sa crise, l'Algérie étant pleinement consciente de la complexité de la situation en Libye, d'où son rejet de toute ingérence étrangère dans les affaires internes de la  Libye", a expliqué le responsable libyen.

"M. Messahel, venu en conseiller, partage notre conviction que la volonté du peuple libyen doit impérativement être respectée", a-t-il ajouté précisant que cette visite "traduit tout l'intérêt accordé par l'Algérie à la Libye".

Dans le même contexte, M. Akila a indiqué que "la Libye est indivisible et tout règlement doit être basé sur le dialogue sans exclusive aucune, afin de pouvoir construire un Etat démocratique basé sur l'alternance pacifique au pouvoir".

Lors de cette réunion qui s'est déroulée en présence des responsables, l'accent a été mis sur "les points essentiels au règlement de la crise, à savoir un dialogue interlibyen et le respect de l'accord politique avec une éventuelle modification de certains points au respect de la volonté du peuple libyen", a ajouté M. Akila qui a jugé impératif "de ne marginaliser ou d'exclure aucune partie". "La Libye est indivisible", a ajouté M. Akila.

Lors de la rencontre, M. Akila a souhaité la bienvenue à M. Messahel et adressé ses salutations au président de la République, Abdelaziz Bouteflika et au peuple algérien, tout en se félicitant de l'intérêt que porte l'Algérie à la Libye et de ses positions en faveur du dialogue et de rejet de toute ingérence étrangère.

M. Messahel est arrivé tôt dans la journée de mercredi à El Bayda (Est de la Libye) dans le cadre d'une tournée qui le conduira dans différentes régions de ce pays, au titre des efforts incessants consentis par l'Algérie en faveur du processus politique de règlement de la crise libyenne.

 

Messahel reçu par le président du Parlement libyen dans la ville d'El Bayda

 

Le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue arabe, Abdelkader Messahel s'est entretenu, mercredi à El Bayda (est de Libye), avec le président du Parlement libyen, Akila Salah, dans le cadre d'une tournée qu'il effectue pour soutenir le processus politique de règlement de la crise libyenne.

Arrivé mercredi à El Bayda à la tête d'une importante délégation, M. Messahel a été reçu par M. Akila Salah au Cabinet de l'Autorité chargée de rédiger la Constitution.

"L'Algérie était la première à avoir appelé à un dialogue interlibyen", a souligné le ministre mettant l'accent sur l'importance de ce dernier point pour mettre fin à la crise dans ce pays.

M. Messahel est arrivé tôt dans la journée de mercredi à El Bayda (Est de la Libye) dans le cadre d'une tournée qui le conduira dans différentes régions de ce pays, au titre des efforts incessants consentis par l'Algérie en faveur du processus politique de règlement de la crise libyenne. La prochaine tournée est programmée dans le sud de la Libye.

Cette tournée s'inscrit dans le cadre des efforts incessants consentis par l'Algérie pour rapprocher les positions des frères libyens en faveur d'un règlement politique durable de la crise dans ce pays, à travers le dialogue interlibyen inclusif et la réconciliation nationale, à même de préserver l'intégrité territoriale de la Libye, son unité, sa souveraineté et la cohésion de son peuple.

Publié dans: ALGÉRIE

BENGHAZI (Libye) - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue arabe, Abdelkader Messahel, s'est entretenu mercredi à Benghazi (est de la Libye) avec le maréchal Khalifa Hafter dans le cadre de sa tournée en Libye en faveur d'un règlement politique à la crise libyenne.

Accompagné d'une importance délégation, M. Messahel est arrivé mercredi à Benghazi, deuxième étape de sa tournée qu'il a entamée par la ville d'El Bayda (est de la Libye). Il a été reçu par le maréchal Khalifa Hafter au Quartier général des forces armées arabes libyennes.

La réunion a porté sur les derniers développements sur la scène politique libyenne et l'impératif soutien au dialogue interlibyen loin de toute ingérence étrangère sur la base de l'accord politique et de la réconciliation nationale.

M. Messahel avait auparavant rencontré le président du Parlement libyen, Akila Salah, dans la ville d'El Bayda (est de la Libye) où il a souligné que "le message qu'entend adresser l'Algérie à travers cette tournée est on ne peut plus clair: Il n'y pas d'alternative au +règlement politique consensuel interlibyen loin de toute ingérence étrangère+", évoquant "une éventuelle révision de l'accord politique sur la base des propositions formulées par les parties libyennes".

La visite de M. Messahel s'inscrit dans le cadre des efforts incessants consentis par l'Algérie pour rapprocher les positions des frères libyens en faveur d'un règlement politique durable de la crise dans ce pays, à travers le dialogue interlibyen inclusif et la réconciliation nationale, à même de préserver l'intégrité territoriale de la Libye, son unité, sa souveraineté et la cohésion de son peuple.

M. Messahel poursuivra sa tournée jeudi dans différentes régions et villes libyennes. La prochaine tournée est programmée dans le sud de la Libye dans le cadre du soutien au processus de règlement pacifique de la crise en Libye et la consolidation de la réconciliation nationale.

Publié dans: ALGÉRIE
mercredi, 19 avril 2017 11:35

Libye: arrivée de Messahel à Al Bayda

AL BAYDA (est de la Libye) - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, est arrivé mercredi à Al Bayda (est de la Libye) pour une visite de travail qui le mènera dans différentes régions du pays dans le cadre des efforts consentis par l'Algérie pour soutenir le processus  politique de règlement de la crise libyenne.

M. Messahel a été accueilli à l'aéroport international "Al-Abrak" de la ville d'Al Bayda, par plusieurs personnalités locales et où il a entamé sa tournée qui le conduira dans différentes villes et régions du pays pour y rencontrer des personnalités et autres acteurs de la scène politique libyenne.

Cette tournée s'inscrit dans le cadre des efforts soutenus de l'Algérie visant à rapprocher les positions entre les frères libyens en vue de parvenir à une "solution politique permanente à la crise libyenne à travers un dialogue inter-libyen inclusif et une réconciliation nationale" susceptibles de préserver l'intégrité territoriale de la Libye, sa souveraineté, son unité et la cohésion de son peuple.

En avril 2016, M. Messahel s'était rendu à Tripoli (capitale de la Libye) dans le cadre d'une visite, première du genre d'un ministre arabe et africain après l'installation des membres du gouvernement d'union nationale à Tripoli. Lors de cette visite, il a réitéré le soutien de l'Algérie pour le rétablissement de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Libye.

L'émissaire onusien pour la Libye, Martin Kobler, avait qualifié la visite de Messahel de "message de soutien fort à la stabilité de la Libye".

Dès le début de la crise libyenne, l'Algérie a prôné le processus politique et pacifique, encouragé les Libyens à entamer un dialogue franc et inclusif et appelé à la formation d'un gouvernement d'union nationale à Tripoli pour relever les défis institutionnels, politiques et sécuritaires.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Abdelkader Messahel, ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats Arabes, effectuera à partir de mercredi, une tournée qui le mènera dans plusieurs villes et régions libyennes, annonce mardi un communiqué du ministère des Affaires Etrangères.

La visite de M. Messahel "s’inscrit dans le cadre des efforts constants que l’Algérie n’a cessé de déployer en vue de rapprocher les positions des frères libyens pour une solution politique durable à la crise à travers le dialogue inclusif inter-libyen et la réconciliation nationale qui préserve l’intégrité territoriale de la Libye, sa souveraineté et l’unité et la  cohésion de son peuple", souligne le communiqué.

Cette tournée "sera suivie par une autre qui concernera d’autres localités et régions de ce pays frère et voisin", selon la même source.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER- Le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a réaffirmé lundi à Alger, la position de l'Algérie qui repose sur la non-ingérence politique et le rejet de toute intervention étrangère dans la résolution du conflit en Libye prônant la solution politique à travers un dialogue inclusif inter-libyen.

"La position de l'Algérie est toujours la même depuis le début de la crise en Libye et nous avons dit qu'il n'y avait pas d'autres alternatives à la solution politique, et ce dans le cadre d'un dialogue global qui rassemble tous les Libyens loin de toutes pressions afin de parvenir à l'unité, la souveraineté de la Libye ainsi que la cohésion du peuple", a déclaré M. Messahel en marge de la 4eme session plénière du Groupe de travail du Forum Global de lutte contre le Terrorisme (GCTF) sur le renforcement des capacités au Sahel (GTS), organisée à Alger.

Le ministre chargé des affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, a souligné qu'"en tant que pays voisin, frère et partageant une histoire avec la Libye, il était du devoir de l'Algérie d'être à l'écoute des préoccupations des Libyens", estimant toutefois que l'ingérence

et les interventions militaires étrangères sont "génératrices de chaos" et ne font pas partie de la culture de l'Algérie.

"Nous souhaitons que la solution du conflit en Libye émane des Libyens, qu'il y ait un dialogue inter-libyen loin de toutes interventions internationales", a soutenu M. Messahel.

Selon M. Messahel, la Libye recèle de grands potentiels, "des femmes et des hommes avec de grandes compétences capables de trouver une solution à travers un dialogue inclusif".

A cet effet, "l'Algérie continue d'apporter son aide à toutes les parties en Libye, et travaille pour le rétablissement de la paix et la stabilité dans ce pays qui est une continuité de la stabilité de toute la région et des pays voisins", a-t-il ajouté.

M. Messahel a, en outre, évoqué les nombreuses visites effectuées par les responsables Libyens et Algériens, annonçant la venue à Alger dans les prochains jours du Président du Conseil présidentiel du gouvernement d'entente nationale de Libye, Fayez Serradj.

A travers les nombreuses rencontres effectuées dans différentes capitales des pays du Sahel, M. Messahel a affirmé que tous les pays étaient unanimes à souligner l'importance de trouver une solution politique loin de toute intervention étrangère.

"Notre but est d'avoir un seul agenda pour les Libyens, se basant sur la réconciliation nationale, le dialogue inclusif et la défense de l'unité du territoire libyen, en parallèle nous travaillons à avoir un agenda commun pour les pays du Sahel et pour la communauté internationale, dans le but d'accompagner les Libyens à résoudre le conflit et non pas pour interférer", a-t-il conclu.

Les travaux de la 4eme session plénière du Groupe de travail du Forum Global de lutte contre le Terrorisme (GCTF) sur le renforcement des capacités au Sahel (GTS), qui ont débuté lundi à Alger s'étaleront sur deux jours à huis clos co-présidée par l’Algérie et le Canada.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER- Le président de la Chambre des représentants de Libye, Saleh Aguila a salué, dimanche à Alger, l'attachement du président de la République, Abdelaziz Bouteflika à la préservation de l'unité de la Libye, en appelant à la réconciliation nationale, indique dimanche un communiqué du conseil de la Nation.

Lors de son entretien avec le président du conseil de la Nation, Abdelkader Bensalah, le président de la Chambre des représentants de Libye a salué "l'attachement du président Abdelaziz Bouteflika à la préservation de l'unité de la Libye et ses efforts en faveurs de la réconciliation nationale entre toutes les parties libyennes à travers le rapprochement des vues".

De son côté, M. Bensalah a précisé que "la fin de la crise passe impérativement par le dialogue et la réunification des rangs loin de toute ingérence étrangère", affirmant que "la solution ne peut être que purement libyenne".

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER- Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a reçu dimanche le président de la Chambre des représentants de Libye, Aguila Saleh, indique les services du Premier ministre dans un communiqué.

L'audience a permis d'"évaluer la situation politique et sécuritaire en Libye à la lumière du dialogue national inter-libyen engagé", précise la même source.

M. Aguila a, dans ce cadre, tenu à rendre "un hommage particulier à l'Algérie pour les efforts déployés dans la recherche et la mise en oeuvre d'une solution politique garantissant la sécurité, la stabilité, la souveraineté et l'unité du peuple libyen".

L'entretien s'est déroulé en présence du ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, s'est entretenu à Malabo (Guinée Equatoriale) avec le président du Conseil présidentiel du gouvernement d'entente nationale de Libye, M. Faïz Serradj, indique samedi un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Au cours de cet entretien, qui s'est déroulé en marge du 4ème Sommet Afrique-monde arabe, M. Faïz Serradj a abordé l'évolution de la situation dans son pays et les étapes franchies concernant le processus actuellement en cours, dans le cadre du règlement politique de la crise en Libye.

M. Serradj a chargé M. Messahel de transmettre ses remerciements au président de la République, Abdelaziz Bouteflika pour le soutien de l’Algérie au processus de règlement de la crise en Libye.

M. Messahel a saisi cette occasion pour réitérer la "position constante" de l'Algérie "à la dynamique de paix initiée dans ce pays frère et voisin, fondée sur la solution politique, le dialogue inclusif et la réconciliation nationale dans le cadre du respect de sa souveraineté nationale, de son intégrité territoriale et de sa cohésion nationale".

 

Les derniers développements de la situation en Libye au centre d'un entretien téléphonique entre Messahel et Winer

 

Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a reçu une communication téléphonique de l'ambassadeur Jonathan Winer, Envoyé spécial américain pour la Libye, indique samedi un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Au cours de l'entretien, la discussion a porté notamment sur les derniers développements de la situation en Libye tant sur le plan politique, qu'économique et sécuritaire ainsi que sur les efforts visant à encourager l'accélération du processus politique de règlement de la crise en Libye dans le cadre de la solution politique au conflit dans ce pays voisin, précise la même source.

Il a été, également, question des efforts consentis pour le rapprochement des parties libyennes, dans le cadre du dialogue libo-libyen et des perspectives d'accompagnement par la communauté internationale au règlement de la crise  libyenne, ajoute le communiqué du MAE.

 

Messahel s'entretient avec le Président de la Chambre des Représentants de Libye Saleh Aguila

 

Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, s'est entretenu samedi à Alger avec le Président de la Chambre des Représentants de Libye Saleh Aguila, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

"Dans le cadre de son séjour en Algérie, Monsieur Saleh Aguila, Président de la Chambre des Représentants de Libye, s’est entretenu, ce jour, avec le Ministre Abdelkader Messahel, Ministre des Affaires Maghrébines, de l’Union Africaine et de la Ligue des Etats Arabes", précisé le communiqué.

"Ces entretiens, qui se sont déroulés en présence de plusieurs députés libyens, ont porté sur l’évaluation de la situation en Libye", ajoute le texte, soulignant qu'"à cette occasion, il a été rappelé l’importance d’un dialogue inter-libyen inclusif, devant conduire à une sortie de crise et à la réconciliation nationale".

Publié dans: ALGÉRIE

Illizi - Des aides humanitaires ont été acheminés jeudi au profit des populations libyennes établies dans les zones frontalières, a-t-on constaté.

Retenues au titre des efforts prônés par l’Etat algérien en faveur du peuple frère et voisin libyen, ces aides, acheminées à bord d’un avion-cargo relevant de l’Armée nationale Populaire (ANP), en provenance de la base aérienne de Boufarik vers l’aéroport de "Tisska" de Djanet (wilaya d’Illizi), consistent en des produits alimentaires de première nécessité , qui seront acheminées aux

profit des populations frontalières par le poste frontalier de Tinelkom, 210 km de la ville de Djanet.

Supervisé par les unités de l’ANP, en coordination avec les services du croissant rouge algérien (CRA), cet élan de solidarité, préconisé par l’Etat algérien en faveur des populations frontalières libyennes, s’assigne comme objectifs la consolidation et le raffermissement des relations fraternelles et de coopération avec les pays voisins, a-t-on indiqué.

Publié dans: RÉGIONS

ALGER- L'Algérie a décidé d'une nouvelle aide humanitaire en faveur du "peuple libyen frère", témoignant, ainsi, son "entière solidarité" avec ce pays, indique mercredi le ministère des Affaires étrangères (MAE) dans un communiqué.

"Cette aide, qui sera incessamment acheminée, est destinée aux populations frontalières et s'ajoute à celles déjà octroyées durant ces dernières années au peuple frère et voisin libyen", rappelle la même source.

"Par ce geste, l'Algérie témoigne, de nouveau, son entière solidarité avec la Libye et s'inscrit dans le prolongements des efforts inlassables qu'elle a constamment déployés pour venir en aide notamment aux populations établies dans les zones frontalières et à aider ce pays à surmonter les difficultés auxquelles il fait face", ajoute le MAE.

Publié dans: MONDE

MARSEILLE - Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a affirmé vendredi à Marseille que le gouvernement libyen d’entente national "a besoin de l’appui et du soutien de tous".

"Le gouvernement d’entente nationale de M. Fayyez Sarraj, détenteur de la légitimité internationale et représentant exclusif du peuple libyen auprès de la communauté internationale, a besoin de l’appui et du soutien de tous, en particulier des pays voisins, pour pouvoir asseoir son autorité légitime sur l’ensemble du territoire libyen", a-t-il souligné dans son intervention à la 13e réunion ministérielle du "Dialogue 5+5" sur la Méditerranée occidentale.

Indiquant que l’Algérie "suit avec un intérêt particulier" la situation en Libye avec laquelle elle a une longue frontière commune, le chef de la diplomatie algérienne a affirmé que la solution dans ce pays "ne peut être qu’une solution politique".

"Je peux affirmer, sans risque de me tromper, que nous sommes tous d’accord dans cette salle que la solution au conflit libyen ne peut être qu’une solution politique dans le respect de la souveraineté nationale, de l’intégrité territoriale et de l’unité du peuple libyen frère", a-t-il souligné, appelant les pays membres du "Dialogue 5+5" à "appuyer, par tous les moyens", le gouvernement d’entente nationale, "auquel incombe, en premier et dernier lieu, la responsabilité d’assurer la sécurité de son peuple et de ses frontières".

Pour le ministre, "tout atermoiement" dans le règlement de la crise libyenne "sert avant tout l’agenda du terrorisme et ses connexions liées au crime organisé et à toutes les formes du trafic transfrontalier".

Il a cité en particulier le trafic de drogue, le trafic d’armes, le recrutement de terroristes étrangers et l’immigration illégale qui "constituent dans leur ensemble une menace à la paix et à la stabilité non seulement de la Libye mais l’ensemble de la région".

Publié dans: MONDE

ALGER - Le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP) a reçu, jeudi au siège de l'état-major de l'ANP, à sa demande, le général-major Mohamed M'hamed Mostapha Al-Ajtal, chef d'état-major général de l'Armée libyenne, désigné par le Gouvernement d'union nationale libyenne.

Cette rencontre intervient en marge de la participation du chef d'état-major général de l'Armée libyenne à la 8e réunion des chefs d'état-major des pays de l'Initiative "5+5 Défense", dont la présidence tournante est assurée par l'Algérie, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale.

Cette entrevue était une occasion pour les deux parties de "passer en revue le contexte régional à la lumière des efforts qu'a déployés et déploie encore l'Algérie, aux plans régional, international et onusien, pour rétablir la sécurité et la stabilité dans ce pays frère", précise-t-on de même source.

Des officiers généraux du ministère de la Défense nationale et de l'état-major de l'ANP et les membres de la délégation libyenne ont pris part à l'audience.

A l'issue de cette rencontre, les deux parties se sont échangé des présents symboliques et le chef d'état-major général de l'Armée libyenne a signé le Livre d'Or de l'état-major de l'ANP, ajoute le communiqué.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Le président du Conseil présidentiel du gouvernement d'entente nationale de Libye, Faïz Serradj a achevé mardi sa visite de deux jours en Algérie lors de laquelle il a prôné le dialogue inclusif et la réconciliation nationale, affirmant que le processus de paix engagé dans son pays dans le cadre

du respect de la souveraineté nationale est la seule issue pour le dénouement de la crise libyenne qui entame déjà sa cinquième année.

Au cours de son séjour durant lequel il a été reçu par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, M. Serradj a évoqué avec les responsables algériens les derniers développements de la situation dans son pays et les efforts en cours dans le cadre du règlement politique du conflit libyen en réaffirmant que seul le peuple libyen peut décider de son avenir.

La visite a été une occasion pour réitérer la position constante de l'Algérie en faveur du processus de paix engagé dans ce pays et privilégiant la solution politique, le dialogue inter-libyen et la réconciliation nationale loin de toute ingérence étrangère.

Dans ce contexte, Le président du Conseil présidentiel libyen a salué le rôle de l'Algérie et son soutien constant à la Libye au cours des dernières décennies tout en souhaitant "prospérité, paix et sécurité aux deux pays".

Lundi, le ministre des Affaires étrangères libyen, Mohamed Tahar Siyala qui accompagne le président du Conseil présidentiel, a indiqué --lors d'une conférence de presse co-animée avec le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel--, que le "Conseil présidentiel libyen s'emploie à concrétiser la réconciliation nationale entre les enfants du peuple libyen, considérant que seule une réconciliation nationale globale impliquant tous les Libyens sans exclusive est à même d'apporter une solution efficace à la crise dans le pays".

"Les ingérences étrangères affichées ou masquées entravent la réconciliation nationale en Libye", a soutenu le MAE libyen faisant remarquer que la diplomatie libyenne s'attelait actuellement "à convaincre les autres parties de laisser les Libyens décider de leur avenir par eux mêmes".

 

Pressions sur les parties entravant le processus de règlement de la crise

 

A la même occasion, M. Siyala a appelé la communauté internationale à exercer des pressions sur les parties entravant le processus de règlement politique en Libye afin de les amener à interagir positivement avec les efforts consentis par le Conseil présidentiel et le gouvernement d'union nationale.

Dans ce contexte, M. Siyala a affirmé que "toute option qui prône la renégociation de l'accord politique ne fera qu'entraver le processus de règlement pacifique de la crise", estimant que la situation en Libye n'avait pas besoin d'une renégociation d'un accord objet d'un consensus international dont celui de l'ONU, du Conseil de sécurité, de l'Union Africaine (UA) et de la Ligue arabe.

 

L'Algérie oeuvre pour la stabilité et la paix en Libye

 

Pour sa part, M. Messahel a souligné en présence du MAE libyen la disponibilité de l'Algérie à  garantir l'"accompagnement aux Libyens dans ce processus jusqu'à sa concrétisation", précisant que "l'Algérie n'a eu de cesse de souligner que le règlement de la crise en Libye ne peut se faire sans le dialogue et la réconciliation nationale".

Selon M. Siyala, la Libye avait demandé officiellement à l'Algérie de lui faire connaître les mécanismes de son expérience dans ce domaine ainsi que des législations y afférentes, en vue d'en tirer profit.

"Nous voulons bénéficier de la politique de la réconciliation nationale initiée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika", a indiqué le ministre libyen qui a souligné que "le Conseil présidentiel demeure convaincu que la résolution de la crise en Libye ne peut se faire que par les Libyens eux-mêmes et à travers une réconciliation effective".

M. Messahel a affirmé que "l'Algérie avait toujours préconisé le soutien politique et le dialogue inter-libyen et cela à travers plusieurs réunions tenues en Algérie ou ailleurs".

"En tant que partenaire régional, nous oeuvrons pour la paix et la stabilité dans ce pays voisin avec qui nous partageons une longue histoire", a affirmé M. Messahel.

"La Libye est aujourd’hui menacée par le terrorisme, la drogue, l'immigration clandestine et le crime organisé, tous ces fléaux demandent une lutte conjointe de tous les pays de la régions car la stabilité de la Libye est la stabilité de toute la région", a-t-il ajouté.

Dans le cadre du suivi de la situation en Libye, une réunion du Comité des cinq (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Tchad, Niger) élargie aux pays du voisinage (Algérie, Tunisie, Egypte, Soudan, Tchad, Niger) à l'initiative de l'Union africaine (UA) sera organisée fin octobre, a, par ailleurs,  annoncé M. Messahel, sans, toutefois, parler du lieu de cette réunion.

Publié dans: ALGÉRIE
Page 1 sur 4
banner-aps