Connexion

Connectez-vous à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Rester connecté(e)

Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |26/03/2017

USD 61$ in 107.77 in 114.35
EUR 1€ in 116.20 in 123.33
JPY 100¥ in 96.83 in 102.75
GBP in 134.60 in 142.83

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

29/03/2017 04:24

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube  

Vous êtes ici : ACCUEIL»MONDE»Algérie Presse Service - MONDE

ALGER - Le modèle européen d’intégration graduelle institué par le Traité de Rome pourrait servir de source d’inspiration pour les autres regroupements régionaux, a indiqué à Alger le Secrétaire Général du ministère des Affaires étrangères, Hassane Rabehi, à l'occasion du 60ème anniversaire du Traité de Rome, célébré lundi par l'ambassade d'Italie.

"Nous sommes parmi ceux qui considèrent que ce modèle européen d’intégration graduelle pourrait servir de source d’inspiration pour les autres regroupements régionaux tels que celui que nous ambitionnons de construire au niveau Maghrébin à travers l’Union du Maghreb Arabe et celui que nous avons édifié au niveau africain dans le cadre de l’Union africaine", a souligné M. Rabehi

Les pères fondateurs de l’Union européenne (UE) à travers les Traités de Rome ont su, a soutenu M. Rabehi, "jeter les bases pérennes d’une intégration graduelle fondée sur une approche coopérative de complémentarité et de partage des coûts et des avantages. Un Modèle qui a fait ses preuves durant six décennies en contribuant à l’édification d’un  espace de paix, au lendemain des deux guerres mondiales, et d’un ensemble économique qui pèse dans l’économie mondiale en dépit des crises conjoncturelles".

A ce titre, a noté M. Rabehi, l'Algérie, à l’instar des autres partenaires méditerranéens, a souverainement choisi de nouer des relations globales et multidimensionnelles avec l'UE et ses Etats membres à travers la conclusion d’un Accord d’association".

"Nous souhaitons et nous voulons que cette construction européenne soit fondée sur des valeurs universelles fondamentales de tolérance, de respect des droits humains, d’intégration des étrangers et de rapprochement entre les peuples et éloignée des dérives de rejet de l’autre, du racisme, du repli sur soi, de la xénophobie, de l’islamophobie que développent les tenants de l’extrémisme de tous bords et du discours populiste qui profitent des situations de crises pour essayer de s’installer dans le paysage politique et social européen", a-t-il ajouté.

L'initiative du choix d'Alger pour célébrer cet évènement politique européen important, vient, a fait remarquer le SG des Affaires étrangères, "témoigner de la qualité des relations entre l’Algérie et l’Italie, liés par un Traité d’amitié et de coopération".

"Nous demeurons confiants que les idéaux de paix, de convivialité, de démocratie et de prospérité partagée de l’Union européenne, entres ses peuples et avec ceux de ses voisins du sud de la Méditerranée, demeureront et transcenderont les visées de la division et de la fracture entre nos deux régions voisines afin de relever ensemble les défis communs et  d’exploiter nos nombreux atouts respectifs dans l’intérêt de nos relations et de notre région", a-t-il ajouté.

M. Rabehi a également émis le souhait de voir continuer avec succès l’édification d’une Union européenne qui soit "ouverte et acteur international dans l’intérêt du multilatéralisme et du respect de la légalité internationale en contribuant avec ses fondements de paix et de dialogue à la résolution des conflits dans le monde et à l’avènement d’une ère de paix et de sécurité ainsi que de prospérité partagée dans notre région".

C’est en effet, a assuré M. Rabehi, "le souhait de l'Algérie qui réitère son engagement à développer et à approfondir ses relations de dialogue, de coopération et de partenariat avec l’Union européenne, ses Etats membres et ses Institutions sur la base du respect mutuel, de l’équilibre des intérêts et de la solidarité.

 

Relations denses et fortes entre l'Algérie et l'UE

 

De son côté, le directeur de la Coopération avec l’Union européenne (UE) et les institutions européennes au ministère des Affaires étrangères, Ali Mokrani, a indiqué que l’Algérie, pour des considérations objectives liées entre autres à la géographie, à l’histoire, à la dimension humaine (migration et mobilité) et aux intérêts économiques, "développe avec l'UE des relations denses et fortes".

Ces relations qui étaient à leur début concentrées sur le commerce ont évoluées pour atteindre crescendo la dimension globale dans le cadre de l’Accord d’association qui est articulé autour de trois volets : politique, économie et humain. Après plus de dix ans de la mise en vigueur, de cet accord, a-t-il dit, "présente un bilan qui reste dominé par le commerce en faisant de l’UE, son premier partenaire".

Une évaluation conjointe de cet Accord a été conduite avec succès, endossée à la définition des priorités communes de partenariat au titre de la Politique européenne de voisinage révisée qui ne manqueront certainement pas de redynamiser et de rééquilibrer les relations algéro-européennes, a rappelé M. Mokrani.

Dans ce contexte, l’Algérie attend que son partenaire européen puisse l’accompagner de manière substantielle dans la diversification de son économie et la promotion de ses exportations hors hydrocarbures, le renforcement de ses capacités humaines, institutionnelles et managériales et le développement du partenariat énergétique.

L’UE, a rappelé l'intervenant, "a été construite grâce à des instruments d’appui aux nouveaux Etats membres à travers les fonds structurels et les mécanismes internes de péréquation et de répartition des subventions multiformes", estimant que "la même démarche volontariste adoptée en interne ainsi que la règle de différenciation positive devraient  s’appliquer pour les pays partenaires méditerranéens dont l’Algérie (...)".

Outre les relations bilatérales, l’Algérie et l’UE sont associées dans d’autres foras régionaux (Cadre 5+5, Union pour la Méditerranée, Processus Europe- Afrique, Dialogue euro arabe et Dialogue euro-maghrébine) dans lesquels ils dialoguent pour relever les défis communs de sécurité et de développement et exploiter les opportunités de coopération en vue de l’édification des liens de bon voisinage et d’un espace commun de paix et de prospérité partagée.

Etaient présents à la cérémonie commémorative du Traité de Rome, l’ambassadeur d’Italie en Algérie, Pascale Ferrara, le président de l’Institut des Affaires Internationales et ancien Commissaire européen, Ferdinando Nelli Feroci.

Plusieurs thématiques ont été abordées comme la genèse des Traités de Rome, l’évolution historique de l’intégration européenne, les dimensions humaines et économiques autour respectivement de la migration et la mobilité ainsi que de l’entreprise.

Signés le 25 mars et entrés en vigueur le 14 janvier 1957, les Traités de Rome sont le fruit de neuf mois d’âpres négociations dans la banlieue bruxelloise de Val Duchesses entre six pays fondateurs (Italie, France, Belgique, Pays bas, Luxembourg qui sont les trois Etats du Benelux et l’Allemagne). Les documents ont jeté les fondations de manière graduelle, après notamment l’Acte unique européen (1986), les Traités de Maastricht (1992), d’Amsterdam (1997), de Nice (2001) et de Lisbonne (2009) d’un géant économique mondial et d’une union politique en construction qu’est l’Union européenne.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - L'Algérie a condamné "énergiquement", jeudi, le double attentat terroriste perpétré mercredi dans la capitale syrienne Damas, réitérant sa "forte" indignation face à ces "actes criminels" et réaffirmant l'impératif d'une solution politique pacifique, "seul moyen à même de rétablir la sécurité et la stabilité en Syrie".

"Nous condamnons énergiquement le double attentat terroriste perpétré mercredi dans la capitale syrienne Damas", a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif dans une déclaration à l'APS, ajoutant que "face à ces actes ignobles, nous présentons nos condoléances aux familles des victimes et exprimons notre solidarité avec la Syrie, pays frère".

"Tout en réitérant notre forte indignation face à de tels actes criminels et en réaffirmant l"impératif de doubler d'efforts aux plans international et régional pour éradiquer le terrorisme, nous soulignons l'importance d'une solution politique pacifique, seul moyen à même de rétablir la sécurité et la stabilité en Syrie", a soutenu M. Benali Cherif.

"Nous souhaitons que le processus de dialogue sur la crise syrienne aboutisse à une issue à même de mettre fin à l'effusion de sang et à la souffrance du peuple syrien, préserver sa souveraineté, son indépendance et l'intégrité territoriale de son pays", a poursuivi Benali Cherif.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - L'Algérie qui a participé à la 51ème édition de la Bourse internationale du tourisme de Berlin (ITB), en Allemagne du 8 au 12 mars, a présenté toutes les facettes touristiques et culturelles pour promouvoir la destination Algérie.

Sous la conduite de l'Office national du tourisme (ONT), une quinzaine d'agences des structures public et privé y ont participé avec un riche programme qui fait ressortir le potentiel touristique de l'Algérie ainsi que la diversité de son patrimoine culturel, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Des spots publicitaires sur les sites et les lieux touristiques que renferme l'Algérie sont projetés au niveau d'un stand de 100 m² où sont, par ailleurs, exposés des prospectus et des dépliants ainsi que des CD en anglais et en allemand pour la promotion de la destination Algérie. Des supports publicitaires sont également distribués aussi bien aux professionnels qu'au public.

Une "Journée de l'Algérie" a été programmée durant cette manifestation, le 9 mars.

Le stand algérien se distingue également par la présence de deux artisans qui, à travers leur création, ont parfaitement illustré d'autres facettes de la destination Algérie.

Ainsi, des produits de maroquinerie ornés de motifs arabesques, touaregs et berbères, fabriqués à la main, ont été exposés par l'artisan Nasserdine  Semrouni qui est parvenu à travers ses oeuvres, à conjuguer la modernité avec la tradition.

Les bijoux traditionnels étaient également à l'honneur grâce aux diverses pièces présentées par l'artisan Rachid Hadj Rabia qui a également offert au public féminin la possibilité de se faire des tatouages au henné.

La fantaisie et le rêve étaient également au rendez-vous. En effet, dans un décor aménagé à cet effet, Naceur Aceval, un conteur algérien établi à Stuttgart, a su embarquer le public dans un voyage magique fait du contes puisés du patrimoine collectif algérien et racontés en langue allemande, entrecoupés parfois de quelques citations en arabe dialectal, illustrant parfaitement l'hospitalité et la générosité qui caractérisent le peuple algérien.

La Bourse internationale du tourisme de Berlin, qui enregistre plus de 10.000 exposants représentant 184 pays, est l'une des plus grandes manifestations touristiques au monde.

C'est un espace d'échange pour les acteurs de l'industrie touristique, qui permet aux visiteurs de découvrir les opportunités et les nouveautés proposées par les différentes destinations touristiques.

Publié dans: ECONOMIE

ALGER - L'Algérie a condamné dimanche dans les termes les "plus forts" l'attaque terroriste contre une patrouille de police à Kébili, au sud de la Tunisie, exprimant sa solidarité avec le gouvernement et le peuple tunisiens dans leur lutte contre le terrorisme.

"Nous condamnons dans les termes les plus forts l'attaque terroriste lâche perpétré dans la nuit de samedi à dimanche contre une patrouille de police à Kébili, au sud de la Tunisie", a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, dans une déclaration à l'APS.

"Nous exprimons notre solidarité avec le gouvernement et le peuple tunisiens frères dans leur lutte déterminée contre le terrorisme et dans leur combat pour vaincre tous ceux qui visent à porter atteinte à la paix, la sécurité et la stabilité de la Tunisie sœur et à entraver le processus démocratique et l'œuvre de développement dans ce pays", a-t-il ajouté.

"Nous réitérons notre ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et manifestations et appelons la communauté internationale à poursuivre les efforts pour dégager les synergies nécessaires pour combattre ce phénomène jusqu'à son éradication", a conclu le porte-parole du MAE.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - L'Algérie a condamné vigoureusement le double attentat terroriste perpétré ce samedi dans la capitale syrienne Damas contre d'innocents citoyens de différents pays arabes.

"Nous condamnons vigoureusement le double attentat terroriste perpétré ce samedi dans la capitale syrienne Damas contre d'innocents citoyens de différents pays arabes, qui a causé la perte de nombreuses vies humaines et dans lequel plusieurs personnes ont été blessées", indique samedi le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Abdelaziz Benali Cherif dans un communiqué.

"En cette tragique circonstance, nous réitérons notre solidarité naturelle avec le peuple et le gouvernement syriens ainsi qu’avec les peuples et les Gouvernements des autres pays frères touchés par cet acte haineux", ajoute la même source.

"Nous réaffirmons notre engagement à combattre le terrorisme sous toutes ses formes et à continuer d’assumer nos responsabilités au sein de la communauté internationale pour le défaire", souligne le communiqué.

"En exprimant nos condoléances les plus attristées aux familles des victimes de cet attentat terroriste et nos vœux de prompt rétablissement aux blessés, nous en appelons à une solidarité et à une coopération accrues pour renforcer la sécurité arabe collective contre le phénomène du terrorisme", conclut le communiqué.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - L'Algérie a condamné la "lâche" attaque terroriste perpétrée, dimanche, contre la base de Boulikessi au Mali, faisant onze victimes parmi les soldats maliens, a indiqué, lundi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

"Nous condamnons la lâche attaque terroriste perpétrée hier contre la base de Boulikessi au Mali, qui a fait onze victimes parmi les valeureux soldats maliens", a affirmé Abdelaziz Benali Cherif, dans une déclaration à l'APS, en présentant les condoléances de l'Algérie aux familles des victimes et exprimant sa "solidarité avec le gouvernement et le peuple maliens frères".

Il a souligné que "comme les précédentes, cette nouvelle attaque restera vaine devant les avancées et les acquis significatifs réalisés grâce à la détermination de tous les Maliens engagés dans un processus de réconciliation nationale, de développement et de paix".

"L'Algérie en sa qualité de chef de file de la médiation internationale et président du Comité de suivi de l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d'Alger, ne ménagera aucun effort pour accompagner le Mali frère dans la concrétisation des objectifs projetés à travers la mise en œuvre de cet accord qui est entré dans une phase décisive et prometteuse à la faveur du lancement de l'opération d'installation des autorités intérimaires", a assuré le porte-parole du MAE.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelalziz Benali Chérif a affirmé jeudi qu’une équipe de l'ambassade d'Algérie en Irak a accompagné la journaliste algérienne blessée Samira Mouaki à l'aéroport de Baghdad pour son retour dans le pays.

A une question de l'APS sur les développements de l'affaire de la journaliste Samira Mouaki blessée en Irak, Benali Chérif a indiqué qu'"une équipe de notre ambassade a accompagné la journaliste et sa famille à l'aéroport de Baghdad pour son retour au pays".

"Nous notons avec satisfaction l'évolution positive de la santé de la journaliste algérienne Samira Mouaki Benani et cette amélioration a été confirmée par un examen minutieux effectué mercredi par les membres du staff médical qui l'ont autorisée à voyager en lui recommandant d'observer le repos total durant sa période de convalescence compte tenu de son état psychologique découlant des blessures graves qu'elle a subies", a assuré le porte-parole du MAE.

Le responsable a exprimé sa gratitude aux frères irakiens pour "l'attention fraternelle qu'ils lui ont accordée depuis sa blessure". Il a rendu hommage aux autorités et au gouvernement de l'Irak frère pour "l'intérêt particulier dont ils l'ont entourée à travers la prise en charge sanitaire ainsi que pour la solidarité du peuple irakien avec elle."

"Nous avons perçu cet intérêt à tous les niveaux au près des frères irakiens à la faveur du suivi quotidien de son état par notre ambassade à Baghdad", a-t-il ajouté.

Benali Chérif a rappelé que l'affaire de la journaliste Samira Mouaki Benani a été amplement évoquée par le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangère Ramtane Lamamra lors de sa rencontre avec son homologue irakien Ibrahim Al Jaafari en marge de la 34e session du Conseil des droits de l'Homme.

MM. Lamamra et Al-Jaafari ont également évoqué le dossier de la coopération consulaire bilatérale, a fait savoir le porte-parole du MAE.

Publié dans: ALGÉRIE

GENEVE - Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a réitéré, mardi à Genève, l'engagement et l'attachement de l'Algérie à l'Etat de droit et à la protection des droits de l'Homme.

Le ministre qui s'exprimait dans le cadre de sa participation à Genève au segment de haut niveau de la 34ème session du Conseil des droits de l'Homme, a rappelé, à cet égard, le vaste processus de réformes engagé par l'Algérie, depuis avril 2011, à l'initiative du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, couronné par l'amendement de la Constitution.

Tout en énumérant les grands axes de cet amendement, le ministre d'Etat a indiqué que cette révision "devrait renforcer et consolider l'Etat de droit, les libertés, la démocratie participative, l'égalité des chances entre les hommes et les femmes, le rôle de l'opposition, la séparation des pouvoirs et l'indépendance de la justice".

M. Lamamra a souligné que les prochaines élections législatives, prévues le 4 mai prochain, s'inscrivent dans cette optique de réforme et du renouveau.

 

Il a précisé que "par souci de transparence, ces élections se dérouleront, pour la première fois, sous la supervision de la Haute instance indépendante de surveillance des élections qui a été mise en place par la Constitution révisée".

 

En outre, des observateurs internationaux sont invités à "se déployer durant tout le processus à travers tout le territoire national", a-t-il mentionné.

Mettant en évidence le caractère universel des droits de l'Homme et l'impératif de leur protection, le chef de la diplomatie algérienne a exhorté la communauté internationale à "oeuvrer pour le respect des droits de l'Homme des peuples palestinien et sahraoui".

M. Lamamra a réaffirmé, à ce propos, "l'appui de l'Algérie au peuple palestinien, victime de la négation de ses droits nationaux inaliénables des agissements de l'occupant visant à modifier les données géographiques, démographiques et sociologiques ainsi que les repères civilisationnels".

Il a, à cet égard, dénoncé la loi votée dernièrement régularisant l'expropriation et l'implantation de nouvelles colonies de peuplement dans les territoires palestiniens occupés.

Evoquant la situation au Sahara occidental, M. Lamamra a fait observer que "le peuple de ce territoire, la dernière colonie d'Afrique, continue d'être victime de l'occupation de sa terre et de la confiscation de son aspiration légitime à choisir librement son destin à travers l'exercice de son droit à l'autodétermination".

Le ministre a mis en évidence la responsabilité des Nations Unies s'agissant du "parachèvement de la décolonisation de ce territoire et l'obligation de se préoccuper davantage de la situation qui y prévaut en matière des droits de l'homme.

L'intervention de M. Lamamra a été également l'occasion pour dénoncer l'islamophobie qui est contraire, a-t-il fait remarquer, à "l'esprit de la coexistence et de tolérance et à l'exigence du respect des convictions et des croyances de tous sans distinction".

Il a appelé au "dialogue, à la coopération et au respect de la diversité des cultures qui constituent le garant d'une évolution de l'humanité vers un avenir meilleur".

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER- L'Algérie a condamné "avec force" l'attaque terroriste perpétrée mercredi dernier contre une patrouille de l'armée nigérienne dans la zone d'Ouallam (ouest), et a exprimé sa solidarité avec le peuple et le gouvernement de ce "pays frère".

"L'attaque meurtrière qui a ciblé, mercredi soir, une patrouille de l'armée nigérienne et dans laquelle quinze vaillants soldats nigériens ont trouvé la mort, est un acte terroriste lâche que nous condamnons avec force", a indiqué vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE), Abdelaziz Benali Cherif, dans une déclaration à l'APS.

"Nous présentons aux familles et proches des victimes nos sincères condoléances et exprimons notre solidarité avec le peuple et le gouvernement frères du Niger, comme nous réitérons notre condamnation du terrorisme", a-t-il souligné.

Le porte-parole du MAE a exprimé la conviction de l'Algérie que le terrorisme "ne peut venir à bout de la détermination du Niger et de son peuple, lesquels sont prêts à lui faire face quels qu'en soient les sacrifices".

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER- Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE), Abdelaziz Benali Cherif, a démenti jeudi les informations "alarmistes et non fondées" publiées sur les réseaux sociaux et certains médias électroniques étrangers, sur l’état de santé de la journaliste algérienne, Samira Mouaki Benani, blessée en Irak.

Le Porte-parole du MAE, qui répondait à une question de l'APS, a rassuré la famille, les proches de la journaliste et tous ceux qui ont témoigné leur sympathie à Samira Mouaki Benani.

Il  a, par ailleurs, indiqué que les services du ministère des Affaires étrangères étaient "en contact permanent avec notre ambassadeur à Baghdad qui a rendu visite, hier et aujourd’hui, à notre compatriote hospitalisée".

M. Benali Cherif a précisé que l’équipe médicale spécialisée irakienne en charge du suivi de la patiente algérienne, est "optimiste" quant à l’évolution "positive" de son état de santé.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - L'Algérie a condamné dans les termes "les plus forts" l'attaque terroriste "barbare" qui a frappé dimanche la capitale somalienne Mogadiscio et exprimé sa solidarité à l'égard du peuple et du gouvernement de Somalie.

"Nous condamnons dans les termes les plus forts cette attaque barbare et présentons nos condoléances aux familles et aux proches des victimes et assurons de notre sympathie et de notre solidarité le peuple et le gouvernement frères de Somalie", a déclaré à l'APS, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif.

Il a ajouté qu'"au moment où la Somalie et le peuple somalien envisagent, avec optimisme, d’inaugurer une ère de paix, de stabilité et de réconciliation nationale à la faveur de la tenue récente de l’élection présidentielle, le terrorisme aveugle redouble de férocité et persévère dans sa funeste entreprise visant à semer la désolation et le chao dans ce pays".

Pour le porte-parole du MAE, l'acte terroriste perpétré hier à Mogadiscio qui a fait plusieurs victimes, "est une nouvelle manifestation de la volonté des terroristes d’imposer le désordre par la violence et la terreur à un peuple qui ne demande qu’à vivre en paix".

Le bilan de l'attaque menée dimanche par un kamikaze, qui a fait exploser une voiture piégée à un carrefour fréquenté de la capitale somalienne, est passé à 39 morts.

Publié dans: ALGÉRIE

PARIS - Les représentations consulaires sont ‘‘à pied d'œuvre’‘ pour l'assainissement de la liste électorale en prévision des élections législatives prévues pour le 4 mai prochain, a indiqué vendredi à Paris le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Hassane Rabehi.

‘‘Nos représentations consulaires sont aujourd'hui à pied d'œuvre pour l'assainissement des listes électorales. Les portes des représentations diplomatiques et consulaires sont ouvertes autant pour les besoins de cette opération de révision de la liste électorale que pour donner davantage d’informations sur ce scrutin’‘, a-t-il déclaré à l’APS et à la Télévision algérienne, en marge de la réunion de coordination consulaire qui se tient au siège de l’ambassade d’Algérie en France.

Il a saisi cette occasion pour rappeler ‘‘l'importance’‘ de ce rendez-vous électoral ‘‘dans le raffermissement et la consolidation des institutions de l'Etat algérien’‘.

‘‘C'est un rendez-vous électoral qui coïncide avec la promulgation de nouveaux textes juridiques qui viennent renforcer davantage les conditions d’organisation et de déroulement de ces élections en tenant compte des aspects liés à la transparence, de la probité et de l’impartialité, à savoir la loi organique ainsi que la mise en place de Haute instance indépendante de surveillance des élections’‘, a-t-il expliqué.

A cet effet, il a appelé la communauté algérienne établie à l'étranger à ‘‘prendre contact’‘ avec les représentations diplomatiques et consulaires et à leur participation ‘‘massive’‘ à ce scrutin.

De son côté, le secrétaire général du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, El Hocine Mazouz, a indiqué que la rencontre avec les chefs de poste et responsables consulaires en Europe a été l’occasion pour leur exposer les mesures de la nouvelle organique relative aux élections.

‘‘Cette rencontre est également pour nous une opportunité pour expliquer le rôle de la Haute instance indépendante de surveillance des élections, instituée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, sur la base de la nouvelle Constitution, ainsi que les préparatifs des élections législatives, et pour apporter les réponses aux préoccupations des chefs de poste consulaire dans le cadre de ces élections’‘.

Il a ajouté que la rencontre a permis aux responsables consulaires de connaître les différentes mesures prises dans le but de faciliter le déroulement du scrutin.

Une réunion de coordination consulaire, réunissant les chefs de poste et les responsables consulaires des ambassades d'Algérie en Europe, se tient depuis jeudi à Paris au siège de l'ambassade d'Algérie en France, rappelle-t-on.

Présidée par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, avec la participation du secrétaire général du ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales, cette réunion a pour but de procéder à l’évaluation du processus de délivrance du passeport biométrique afin de prendre des mesures supplémentaires de facilitation au bénéfice des membres de la communauté nationale vivant en Europe.

La rencontre, à laquelle participent des hauts cadres des deux ministères, est également l'occasion pour examiner les modalités d'organisation et les moyens nécessaires pour faciliter aux membres de la communauté nationale l’accomplissement de leur devoir électoral pour les prochaines législatives.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Une aide humanitaire de l'Algérie de 30 tonnes composée essentiellement de produits alimentaires destinée aux populations libyennes frontalières a été acheminée et remise vendredi, a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

"Cette nouvelle aide, décidée par le gouvernement algérien, s'ajoute aux autres gestes de solidarité que notre pays a manifestés à l'endroit du peuple frère et voisin libyen qui fait face à une situation difficile du fait de la poursuite de la crise à laquelle il est confronté depuis plusieurs années", a ajouté le communiqué du MAE.

"A ce titre, l'Algérie entend poursuivre ses efforts constants et inlassables en direction de toutes les parties libyennes pour mettre un terme aux différends qui les opposent dans le cadre de la solution politique, à travers le dialogue inclusif et la réconciliation nationale", a souligné le MAE.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE), Abdelaziz Benali Cherif, a indiqué jeudi que l'ambassade d'Algérie à Baghdad "suit de près" l'état de santé de la journaliste algérienne Samira Mouaki Bennani, blessée récemment en Irak.

"Dès qu'ils ont pris connaissance de la blessure de la correspondante d'Echourouk en Irak, la journaliste algérienne Samira Mouaki Bennani, les services de notre ambassade à Baghdad ont pris toutes les dispositions nécessaires pour suivre son état, en prenant contact immédiatement avec les autorités et les parties irakiennes concernées à l'effet d'obtenir des informations sur les circonstances dans lesquelles la ressortissante algérienne a été blessée et s'enquérir de son état de santé", a précisé le porte-parole du MAE dans une déclaration à l'APS.

"Le chargé d'affaires de notre ambassade dans la capitale irakienne s'est rendu au chevet de la blessée dès son transfert à l'hôpital Ghazi Al-Hariri à Baghdad, pour s'enquérir de son état et s'assurer de sa prise en charge médicale", a-t-il ajouté, précisant que le représentant de l'ambassade "a pu lui parler car elle était sortie du coma".

Le chargé d'affaires "a été rassuré par le staff médical qui lui a affirmé que sa blessure n'était pas grave et que son pronostic vital n'était pas engagé".

L'ambassade d'Algérie dans la capitale irakienne "suit avec un grand intérêt et de près l'état de la journaliste algérienne en coordination avec les autorités irakiennes et veille à apporter à la concernée toutes les formes d'assistance et d'aide dont elle a besoin", a souligné le porte-parole.

L'ambassadeur d'Algérie à Baghdad "rencontrera cette semaine plusieurs hautes personnalités du gouvernement irakien pour s'entretenir des moyens d'assurer à notre concitoyenne la meilleure prise en charge possible jusqu'à son rétablissement", a-t-il ajouté.

Publié dans: ALGÉRIE

BRUXELLES - La dernière réunion du Comité de suivi de la mise en œuvre de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, a permis de "remettre sur les rails" le processus de mise en œuvre effective de cet accord, a affirmé mardi à Bruxelles le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.

"La réunion de vendredi (à Bamako) est une session de haut niveau du Comité de suivi présidé par l'Algérie. Cette réunion a remis sur les rails le processus de mise en œuvre de l'accord de paix", signé en 2015, a-t-il déclaré à l'APS en marge d'une conférence de haut niveau sur la médiation.

Selon le chef de la diplomatie algérienne, l'accord de paix et de réconciliation au Mali faisait face à de "blocages très importants" surmontés depuis  grâce aux efforts de l'Algérie qui a été à la tête de l'équipe de médiation internationale ayant permis la conclusion de l'accord.

Le ministre malien de la Sécurité et de la Protection civile, Salif Traoré, avait affirmé lundi à Alger que des "avancées" ont été enregistrées sur le terrain depuis la signature de l'accord de paix au Mali, saluant l'Algérie pour son soutien diplomatique et sécuritaire.

Le chef de la diplomatie algérienne s'est réuni vendredi à Bamako avec un certain nombre de ministres du gouvernement du Mali, plus les parties signataires ainsi que les représentants de la communauté internationale.

"La médiation de l'Algérie au Mali a enrichi la doctrine et la pratique de la médiation au niveau international", a soutenu M. Lamamra, rappelant que le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, ainsi que les différents mouvements politico-militaires au Mali ont sollicité les autorités algériennes pour demander sa médiation, alors même que les Nations unies, la CEDEAO, l'UA, l'UE et l'OCI avaient toutes un mandat pour engager des discussions.

"La médiation de l'Algérie a permis de réunir toutes les organisations qui avaient des mandats et qui ont toutes accepté de travailler au sein d'une équipe internationale de médiation dirigée par l'Algérie à laquelle se sont joints la France et les Etats-Unis d'Amérique en tant qu'amis de l'équipe de médiation", a-t-il ajouté.

Le ministre a fait savoir, dans ce contexte, que l'Algérie a initié le même processus pour la Libye.

Publié dans: MONDE

BRUXELLES - Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra a appelé, mardi à Bruxelles, la communauté internationale à un "examen de conscience" sur la situation en Libye, l'exhortant à prendre les mesures nécessaire afin de favoriser "une solution libyenne".

"La communauté internationale doit faire son examen de conscience et voir dans quelles circonstances certains membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont jeté de l'huile sur le feu au lieu de prendre des mesures d'apaisement, d'inclusion et de nature à favoriser une solution", a-t-il déclaré lors d'une conférence internationale de haut niveau sur la médiation.

Selon le chef de la diplomatie algérienne, la communauté internationale "a raté l'occasion" de faire une transition pacifique et inclusive en Libye comme l'avait préconisée l'Union africaine (UA) en 2011.

"Malheureusement, nous n'avons pas été suivis, nous avons été isolés par le processus international", a-t-il regretté.

Aujourd'hui, a-t-il poursuivi, les difficultés "perdurent" en raison de l'absence d'"un seul agenda pour le peuple libyen", mais également pour toute la communauté internationale.

"Il faut trouver un moyen d'harmoniser toutes les approches", a-t-il préconisé", rappelant que l'action diplomatique de l'Algérie en Libye vise à "encourager une solution libyenne" à la crise.

"Nous souhaitons qu'il y ait un agenda unique des Libyens et qu'il soit soutenu par toute la communauté internationale sans qu'il y ait d'agenda concurrent ou conflictuel", a-t-il précisé à l'APS.

La facilitation de l'Algérie consiste, selon le ministre, à "consolider l'accord signé le 17 décembre 2015" et à faire en sorte que si cet accord doit être amendé, "cela se fera de manière consensuelle".

Il mis l'accent, à ce titre, sur la nécessité d'aller vers la "réconciliation nationale" afin que "les Libyens, ensemble, se mettent d'accord sur leur avenir, leurs institutions, leur armée nationale et leurs forces de sécurité".

M. Lamamra a estimé que les Libyens doivent pouvoir "aller vers une transition inclusive, puis vers des élections démocratiques sur la base de la nouvelle constitution, en cours d'élaboration".

Il a exhorté, dans ce contexte, la communauté internationale à "donner la priorité" à la reconstruction de l'Etat libyen qui constitue, a-t-il dit, "incontestablement" un moyen de lutter "légitimement" contre le terrorisme dans le cadre du respect de sa souveraineté et de son intégrité territoriale.

"Combattre le terrorisme par des interventions militaires en Libye ne fera qu'aggraver le problème", a-t-il prévenu.

Publié dans: MONDE

BRUXELLES - La diplomatie algérienne qui accumule une expérience "considérable" en matière de médiation, identifie son action à "des principes", à "des idéaux" et "non pas à des agendas nationaux étroits", a affirmé mardi à Bruxelles le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.

La diplomatie algérienne "a accumulé une expérience considérable", a-t-il déclaré à l'APS en marge de la conférence internationale sur la médiation, assurant que cette diplomatie "crédible et réaliste, agit sereinement et identifie souvent son action à des principes, à des idéaux et non pas à des agendas nationaux étroits".

Soulignant que le pays accumule "55 ans d'expérience" en matière de médiation, le chef de la diplomatie algérienne a indiqué que "les médiations de l'Algérie sont recherchées et sont souvent couronnées de succès".

"Les médiations de l'Algérie réussissent à allier la crédibilité de l'expérience avec la détermination, de la volonté et aussi, évidemment, la confiance que toutes les parties investissent dans l'Algérie", a-t-il fait remarquer.

Le ministre a rappelé, à l'occasion, les différentes médiations menées par l'Algérie dont certaines ont conduit à l'indépendance d'anciennes colonies, à sauver de précieuses vies humaines après un détournement d'avion ou encore d'autres médiations menées dans des situations autrement plus compliquées comme dans le cadre des otages de l'ambassade américaine à Téhéran dont la solution apportée, a-t-il poursuivi, "impliquait des ressources considérables d'imagination et de créativité".

Il a également mis en exergue la médiation "historique" menée en 1975 par l'ancien président Houari Boumediene et l'actuel président de la République, Abdelaziz Bouteflika, entre l'Iran du Chah et l'Irak de Saddam Hussein à l'occasion de la tenue à Alger du 1er sommet de l'organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

"Deux grands sommets se sont simultanément tenus à Alger. Avec le génie de nos dirigeants, nous avons, à la fois, resserrer la trame de solidarité entre les pays exportateurs de pétrole et régler un problème majeur entre deux pays clés de l'organisation", a-t-il rappelé.

La conférence internationale de haut niveau organisée ce mardi à Bruxelles vise à examiner les nouveaux défis auxquels font face les initiatives en matière de médiation, notamment en ce qui concerne les opportunités et les limites de la médiation dans des circonstances extrêmes, selon les organisateurs.

Les participants devraient également se pencher sur la question de la coexistence, la complémentarité et l'éventuelle division des tâches entre les divers types de médiation, ainsi que sur le suivi après l'obtention d'un accord.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER- Le ministère des Affaires étrangères a exprimé mardi son regret de voir des titres de la presse nationale reprendre "des propos attribués à des personnes connues ou même anonymes", ainsi qu’à des études "prétendument académiques et autres matières médiatiques" dont la finalité est d'"amplifier des appréciations spéculatives et tendancieuses sur la situation en Algérie et ses perspectives".

"Des titres de la presse nationale font écho, parfois de manière sensationnelle, à des propos attribués à des personnes connues ou même anonymes, ainsi qu’à des études prétendument académiques et autres matières médiatiques, pour amplifier des appréciations spéculatives et tendancieuses sur la situation en Algérie et ses perspectives", a souligné mardi le MAE dans un communiqué.

"Qu’elles soient sourcées en France, aux Etats-Unis ou dans tout autre pays, et qu’elles se prévalent de scientificité ou s’apparentent à la cartomancie, les manifestations de subjectivité et les stéréotypes qui sont surabondamment véhiculés et fréquemment recyclés pour déformer les réalités actuelles et les perspectives de l’Algérie, ne résistent pas à une analyse élémentaire prenant en compte l’Histoire héroïque du peuple algérien et son attachement indéfectible à son indépendance et à la non-ingérence dans ses affaires intérieures", relève la même source.

Pour le MAE, "lesdites expressions publiques d’opinions étrangères n’acquièrent évidemment pas d’autorité particulière ni en tant que telles, ni du fait du pays ou de l’institution avec qui elles s’emploient à paraître associées, ni encore moins en fonction du niveau de déni des caractéristiques positivement distinctives de l’Algérie en termes tant de réalisations nationales incontestables que de contributions bien établies à la paix et à la sécurité internationales".

"L’Algérie qui, sous la conduite du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, £uvre résolument à concrétiser pleinement les aspirations et les ambitions légitimes de son peuple, tout en s’affirmant comme un acteur responsable dans les relations internationales, ne saurait être atteinte par de telles outrances", affirme le MAE.

"Dans un monde chargé de contraintes et d’incertitudes face aux défis globaux et régionaux auxquels l’Humanité est confrontée, des pays comme l’Algérie qui ont triomphé de l’éclipse coloniale et défait le terrorisme, constituent une valeur sûre sur laquelle la médisance n’a pas de prise", conclut la même source.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Les dépouilles des deux victimes algériennes tombées dans le lâche attentat terroriste perpétré à la Grande Mosquée de Québec seront rapatriées en Algérie samedi, a annoncé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif.

"L'opération de rapatriement a été décidée par les familles en coordination avec l'ambassadeur d'Algérie à Ottawa et le consul général à Montréal, qui leur ont rendu visite à Québec pour leur présenter les condoléances au nom du gouvernement et du peuple algériens et les assurer de la sympathie et de la solidarité de l'ensemble de leurs compatriotes établis au Canada", a déclaré M. Benali Cherif à l'APS.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a souligné que "toutes les dispositions ont été prises" par les services consulaires algériens pour permettre le retour et l'enterrement dans leur pays natal et parmi les leurs de feu Abdelkrim Hassane et Khaled Belkacemi.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Les deux victimes algériennes de l'attaque terroriste qui a ciblé dimanche soir le Centre culturel islamique du Québec (Canada) "ont été officiellement identifiées", a indiqué mardi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif.

"Nous avons le regret de confirmer le décès de Abdelkrim Hassane né le 20 mai 1975 à Alger et de Khaled Belkacemi né le 18 janvier 1957 à El Harrach, dans l'attaque terroriste perpétrée dans la soirée du 29 janvier courant contre le Centre culturel islamique de Québec", a déclaré à l'APS le porte-parole du MAE.

"Nous présentons nos condoléances aux familles et aux proches des deux victimes et les assurons de notre solidarité en ces moments difficiles", a ajouté le responsable.

Publié dans: ALGÉRIE
Page 1 sur 7
banner-aps