Print this page

La persistance de la CE à conclure l'accord commercial avec le Maroc, un crime et une agression contre un Etat

Publié le : vendredi, 01 février 2019 16:29
  • Partagez
La persistance de la CE à conclure l'accord commercial avec le Maroc, un crime et une agression contre un Etat

BRUXELLES - Le membre du Secrétariat national du Front Polisario, ministre délégué pour l'Europe, Mohamed Sidati, a estimé que "l'odieuse campagne" orchestrée par le Commission européenne pour faire passer l'accord commercial de libre échange avec l'occupant marocain, incluant illégalement le Sahara Occidental occupé, n'était rien d'autre que "le cautionnement d'un crime de pillage et d'un hold-up au sens propre du terme", contre un Etat membre de l'Union africaine (UA).

Dans une déclaration, jeudi, aux médias sahraouis, M. Sidati a indiqué que la récente décision de la Commission européenne "est un acte d'agression contre un Etat membre de l'UA et de pillage des ressources du peuple sahraoui", relevant la grande contradiction au sein d'un ensemble de pays européens, qui ont participé, la semaine écoulée à Bruxelles, aux côtés de la République sahraouie, à la dernière réunion ministérielle entre l'Union européenne (UE) et l'UA.

Il s'est interrogé, à ce propos, comment la Commission européenne peut-elle valider des accords si fragiles juridiquement, voire en totale contradiction avec la Cour de justice européenne de l'UE (CJUE).


Lire aussi: Sahara Occidental: l'accord Maroc-UE menace de compromettre une paix fragile


Pour M. Sidati, cette insistance de la part de la Commission européenne constitue "un défi évident aux décisions de la CJUE et au Droit international", ce qui la met, une fois encore, en position de contradiction avec les positions maintes fois exprimées par la responsable des affaires étrangères de l'UE, quant à son soutien aux efforts de l'Envoyé onusien au Sahara Occidental, Horst Kohler et au processus mené par l'Organisation des Nations unies (ONU), en vue de parvenir à une solution politique pacifique garantissant au peuple sahraoui son droit à l'autodétermination.

Par ailleurs, le responsable sahraoui a tenu à rendre hommage au peuple sahraoui pour sa détermination à arracher ses droits légitimes garantis par le droit international et sa résilience face à toutes les manœuvres à travers lesquelles la Commission européenne et le Maroc visent à légitimer le pillage de ses  ressources naturelles.

Le vote du parlement européen est intervenu après un long processus de négociations entre l'UE et les autorités marocaines pour contourner la décision de la CJUE et se dérober à l'obligation d'obtenir l'accord du peuple sahraoui, tel que stipulé par les arrêts de cette dernière".


Lire aussi: Accord Maroc-UE: le Polisario saisira de nouveau la justice européenne


Le Parlement européen a validé un rapport "partial" approuvant l'accord UE-Maroc élaboré par l'ancienne rapporteur de la commission du commerce international (INTA), Patricia Lalonde, contrainte à la démission en décembre 2014 après avoir fait l'objet d'une enquête, suite à des informations faisant état de son implication avec d'autres députés européens dans une affaire de "conflit d'intérêt et d'infractions au code de conduite au PE", en sa qualité de membre, non déclaré, du Conseil d'administration d'une fondation pro-marocaine euromedA.

Le vote n'a pas été précédé d'un débat général au Parlement, et ce suite au rejet de la demande introduite par le groupe des verts et l'alliance des libéraux pour l'inscription d'un débat préalable au vote à l'ordre du jour de la séance plénière tenue le 14 janvier 2019.

La persistance de la CE à conclure l'accord commercial avec le Maroc, un crime et une agression contre un Etat
  Publié le : vendredi, 01 février 2019 16:29     Catégorie : Monde     Lu : 0 foi (s)   Partagez