Présidentielle en RDCongo: Tshisekedi, vainqueur, salue son prédécesseur

Publié le : jeudi, 10 janvier 2019 15:38   Lu : 1 fois
Présidentielle en RDCongo: Tshisekedi, vainqueur, salue son prédécesseur

KINSHASA - La proclamation des résultats partiels de l'élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) donnant vainqueur le candidat de l'opposition, Félix Antoine Tshisekedi, qui a considéré son prédécesseur comme "partenaire de l'alternance démocratique".

A cette occasion, l'ONU a appelé toutes les parties prenantes du processus électoral à régler "tout contentieux" par les mécanismes institutionnels et juridiques prévus par la loi.

Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, 55 ans, est le président "provisoirement élu" qui doit succéder au chef de l'Etat sortant, Joseph Kabila, 47 ans, a proclamé, mercredi soir, la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

M. Tshisekedi l'a emporté avec 38,57% des voix, devant l'autre tête de l'opposition, Martin Fayulu, deuxième avec 34,8%, selon les résultats dévoilés par la Commission électorale.

Le candidat de la coalition au pouvoir, l'ex-ministre de l'Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, est arrivé, quant à lui, en troisième position avec 23,8% des suffrages exprimés, tandis que les 18 autres prétendants ont fait des scores peu significatifs.

Les résultats de cette élection qui s'était déroulé le 30 décembre 2018 peuvent encore faire l'objet de recours devant la Cour constitutionnelle.


Lire aussi: RDC: le candidat de l'opposition Tshisekedi proclamé vainqueur de l'élection présidentielle


Celle-ci devra proclamer les résultats définitifs d'ici le 15 janvier, selon l'actuel calendrier électoral, tandis que la prestation de serment du nouveau président, élu pour un mandat de cinq ans, est prévue le 18 janvier.

Félix Tshisekedi est le fils d'une figure historique congolaise, Etienne Tshisekedi, ancien premier ministre et président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), décédé à Bruxelles le 1er février 2017.

Lors de sa première prise de parole, après la publication des résultats, il a rendu hommage au président sortant, Joseph Kabila, le considérant comme "un partenaire de l'alternance démocratique".

"Je rends hommage au président Joseph Kabila. Aujourd'hui, nous ne devons plus le considérer comme un adversaire, mais plutôt comme un partenaire de l'alternance démocratique dans notre pays", a souligné M. Tshisekedi devant ses partisans réunis au siège de son parti l'UDPS.

A Kinshasa, les congolais ont investi dès mercredi soir la rue pour exprimer leur soulagement et joie de l'issue de ce processus électoral qui a permis, selon eux, une "transition pacifique" et constitue une occasion "d'unir tous les congolais et les forces vives du pays".

 

Appels au calme et au règlement de contentieux par voie légale

 

A la même occasion, la coalition au pouvoir a annoncé avoir pris acte de ces résultats provisoires, mais se réserve "le droit d'introduire des recours".

"Nous sommes déçus par le mauvais score qui nous est attribué, mais nous prenons acte de la proclamation provisoire qui a été faite par la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Nous verrons le cas échéant, comment introduire des recours par des voies légales", a déclaré Lambert Mende, porte-parole du Front commun pour le Congo (FCC, coalition au pouvoir) qui soutient le candidat Emmanuel Ramazani Shadary.

En revanche, l'autre candidat de l'opposition, Martin Fayulu a contesté la victoire de son rival, Félix Tshisekedi. Arrivé deuxième avec 34,8% des voix, M. Fayulu a dénoncé, dans une conférence de presse, une "escroquerie électorale" et a soutenu que "ces résultats n'ont rien avoir avec la vérité des urnes".

Ses partisans ont d'ailleurs manifesté jeudi à Kisangani (nord-est) contre les résultats proclamés par la commission électorale, ont rapporté des médias locaux indiquant que la police a du tirer des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants sortis exprimer leur mécontentement.


Lire aussi: RDC/élections: la représentante spéciale de l’ONU appelle au calme et à la concertation


Tenant compte de ces développements, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a exhorté toutes les parties prenantes en République démocratique du Congo (RDC) à "s'abstenir" d'actes de violences après la proclamation des résultats, appelant au règlement des contentieux par la voie légale en respect des lois de la République.

"Le secrétaire général appelle toutes les parties prenantes à s'abstenir d'actes violents et à régler tout contentieux électoral par les mécanismes institutionnels établis conformément à la Constitution de la République démocratique du Congo et aux lois électorales pertinentes", a dit son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans une déclaration de presse rendue publique mercredi soir depuis New York.

La France a, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, appelé également au "calme" en République démocratique du Congo (RDC).

"Il semble bien que les résultats proclamés ne soient pas conformes aux résultats que l'on a pu constater ici ou là", a déclaré  Jean-Yves Le Drian sur la chaîne d'information CNEWS.

"Il faut qu'on garde son calme, qu'on évite les affrontements et que la clarté soit faite sur ces résultats qui sont inverses à ce que l'on imaginait, à ce qui était avancé", a poursuivi Jean-Yves Le Drian.

Présidentielle en RDCongo: Tshisekedi, vainqueur, salue son prédécesseur
  Publié le : jeudi, 10 janvier 2019 15:38     Catégorie : Monde     Lu : 1 foi (s)   Partagez