Print this page

Salamé exhorte les parties libyennes à faire avancer le processus politique

Publié le : mercredi, 17 octobre 2018 14:44   Lu : 6 fois
  • Partagez
Salamé exhorte les parties libyennes à faire avancer le processus politique

ALGER - L'envoyé de l'ONU et chef de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (UNSMIL), Ghassan Salamé, a exhorté les parties libyennes à faire avancer le processus politique et "surmonter cette étape difficile", en réitérant son engagement à rétablir la stabilité et la sécurité dans le pays.

M. Salamé a affirmé, lors de ses rencontres au cours de cette semaine avec les hauts responsables du Gouvernement d'union libyen (GNA), qu'il s'attendait à ce que la Chambre des représentants, le Haut Conseil d'Etat suprême et le Conseil présidentiel "promulguent une loi sur les élections législatives et présidentielle".

M. Salamé s'exprimait ainsi lors d'une réunion à Tripoli avec le ministre de l'Intérieur nouvellement nommé, Fathi Bashagha, a indiqué un communiqué publié par le ministère de l'Intérieur.

Il a souligné la volonté de sa mission "d'apporter davantage de soutien sous diverses formes afin d'assurer la sécurité et la stabilité dans le pays et de surmonter cette étape décisive".

Pour sa part, M. Bashagha a confirmé que le ministère de l'Intérieur soutenait "tous les efforts régionaux et internationaux", et encourageait "la promotion d'une culture de tolérance entre les citoyens et des concepts de réconciliation sincère, ainsi que le retour dans leurs foyers des populations déplacées ou réfugiées à l'étranger".

M. Bashagha a été nommé la semaine dernière, ainsi que deux autres ministres, par le Premier ministre du gouvernement d'union soutenu par l'ONU, Fayez Serraj, une décision à laquelle la Chambre des représentants, Parlement basé dans l'est du pays, s'est opposée.


Lire aussi : La mission de l'ONU souligne l'importance du soutien pour rétablir la sécurité et la stabilité en Libye


L’envoyé de l’ONU s'est également entretenu en Libye avec le chef du Conseil présidentiel Fayez al-Sarraj, et indiqué que "ce dernier apprécie le rôle que nous avons joué pour parvenir à un cessez-le-feu lors des récents événements à Tripoli, certains ont peut-être été surpris que la mission se soit mise à fond pour trouver un cessez-le-feu".

"J'ai compris d'après le chef du gouvernement de réconciliation nationale (Fayez al-Sarraj) que le gouvernement souhaitait que les Nations unies assument leur rôle en matière de sécurité en renforçant le règlement des différends sécuritaires et le cessez-le-feu si nécessaire, plutôt que de transformer l'ensemble de la mission d'une mission politique en une mission de maintien de la paix et de sécurité".

M. Salamé a expliqué que le renforcement du rôle de la mission en matière de sécurité "est assuré par une décision du Secrétaire général des Nations unies, tandis que la transformation de la mission d’une mission politique en une mission de maintien de la paix nécessite une nouvelle résolution du Conseil de sécurité, plus difficile à obtenir".

Ghassan Salame a en outre discuté, au cours de cette semaine, avec le Secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Abou al Gheit, de la situation politique et sécuritaire en Libye et des efforts déployés par les Nations Unies pour "surmonter les difficultés rencontrées lors de l'achèvement du processus politique, des droits constitutionnels et électoraux auxquels le peuple libyen aspire".

Les élections, un important pas en avant pour la démocratie

L'organisation des élections municipales en Libye constitue aux yeux de la communauté internationale une des solutions pour permettre de stabiliser le pays.

Elles constituent selon la Mission d'appui des Nations unies en Libye (MANUL), "un important pas en avant pour la démocratie en Libye".

Alors que le pays compte plus de 100 municipalités représentant différentes villes et régions, la MANUL a appelé à soutenir le Comité électoral central du Conseil municipal (CECCM), lequel est en charge de l'organisation des élections, afin de lui donner les moyens d'accomplir son rôle et prendre ses responsabilités et assurer ses tâches.

Afin d'appuyer le processus électoral en Libye et d'apporter de l'aide au CECCM, l'Organisation des Nations unies a mis sur pied un projet de soutien aux élections.


Lire aussi : Risque de flux migratoires "plus inquiétants" à cause de la situation au Sahel


Piloté par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), la Mission de soutien à la Libye de l'ONU et le ministère libyen du Plan, selon des sources proches, il vise à aider les CCMCE à mettre en oeuvre leurs programmes entre 2018 et 2020.

"Grâce à ce projet, les citoyens pourront choisir librement leurs représentants aux conseils locaux et exprimer leur voix par leur suffrage", a indiqué le directeur national du PNUD, Sultan Hajiyev, qui a signé cette semaine un accord d'aide avec l'ambassadeur allemand en Libye, Oliver Owcza.

Portant sur une enveloppe de 2 millions d'euros (environ 2,33 millions de dollars) en faveur du CCMCE, cette aide permettra à la Libye d'organiser ses élections municipales et "soutenir des processus électoraux crédibles au niveau des municipalités libyennes", a ajouté Sultan Hajiyev.

A noter que le CCMCE a été félicité plusieurs fois déjà par la MANUL pour les premières élections municipales dans certaines localités du pays.

"La MANUL félicite le Comité électoral central du Conseil municipal du succès de la tenue des premières élections de 2018 en Libye, de l'assermentation du Conseil municipal de Zaouïa ainsi que de l'élection du nouveau maire de la ville", avait indiqué la MANUL dans un communiqué en août dernier.

Elle répètera un mois plus tard en saluant "l'organisation d'élections municipales à Bani Walid et à Derj, que "le Comité central des élections municipales mérite d'être applaudi pour avoir réussi à organiser ces élections en dépit de contraintes majeures".

Salamé exhorte les parties libyennes à faire avancer le processus politique
  Publié le : mercredi, 17 octobre 2018 14:44     Catégorie : Monde     Lu : 6 foi (s)   Partagez