Migrations: baisse du nombre d’entrées dans les pays de l’OCDE en 2017

Publié le : mercredi, 20 juin 2018 14:31   Lu : 6 fois

PARIS - Les entrées de migrants dans les pays de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) ont enregistré une baisse de 5 % en 2017 par rapport à l’année d’avant, due essentiellement à la réduction "significative" du nombre de réfugiés.

Publié mercredi, le rapport de l’OCDE, intitulé "Perspectives des migrations internationales 2018", indique qu’en 2017 il y a eu un peu plus de 5 millions d’entrées à caractère permanent, soulignant que c’est pour la première fois depuis 2011 qu’une baisse a été enregistrée.

"Cela est dû à la réduction significative du nombre de réfugiés reconnus en 2017 alors que les autres catégories de migration sont restées stables ou ont augmenté", ont précisé les rédacteurs du rapport, relevant qu’après deux années de niveaux records, une baisse "significative" des nouvelles demandes d'asile a été enregistrée dans les pays de l'OCDE en 2017, avec 1,23 million de demandes.

Toutefois, ce chiffre est encore largement supérieur à ceux enregistrés avant 2015 et les trois premiers pays d'origine étaient l'Afghanistan, la Syrie et l'Irak.

En 2017, les Etats-Unis ont reçu le plus grand nombre de demandes d'asile dans les pays de l'OCDE (330 000 demandes), suivis de l'Allemagne (198 000).

La migration familiale (regroupement familial, formation de famille ainsi que membres de famille accompagnante) reste le principal canal de migration vers l'OCDE, représentant presque 40 % des entrées à caractère permanent.

Par ailleurs, plus de 4.2 millions de travailleurs étrangers temporaires ont été recensés dans les pays de l'OCDE en 2016, ce qui correspond à une augmentation de 11 % par rapport à l'année précédente. Les principaux pays d'accueil de travailleurs étrangers temporaires étaient la Pologne (672 000, la plupart originaires d'Ukraine) et les Etats-Unis (660 000, l'Inde étant le premier pays d’origine).

Pour les rédacteurs du rapport, si aucun migrant ne devait rentrer dans son pays d'origine, le nombre total de demandeurs d'asile déboutés pourrait atteindre 1,2 million d'ici à fin 2020, soulignant que l'effet sur le marché du travail informel dépendra du nombre de retours volontaires et de l'efficacité des mesures coercitives.

Dans le même contexte, ils indiquent que parmi les travailleurs étrangers, ce sont les hommes relativement jeunes sont les plus susceptibles d’être employés illégalement. Ce type d’emploi est plus fréquent dans l'agriculture, la construction, les industries manufacturières et les services domestiques.

Environ 3,3 millions d'étudiants en mobilité internationale étaient inscrits dans l'enseignement supérieur dans un pays de l'OCDE, soit 8% de plus que l'année précédente. Seuls les Etats-Unis ont enregistré une baisse de 27% du nombre de permis d'étudiant en 2016.

Le rapport précise qu’en moyenne, les étudiants en mobilité internationale représentent 9% du nombre total d'étudiants inscrits dans les établissements d'enseignement supérieur des pays de l'OCDE en 2015. Ils représentent 14% de tous les étudiants inscrits à des masters et 24% de ceux inscrits à des programmes de doctorat.

En matière d’emploi dans les pays de l’OCDE, le taux d’emploi des immigrés a augmenté d’un point de pourcentage en 2017, pour s’établir à 67,1%, alors que leur taux de chômage moyen a lui diminué d’un point de pourcentage, à 9,5%.

Concernant les politiques, le rapport note que les canaux de migration pour les étrangers hautement qualifiés continuent d'être affinés dans de nombreux pays, ce qui implique l'ajustement des critères de sélection des programmes permanents et l'examen des conditions des programmes temporaires.

Migrations: baisse du nombre d’entrées dans les pays de l’OCDE en 2017
  Publié le : mercredi, 20 juin 2018 14:31     Catégorie : Monde     Lu : 6 foi (s)   Partagez