Libye: l’ONU pointe la multiplication des agendas régionaux qui nuit à la paix

Publié le : mercredi, 14 février 2018 18:31   Lu : 285 fois
Libye: l’ONU pointe la multiplication des agendas régionaux qui nuit à la paix

NEW YORK - Une solution politique en Libye "reste hors de portée dans un proche avenir" en raison des agendas régionaux contradictoires qui nuisent à la paix, ont indiqué des experts de l'ONU dans un rapport qui sera présenté prochainement au Conseil de sécurité.

"La dynamique militaire en Libye et les agendas régionaux conflictuels montrent un manque d’engagement pour une solution pacifique", souligne ce rapport, dont des extraits ont été publiés mercredi par Associated Press.


Lire aussi: Libye: poursuite des efforts pour un consensus politique sur fond de violences


Le panel d'experts dresse un tableau sombre de la situation en Libye, en affirmant que la stabilité de ce pays maghrébin est de plus en plus liée à celle de la région, aggravée par l’intensification des activités des groupes armés tout au long des frontières avec le Tchad et le Soudan.

"Le détournement des fonds publics, le manque de gouvernance et l'incapacité à relancer l'économie suscitent le mécontentement populaire et la méfiance envers les élites politiques libyennes", constatent les experts.

Le rapport relève qu’a"partir de 2014, les groupes armés libyens, bénéficiant d'un parrainage politique, ont participé au détournement généralisé des fonds publics, notamment par la contrebande de carburant et les lettres de crédit ".


Lire aussi: Libye: l'envoyé de l'ONU met en garde contre un statu quo qui n'est pas tenable


Il souligne, par ailleurs, que les cellules du groupe terroriste autoproclamé "Etat Islamique" (Daech/EI) continuent d'opérer dans le centre et le sud du pays bien que Daech ait été chassé de son fief à Syrte en 2016 par les forces alliées au gouvernement de l’Union Nationale, soutenues par les Etats-Unis.

En parallèle, le panel s’inquiète de la détérioration continue des droits de l'Homme en Libye et des "détentions arbitraires, enlèvements et autres violations graves", commises par les groupes armés.

"La traite des êtres humains est en augmentation en Libye", en particulier dans l’ouest et le sud du pays où les groupes armés libyens et non libyens engrangent des "revenus importants" de ce trafic, selon les experts.

L’ONU s’est dit, à ce titre, extrêmement préoccupée par des informations faisant état d’une possible utilisation d’installations et de fonds publics par des groupes armés et des trafiquants "pour renforcer leur contrôle sur les routes de migration".


Lire aussi: Libye: l'ONU insiste sur la mise en oeuvre de l'accord politique, appelle à un consensus


"L'implication internationale dans la question de la migration a exacerbé la concurrence entre les groupes armés", relèvent-ils.

Selon ces experts, les armes libyennes et celle acquises après 2011 continuent de tomber entre les mains des groupes armés libyens et étrangers, alimentant "l'insécurité croissante".

Les combattants étrangers exploitent "la prolifération incontrôlée des armes" en violation d'un embargo des Nations Unies sur les armes en Libye.

Les réseaux criminels dans le pays ont également profité de l'incapacité des autorités à appliquer des contrôles à l'importation pour introduire illégalement des armes dans le pays, précise le panel.

Libye: l’ONU pointe la multiplication des agendas régionaux qui nuit à la paix
  Publié le : mercredi, 14 février 2018 18:31     Catégorie : Monde     Lu : 285 foi (s)   Partagez