Discussions en vue autour du nucléaire coréen même si la position US est maintenue

Publié le : jeudi, 14 décembre 2017 12:54   Lu : 193 fois
Discussions en vue autour du nucléaire coréen même si la position US est maintenue

ALGER - Le département d'Etat américain a annoncé que la politique des Etats-Unis "n'a pas changé" sur le dossier nord-coréen, même si le chef de la diplomatie Rex Tillerson se déclare prêt à parler à Pyongyang "sans condition préalable", la position américaine affirme que toute négociation ne pouvait porter que sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Les propos du secrétaire d'Etat, tenus mardi, ont été interprétés comme une évolution de la stratégie américaine par plusieurs observateurs, qui attendaient de savoir si elle est partagée par Donald Trump.

Rex Tillerson a confirmé la nécessité d'une "période de calme" dans les essais nucléaires et balistiques de la Corée du Nord avant d'entamer des discussions. Mais il a aussi assuré qu'une "première réunion" pourrait se tenir "sans condition préalable", et surtout sans exiger de l'Etat coréen dirigé par Kim Jong-Un qu'il soit "prêt à abandonner" son programme nucléaire.


Lire aussi: Washington prêt à discuter avec Pyongyang "sans condition préalable" (Tillerson)


Jusqu'ici, il affirmait, comme en août dernier, qu'une "condition à la tenue de ces pourparlers est qu'il n'y a pas d'avenir pour une Corée du Nord dotée d'armes nucléaires".

"Le secrétaire d'Etat ne met pas en place une nouvelle politique, la politique n'a pas changé", a, toutefois, répondu mercredi la porte-parole du département d'Etat Heather Nauert, interrogée sur ce tournant apparent.

"Nous restons ouverts au dialogue quand la Corée du Nord manifestera la volonté de mener un dialogue crédible sur une dénucléarisation pacifique de la péninsule coréenne", a-t-elle ajouté, "et clairement ce moment n'est pas encore venu".

Dans ce tumulte de déclarations, le secrétaire d'Etat américain avait précisé qu'une première rencontre avec le régime nord-coréen pouvait ne pas porter sur l'armement. "Mais au moins voyons nous face à face et ensuite on pourra commencer à établir une feuille de route de ce vers quoi nous voudrions aller", avait-il lancé.

 

Le "pas significatif vers le dialogue" salué

 

La Russie et la Chine ont salué mercredi ses déclarations qui semblent assouplir la position de Washington, même si la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Huckabee Sanders a assuré mardi que le président Donald Trump "n'a pas changé de position sur la Corée du Nord".

Elle n'a pas précisé cette position. Par le passé M. Tillerson s'était fait publiquement rabrouer par M. Trump pour avoir évoqué l'existence de "canaux de communication" pour "sonder" les intentions du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un en vue d'un éventuel dialogue. "Il perd son temps à négocier", avait tweeté M. Trump début octobre.

Le Kremlin a salué un changement de ton "constructif" de Washington avec des déclarations "beaucoup plus satisfaisantes que la rhétorique de confrontation que nous entendions jusque là", selon son porte-parole Dmitri Peskov.


Lire aussi: Etats-Unis et Qatar signent une vente de 12 milliards pour des F-15


La Chine, en termes toutefois plus mesurés que Moscou, a pris note des déclarations de M. Tillerson et espéré que les Etats-Unis et la Corée du Nord vont entreprendre "des pas significatifs vers le dialogue", selon le porte-parole des Affaires étrangères Lu Kang.

 

Au moment-même où M. Tillerson faisait cette annonce, le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un, a, estimé que son pays est "d'accord pour considérer qu'il est important d'éviter une guerre avec les Etats-Unis", selon le secrétaire général adjoint de l'ONU aux Affaires politiques, l'Américain Jeffrey Feltman.

Le responsable de l'ONU a rendu compte mardi à huis clos au Conseil de sécurité de l'ONU de son séjour la semaine dernière en Corée du Nord, à l'issue duquel Pyongyang avait accusé les Etats-Unis de "chantage nucléaire".

Jusqu'ici, l'administration de Donald Trump avait toujours affirmé que d'éventuelles négociations avec la Corée du Nord ne pourraient se tenir, à terme, qu'à condition d'avoir comme objectif la dénucléarisation de la péninsule coréenne.


Lire aussi: Corée du Nord: Guterres appelle à "laisser place à la diplomatie"


De son côté, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a mis jeudi en garde contre le risque d'entrer "en somnambules dans une guerre" au sujet de la Corée du Nord, appelant à laisser une place à la diplomatie.

"La pire des choses possibles serait que nous entrions en somnambules dans une guerre qui pourrait avoir des circonstances dramatiques", a-t-il déclaré à l'occasion d'une visite à Tokyo.

Discussions en vue autour du nucléaire coréen même si la position US est maintenue
  Publié le : jeudi, 14 décembre 2017 12:54     Catégorie : Monde     Lu : 193 foi (s)   Partagez