Statut d'El Qods occupé: cacophonie de déclarations américaines

Publié le : jeudi, 07 décembre 2017 19:40   Lu : 153 fois
Statut d'El Qods occupé: cacophonie de déclarations américaines

WASHINGTON - L’annonce choc du président Trump sur El Qods occupé a suscité des déclarations expressément faites par l’administration américaine pour tenter de modérer une décision irresponsable, alors que la Maison se prépare déjà au " déraillement " du processus de paix au Moyen-Orient.

Mercredi soir, l’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies, Nikki Haley, a déclaré que le président Trump ne s’est pas prononcé sur le statut d’El-Qods occupé malgré sa décision de reconnaître la ville sainte comme capitale d’Israël.

Nikki Hally a précisé que l’annonce de Trump ne mentionnait pas El-Qods Est en indiquant qu’il revenait aux deux parties du conflit de décider du statut des zones disputées.

"C'est aux deux parties (du conflit) de décider, ce n’est pas aux Etats-Unis de décider ( ) nous ne voulons pas choisir un camp" concernant cette question, a déclaré Haley à CNN. Pourtant, le président Trump a bien choisi son camp en proclamant mercredi la ville sainte capitale de l’Etat hébreu.


Lire aussi: Statut d'El Qods: condamnations et inquiétude pour l'avenir du processus de paix


La déclaration est une approbation " de la souveraineté israélienne sur toute la ville ", selon plusieurs commentateurs à Washigton. El Qods occupé est " la capitale que le peuple juif a choisi dans des temps anciens, a déclaré Trump sans souffler mot sur le droit souverain des palestiniens de choisir El-Qods Est, comme capitale de l’Etat palestinien.

Le président a annoncé la reconnaissance mais n’a pas fait de commentaires sur d’autres parties de la ville, les limites spécifiques de la souveraineté dans cette ville restent à définir dans le cadre des négociations sur son statut défini", a déclaré à l’APS, Brian Neubert, le porte-parole de langue française du département d'Etat.

"C’était intentionnel de la part du président Trump de rester général dans sa déclaration", a répondu Neubert à une question sur la souveraineté des palestiniens à El Qods Est, occulté sciemment dans le discours de Trump, alors qu’un large consensus international s’est dégagé depuis les accords d’Oslo pour considérer cette partie de la ville sainte comme capitale du futur Etat palestinien.

Peut-on se contenter d’une déclaration générale sur une question hautement sensible ? le porte-parole a répondu que l’annonce "n’a fait que rétablir un fait " : mettre en £uvre la loi de 1995 autorisant le transfert de  l’ambassade américaine de Tel Aviv à la ville sainte qui abrite le siège du gouvernement israélien.


Lire aussi: Pour les Palestiniens, Washington ne peut plus jouer le rôle de médiateur de paix


Interrogé si l’administration Trump reconnaissait la souveraineté des palestiniens sur El-Qods Est, occupé puis annexé par Israël en 1967, le porte-parole a répondu avec prudence " Nous n’avons pas une position ou une  réponse à fournir concernant (Jerusalem) à part ce que le président a exprimé".

"Il y aura toujours des critiques concernant cette annonce, mais les Etats-Unis restent fermement résolus à faciliter un accord de paix acceptable pour les deux parties, qui est toujours possible", a indiqué Neubert à une question sur les derniers commentaires de deux hauts responsables de la Maison Blanche, qui affirment que l’administration américaine se prépare déjà au " déraillement du processus de paix".

Washington a perdu son rôle d’intermédiaire de paix, de l’avis même de plusieurs ténors démocrates qui sont montés au créneau mercredi pour dénoncer cette décision qui va sans doute enterrer définitivement le processus de paix au Moyen-Orient.

"L’avenir (d’El-Qods occupé) est une question qui devrait être tranchée par Israël et les Palestiniens, et non pas unilatéralement par les Etats-Unis", a écrit la sénatrice démocrate, Dianne Feinstein, dans une lettre adressée au président Trump.


Lire aussi: Palestine: Trump reconnait El-Qods occupé comme capitale d’Israël


La décision "compromettrait les perspectives d'un accord de paix israélo-palestinien et endommagerait gravement, peut-être irrémédiablement notre médiation", a tweeté Bernie Sanders, le candidat démocrate à la  présidentielle de 2016.

Pour le moment, l’administration américaine se prépare à l’éventuel "déraillement" du processus de paix au Moyen-Orient, affirment deux hauts responsables de l’exécutif américain, cités par CNN.

"Nous nous préparons au déraillement, j’espère qu’il sera temporaire", a déclaré un haut responsable à la Maison Blanche qui a reconnu que le contact a été déjà rompu avec l’autorité palestinienne depuis l’annonce de cette reconnaissance.

Mais la question centrale est de savoir combien va durer ce déraillement, s’inquiètent déjà les deux responsables.

Statut d'El Qods occupé: cacophonie de déclarations américaines
  Publié le : jeudi, 07 décembre 2017 19:40     Catégorie : Monde     Lu : 153 foi (s)   Partagez