Liban: après trois semaines de flou politique, Hariri suspend sa démission

Publié le : mercredi, 22 novembre 2017 19:22   Lu : 134 fois
Liban: après trois semaines de flou politique, Hariri suspend sa démission

ALGER - Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a annoncé la suspension de sa démission après trois semaines de suspens politique et de spéculation autour de la partie qui avait imposé cette démission surprise annoncée dans des circonstances entourées d'ambiguïté et de flou.

La plupart des Libanais ont attendu et des médias locaux ont écrit que Saad Hariri allait confirmer sa première démission, mais finalement le contraire qui s'est produit, il a suspendu cette étape politique.

"J'ai discuté de ma démission avec le président", a déclaré Hariri, dont la première démission, formulée depuis Djeddah (Arabie saoudite) le 4 novembre dernier, avait été refusée par le chef de l'Etat libanais.


Lire aussi: Hariri à Beyrouth avant des consultations pour un véritable partenariat avec toutes les forces politiques


Le chef du gouvernement libanais a expliqué que M. Aoun, en ce jour anniversaire de l'indépendance du pays, lui avait "enjoint d'attendre avant de la présenter", pour lui "permettre d'avantage de consultations".

"J'ai accepté cette requête", a conclu Saad Hariri, arrivé dans la capitale la veille. Hariri a tout de même déclaré qu'il était nécessaire que le Liban adopte une politique claire, de distanciation par rapport aux conflits régionaux.

Un point qui devrait être central dans les discussions ultérieures entre Libanais, a-t-on indiqué.

 

Eloigner le Liban des conflits régionaux

 

Dans son discours mercredi, M. Hariri a appelé à éloigner le Liban des conflits qui déchirent le Moyen-Orient en respectant une "politique de distanciation".

"J'aspire aujourd'hui à un véritable partenariat avec toutes les forces politiques en vue de mettre les intérêts du Liban au-dessus de tout autre", a indiqué le Premier ministre.

Lundi, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, s'était dit "ouvert à tout dialogue".

Plus tôt à Beyrouth, le chef du gouvernement était apparu aux côtés de M. Aoun et du chef du Parlement, Nabih Berri, dans une tribune pour assister à la parade militaire de la fête de l'Indépendance, 74 ans après la fin du  mandat français au Liban.

M. Aoun était allé jusqu'à accuser Ryadh de retenir M. Hariri en "otage", ce que l'intéressé et Ryadh ont ensuite démenti.

Le parti de M. Hariri, le Courant du Futur, a appelé ses partisans à un rassemblement devant la maison du chef du gouvernement, dans le centre-ville à 13H00 locales (11H00 GMT).

Plusieurs dizaines de personnes étaient rassemblées en fin de matinée près de son domicile en arborant le drapeau bleu du parti. "Toi ou personne", lit-on sur une banderole.


Lire aussi: Hariri annonce que sa démission est en suspens à la demande du président Aoun


La suspension par le Premier ministre de sa démission évite au Liban une grave crise gouvernementale et politique, qui aurait pu déstabiliser plus encore le pays, fragilisé par les tensions régionales entre l'Iran et  l'Arabie saoudite.

M. Aoun avait refusé jusqu'à présent d'accepter la démission de M. Hariri, la tradition voulant que celle-ci soit remise en main propre et sur le sol libanais. La démission d'un Premier ministre à partir d'un sol étranger est sans précédent dans l'histoire du Liban.

Dans son discours la veille de la fête de l'Indépendance, M. Aoun a appelé les Libanais à "l'unité" et à s'éloigner des dissensions.

M. Aoun s'est également adressé à la Ligue arabe, qui a accusé le Hezbollah "de financer et d'entraîner des groupes terroristes" dans des pays arabes. "Traiter avec le Liban nécessite beaucoup de sagesse, sinon cela le pousserait vers l'embrasement", a-t-il dit.

Last modified on mercredi, 22 novembre 2017 19:47
Liban: après trois semaines de flou politique, Hariri suspend sa démission
  Publié le : mercredi, 22 novembre 2017 19:22     Catégorie : Monde     Lu : 134 foi (s)   Partagez