Hariri à Beyrouth avant des consultations pour un véritable partenariat avec toutes les forces politiques

Publié le : mercredi, 22 novembre 2017 15:10   Lu : 118 fois
Hariri à Beyrouth avant des consultations pour un véritable partenariat avec toutes les forces politiques

BEYROUTH -  Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri, de retour à Beyrouth suite à une absence de trois semaines, a annoncé mercredi que sa démission était en suspens à la demande du président Michel Aoun, en attendant la tenue de davantage de consultations pour "un véritable partenariat avec toutes les forces politiques".

M. Hariri, qui est apparu dans la matinée aux côtés du président Michel Aoun lors de la parade militaire de la fête de l'indépendance du Liban, alors que beaucoup dans le pays doutaient de son retour après sa démission le 4 novembre, à partir de la capitale saoudienne.

Saad Hariri avait quitté mardi la France pour se rendre au Caire puis à Chypre avant de revenir dans la soirée à Beyrouth où des groupes de supporters sont descendus dans la rue en lançant des acclamations et en arborant des drapeaux aux couleurs de son mouvement, selon les images de télévisions.

M. Hariri, qui devait clarifier sa position sur sa démission, intervenue dans un contexte de tensions régionales, a indiqué avoir discuté avec le président de la République qui lui "a enjoint d'attendre avant de la présenter (La démission) pour permettre davantage de consultations" Une requête qu'il a accepté.

D'après Hariri, les discussions devront porter sur "les motivations et le contexte politique" de cette démission qui avait pris le Liban et la communauté internationale par surprise lorsque M. Hariri l'a annoncée le 4 novembre depuis Ryadh, capitale de l'Arabie saoudite.


Lire aussi: Hariri annonce que sa démission est en suspens à la demande du président Aoun


M. Hariri a espéré que le gel de sa décision "permettrait d'entamer de manière sérieuse un dialogue responsable (...) qui réglerait les différends". "J'aspire aujourd'hui à un véritable partenariat avec toutes les forces politiques en vue de mettre les intérêts du Liban au-dessus de tout autre", a-t-il ajouté

Le fait que M. Hariri ait annoncé sa démission depuis Ryadh et qu'il soit resté en Arabie saoudite pendant deux semaines, avait été à l'origine de spéculations politiques et soulevé de nombreuses questions.

Dans ce sillage, le président libanais Michel Aoun avait carrément accusé les Saoudiens de le retenir en "otage", ce que M. Hariri lui-même et Ryadh avaient catégoriquement démenti. En annonçant sa démission le 4 novembre, Hariri a accusé le mouvement libanais Hezbollah, qui fait partie de son gouvernement, de "mainmise" sur le Liban.

Le 5, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accusé l'Arabie saoudite d'avoir contraint M. Hariri à la démission, tandis que le président libanais continuait à hausser le ton et accuser Ryadh de détenir M. Hariri. "Nous le considérons donc comme en captivité et détenu (...)", avait-il dit, avant que Saad Hariri n'annonce qu'il va "très bientôt" rentrer dans son pays.

De nombreux pays et organisations internationales s'étaient inquiétés des retombées de l'annonce de la démission du Premier ministre libanais, rendue publique au début du mois depuis la capitale saoudienne.

Le chef de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit, en déplacement à Beyrouth, a appelé lundi à "préserver" le Liban des conflits régionaux. "Les pays arabes comprennent la situation au Liban, et veulent le préserver (...) de  toute dissension", a-t-il déclaré.


Lire aussi: Saad Hariri "clarifiera sa position" à son retour au Liban


"Personne ne peut vouloir, ou accepter, que l'on nuise au Liban", a-t-il affirmé en conférence de presse après avoir rencontré le président libanais Michel Aoun, soulignant la "spécificité" du pays, aux équilibres confessionnels fragiles.

De son côté, M. Aoun a estimé que le Liban "ne doit pas payer de sa stabilité sécuritaire et politique le prix des conflits" qui déchirent la région.

Dans son discours traditionnel la veille de la fête de l'Indépendance, le président Aoun a appelé les Libanais à "l'unité" et à s'éloigner de la dissension. Celle-ci "provoquerait une destruction totale qui n'épargnerait personne", a-t-il prévenu.

Hariri à Beyrouth avant des consultations pour un véritable partenariat avec toutes les forces politiques
  Publié le : mercredi, 22 novembre 2017 15:10     Catégorie : Monde     Lu : 118 foi (s)   Partagez