Sidati: la décision de la CJE sur l'exploitation des ressources sahraouies est "inévitable"

Publié le : dimanche, 22 octobre 2017 11:30   Lu : 42 fois
Sidati: la décision de la CJE sur l'exploitation des ressources sahraouies est "inévitable"

VITRY-SUR-SEINE (France) - La mise en oeuvre des décisions de la Cour de justice européenne (CJE) et des Nations unies relatives à l’exploitation illégale des ressources naturelles au Sahara occidental occupé, est "inévitable et incontournable", a insisté dimanche le ministre sahraoui, conseiller chargé des relations avec l’Union européenne (UE), Mohamed Sidati.

M. Sidati qui s'exprimait lors des travaux de la 42e Conférence européenne de coordination de soutien avec le peuple sahraoui (Eucoco), qui se tient à Vitry-sur-Seine en France, a exhorté L’Europe à "clarifier sa position" en ce qui concerne la protection des richesses du peuple sahraoui, l'invitant, par ailleurs, à "respecter les décisions des Nations unies mais surtout celles de la Cour européenne de justice".

Pour le ministre sahraoui, les participants à cette conférence ont été "unanimes pour dire que c’est le rôle de l’Europe d'agir dans le sens positif pour une résolution du conflit du Sahara occidental sur la base du droit international et l’exercice du peuple sahraoui de son droit inaliénable à l’autodétermination".

M. Sidati a, en outre, souligné l’importance de la tenue de cette Conférence en France, car, a-t-il dit, elle adresse "un message à l’Europe notamment à la France après les changements intervenus dans ce pays au lendemain des élections présidentielle et législatives".

"C’est un message envoyé à la France. Les participants sont unanimes pour dire que la France a, jusqu'ici, fait partie du problème alors qu'elle doit  faire partie de la solution" du conflit du Sahara occidental, vieux de plus de quarante ans, a-t-il martelé.

"Il y a une exigence, il faut dire que non seulement l’Europe est responsable dans ce conflit mais qu’elle peut aussi contribuer substantiellement à son règlement", a estimé le ministre sahraoui, conseiller chargé des relations extérieures avec l’UE, rappelant l'aspiration des participants à la conférence de voir la France, et par conséquent l'Europe, observer "la neutralité active et engagée".

La Conférence dont les travaux ont débuté samedi, est marquée par une importante participation de délégations, dont les membres ont animé des débats intenses, qualifiés de "consistants et sérieux" par les observateurs.

"Ces assises reflètent +la détermination+ de toutes les parties solidaires avec le peuple sahraoui pour aller de l’avant et dire que nous sommes pratiquement à une étape presque finale avant que les Sahraouis ne réalisent leurs droits inaliénables et atteindre leur objectif, qui est +la liberté+".

A la même occasion, M. Sidati est revenu sur la décision de la CJE de 2016, dénonçant des "manoeuvres et tentatives de contourner" un arrêt de justice, qui exclut les territoires sahraouis occupés de tous les accords liant le Maroc et l'UE.

"Le fait d’essayer de contourner et ne pas appliquer les décisions, relèverait désormais de la responsabilité de la Cour de justice, et ce dès le moment où les ressources du Sahara occidental sont pillées, dès le moment où l’Europe est impliquée à travers certains pays de l’UE dans ce pillage , bradage et exploitation illégale des ressources et richesses du Sahara occidental", a-t-il expliqué.

Dans ce cas de figure, "il faut se référer et aller vers la justice, mais aussi entreprendre des campagnes de grande envergure ciblant les Européens et les institutions européennes à travers la Commission, le Parlement européens et le Conseil de l’Europe pour exiger la mise en application de ces décisions, considérées comme +une avancée très importante pour le Sahara occidental et le peuple sahraoui au niveau de l’Europe+", a ajouté M. Sidati.

Les travaux de la 42 ème édition de l'Eucoco 2017 se poursuivaient dimanche sous le thème : "Autodétermination du peuple Sahraoui, droit inaliénable".

Plusieurs thématiques ont été à l'ordre du jour de cette conférence, à travers des ateliers et groupes de travail. Les axes débattus portent notamment sur la situation politique, les droits de l'homme et les ressources naturelles, ainsi que sur la construction de l'Etat sahraoui en exil. Les participants ont notamment mis en évidence les efforts historiques de la RASD et du Front Polisario depuis 976.

Last modified on dimanche, 22 octobre 2017 13:55
Sidati: la décision de la CJE sur l'exploitation des ressources sahraouies est "inévitable"
  Publié le : dimanche, 22 octobre 2017 11:30     Catégorie : Monde     Lu : 42 foi (s)   Partagez