Vague de violence contre les musulmans rohingyas: condamnation et témoignages accablants

Publié le : dimanche, 10 septembre 2017 18:47   Lu : 36 fois

BALUKHALI (Bangladesh) - La vague de violence visant les citoyens birmans de confession musulmane continuait dimanche de susciter la condamnation parmi la communauté internationale, qui dénonce des "actes brutaux systématiques" de la part de l'armée birmane à l'encontre des Rohingyas, alors que des médias, sur la base de témoignages de rescapés affirment que les victimes tombent encore dans les tueries menées par l'armée birmane.

L'Organisation de la coopération islamique (OCI) a dénoncé "des actes brutaux systématiques" de la part de l'armée birmane à l'encontre de la minorité musulmane des Rohingyas, appelant à une enquête indépendante sous l'égide des Nations Unies.

Dans un communiqué les 57 pays membres de l'OCI réunis à Astana, au Kazakhstan, ont exprimé leur "grave préoccupation concernant les récents actes brutaux systématiques de la part des forces armées contre la communauté musulmane des Rohingyas, ce qui constitue "une violation grave et grossière du droit international".

Face au drame inédit, des manifestations et sit-in sont organisés quotidiennement dans plusieurs capitales, parfois malgré leur interdiction, pour protester contre les crimes pratiqués contre les Rohingyas.

Près de 300.000 personnes, selon les Nations unies, la plupart des musulmans rohingyas, se sont réfugiées au Bangladesh pour fuir la campagne de répression déclenchée en Birmanie contre les musulmans. 

L'Algérie avait exprimé sa "grande préoccupation" face aux violences, rapportées par de nombreuses sources médiatiques et diplomatiques, perpétrées à l'encontre des citoyens birmans de confession musulmane, appelant le gouvernement birman à la "protection en urgence" de ses citoyens Rohingyas.

"Nous appelons le gouvernement de Birmanie à prendre toutes les mesures qui s'imposent pour faire la lumière sur ces violations et s'acquitter de son devoir de protection de ses citoyens Rohingya", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE), Abdelaziz Benali Cherif.  

"La communauté internationale est également appelée à agir en urgence notamment dans le cadre du Conseil de Sécurité des Nations Unies et du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés pour mettre un terme définitif à la violence exercée contre cette population vulnérable et prévenir le drame humanitaire dont les contours se dessinent chaque jour davantage", a-t-il conclu.

Par ailleurs, des médias ont fait état dimanche de tueries menées par des soldats birmans qui barrent l'accès aux mosquées, soutenus par des hommes armés de machettes et de bidons d'essence.

"Ceux qui couraient ont été tués à coups de machette. D'autres sont tombés sous les balles de l'armée", raconte Master Kamal, un enseignant de 53 ans, l'un des survivants du massacre survenu dans le village d'Aung Sit Pyin, dans l'Etat Rakhine (nord-ouest de la Birmanie).

L'AFP a interviewé une dizaine d'habitants de ce village qui ont réussi à trouver refuge à Bakukhali, vaste bidonville du Bangladesh, et ils font un récit effrayant des événements du 25 août, précise l'agence.

"La répression a poussé à l'exode près de 300.000 membres de cette minorité musulmane, sur une population totale d'environ un million", ont écrit des médias.

"Ils brûlaient les maisons. Nous avons pris la fuite pour avoir la vie sauve. C'est la première fois que nous fuyons. Je n'ai jamais vu une telle violence", déclare encore Master Kamal, ajoutant avoir vu trois de ses voisins être tués.

Last modified on dimanche, 10 septembre 2017 18:48
Vague de violence contre les musulmans rohingyas: condamnation et témoignages accablants
  Publié le : dimanche, 10 septembre 2017 18:47     Catégorie : Monde     Lu : 36 foi (s)   Partagez