Le gouverneur de la Banque d'Algérie souligne l’importance de l’ajustement économique face à la chute des prix de pétrole

Publié le : samedi, 22 avril 2017 16:17   Lu : 214 fois
Le gouverneur de la Banque d'Algérie souligne l’importance de l’ajustement économique face à la chute des prix de pétrole
APS PHOTOS © 2017

WASHINGTON - Le gouverneur de la Banque d’Algérie, M. Mohamed Loukal, a déclaré samedi à Washington que les pays de la région Mena continuaient à faire face à la chute des cours de pétrole, soulignant les efforts d’ajustement économique entrepris pour faire face à la crise.

S’exprimant lors de la réunion du Comité monétaire et financier du FMI, M. Loukal a indiqué que la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, ainsi que le Pakistan et l’Afghanistan, continuent à faire face aux défis croissants de la chute des prix du pétrole et à des problèmes de sécurité dans certains de ces pays.

M. Loukal est intervenu à cette réunion au nom de sept pays que sont l’Algérie, l’Afghanistan, le Ghana, l’Iran, le Maroc, le Pakistan et la Tunisie.

Le gouverneur a mis l’accent durant son intervention sur les efforts d’ajustement économique et les réformes entrepris par les pays exportateurs de pétrole depuis que les cours ont amorcé leur baisse en 2014.

Il a relevé, en particulier, l’importance de l’adoption de stratégies de diversification économique et du rôle que doit jouer la politique budgétaire en conjonction avec des réformes structurelles pour soutenir la croissance.

"Nonobstant les différences en matière de marges de manœuvre ou d’espaces budgétaires, poursuivre des politiques budgétaires pro-croissance est toujours possible et doivent accorder la priorité aux investissements d’infrastructure et au développement du capital humain tout en ciblant les subventions et en augmentant les dépenses pour protéger les segments vulnérables des populations", a-t-il expliqué.

Mais il a tenu à préciser que ces politiques d’ajustement "doivent être adaptées aux circonstances spécifiques des pays, être de nature à libérer le potentiel d’innovation et donner la priorité à l’efficience, la concurrence et le renforcement du capital humain".

Le gouverneur a plaidé, à ce titre, pour la poursuite du soutien du FMI aux pays à faible revenu, aux Etats fragiles et aux petits Etats, tout en soutenant les Objectifs de développement durable à l’horizon 2030.

"Le FMI, la Banque Mondiale et les banques régionales de développement devraient poursuivre leur soutien à cet élan d’ajustement et de réformes", a-t-il indiqué en constatant que "la mise en £uvre des réformes structurelles a varié selon les pays de la région et devraient s’accélérer pour accroître la croissance potentielle et l’emploi et réduire la pauvreté".

Le gouverneur a, par ailleurs, réitéré l’appel des sept pays pour finaliser la 15ème revue générale des quotes-parts, en adoptant une nouvelle formule de calcul au plus tard à la date des réunions de printemps de 2019.

Cette révision devrait aboutir à "une juste représentation des pays émergents et en développement, tout en protégeant les quotes-parts relatives des pays les plus pauvres", a-t-il ajouté.

Abordant les perspectives de l’économie mondiale, M. Loukal a noté que la reprise se "raffermit modérément" et "présage de meilleures perspectives à moyen terme, particulièrement si une demande plus robuste dans les pays avancés venait à accompagner l’élan, déjà solide, fourni par la Chine et d’autres économies émergentes".

Cependant, "les perspectives demeurent obscurcies par une multitude de risques qui pourraient contrarier la fragile reprise", a-t-il estimé.

Outre les risques familiers liés aux legs de la crise et au resserrement des conditions financières mondiales, l’économie mondiale fait face maintenant à "des risques nouveaux liés à l’incertitude en matière de politiques économiques dans les pays avancés, à la résurgence d’agendas populistes et intravertis menaçant le système de coopération commerciale et économique mondiale et aux tensions géopolitiques accrus et conflits durables", a relevé M. Loukal.

"Nous devons, par conséquent, demeurer vigilants face à ces risques, anciens et nouveaux, et agir de manière décisive pour éviter toute rechute, dans cette conjoncture critique de l’économie mondiale", a-t-il enchaîné.

A ce propos, le gouverneur de la Banque d'Algérie a soutenu que l’approche basée sur trois piliers du FMI, telle que prônée dans l’agenda global de politiques de la directrice générale du FMI, "constitue un plan de charge utile pour soutenir la reprise en cours".

Il s’agit de poursuivre des politiques monétaires accommodantes dans les pays avancés, des politiques budgétaires plus favorables à la croissance, des réformes structurelles intensifiées pour accroître la croissance et la résilience.

"Ce sont des prérequis pour renforcer le momentum de croissance économique et préserver la stabilité financière", a-t-il indiqué.

"A l’évidence, les circonstances spécifiques des pays dicteront le mix de politiques des cas individuels, mais une plus grande cohérence doit être assurée au plan global", a recommandé M. Loukal. 

Last modified on samedi, 22 avril 2017 16:38
Le gouverneur de la Banque d'Algérie souligne l’importance de l’ajustement économique face à la chute des prix de pétrole
  Publié le : samedi, 22 avril 2017 16:17     Catégorie : Economie     Lu : 214 foi (s)   Partagez