Connexion

Connectez-vous à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Rester connecté(e)

Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |12/03/2017

USD 61$ in 108.56 in 115.18
EUR 1€ in 115.07 in 122.13
JPY 100¥ in 94.02 in 99.79
GBP in 132.00 in 140.09

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

24/03/2017 07:04

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube  

Vous êtes ici : ACCUEIL»MONDE»La Commission européenne révise à la hausse ses prévisions de croissance pour la Zone euro
lundi, 13 février 2017 19:19

La Commission européenne révise à la hausse ses prévisions de croissance pour la Zone euro

BRUXELLES - La Commission européenne a revu à la hausse ses prévisions de croissance pour la zone euro en 2017 et 2018, prévenant, toutefois, que les perspectives sont ‘‘plus incertaines’‘ que jamais après l'élection de Donald Trump à la Maison blanche et le vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'Union européenne (UE).

Dans ses prévisions d'hiver publiées lundi, l'exécutif européen table désormais sur une croissance du PIB de 1,6% en 2017 et de 1,8% en 2018 dans la zone euro contre, respectivement, 1,5% et 1,7%  annoncés dans ses prévisions d'automne.

Ces prévisions ont été légèrement revues à la hausse ‘‘sous l'effet de résultats meilleurs que prévu au second semestre de 2016 et d'un début 2017 plutôt bon’‘, a expliqué la Commission européenne.

Pour ce qui est de l'ensemble de l'UE, la croissance du PIB devrait suivre une évolution similaire pour s'établir à 1,8% cette année et l'an prochain contre 1,6% en 2017 et 1,8% en 2018 annoncés dans les prévisions d'automnes.

L'économie européenne devrait poursuivre sa reprise cette année et l'année suivante, prévoient les économistes de la Commission européenne. ‘‘Pour la première fois depuis près de dix ans, les économies de tous les Etats membres de l'UE devraient croître sur l'ensemble de la période de prévision (2016, 2017 et 2018)’‘, s'est félicité l'exécutif européen.

Selon ces économistes, la croissance continuera à être tirée principalement par la consommation des ménages, ‘‘soutenue par des améliorations durables de l'emploi et une hausse plus importante des salaires nominaux’‘.

Toutefois, ces derniers préviennent que la croissance de la consommation privée sera appelée à ‘‘ralentir’‘ en raison de la hausse de l'inflation qui va limiter la hausse du pouvoir d'achat des ménages cette année et l'année prochaine.

La Commission européenne table, en outre, sur la poursuite de la progression de l'investissement, mais à un rythme modéré.

Dans l'ensemble, l'exécutif européen prévoit que les investissements dans la zone euro augmentent de 2,9% cette année et de 3,4% en 2018 (2,9% et 3,1% dans l'UE), soit une hausse de 8,2% depuis le début de la reprise au début de 2013.

==Hausse de l'inflation, baisse du chômage

L'inflation dans la zone euro devrait poursuivre sa progression entamée ces derniers mois en raison de la hausse des prix de l'énergie, prévoit la Commission européenne.

Cependant, si l'inflation  devrait désormais s'orienter à la hausse en 2017 et 2018 après avoir enregistré des niveaux très faibles ces deux dernières années, elle restera en deçà de l'objectif de taux proches de 2%, fixé par la BCE et qui définit la stabilité des prix.

L'inflation dans la zone euro devrait ainsi passer de 0,2% en 2016 à 1,7% en 2017 et à 1,4% en 2018, prévoit la Commission européenne.

Dans l'ensemble de l'UE, les prévisions tablent sur une hausse de l'inflation qui, de 0,3% en 2016, s'établirait à 1,8% en 2017 et à 1,7% en 2018. L'inflation sous-jacente, qui exclut les prix volatils de l'énergie et des denrées alimentaires, ne devrait augmenter que progressivement, a-t-on ajouté.

Sur le front de l'emploi, la Commission table sur la poursuite de la croissance ‘‘à un rythme relativement soutenu’‘, mais un peu moins rapidement en 2017 et 2018 par rapport à l'an dernier.

Cette croissance de l'emploi devrait contribuer à faire baisser le taux de chômage dans la zone euro, prévoit l'exécutif européen qui mise sur un recul du taux de chômage, passant de 10,0% en 2016 à 9,6% cette année et à 9,1% en 2018.

Pour ce qui est de l'UE dans son ensemble, le chômage devrait diminuer, de 8,5% en 2016, à 8,1% en 2017 et à 7,8% en 2018.

‘‘Ces chiffres du chômage sont les plus bas depuis 2009, mais restent supérieurs aux niveaux d'avant la crise’‘, a fait remarquer la Commission européenne.

S'agissant des finances publiques, la Commission s'est montrée encore une fois plus optimiste qu'à l'automne, tablant sur un déficit global de la zone euro à 1,4% du PIB en 2017 et en 2018, soit 0,1 point de moins dans les deux cas.

Détaillant les risques ‘‘exceptionnels’‘ qui pèsent sur ses nouvelles prévisions, l'exécutif européen cite la nouvelle administration américaine qui ‘‘doit encore clarifier ses intentions dans des domaines clés’‘, et les nombreuses élections qui doivent se tenir en Europe cette année, notamment en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, ainsi que les prochaines négociations avec le Royaume-Uni sur sa sortie du Bloc des 28.

‘‘L'économie européenne a démontré qu'elle était capable de résister aux multiples chocs qui se sont produits au cours de l'année passée. La croissance tient bon et le chômage et les déficits s'orientent à la baisse’‘, s'est réjoui le Commissaire chargé des affaires économiques et financières, Pierre Moscovici lors d'un point de presse.

Toutefois, il a estimé qu' ‘‘avec de tels niveaux d'incertitude, il importe plus que jamais que nous utilisions tous les instruments politiques pour soutenir la croissance’‘.

Lu: 272 fois
banner-aps