Syrie: le gouvernement et l'opposition pourraient reconvoquer le Comité constitutionnel en novembre

Publié le : vendredi, 30 octobre 2020 18:07   Lu : 1 fois

NEW YORK (Nations unies) - Le gouvernement syrien et l'opposition pourrait reconvoquer le Comité constitutionnel en novembre, ouvrant la porte à un processus de paix plus large, a déclaré l'Envoyé spécial pour la Syrie, Geir Pedersen, au Conseil de sécurité.

"Les parties au conflit syrien pourraient convoquer à nouveau le Comité constitutionnel en novembre", a déclaré M. pederson lors d'une réunion par vidéoconférence du Conseil de sécurité le 27 octobre, soulignant que de tels progrès pourraient être "une porte ouverte à un processus de paix plus profond et plus large".

Geir Pedersen, en présentant le dernier rapport du Secrétaire général sur l'application des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité (document S / 2020/1031), a déclaré qu'il était "en communication avec les coprésidents du Comité constitutionnel pour clarifier certains points de l'ordre du jour".

Ahmad Kuzbari, le coprésident désigné par le Gouvernement syrien, avait insisté pour que l'ordre du jour de la troisième session "centré sur les fondements et principes nationaux" reste pour une quatrième session, tandis que Hadi al-Bahra, le coprésident désigné par l'opposition, avait demandé que l'ordre du jour se concentre sur le "préambule, les principes constitutionnels, les droits et libertés, la primauté du droit ou la structure de la constitution". Il a déclaré que "des progrès au sein du Comité constitutionnel pourraient ouvrir la porte à un processus politique plus large".

M. Pedersen a déclaré, en ce sens, qu'il voyait des "éléments positifs, au-delà de la réforme constitutionnelle, vers la construction d'un processus plus large, y compris le point de vue de certaines parties prenantes clés selon lesquelles la phase militaire du conflit se terminait, avec une concentration renouvelée sur le processus politique". "Les lignes de front n'ont pas changé depuis environ huit mois. Et le nombre de civils tués ces derniers mois est, selon les groupes de surveillance, à (ses) niveaux les plus bas depuis 2011", a-t-il observé.

L'envoyé onusien a en outre réaffirmé qu'un "accord politique pour mettre en œuvre la résolution 2254 (2015) du Conseil était en effet le moyen de restaurer la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Syrie et de répondre aux aspirations légitimes de tous les Syriens".

"Le point culminant d'un processus politique serait des élections libres et régulières, conformément à une nouvelle constitution, administrée sous la supervision des Nations Unies, selon les normes internationales les plus élevées, avec tous les Syriens, y compris ceux de la diaspora, éligibles pour y participer, a-t-il soutenu.

Pour sa part, Mark Lowcock, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, a informé le Conseil de sécurité que l'ampleur de l'épidémie de COVID-19 serait probablement bien supérieure aux 13 500 cas confirmés à ce jour, en particulier dans les pays à forte densité de population des zones telles que Damas, Alep, Homs et les camps de déplacés surpeuplés dans le nord syrien.

D'après lui, la réponse des Nations Unies au COVID-19 en Syrie nécessite 211 millions de dollars supplémentaires pour maintenir les lignes d'approvisionnement en santé.

Syrie: le gouvernement et l'opposition pourraient reconvoquer le Comité constitutionnel en novembre
  Publié le : vendredi, 30 octobre 2020 18:07     Catégorie : Monde     Lu : 1 foi (s)   Partagez