Journée internationale de la paix: décoloniser la Palestine et le Sahara occidental

Publié le : mardi, 22 septembre 2020 18:24   Lu : 128 fois
Journée internationale de la paix: décoloniser la Palestine et le Sahara occidental

ALGER - Les participants au colloque national sur la solidarité et le soutien constants envers les peuples palestinien et sahraoui, ont mis l'accent lundi à Alger sur l'impératif d'appliquer les résolutions onusiennes et de décoloniser la Palestine et le Sahara occidental, mettant en garde contre les dangers du retardement à assurer aux deux peuples leur droit à l'autodétermination.

Organisé par le Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS), en coordination avec un réseau de journalistes algériens, l'Association Mechaal E-chahid et l'ambassade de la RASD, ce colloque national, célébré à l'occasion de la Journée internationale de la paix, le 21 septembre de chaque année, a été l'occasion pour les conférenciers de plaider pour la nécessité de contraindre les colonisateurs marocain et israélien de se conformer à la légitimité internationale.

Intervenant à l'ouverture de cet événement, Dr. Said Ayachi, président du CNASPS, a affirmé que "l'Algérie est très préoccupée par la violation de la paix ici et là par ces grandes forces qui ont mis en place des lois imposant la sécurité et la paix dans le monde".

"Ce sont ces grandes forces qui ont, malheureusement, établi des lois garantissant la paix après avoir enregistré 34 millions de victimes à la fin de la première guerre mondiale et 50 millions autres après la deuxième guerre mondiale", a-t-il regretté.

Et d'jouter, "La Palestine subit l'occupation sioniste depuis 1948, mais Israël continue à faire fi de toutes les résolutions du Conseil de sécurité. Pis encore, il procède à l'annexion d'autres territoires palestiniens".

C'est également le cas du "peuple sahraoui qui résiste à l'occupation sans pour autant parvenir à exercer son droit à l'autodétermination", a décrié M. Layachi, mettant en garde contre les dangers qui résultent de la violation continue des droits des Sahraouis et du pillage de leur richesse".

A ce propos, il a exhorté le Conseil de sécurité à défendre cette cause et à mettre en œuvre les résolutions internationales en vue de mettre un terme à l'occupation.

L'Algérie poursuivra son combat en faveur des pays colonisés ainsi que ses actions solidaires avec les peuples palestinien et sahraoui jusqu'à leur indépendance, a-t-il réitéré.


Lire aussi: Sahara occidental: l'atermoiement dans l'application du droit international entrave le processus de règlement


Pour sa part, Abdelaziz Medjahed, directeur de l'Institut national d'études de stratégie globale (INESG), a estimé dans une déclaration à l'APS en marge de cette manifestation, que "bien des pays obstruent le processus de résolution de la cause sahraouie, d'ailleurs leurs positions en faveur du Maroc sont claires au sein du Conseil de sécurité, mais ils manquent de courage pour les annoncer solennellement".

Preuve en est, "aucun pays ne reconnait la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, c'est pourquoi il faudrait mettre un terme à cette hypocrisie politique", a-t-il souligné.

M. Medjahed s'est dit optimiste quant à la décolonisation du Sahara occidental, car considérant que "c'est la volonté des peuples qui prendra le dessus finalement, et le peuple sahraoui a résisté à six (6) pays occidentaux ayant tenté de le coloniser, rien donc ne l'arrêtera de recouvrer son indépendance".

"Seule la résistance des Sahraouis nous mènera à réaliser le Maghreb des peuples, et sans eux, il n'y aura pas de grand Maghreb", en voici la position constante de l'Algérie, a-t-il conclu.

Présent à cette occasion, le président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Bouzid Lazhari a rappelé, dans une déclaration à l'APS, que "la mission des Nations unies consiste à préserver la paix et la sécurité internationales, d'où l'impératif de décoloniser ces territoires et de mettre en œuvre la résolution onusienne numéro 1514".

Affirmant que l'Algérie n'abondonnera pas les pays colonisés jusqu'à ce qu'ils recouvrent leur indépendance conformément aux principes du 1e Novembre, M. Lazhari a souligné que ces principes ont été maintenus dans la nouvelle Constitution tout en les renforçant par la Paix, les droits de l'Homme et le développement, en sus d'autres articles tels que 31 et 32 portant sur "l'attachement de l'Algérie aux principes fondamentaux de l'ONU et son soutien aux peuples qui luttent pour leur indépendance".

Il a mis l'accent, par la même, sur la nécessité d'organiser un référendum populaire dans les plus brefs délais pour mettre fin à la colonisation.

Pour sa part, le professeur en droit international, Amar Tahri a déclaré à l'APS que tout retard accusé en terme d'organisation du référendum aura des retombées sur la paix dans  toute la région, d'autant que les richesses naturelles sont la cible des grandes puissances".


Lire aussi: L'ONU appelée à faire pression sur le Maroc pour accepter les missions techniques


"L'autodétermination est un droit fondamental du peuple sahraoui par la force de la loi et l'ONU doit assumer ses responsabilités face à la tergiversation qui menacent la région et nourrissent des conflits stratégiques", a précisé l'universitaire, citant l'exemple des évènements survenus au niveau de la région est de la Méditerrané.

Dans le même sillage, le président du réseau de journalistes soutenant la cause sahraouie, Mustapha Ait Mouhoub a fait savoir "la Palestine et le Sahara Occidental constituent deux foyers de tension qui pourraient mener à des chemins sinueux et épineux menaçant la stabilité de la région".

"Les tentatives désespérées du Maroc pour étouffer la cause sahraouie ne dureront pas tant que le peuple sahraouie s'attache à son droit légitime", a poursuivi le journaliste, Ait Mouhoub, s'indignant de la politique de deux poids deux mesures observée par l'ONU.

De son côté, l'ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique, Abdelkader Taleb Omar a affirmé "aujourd'hui la balle est dans le camps de la communauté internationale qui doit prendre des mesures pratiques pour amener le Maroc à l'organisation d'un référendum d'autodétermination", condamnant "la tergiversation de l'ONU en terme de programmation du référendum".

"Si l'ONU veut réussir sa mission elle doit amener le Maroc à cesser ses violations aux droits du peuple sahraoui et le contraindre à appliquer les résolutions onusiennes, faute de quoi, elle perdra sa crédibilité", a ajouté M. Taleb Omar.

Mettant en garde encore une fois contre "l'impatience des sahraouis face à l'escalade marocaine qui les oblige à opter pour d'autres choix afin d'arracher leur liberté", le diplomate a souligné que le peuple sahraoui ne se rendra pas et son combat sera couronné par l'indépendance".

Le colloque national a vu la participation de nombre de représentants du corps diplomatique en Algérie à l'image du chargé d'affaires à l'ambassade de la République d'Afrique du Sud à Alger, un représentant de l'ambassade de Vietnam, outre des personnalités nationales et des universitaires entre chercheurs et académiciens.

Ont pris part également des personnalités de l'étranger via "Skype" tels que le président de la coordination des associations européenne de soutien au peuple sahraoui, Pierre Galon.

Journée internationale de la paix: décoloniser la Palestine et le Sahara occidental
  Publié le : mardi, 22 septembre 2020 18:24     Catégorie : Monde     Lu : 128 foi (s)   Partagez