Covid-19: une "guerre" lancée contre un "ennemi invisible"

Publié le : samedi, 21 mars 2020 20:10   Lu : 558 fois
Covid-19: une "guerre" lancée contre un "ennemi invisible"

ALGER - Le nouveau coronavirus (Covid-19) et le danger qu'il fait peser sur l'humanité par sa dangerosité et sa propagation rapide a suscité une forte mobilisation dans le monde poussant les Etats-Unis, à l'instar d'autres pays, à déclarer "une guerre" contre un "ennemi invisible".

 Les Etats-Unis sont passés à une nouvelle étape face au coronavirus, et le président Donald Trump s'est présenté comme un président "en temps de guerre", alors que la première puissance mondiale, qui a beaucoup tardé à lancer les tests, compte désormais plus de 7.300 cas confirmés et 115 morts.

Donald Trump, qui avait initialement minimisé l'épidémie, adopte un ton de plus en plus grave au fil des points presse de la Maison Blanche. "Toutes les générations d'Américains ont été appelés à faire des sacrifices pour le bien de la nation", a-t-il déclaré, en rappelant la mobilisation des Américains pendant la Seconde guerre mondiale.

"Maintenant c'est notre tour. Nous devons nous sacrifier ensemble, car nous sommes tous ensemble là-dedans, et nous en sortirons ensemble", a-t-il ajouté. Il s'est comparé à "un président en temps de guerre", face à un "ennemi invisible".

Les mesures annoncées confirment ce ton nouveau: un navire-hôpital, le USNS Comfort, avec quelque 1.000 chambres, doit être envoyé dans le port de New York, a annoncé Andrew Cuomo, gouverneur de l'Etat de New York, l'un des plus touchés par l'épidémie. On ignorait quand le navire, actuellement ancré à quelque 500 kilomètres plus au sud, à Norfolk (Virginie), arriverait dans la première métropole américaine, mais cela pourrait prendre plusieurs semaines, selon une porte-parole du Pentagone.


Lire aussi: Coronavirus: les Algériens plus conscients quant à la dangerosité du virus


Le Corps des ingénieurs de l'armée (US Army Corps of Engineers), qui dépend également du ministère de la Défense, va lui aussi entrer en action, comme le réclamait depuis quelques jours M. Cuomo.

Le président américain a aussi indiqué qu'il allait invoquer le Defense Production Act, une loi qui date de la guerre de Corée et permet de mobiliser le secteur industriel privé pour les besoins de la sécurité du pays.

Les Etats-Unis ont été touchés par l'épidémie après l'Asie et l'Europe, avec un décalage amplifié par le retard pris dans les tests. Malgré des progrès ces derniers jours, beaucoup de personnes aux Etats-Unis, bien que symptomatiques, ne peuvent toujours pas être testées, faute de tests en nombre suffisant.

La Food and Drug administration, agence fédérale qui supervise les médicaments, a indiqué explorer la possibilité de tests auto-administrés par bâtonnets, qui pourraient être envoyés par la poste, alors que les médias américains parlent de dix millions de vies menacées aux Etats-Unis.

 

La bataille contre le Corona, une "guerre mondiale"

 

 Au Liban, le secrétaire général du mouvement Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah s’est exprimé sur la question du nouveau coronavirus, "désormais le premier souci de toute l’humanité" à travers un récent discours télévisé dans lequel il a comparé "la bataille contre le coronavirus à une guerre mondiale", qui incombe à chaque individu d’assumer ses responsabilités.

"Sachez que nous sommes confrontés à une bataille, cette bataille est comparable à celle d’une guerre mondiale car aucun Etat dans le monde n’est pas confronté à ce virus, d’ailleurs ce n’est pas pour rien que l’OMS l’a qualifié de pandémie", a-t-il indiqué.

"Or, dans cette bataille, comme dans toute bataille ... il y a un ennemi et il y a des cibles, et dans toute bataille d’habitude, la première chose qu’on fait c’est d’identifier l’ennemi, afin de définir les moyens de défense et de résistance. Dans ce cas, l’ennemi est un virus dont on ne connait pas encore toute sa puissance, sa personnalité, mais son danger est devenu évident, car il menace directement la vie des gens", a-t-il précisé.

"Il ne s’agit pas d’un ennemi qui impose une guerre psychologique ou économique qu’on peux gérer dans un lieu géographique précis ou dans un cadre précis, sa menace traverse toutes les frontières, atteint tous les continents, touchent toutes les races, les catégories sociales, les confessions. Cet ennemi ne s’arrête pas à un nombre précis de morts, ils tuent sans compter", a-t-il ajouté.


Lire aussi: Coronavirus: 139 cas confirmés, dont 15 décès en Algérie


Par ailleurs, un Editorial du "Monde" indiquait que la France est "en guerre", comme l’a répété à plusieurs reprises le président Emanuel Macron dans son allocution télévisée du 16 mars.

Les Français ont peur, indique une enquête Ipsos-Sopra- Steria, réalisée les 16 et 17 mars, pour le Cevipof. Lorsqu’on les interroge, 45 % d’entre eux donnent une note de 7 à 10 (sur 10) pour qualifier leur niveau de crainte liée au coronavirus, 84 % estiment que les conséquences de la pandémie sur la santé en France sont "graves", et 47 % les jugent même "très graves".

L'épidémie de Covid-19 a causé la mort de 450 patients en France au total, soit 78 supplémentaires en 24 heures, et l'hospitalisation de 5.226 malades, dont près de 1.300 en réanimation, a annoncé vendredi le ministère de la Santé.

Au Brésil, plus de 13 millions de personnes habitant dans des favelas craignent d'être contaminés par le Coronavirus. Ces quartiers populaires à flan de collines, aux ruelles exiguës, aux maisons étroites et imbriquées les unes sur les autres, parfois sans eau courante, sont des bombes à retardement face au coronavirus, relèvent des médias locaux.

La sirène a retenti et fait écho sur la colline de Gloria, quartier populaire de Rio de Janeiro. "Mesure de prévention contre le Corona Virus, nous demandons à la population de se protéger, d’éviter de se rassembler et de rentrer chez soi".

 Le gouvernement  de Jair Bolsonaro a annoncé la création d’un plan d’urgence, de 200 reais mensuel par travailleur informel, environs 30 euros . Pas de quoi tenir une quarantaine à 6 dans une pièce. En attendant, les communautés s’organisent toutes seules. Certains gangs commencent à contrôler les entrées et les sorties des collines et des groupes WhatsApp ont vu le jour, pour faire passer le message en cas de livraison de gel hydroalcoolique.

 

Covid-19: une "guerre" lancée contre un "ennemi invisible"
  Publié le : samedi, 21 mars 2020 20:10     Catégorie : Monde     Lu : 558 foi (s)   Partagez