Syrie/Idleb: le cessez-le feu respecté après une semaine de son entrée en vigueur

Publié le : mercredi, 11 mars 2020 13:07
Syrie/Idleb: le cessez-le feu respecté après une semaine de son entrée en vigueur

ALGER - Le respect de l'accord russo-turc conclu à Moscou sur un cessez-le-feu à Idleb dans le nord-ouest de la Syrie est toujours de mise après une semaine de son entrée en vigueur, permettant un calme dans la région et un retour à la vie normale au bénéfice des populations locales, rapportent des sources médiatiques.   

"Aucun échange de tirs ni accrochage militaire d'envergeure entre les forces de l'armée syrienne et les troupes de la Turquie n'ont été enregistrés depuis jeudi dernier date à laquelle l'accord a été signé", selon des médias locaux.

 L'accord en question va être davantage consolidé et renforcé dans les prochains jours avec l'organisation notamment à partir du 15 mars des patrouilles communes sur une large portion de l'autoroute M4, un axe crucial traversant la région d'Idleb qui permettra de superviser de très près la trêve, affirment les mêmes sources.

L'organisation des patrouilles communes dans cette zone est la première du genre entre les Russes et Turcs, a-t-on relevé.

 En attendant, des discussions militaires turquo-russes ont eu lieu mardi à Ankara dans l'objectif de mieux renforcer et parfaire les modalités d'application de l'accord, selon le ministère turc de la Défense.

Les termes de l'accord russo-turc prévoient en sus des discussions militaires régulières entre les parties russe et turque et l'organisation des patrouilles communes, de créer un couloir de sécurité à 6 km au nord et à 6 km au sud de l'autoroute stratégique M4, qui relie Alep à Lattaquié.


Lire aussi: Syrie: l'armée reprend plusieurs villes, Damas déterminée à faire face à toute agression étrangère


Selon le président turc, Recep Tayyip Erdogan, l'accord portant sur le cessez-le feu à Idleb aspire dans le cas où il est respecté  à "mieux protéger les frontières turques, à jeter les bases d'une normalisation à Idleb et assurer la protection des civils".

 "La trêve apportera aussi  des gains significatifs dans plusieurs domaines, et préparera le terrain pour la stabilité", a indiqué le président Erdogan sur les colonnes du quotidien turc Hurriyet.  

Dans ce sens, les médias syriens parus au cours de cette semaine ont fait part de la réouverture  de la quasi-totalité des services encore en activité dans les villes d'Idleb et Alep et une dynamique inhabituelle sur les axes routiers caractérisée par le retour en nombre des camions lourds transportant tous types de marchandises et des bus de transport des voyageurs.  

Les chances de voir cet accord aboutir et s'installer dans la durée sont, selon des observateurs de la scène internationale, nombreuses et solides. Le suivi de très près par les Nations-unies et le Conseil de sécurité pour ledit accord est un gage de plus.

Le secrétaire général des Nations-unies, Antonio Guterres, a espéré, quant à lui, que l'accord de cessez-le-feu conclu entre la Turquie et la Russie pour la province d'Idleb en Syrie "mènera à une cessation des hostilités immédiate et durable au bénéfice de la population".De son côté le Conseil de sécurité a organisé vendredi une réunion urgente sur la situation en Syrie afin d'étudier les derniers développements, et ce, à la demande de la Russie.

 

Cap sur la relance de la machine économique

 

Après la démarche portant réouverture des services d'utilité publique aux profit des Syriens partout dans le pays, le gouvernement syrien s'attèle désormais à relancer la machine économique en berne depuis le début de la crise en 2011.

En effet , des instructions fermes ont été données aux membres de gouvernement, afin de redoubler d'efforts et de s'attaquer à la relance de tous les secteurs d'activités frappés par les répercussions de la guerre causant  leur arrêt, voire leur effondrement.

Ainsi, les ports, les aéroports, les secteurs de l'agriculture, de la pêche et des services devraient tous renouer avec le rythme de fonctionnement d'avant la guerre, affirme-t-on. 

Le secteur de l'agriculture qui constitue la pierre angulaire de l'économie syrienne devrait retrouver son éclat et sa place importante, selon les autorités syriennes. C'est le cas aussi pour le secteur de la pêche qui constituait avec le secteur agricole les deux premiers secteurs pourvoyeurs de richesse et d'emploi.        


Lire aussi: Erdogan à Bruxelles: afflux migratoires et la situation à Idleb au menu 


Le gel et le blocage ayant touché les secteurs névralgiques en raison de la guerre ont eu des effets dévastateurs sur les indices de développement en Syrie.L'économie aurait reculé de 70% entre 2011 et 2017. Le produit intérieur brut a chuté de - 12 % durant la même période, selon la banque mondiale.

Une telle situation a fait sortir le président du Comité international de la Croix rouge ( CICR), Peter Maurer, de son silence et lancer un SOS quant à l'emabrgo économique en Syrie affectant  gravement la société et l’économie, ce qui se reflète négativement sur les besoins humanitaires de première nécessité.

Dans une conférence de presse tenue avec le président du Croissant rouge arabe syrien, Khaled Hubeibati, M. Maurer a fait savoir que "les besoins humanitaires du peuple en Syrie augmentent à cause de la guerre déclenchée contre elle".

Syrie/Idleb: le cessez-le feu respecté après une semaine de son entrée en vigueur
  Publié le : mercredi, 11 mars 2020 13:07     Catégorie : Monde     Lu : 161 foi (s)   Partagez