Il y a trente ans, la libération de Mandela signait la "mort" de l'apartheid

Publié le : mercredi, 12 février 2020 09:01
Il y a trente ans, la libération de Mandela signait la "mort" de l'apartheid

LE CAP - Le président sud-africain Cyril Ramaphosa s'est rappelé mardi, trente ans jour pour jour après la libération de Nelson Mandela, du "moment grisant" de la libération du héros de la lutte contre l'apartheid qui a marqué "la mort" du régime raciste.

"Le jour où Mandela a été libéré, nous savions tous que l'apartheid était mort", a lancé Cyril Ramaphosa devant des centaines d'écoliers et des combattants de la libération au Cap, la capitale parlementaire.

"C'était un moment grisant", s'est-il rappelé depuis le balcon de la mairie, là-même où Nelson Mandela, libre après vingt-sept ans passés derrière les barreaux, s'était exprimé devant des milliers de ses partisans le 11 février 1990.

Ce jour-là, le jeune Ramaphosa, âgé de 37 ans, se tenait aux côtés de l'ex-prisonnier le plus connu au monde. "Je tenais le micro alors qu'il s'exprimait pour la première fois" depuis sa libération, s'est souvenu le président Ramaphosa. "Rien ne pouvait décrire cette brève seconde quand le micro a crépité", a-t-il ajouté.

Ce 11 février 1990, "les gens dans le monde entier avaient les yeuxremplis de larmes et c'était des larmes de joie", s'est rappelé Cyril Ramaphosa mardi, à côté d'une statue de Nelson Mandela. "On se rappellera de ce jour comme l'un des jours les plus mémorables de l'histoire mondiale", a-t-il ajouté.

 

Dernier géant politique du 20e siècle

 

Le leader de la lutte anti-apartheid émergeait de prison après 27 ans de détention, lorsque des milliers de Sud-Africains ont commémoré devant la prison du Groot Drakenstein, près du Cap, les premiers pas d'un homme libre.

Mandela a été arrêté à plusieurs reprises dans les années 60. En 1962, il a été arrêté pour avoir mené une campagne contre le gouvernement de l'apartheid.

En avril 1964, le militant antiapartheid, qui encourait une peine de mort en compagnie de sept codétenus, a souligné qu'il se battait contre la domination blanche et contre la domination noire.

"Je poursuis l'idéal d'une société libre et démocratique dans laquelle toutes les personnes vivent en harmonie et disposent de chances égales. C'est un idéal pour lequel je vis et que j'espère atteindre. Mais s'il le faut, c'est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir", avait-il déclaré.


Lire aussi: Commémoration à Alger de l'anniversaire de la libération de Nelson Mandela


Le procès tenu le 12 juin 1964, avait retenu l'attention de la communauté internationale et des appels venus du monde entier pour la libération des accusés.

Quatre ans après sa libération, en 1994, Nelson Mandela deviendra le premier président démocratiquement élu de l'Afrique du Sud. L'ex-président sud-africain est décédé en 2013, à 95 ans. La presse internationale l'avait qualifié de dernier géant politique du 20e siècle.

La célébration du 30è anniversaire de la libération de Mandela, icône de la lutte en Afrique contre la ségrégation raciale érigée en système, et idole incontesté de la défense des valeurs des droits de l'Homme, intervient dans un contexte dans lequel un nombre de pays du continent africain butte sur des conflits armés internes en plus des problèmes liés au développement.

               

 

Il y a trente ans, la libération de Mandela signait la "mort" de l'apartheid
  Publié le : mercredi, 12 février 2020 09:01     Catégorie : Monde     Lu : 36 foi (s)   Partagez