Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |23/04/2017

USD 1$ in 108.22 in 114.83
EUR 1€ in 116.05 in 123.16
JPY 100¥ in 99.12 in 105.20
GBP in 138.71 in 147.22

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

26/04/2017 10:40

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube  

SANTE - SCIENCE - TECHNOLOGIE

Suisse: des caméras pour le suivi médical des bébés prématurés

GENEVE - Des chercheurs en Suisse ont mis au point des caméras pour assurer le suivi médical des bébés prématurés sans contact et sans fil, selon un communiqué publié lundi par l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Ce système a été mis au point par des chercheurs de l'EPFL et du CSEM (Centre suisse d'électronique et de micro-technique) et permet de mesurer en continu les paramètres vitaux des prématurés, sans leur poser de capteurs sur la peau.

 

Plus de 270 ménages ciblés par l’enquête nationale sur la mesure des facteurs de risques des maladies non transmissibles à Constantine

CONSTANTINE- Au total 275 ménages seront ciblés à  travers la wilaya de Constantine par l’enquête nationale sur la mesure des  facteurs de risques des maladies non transmissibles (MNT) selon l’approche  STEP Wise de l’organisation mondiale de la santé (OMS), a-t-on appris,  mercredi, auprès du service de prévention de la direction locale de la  santé.

S’étalant entre le 2 et le 22 avril en cours, cette enquête, basée sur une  approche par étapes, concernera des ménages, sélectionnés conformément à un  ‘‘tirage au sort aléatoire’’, se répartissant sur onze (11) districts, dont  cinq (5) au niveau du chef-lieu de wilaya, selon ce même service.

Jumelage inter-hôpitaux: une équipe de spécialistes du CHU de Tizi-Ouzou à Illizi

ILLIZI - Une équipe de praticiens spécialistes relevant du Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Tizi-Ouzou effectue actuellement des consultations et des interventions médicales au niveau de l’hôpital d’Illizi, dans le cadre du jumelage inter-hôpitaux, a-t-on appris jeudi auprès de cet établissement public hospitalier (EPH).

Lire la suite...

Des problèmes de chaîne d'approvisionnement gênent la vaccination contre les maladies mortelles dans le monde entier

NAIROBI - Un nouveau rapport publié lundi à Nairobi par le journal Vaccine estime que des chaînes d'approvisionnement mal conçues et archaïques entravent la livraison des vaccins aux populations exposées à des maladies infectieuses dans les pays en développement.

Lire la suite...

Cinq nouveaux cas de paludisme suspectés à Ouargla (responsable)

OUARGLA - Cinq nouveaux cas suspectés de paludisme ont été enregistrés dernièrement dans la wilaya de Ouargla, a appris samedi l’APS des responsables de la direction de la santé, de la population et de la réforme hospitalière (DSPRH).

Ils ont été signalés début novembre dans la localité de Adjaja, dans la commune de Ain El-Beida, à l’Est de Ouargla, a précisé le directeur du secteur.

Les personnes concernées, des adultes, ont bénéficié d’une prise en charge médicale au niveau de l’Etablissement public hospitalier (EPH), Mohamed Boudiaf du chef-lieu de wilaya, et leur état est stable, a rassuré Fadel Messadok.

Considérés comme les premiers depuis début 2016, l’ensemble des cas suspectés sont considérés comme "importés" (infection acquise hors de la région) et s’ajoutent à une quinzaine d'autres confirmés au cours de l’année écoulée à travers les différentes localités de wilaya de Ouargla, a-t-il conclu.

Jumelage inter-hôpitaux : plus de 1.450 consultations spécialisées effectuées à l’EPH de Reggane (Adrar)

ADRAR, 24 nov 2016 (APS) - Au moins 1.457 consultations médicales spécialisées et 65 interventions chirurgicales ont été effectuées par des praticiens du CHU de Kouba (Alger) au niveau de l’Etablissement public hospitalier (EPH) de Reggane (150 km Sud d’Adrar) au titre du jumelage "inter-hôpitaux", a-t-on appris jeudi du directeur de cette structure de santé.

Lire la suite...

El Tarf : lancement d'une formation sur les TIC au profit des journalistes et correspondants de presse

EL TARF - Une session de formation au profit des journalistes et correspondants de presse exerçant dans la wilaya d'El Tarf a été ouverte, jeudi, assurée par la direction opérationnelle d'Algérie Télecom (AT).

Lire la suite...

Biskra: des interventions chirurgicales programmées par l’association de l’amitié populaire franco-algérienne

BISKRA - Plusieurs examens médicaux et interventions chirurgicales ont été programmés à titre gracieux à Biskra pour les malades démunis à l’initiative de l’Association de l’amitié populaire franco-algérienne en collaboration avec la direction de la Santé et de la population (DSP), a indiqué dimanche le coordinateur de l’opération, Lezrag Ahmaidi.

Lire la suite...

Signature d'un accord pour le développement pharmaceutique en Afrique

CONSTANTINE- Un accord pour le développement pharmaceutique entre l’Algérie et plusieurs pays maghrébins et africains a été signé samedi à Constantine, au dernier jour du 1er Salon international de la pharmacie, de la parapharmacie, de la santé et du bien-être (SAIDALYA).

Cette convention de coopération paraphée entre des opérateurs pharmaceutiques de l’Algérie, la Tunisie, la Côte d’ivoire, le Burkina Fasso et le Sénégal a pour but principal de "développer à travers l’Afrique toutes les activités en rapport avec le domaine pharmaceutique sur les plans formation, information et commerce", a souligné M. Yacine Fersado,  organisateur de ce 1er salon.

Ce réseau de "coopération" appelé à s’élargir de manière "très importante" devra permettre aux pays africains de "booster" leurs industries pharmaceutiques considérées aujourd’hui comme "une manne financière de première importance", de l’avis de M. Fersado qui a  insisté sur l’urgence de "coordonner" les actions pour atteindre les objectifs de développement tracés dans ce sens.

Cet accord signé entre des professionnels maghrébins et africains permettra également de mettre en valeur "les compétences et le savoir-faire" dont disposent ces pays en quête d’un développement économique "durable", a indiqué de son côté le responsable du tourisme médical à l’Union des experts arabes en tourisme (Arab tourism experts union ATEU).

Les pays maghrébins, notamment l’Algérie et la Tunisie qui ont ‘‘réussi à tisser des liens de coopérations solides notamment sur les plans pharmaceutique et médical doivent désormais voir plus loin, et £uvrent à mettre en place les premiers jalons d’une relation de partenariat avec les autres pays africains pour donner à ces industries tous les moyens de développement nécessaires’’, a encore souligné M. Abderrahmène Jamai qui a appelé à étendre la coopération aux autres secteurs.

Le président de l’Union nationale des opérateurs de la pharmacie (UNOP) qui a insisté sur l’urgence de "consolider l’industrie pharmaceutique nationale", a appelé les différents intervenants (secteur de la santé, du commerce, et des finances notamment) à s’impliquer "efficacement" dans le processus de développement de cette filière, créatrice de richesse.

M. Abdelouahid Kerrar qui a appelé à "développer" le réseau d’exportation pour donner "un nouvel essor" au dynamisme pharmaceutique en cours, a indiqué que cela inclut "une implication directe et efficace" de toute la chaîne liée à l’exportation.

Des partenariats de commercialisation de médicaments ont été signés, au cours de ce Salon international, ouvert jeudi, entre plusieurs opérateurs pharmaceutiques privés activant en Algérie et en Afrique, ont souligné les organisateurs qui ont affirmé que cette manifestation a donné lieu à "plusieurs prises de contacts entre différents opérateurs africains activant dans ce domaine".

Le Salon international SAIDALYA auquel ont pris part des décideurs sub-africains qui ont coordonné les différentes actions d’échanges et de partenariat entre les opérateurs du secteur de la pharmacie, a été marqué par une présence ‘‘record’’ de visiteurs, a-t-on constaté.

La création d’une spécialité de "Pharmacie hospitalière", une nécessité (spécialistes)

ORAN - Les participants à un 1er séminaire sur les activités pharmaceutiques samedi à Oran ont plaidé pour la création d’une spécialité "Pharmacie hospitalière", compte tenu du rôle important que joue le pharmacien dans la sécurisation des soins et le bon fonctionnement de tout établissement sanitaire.

Pour le Pr Nassima Moussaoui, présidente du Comité d’organisation de ce séminaire, initié par le département de pharmacie de la faculté de médecine d’Oran, la formation spécialisée dans ce domaine est "absente en Algérie".

Le constat de l’état des lieux mérite une réflexion attentive car, dans la majorité des cas, les tâches du pharmacien hospitalier dans les hôpitaux "se limitent à la gestion des commandes, le stockage et la dispensation des médicaments et des dispositifs médicaux", a-t-elle indiqué à l’APS, en marge de ce séminaire, organisé autour des thèmes de "la pharmacie hospitalière" et "les traitements médicaux innovants ».

Pour elle, il demeure important de se pencher sur les "véritables" missions d’un pharmacien d'hôpital dont les tâches sont polyvalentes et aussi variées.

"Qu’en est-il des autres missions ? la réalisation des préparations hospitalières, la reconstitution des anticancéreux, l’assurance de la traçabilité des médicaments et des dispositifs médicaux, de la participation aux actions de pharmacovigilance, de l’assurance de la sécurisation du médicament, toutes ces missions sont normalement du ressort du pharmacien hospitalier", s'est interrogée le Pr Moussaoui.

La pharmacie hospitalière en tant que discipline a bien été intégrée dans le cursus de graduation depuis 2014, néanmoins pour avancer vers cet objectif de développer la pharmacie hospitalière, a-t-elle mis en exergue, une formation spécialisée s’impose. "Une formation qui permettra de fournir aux pharmaciens hospitaliers les qualifications nécessaires pour qu’ils puissent aborder avec compétence le milieu professionnel très complexe", a-t-elle précisé.

De son côté, le Pr Rezzkallah Hassiba, chef de département de Pharmacie de la faculté de Médecine, a mis l’accent, lors de l'ouverture du séminaire, sur le rôle incontournable du pharmacien hospitalier dans la chaîne des soins et la prise en charge des patients, soulignant que la pharmacie de l'hôpital est en quelque sorte le "poumon de tout établissement de santé, car sans matériel ou médicaments tous les efforts des médecins et des infirmiers seraient voués à l'échec".

"Depuis 2014, nous avons dans le cursus universitaire, en cinquième année, un module de pharmacie hospitalière. Toutefois, nous œuvrons encore pour la création d’une spécialité à part entière, compte tenu de l’importance de cet élément dans le parcours de traitement des patients mais aussi dans la bonne marche de l’établissement hospitalier", a précisé la responsable.

Pour sa part, le Pr Dellaoui Yahia, président du comité scientifique de ce séminaire et Professeur à la Faculté de Médecine d'Oran, a souligné un manque de services de pharmacie hospitalière dans les établissements sanitaires, estimant que la pharmacie hospitalière devrait avoir son service indépendant, à l’instar des autres spécialités de cardiologie, de pneumologie ...etc.

"Cette spécialité est pénalisée par le manque de services hospitalo-universitaires, d’une part, et l’absence de statut du pharmacien hospitalier en Algérie, d’autre part", a-t-il conclu.

Des communications autour du "rôle du pharmacien hospitalier dans la sécurisation des soins dans les établissements de santé" et de "la gestion hospitalière", entre autres, ont été présentées.

Le deuxième thème retenu pour cette journée permettra d’aborder des préoccupations liées à "l’intérêt de la mise en place des tests génétiques pour l’utilisation des thérapies ciblées" et à "l’apport des nanotechnologies à la santé" et "les bio-marqueurs en oncologie".

Oran : démarches pour reconvertir l'ex-Gras en Centre de recherche (responsable)

ORAN - Des démarches ont été effectuées par l'Unité de recherche en sciences sociale et santé (ex-GRAS) d'Oran pour sa reconversion en centre de recherche en sciences sociales, humaines et santé, a-t-on appris samedi de la directrice de cette unité.

Dalila Cherb a indiqué à l'APS, en marge d'un colloque international "le Gras: 25 ans après, les patients à l’épreuve des soins", ouvert jeudi à Oran, que des démarches ont été faites depuis près de 3 ans pour promouvoir cette unité en centre de recherche en sciences sociales, humaines et de santé, en attendant la réponse. 

"Nous avons reçu des échos très positifs. Le texte n'a pas posé de problèmes et nous attendons l'officialisation. Pour le moment, nous n'avons pas encore de réponse officielle de la part de la tutelle", a-t-elle déclaré.

Une promotion en Centre permettra une autonomie financière et une  liberté d'initiatives, a-t-elle ajouté. "Nous aurons aussi la possibilité de recruter, surtout que nous avons un problème de gestion, puisque les chercheurs font eux même le travail administratif du Gras à titre bénévole, parfois au dépens de la recherche. C'est une grande perte de temps pour le chercheur et la recherche", a ajouté Mme Cherb.

Le Gras a commencé avec seulement 4 chercheurs et a réalisé, durant 25 ans, des travaux de recherche de grande valeur. Dans un cadre plus organisé et avec 12 équipes de recherche et plus de 70 chercheurs, beaucoup de choses peuvent être réalisées pour la science et la santé en Algérie, a-t-elle encore affirmé.

Plusieurs communications ont été programmées pour cette troisième et dernière journée de ce colloque qui enregistre la participation de spécialistes nationaux et étrangers de France, Belgique, Maroc, Sénégal et de Côte d’Ivoire, abordant, entre autres, la relation de soin chez les dialysés en attente de greffe, l’hypertension artérielle et la prise en charge des inégalités sociales et la santé mentale en France.