Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |23/04/2017

USD 1$ in 108.22 in 114.83
EUR 1€ in 116.05 in 123.16
JPY 100¥ in 99.12 in 105.20
GBP in 138.71 in 147.22

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

26/04/2017 10:55

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube  

CUTLURE

Mila: vente dédicace de plusieurs ouvrages d’écrivains locaux

MILA - Une vente dédicace d’ouvrages d’écrivains de la wilaya de Mila a été organisée dimanche à la placette de la bibliothèque principale du chef-lieu de wilaya. Initiée par la direction de la culture, en collaboration avec la  bibliothèque principale, la manifestation inscrite dans le cadre de la célébration de la journée mondiale du livre et des droits de l’auteur, ont précisé les organisateurs.

 

Accidents de la circulation: 9 morts et 84 blessés en 48 heures (Protection civile)

ALGER - Neuf (9) personnes ont été tuées et 84 autres blessées dans 16 accidents de la circulation survenus au cours des dernières 48 heures dans plusieurs wilayas du pays, indiquent les services de la Protection civile dans un communiqué rendu public samedi. La wilaya de Mostaganem déplore le bilan le plus lourd avec le décès de 2  personnes, suite à une collision entre un véhicule léger et un camion, survenue dans la commune de Sidi Lakhdar. 

15e colloque international sur le roman "Abdelhamid Benhadouga" mardi à BBA

BORDJ BOU ARRERIDJ - La 15ème édition du colloque international sur le roman "Abdelhamid Benhadouga" sera ouverte mardi à Bordj Bou Arreridj et devra s’étaler sur trois (3) jours, après cinq années d’éclipse, a indiqué dimanche la direction de la culture.

Lire la suite...

Edition à Biskra d’un livre sur le juriste malékite Abderrahmane El Akhdari de l’écrivain Abderrahmane Tibermacine

BISKRA - "Abderrahmène El Akhdari (étude objective)", est  le titre d'un livre de l'écrivain Abderrahmane Tibermacine, paru récemment  à la maison de l’impression et de l'édition de la ville de Biskra.

L'oeuvre, de 194 pages, retrace la vie et le parcours d’un érudit ayant  voué sa vie à la religion, à la science et à la transmission du savoir, a  indiqué l’auteur, enseignant à l’université de Biskra.

''Abderrahmane El Akhdari, un homme de Lettres et de Sciences et éminent  érudit est apparu dans une époque caractérisée par une inertie culturelle,  mais aussi par la propagation du charlatanisme", a indiqué l’écrivain qui a  souligné que Abderrahmane El Akhdari qui avait une forte personnalité et

excellait dans l’art de la persuasion et la diffusion du Savoir et de la  Science, avait consacré sa vie à la lutte contre l'ignorance.

Festival du rai à Sidi Bel-Abbès: cheikha Zohra subjugue le public

SIDI BEL-ABBES - La chanteuse, cheikha Zohra a marqué son retour sur la scène rai, et subjugué le public dans la deuxième soirée du festival national de la chanson rai de Sidi Bel Abbès, a-t-on constaté.

L'assistance nombreuse à la salle des spectacles de la maison de la culture "Kateb Yacine" a ovationné longuement vendredi la célèbre cheikha Zohra, revenue sur scène après 20 ans d'absence.

La chanteuse, qui compte plus de 560 tubes, animait des soirées seulement à l’étranger.

"Je suis heureuse de retrouver mon public de Sidi Bel-Abbès lors de ce grand festival qui donne l’occasion aux chanteurs rai lancés dans cette ville et qui ont eu un grand écho", a déclaré cheikha Zohra soulignant que "la chanson rai est un patrimoine algérien raffiné qui s'est frayé une place dans le gotha mondial. Il traite de thèmes sociaux intéressant la jeunesse et marque sa présence grâce à la bonne interprêtation, à sa musique et à ses paroles que nous veillons qu'elles soient à la hauteur de l’attente du public".

Le public a été également vendredi au rendez-vous avec le chanteur cheb Abbès qui a donné de l’enthousiasme avec d'anciens tubes et des chansons nouvelles.

La soirée du rai a été aussi animée par cheikh Mimoun, cheikh Hattab, cheb Mohamed Bousmaha, cheikh Sahli, cheb Fethi Gorda et Akil Seghir qui a interprété des chansons du regretté cheb Akil très appréciées par les jeunes.

La clôture du festival est prévue dans la soirée de samedi. Plusieurs figures artistiques y seront 

Découverte en Egypte des restes d'une pyramide vieille de 3.700 ans

LE CAIRE - Les vestiges d'une pyramide vieille de 3.700 ans ont été découverts "en bon état" en Egypte sur le site archéologique de Dahchour près du Caire, a annoncé lundi le ministère des Antiquités dans un communiqué rapporté par des médias. Datant de la 13ème dynastie (1.802-1.640 avant J.C.), la petite pyramide, renferme, un corridor conduisant à l'intérieur de la pyramide, prolongé par une rampe, et l'entrée d'une pièce et un petit bloc en albâtre noirci, affichant des inscriptions en hiéroglyphes, ainsi qu'un linteau de granit et des blocs de pierre qui permettent d'en savoir plus sur "l'architecture interne de la pyramide".

 

Le festival culturel international de la musique "Samaâ Soufi" lundi prochain à Sétif

SETIF- Le festival culturel international de la musique "Samaâ Soufi" dans sa 6ème  édition sera ouvert lundi prochain dans la wilaya de Sétif, avec la participation de troupes étrangères de 9 pays et d’autres du Sud du pays, a-t-on appris, samedi, du commissaire de cette manifestation M.Idriss Boudiba .

Le même responsable a précisé à l’APS que cette nouvelle édition qui se poursuivra jusqu’au 12 du mois en cours verra la participation de 18 troupes soufies.

Il s’agit, selon le même responsable, de troupes issues des pays de la Turquie, l'Egypte, le Liban, le Maroc, la Tunisie, l'Espagne, l'Iran, l'Allemagne et le Sénégal,  en plus de celles des wilayas d’Adrar, d’Ouargla, de Ghardaïa et de Biskra.

L’ouverture de cette manifestation culturelle sera animée par les troupes de Mahmoud Touhami de l’Egypte, "Derouiche" de la Turquie et celle de Toufik Bouras de la wilaya de Sétif, a-t-il fait savoir, ajoutant que quotidiennement un programme est proposé au public de la maison de la culture Houari Boumediene.

La priorité dans ce festival sera accordée à la présentation de nouvelles troupes et à l’organisation des activités pédagogiques et artistiques complémentaires, à l’instar d’une exposition des arts islamiques, un atelier de formation sur l’interprétation de ce type musique ainsi que des conférences qui traiteront des savants spécialisés dans ce domaine au Maghreb, a-t-il signalé.

Sidi Bel-Abbès: exposition de plus de 50 œuvres du plasticien Mohamed Kerrour

SIDI BEL-ABBES - La galerie de la maison de la Culture "Kateb Yacine" de Sidi Bel-Abbès abrite depuis dimanche une exposition de l’artiste plasticien Mohamed Kerrour comportant plus de 50 œuvres. Ces tableaux d’art traitent de l’identité algérienne dans un style d'expressionnisme simple facilitant au récepteur de comprendre ses significations, a souligné l’artiste, membre de l’association "El Basma" (empreinte) d’arts plastiques de Sidi Bel-Abbès. Cette exposition met en exergue une cinquantaine de toiles produites durant plus de trois ans, selon Mohamed Kerrour. 

62e anniversaire du déclenchement de la Révolution : le musée central de l'Armée organise une Expo-photos

ALGER - Le musée central de l'Armée a organisé lundi à Alger une exposition de photographies et de documents et diffusé une vidéo historique réalisée par l'établissement central de production audiovisuelle, et ce à l'occasion de la célébration du 62e anniversaire du déclenchement de la révolution, a indiqué un communiqué du ministère de la Défense nationale.

Lire la suite...

Houssine Zefati de Skikda, lauréat du premier prix du concours "La voix d’or" de M’sila

M’SILA- Le jeune Housseddine Zefati de la wilaya de Skikda a remporté jeudi soir à M’sila le premier prix de la 6ème édition du concours national "la voix d’or", organisée à l’initiative de l’association Wissem des arts et de la musique.

Le deuxième prix a été décroché par le jeune Fares Al Amri de Sétif et le chanteur Akram  Bennoui de la capitale du Hodna s’est adjugé la troisième position lors d' une belle soirée tenue à la salle Guenfoud Hamlaoui, en présence du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi.

Placée sous le slogan "La chanson algérienne entre conservatisme et modernité", la nouvelle édition de "La  voix d’or" a vu défiler plusieurs jeunes chanteuses et chanteurs, tout au long  des épreuves éliminatoires, à l’issue desquelles sept candidats ont été désignés par le jury du concours.

Ces candidats ont bénéficié d’un stage de formation encadré par des musicologues, des professeurs de chants et des psychologues, a-t-on noté.

Le jury est composé de Abderahim Belafrouni, président du jury et la chanteuse Nada Al Rayhane et Massi Hamia comme membres, a-t-on encore noté.

Cette manifestation oeuvrant à promouvoir la chanson algérienne et à découvrir de nouveaux talents dans l’art du chant a drainé une assistance nombreuse et également beaucoup de candidats qui ont pris part au concours avec l’espoir de se hisser sur la pus haute marche du podium.

Médéa : l'Art tunisien à l’honneur du 12e atelier de calligraphie arabe

MEDEA - La calligraphie tunisienne, qui s’est engagée depuis peu dans une quête d’identité patrimoniale destinée à valoriser le style d’écriture maghrébin, est à l’honneur du 12e atelier de calligraphie arabe, qui s’est ouvert samedi à la maison de la culture Hassan-el-Hassani de Médéa.

Huit membres de l’association tunisienne de calligraphie, parmi lesquels Abdeslam Bejaoui, son président, Rachida Dimassi, doctorante en science du patrimoine, Ameur Bendjadou, calligraphe et chercheur, et Mokhtar Ali, un calligraphe représentant la nouvelle génération d’artistes tunisien, ont fait le déplacement à Médéa pour exposer l’expérience de leur pays dans le domaine.

La présence à cet atelier, décliné sous le slogan "passerelles calligraphiques et ornementales, entre l’Algérie et la Tunisie", est une opportunité, selon le président de l’association des calligraphes tunisiens pour renforcer, d’une part, les échanges entre les artistes des deux pays, et de vulgariser, d’autre part, des styles d’écriture, innovants et créatifs, expérimentés par des calligraphes tunisiens, tels que l’écriture en "une touche", inspirée du style américain "one stroke", ou la décoration calligraphique des objets.

L’atelier de calligraphie arabe, qui a regroupé, à l’occasion de cette édition, une soixantaine de calligraphes venus de vingt-deux régions différentes, est un cadre idéal pour la promotion du style "Koufi Kairaouani", que des calligraphes tunisiens tentent, depuis plusieurs années, de réintroduire à travers des recherches et des travaux qui mettent en valeur ce style, né vers le 4è siècle de l’hégire, a indiqué à l’APS le calligraphe et chercheur Ameur Bendjadou.

Ce calligraphe, qui a consacré plusieurs années à effectuer des recherches sur le sujet, est parvenu, en 2006, à élaborer un manuel codifiant les techniques et les méthodes relatives au styles "Koufi Kairaouani", qui se distingue du style "Koufi" traditionnel, apparu durant la deuxième décade de l’ère islamique, et connu par ses proportions mathématiques et sa géométrie complexe.

A la base de cette longue quête d’identité patrimoniale, un ancien manuscrit du Saint Coran, exposé aujourd’hui à la mosquée Kaiaouane, écrit, selon les anciens chroniqueurs, par "Doura la scribe", une servante koreichite, venue s’installer dans la région vers le 4e siècle de l’hégire.

Ce manuscrit, considéré comme l’un des joyaux du patrimoine tunisien, sert de référence aux calligraphes tunisiens qui cherchent à valoriser ce style maghrébin et à mettre en exergue sa particularité esthétique, d’après Rachida Dimassi, doctorante en science du patrimoine, qui déplore la tendance des calligraphes à l’imitation des styles en vogue en Orient au lieu de valoriser et d’explorer le style d’écriture propre aux régions du Maghreb, qui offre plus de possibilité d’innovation et de créativité.