Le potentiel humain au cœur de la stratégie du développement de l'oléiculture

Publié le : vendredi, 05 juillet 2019 16:32   Lu : 129 fois
Le potentiel humain au cœur de la stratégie du développement de l'oléiculture

TIZI-OUZOU- La capitalisation et la valorisation du potentiel humain formé en oléiculture est au cœur de la stratégie du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche (MADRP),a indiqué, vendredi à l’APS le directeur de la Formation, de la recherche et de la vulgarisation (DFRV) auprès de ce département ministériel, Farid Harouadi.

La valorisation et la capitalisation de la ressource humaine formée, est l’un des "principaux leviers" sur lequel s’appuie le ministère pour développer les différentes filières et améliorer les rendements et la

qualité de la production, a souligné M. Harouadi au lendemain d'un atelier sur l'oléiculture, tenu mercredi et jeudi  derniers à l’Institut de technologie moyen agricole spécialisé (ITMAS) de Boukhalfa.

Le responsable a observé qu’il existait, à l’échelle nationale, "beaucoup de compétences" dans le domaine oléicole et parallèlement, il y a un besoins de prise en charge technique et de formation pour les agriculteurs, les professionnels et aussi au niveau de l’administration.

"Suite aux orientations du ministre, nous avons entamé une démarche qui consiste en la mise en place de réseaux pratiques des acteurs professionnels des différentes filières agricoles en commençant par l'oléiculture", a-t-il dit.

L’objectif visé par la mise en place de ce réseau qui s’articulera autour de l’interprofession, est de construire une plate-forme commune avec trois acteurs qui sont les professionnels, les scientifiques et techniciens et l’administration afin de cerner les problématiques de la filière à travers l’analyse des contraintes et des besoins en assistance technique et en formation.

Il s'agira d’apporter des solutions concrètes, en forme de projets, qui permettront de développer l’oléiculture en terme de production, des normes de qualité, des aspects de commercialisation et autres, a-t-il expliqué.

Selon le DFRV, les besoins exprimés sur le terrain par les agriculteurs seront formulés en projets par les membres du réseau dans la perspective de mobiliser les financements nécessaires à leur concrétisation au titre des projets de recherche à intérêt économique.

Ces projets seront mis en pratique sur de sites pilotes chez des agriculteurs afin de suivre directement leurs impact sur le terrain avant d’être dupliqués, après évaluation économique du processus, a-t-il ajouté.

Pour sa part, le sous-directeur de la formation au MADRP, Ould Youcef Hamid, s'est exprimé sur l’atelier tenu à l’ITMAS de Tizi-Ouzou mercredi et jeudi dernier et qui a regroupé des cadres en oléiculture d’une quinzaine de wilayas.

Il a indiqué que l’Algérie compte de nombreux spécialistes en oléiculture qui ont bénéficié de formations de haut niveau et qui attendent la valorisations des acquis de la formation.

Selon les chiffres communiqués par ce même responsable, l’Etat a formé plus de 6.021 cadres et agriculteur en, oléiculture, en Algérie et à l’étranger.

Entre 2014 et le premier trimestre de 2019, un total de 5.956 cadres et agriculteurs de la filière oléicole, dont 1.498 cadres et 4.458 agriculteurs, ont été formés.

Le nombre des sessions de formation organisées au profit de ces derniers sont de 110 pour les cadres du secteur et 259 pour les agriculteurs soit un total de 369 sessions.

 

 

Le potentiel humain au cœur de la stratégie du développement de l'oléiculture
  Publié le : vendredi, 05 juillet 2019 16:32     Catégorie : Economie     Lu : 129 foi (s)   Partagez