Projet de phosphate, nouvelle ère dans l’industrie nationale

Publié le : lundi, 26 novembre 2018 16:55
Projet de phosphate, nouvelle ère dans l’industrie nationale

TEBESSA - La signature lundi à Tébessa de l’accord de partenariat entre l'Algérie et la Chine pour la concrétisation du projet intégré de transformation du phosphate inaugure une nouvelle ère pour l’industrie nationale et conforte la stratégie économique hors hydrocarbures, s’accordent à dire les artisans de ce projet.

Au cours de la cérémonie de signature de cet accord de partenariat entre les groupes Sonatrach et Asmidal-Manal, et les groupes chinois dirigés par la Société Citic, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia a assuré que l'usine de transformation du phosphate est le premier grand et important projet industriel que lance l’Algérie depuis prés d’une décennie et dont le rendement métamorphosera la région Est du pays et consolidera l’économie nationale.


Lire aussi: Complexe de phosphate: 1er grand projet industriel depuis près d’une décennie


"La bonne gouvernance du président de la République a permis à l’Algérie de gérer une conjoncture économique difficile, d’assurer la continuité et de relever le défi pour atteindre une étape qui augure un avenir promettant pour le pays", a assuré le Premier ministre.

Il a attesté que les relations algéro-chinoises ont enregistré lundi un "saut qualitatif" sur la voie du renforcement et de la consolidation des relations bilatérales.

Pour le PDG de Sonatrach, Abdelmoumene Ould Kaddour, qui a signé l’accord pour la partie algérienne, le projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate et du gaz naturel est "important, imposant et pour lequel tous les moyens seront mobilisés pour le concrétiser".

Le responsable s’est engagé, de ce fait, à mobiliser tous les moyens pour la réalisation de ce projet intégré de phosphate, rappelant que pas moins de 1 500 milliards de dinars ont été mobilisés pour ce projet.

Pour le président directeur général (PDG)  de la société chinoise, Citic, Chen Xiaoijia, le projet du phosphate reflète la volonté des autorités chinoises à "accompagner le développement en Afrique et en Algérie particulièrement".


Lire aussi: Exploitation de phosphate: partenariat Sonatrach-groupes chinois


Il a assuré que la société qu’il représente et, à travers elle, les Fonds chinois engagés dans ce projet, expriment leur volonté à "accompagner la partie algérienne dans la concrétisation du complexe du phosphate pour l’intérêt des deux pays".

Le projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate et du gaz naturel dont la partie algérienne détient 51%, contre  49% pour la partie chinoise, est réparti entre le gisement  de Bled El-Hadba à Tebessa, sur 2 045  hectares, la plateforme de Oued Kebrit à Souk Ahras s’étendant sur 1 484 ha , celle de Hadjar Essoud à Skikda, sur 149 ha et le port de Annaba sur 42 ha, selon la fiche technique ce projet.

Mobilisant un volume d’investissement de six (6) milliards de dollars, le complexe de phosphate dont la mise en exploitation est prévu en 2022, créera 3 000 postes de travail directs alors que ses chantiers de réalisation à travers les quatre wilayas assureront 14 000 postes d’emploi, selon le même document.

Il garantira des revenus en devises à hauteur de 1,9 milliard  de dollars/an, selon la même source.

Le Premier ministre était accompagné, lors de la cérémonie de signature de l'accord, des ministres de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, de l’Energie, Mustapha Guitouni et de l’Industrie et des Mines Youcef Yousfi.

Media

Projet de phosphate, nouvelle ère dans l’industrie nationale
  Publié le : lundi, 26 novembre 2018 16:55     Catégorie : Economie     Lu : 15 foi (s)   Partagez