BM/Doing Business: un audit pointe "les changements fréquents" de la méthodologie du classement

Publié le : mercredi, 18 juillet 2018 20:17   Lu : 932 fois
BM/Doing Business: un audit pointe "les changements fréquents" de la méthodologie du classement
DR

WASHINGTON - Un audit indépendant, publié récemment à Washington, a pointé du doigt les "changements fréquents" de la méthodologie suivie dans l'élaboration du rapport Doing Business de la Banque mondiale, évoquant de possibles répercussions de ce classement sur les politiques nationales et même sur les résultats des élections dans les pays évalués.

L'audit en question a été commandé par la BM après les révélations fracassantes de son ancien économiste en chef, Paul Romer, qui avait affirmé en janvier dernier que les "changements de la méthodologie de ce classement ont été motivés par des considérations politiques". Paul Romer qui a démissionné après ces révélations avait, alors, cité le cas du Chili, dont la notation a été volontairement abaissée depuis l'arrivée au pouvoir de la socialiste Michelle Bachelet en 2014. Mme Bachelet a cédé sa place en mars dernier à son concurrent Sebastian Pinera qui a promis un programme économique avec moins de bureaucratie et plus d'investissements.

"Les changements fréquents de la méthodologie réduisent la valeur des indicateurs pour les chercheurs, les décideurs et les médias ", concluent les auteurs du rapport. Le document précise que les changements dans les scores obtenus par les pays évalués font l'objet " d'un suivi intensif de la part des médias nationaux et internationaux, souvent sans tenir compte des modifications apportées à la méthodologie et peuvent affecter de manière plausible les politiques nationales et même les élections ".

Au cours de ces dernières années, la Banque Mondiale a modifié annuellement ses méthodes d'évaluation de la réglementation des affaires, des changements qui ont fait dégringoler plusieurs économies dans ce classement annuel, alors que leur attractivité en matière d'investissement n'a affiché aucune détérioration.


Lire aussi : Commerce: plusieurs propositions pour accompagner les exportateurs de produits agricoles examinées


Préconisant "une stratégie alternative", l'audit recommande à la BM de prendre en considération le focus des médias sur Doing Business, "en veillant à ce que les changements futurs dans le classement des pays reflètent principalement des réductions des retards bureaucratiques, des coûts de mise en conformité et d'autres aspects en relation avec le véritable développement des institutions et non pas les changements sur la façon par laquelle la Banque établit ses indicateurs ".

L'audit souligne, à ce titre, que la BM "est consciente" du fait que les changements d'année en année dans le classement des pays" reflètent dans une certaine mesure "les modifications des méthodes d'évaluation. Si l'audit soutient qu'il n'y a pas eu de manipulation politique dans le cas du Chili, il reproche cependant à la Banque d'avoir ignoré l'avis d'un comité d'examen indépendant qui avait en 2013 mis en garde contre ces changements fréquents.

Pour rappel, le Chili qui a enregistré depuis 2010 une progression constante dans le Doing Business, a vu son classement chuter de la 34 place en 2014 à la 57 ème place en 2017 en raison de l'introduction d'un indicateur sur les délais de paiement des impôts, imposé aux entreprises, qui a coûté cher à ce pays en matière d'attractivité économique. Paul Romer qui s'est excusé auprès du Chili a avancé que les auteurs du rapport auraient voulu donner "une mauvaise image de la situation économique" de ce pays de l'Amérique Latine.


Lire aussi : Balance des paiements : Baisse du déficit au 1er trimestre 2018


La régression du Chili aurait profité au Mexique qui a capté, durant quatre années, l'essentiel des IDE vers l'Amérique Latine. Plus grave encore, Romer a affirmé que les quatre derniers rapports Doing Business de la BM doivent faire l'objet d'une rectification car fondés sur une méthodologie injuste. Juste après sa démission, Paul Romer a déclaré que la BM, appelée à opérer dans le domaine de la diplomatie, faisait l'objet d'une tension "inévitable" résultant des difficultés de concilier les objectifs diplomatiques et les exigences de la recherche scientifique.

La Banque Mondiale a réagi après la publication du rapport d'audit en affirmant qu'elle examinait de près les recommandations des experts promettant "de prendre des mesures pour mettre en œuvre les améliorations nécessaires"

BM/Doing Business: un audit pointe "les changements fréquents" de la méthodologie du classement
  Publié le : mercredi, 18 juillet 2018 20:17     Catégorie : Economie     Lu : 932 foi (s)   Partagez