La télédétection spatiale, une nécessité "majeure" pour booster l’agriculture saharienne

Publié le : jeudi, 12 juillet 2018 15:41   Lu : 427 fois
La télédétection spatiale, une nécessité "majeure" pour booster l’agriculture saharienne

OUARGLA- La télédétection spatiale s’avère de plus en plus une nécessité "majeure" susceptible de donner une nouvelle dynamique à l’agriculture saharienne, a indiqué jeudi à l’APS le Commissaire au développement de l’agriculture en régions sahariennes (CDARS).

Il s’agit de l’utilisation des technologies spatiales facilitant l’accès à une information "fiable, réelle et à jour", notamment sur les potentialités agropastorales et hydriques, l’état de la mise en valeur des sols, en plus des facteurs influençant sur la production agricole dans les zones sahariennes, a précisé M.Slimane Hannachi.

En dépit des difficultés financières, le CDARS s’est engagé, il y a plus d'un an, à l’élaboration d’une base de données d’images spatiales à moyenne et à haute résolution, en coordination avec des spécialistes dans ce domaine, dont l’Agence spatiale algérienne (ASAL) chargée d’assurer l’assistance technique en la matière, a-t-il expliqué.

Répartie en diverses phases, notamment celles liées à l’encadrement et la formation d’équipes d’ingénieurs relevant du commissariat, une assistance qui intervient en application d’une convention signée avec l’ASAL et s’articulant essentiellement autour de la conception, l’élaboration et la mise en oeuvre d’outils d’aide à la décision, basés sur les technologies spatiales, a-t-il fait savoir.


Lire aussi: Agriculture: des évolutions significatives de la production prévues à l’horizon 2022


Elle permettra d’accompagner les études, recherches et explorations menées par le CDARS et visant notamment le développement des filières stratégiques (phoeniciculture, céréaliculture, maraîchage et autres) dans les grands pôles agricoles, à l’instar d’Ouargla, Biskra, El-Oued et Ghardaïa, ainsi que l’identification de l’état et les conditions d’irrigation et de drainage, la salinité des sols et la maîtrise des risques en rapport avec le phénomène de la remontée des eaux, a-t-il dit.

S’agissant de l’amélioration des conditions d’élevage de camélidés, M. Hannachi a révélé que cette étude portant sur la mise en place d’une stratégie pour l’organisation de l’activité en zones sahariennes, est dans sa phase ultime.

Créé par décret n 86-222 du 02 septembre 1986, le CDARS, qui coiffe neuf wilayas sahariennes (Ouargla, Adrar, Biskra, Ghardaïa, El-Oued, Illizi, Tindouf, Bechar et Tamanrasset) et 17 communes relevant de six wilayas steppiques (Tébessa, Khenchela, Laghouat, Djelfa, Naâma et El-Bayadh), est  un établissement public à caractère administratif.

Il a pour mission de veiller à l'application de la politique nationale en matière de développement intégré de l’agriculture, de mener des études, recherches, explorations et tous les autres travaux nécessaires à la connaissance du milieu et de l'agriculture dans les régions sahariennes, et de procéder à l’identification et à la délimitation des zones d’intervention en fonction de leurs caractéristiques agro-pédologiques.

En matière d'actions sociales, il s’occupe de participer avec les organismes intéressés à l'élaboration de plans de formation, d’enseignement et de vulgarisation inhérents au développement agricole, d'initier et de concourir à l'organisation des manifestations scientifiques (expositions, séminaires et colloques) sur divers thèmes visant à valoriser et développer l’investissement dans l’économie verte au niveau de cette région du pays qui recèle d’importantes ressources hydriques et d’immenses étendues de terres aptes à la mise en valeur.

La télédétection spatiale, une nécessité "majeure" pour booster l’agriculture saharienne
  Publié le : jeudi, 12 juillet 2018 15:41     Catégorie : Economie     Lu : 427 foi (s)   Partagez