Sommet des Smart City: des entreprises se projettent dans la ville future

Publié le : jeudi, 28 juin 2018 14:20   Lu : 302 fois

ALGER - Plusieurs entreprises ont exposé, jeudi à Alger au 2ème jour du sommet international sur les villes intelligentes, leurs programmes de développement numérique afin de contribuer à la mise en place du projet "Alger, Smart City".

La numérisation en cours en Algérie de l'administration et de la gestion des services publics ainsi que le lancement du projet Alger, Smart City, a incité ces entreprises à investir dans ce créneau jugé "porteur".

Dans ce sens, Djaoued Salim Allal, DG de l'entreprise privée algérienne d’intégration de solutions informatiques, Adex Technologie, a annoncé le lancement à Alger de son projet de réalisation d'un centre d'innovation technologique doté notamment d'un Data Center, "qui constitue le socle de toute politique de digitalisation et d'économie numérique dans le cadre des smart city".

"C'est un bâtiment intelligent qui va héberger un Data Center doté de serveur de dernières génération, un centre de formation de 10 salles, un auditorium d'une capacité d'accueil de 200 personnes dédié aux nouvelles technologies, un espace pour les startups et un business center pour les entreprises désirant investir dans les TIC", a-t-il fait valoir.

Boris Joseph, directeur général de la banque Natixis Algérie, est intervenu quant à lui, sur le thème de "l’évolution du modèle bancaire à l’ère du digital". Il a indiqué que le digital "bouleverse" aujourd’hui le secteur économique et financier et les institutions financières, a-t-il dit, doivent s’adapter en permanence pour anticiper les attentes des clients notamment à l'ère de la numérisation.

"Natixis Algérie s’est fixée pour ambition de contribuer à la création de la banque humaine et digitale en priorisant notamment l’innovation, à travers notamment le lancement, début 2018, sur le marché algérien de la première banque 100% mobile "Banxy" après avoir amorcé sa transformation digitale en dématérialisant de nombreux services bancaires aux entreprises algériennes".

De son côté, Mme Amal Bedjaoui-Chaouche, responsable auprès de l'entreprise chinoise, qui fournit des solutions dans le secteur des TIC, Huawei Algérie, a exprimé son ambition de contribuer au développement digital des villes en Algérie.

Pour elle, le projet Smart City est un système complet qui inclut une intégration, un fonctionnement, des applications de services, une conception de haut niveau ainsi qu'une nouvelle infrastructure des technologies de l’information et de la communication.

Elle a expliqué que son entreprise intègre de nouvelles technologies comme l'internet des objets et le Cloud Data Center, ainsi que l’Intelligence artificielle, dans des plateformes unifiées afin de créer, pour les villes, "un véritable système nerveux grâce à l'investissement en recherche et développement".

 

Des entreprises publiques numérisent leur gestion

 

Des entreprises publiques ont également mis en exergue leurs innovations afin de se mettre au diapason de la ville intelligente.

En effet, la Société des eaux et de l'assainissement d'Alger (SEAAL) a entrepris la modernisation de ses infrastructures en optant pour des technologies innovantes dans la gestion intelligente de la production et de la distribution de l’eau ainsi que dans l’Assainissement, a indiqué Aissa Sofiane Azzizi, responsable auprès de l'entreprise.

Il a expliqué que la SEAAL, qui s'inscrit en droite ligne avec le projet de ville intelligente, dispose de technologies innovantes qui permettent notamment d’adapter la pression de l’eau distribuée au profil horaire de demande en eau des consommateurs. Cette technique permet de réduire les pertes et de prolonger la durée de vie du réseau, tout en garantissant un confort d’utilisation optimal pour les clients, a-t-il expliqué.

L'entreprise Sonelgaz œuvre, pour sa part, à s’ouvrir davantage sur l’innovation et l’investissement à travers un programme de l’efficacité énergétique qui consiste à réduire graduellement la consommation jusqu'en 2030.

"Le programme, qui permettrait, pour l’année 2030, de réduire la demande en énergie d’environ 10%, consiste, principalement, à améliorer l'isolation thermique des bâtiments, le développement du chauffe-eau solaire, la généralisation de l’utilisation des lampes à basse consommation, la substitution de la totalité du parc de lampes à mercure par des lampes à sodium, la réalisation de projets de climatisation au solaire et la génération d’électricité à partir des déchets ménagers".

L'autre programme phare de Sonelgaz est celui des énergies renouvelables, qui vise, d’ici 2030, à ce que 27% de la production d’électricité destinée à la consommation nationale soit d’origine renouvelable, a-t-on précisé.

Le Sommet international des "Smart-cities" a entamé mercredi ses travaux de deux jours avec la participation de près de 4.000 participants nationaux et internationaux, et en présence du Premier ministre Ahmed Ouyahia.

Sommet des Smart City: des entreprises se projettent dans la ville future
  Publié le : jeudi, 28 juin 2018 14:20     Catégorie : Economie     Lu : 302 foi (s)   Partagez