Menu principal

Menu principal

Ould Kaddour: la transition énergétique nécessite des partenaires nationaux et étrangers

Publié le : mercredi, 17 janvier 2018 18:20   Lu : 254 fois
Ould Kaddour: la transition énergétique nécessite des partenaires nationaux et étrangers
Photo APS

ALGER - La transition énergétique nécessite une conjugaison des efforts des secteurs public et privé couplés à une collaboration avec le partenariat étranger, a affirmé mercredi à Alger le Président directeur général (P-dg) de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour.

Intervenant lors d'un panel tenu dans le cadre de la 1ère Conférence- exposition sur la transition énergétique organisée par Sonatrach, Sonelgaz et le Forum des Chefs d’entreprise (FCE), sous le haut patronage du Président de la Republique, Le P-dg de Sonatrach a souligné que d'aucuns perçoivent Sonatrach comme une "locomotive" alors qu'elle ne peut entreprendre seule cette transition énergétique.

Dans ce sens, a-t-il poursuivi, la transition énergétique nécessite à la fois un partenariat public-privé et un partenariat nationaux/étrangers.


Lire aussi: Transition énergétique: assurer la sécurité du pays et se libérer des hydrocarbures fossiles


Le P-dg de Sonatrach a ainsi préconisé un partenariat entre le secteur national public et privé, qui doit être conforté par des partenaires étrangers lesquels "ont besoin de notre gaz et nous avons besoin de leur technologie et savoir-faire".

Dans ce panel sur "Les compagnies pétrolières dans l'âge de la transition énergétique: Enjeux et perspectives", le même responsable a fait savoir que des discussions étaient en cours pour un éventuel retour de la compagnie norvégienne Statoil à un champ gazier en Algérie qu'elle avait abandonné depuis deux ou trois ans.

A ce propos, il a fait savoir que, lors d'une réunion qui l'a regroupé mardi dernier avec des responsables de Statoil, les deux parties ont discuté des possibilités de coopération.

Alors que Statoil veut revenir à un champ gazier qu'elle a abandonné depuis deux ou trois ans, Sonatrach leur a demandé: "Si vous voulez revenir à ce champ de gaz pour le développer, il faudrait, en contrepartie, développer le solaire pour qu'il y est une intégration globale dans le projet", a affirmé le P-dg de Sonatrach.

M. Ould Kaddour a rappelé que Sonatrach avait déjà développé des activités dans le solaire dans le cadre de ses projets d'énergies renouvelables.

Selon lui, la stratégie de la compagnie pour 2020/2030 accorde une grande importance au partenariat avec les étrangers.

Présent à cette conférence-exposition, le P-dg du français Total Solar, Julien Pouget, a considéré que l'Algérie possédait d'importants potentiels dans le domaine des énergies renouvelables, notamment dans le solaire.

Il a ainsi fait part de l'intérêt porté par sa compagnie au marché algérien et au renforcement du partenariat déjà existant avec la partie algérienne.

Quant au vice-président de la compagnie énergétique italienne ENI, Luca Consentino, il a exprimé la disposition de sa firme à accompagner l'Algérie dans sa transition énergétique et à travailler avec Sonatrach pour développer son industrie des énergies renouvelables.


Lire aussi: Sonatrach va raffiner son pétrole brut en Italie pour réduire la facture d'importation des carburants


Pour rappel, cette conférence- exposition sur la transition énergétique, qui se tient du 17 au 19 janvier, vont tenter de répondre à plusieurs questions: Comment concilier dans un premier temps les besoins croissants du marché interne avec les engagements de l’Algérie en matière de production commerciale destinée à l’exportation? Faut-il continuer à exporter les hydrocarbures à l’état brut ou doit-on encourager le développement d’une industrie de la transformation? Comment doter l’Algérie d’une industrie nationale de production de biens et de services dans le secteur de l’énergie et comment encourager l’innovation et la formation dans ce domaine?

D'autre part, il sera question d'esquisser l’ébauche d'une feuille de route pour réussir la transition énergétique et la naissance de capacités nationales d’innovation, de production, de maintenance et de services créatrices d’emplois nouveaux et durables et de richesses.

En marge de cette conférence, dont les travaux se sont déroulés sous la présidence du ministre de l'Enérgie, Mustapha Guitouni, une exposition est également organisée et qui regroupe plus d’une cinquantaine d’entreprises et de prestataires de service activant dans le secteur de l’énergie.

Au cours de cette première conférence sur la transition énergétique, des panels seront animés par des cadres et experts nationaux et étrangers.

Media

Dernière modification le : jeudi, 18 janvier 2018 15:51
Ould Kaddour: la transition énergétique nécessite des partenaires nationaux et étrangers
  Publié le : mercredi, 17 janvier 2018 18:20     Catégorie : Economie     Lu : 254 foi (s)   Partagez