L'installation des membres des cinq nouveaux comités de basins hydrographiques

Publié le : samedi, 13 janvier 2018 19:44   Lu : 490 fois
L'installation des membres des cinq nouveaux comités de basins hydrographiques

ALGER- Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib a procédé samedi à l'installation officielle des membres des cinq nouveaux comités des bassins hydrographiques conformément au décret exécutif du 12 janvier 2010.

Il s'agit des bassins hydrographiques "Algérois-Hodna-Soummam", du bassin "Cheliff Zahrez", du bassin "Oranie- Chott-Chrgui", du bassin "Constantinois- Seybouse- Mellegue" et du "bassin hydrographique du Sahara". Cette installation a pour objectif d'impulser une nouvelle dynamique à la gestion intégrée des ressources en Eau, en tant que secteur névralgique.

Dans une allocution à cette occasion, le ministre des Ressources en eau a rappelé que l'unité hydrographique, composée d'un à plusieurs bassins était, de l'avis de tous les spécialistes, l'espace naturel d'une gestion intégrée des ressources en eau, car formant une base cohérente réunissant à la fois les ressources naturelles et les usagers des eaux.

Soulignant le caractère stratégique de ces bassins, le ministre a indiqué que chaque bassin hydrographique était doté d'un comité œuvrant dans un cadre consultatif à la planification et l'élaboration de mécanismes, à l'image des plans régionaux dans le domaine de l'aménagement de l'irrigation, en sus d'un rôle consultatif en matière de relance des politiques de ressources en eau.

"Ces comités constitueront un base de réflexions autour des problématiques relatives aux bassins hydrographiques, une source de proposition pour accompagner les pouvoirs publics dans la mise en œuvre d'une politique nationale des ressources en eau, et la sensibilisation de la société civile sur la pollution, le gaspillage et la préservation des eaux pour les générations futures", a ajouté le ministre.

Il a rappelé, par la même occasion, les principes fondamentaux de la gestion intégrée des eaux en Algérie, consistant essentiellement dans la répartition équitable des ressources en eau entre citoyens, la lutte contre le gaspillage et la pollution, et l'élaboration d'un plan préservant les capacités nationales.

Pour sa part, le directeur général de l'Agence nationale de gestion intégrée des ressources en eau (AGIRE), M. Dermachi Mohammed, a indiqué que les comités des bassins hydrographiques créés en 1996 avec la création des bassins hydrographiques, avait pour objectif de mettre en place un cadre consultatif pour la gestion des ressources en eau, relevant que chaque comité est composé de 30 membres représentant les collectivités locales, les usagers des eaux, les organismes de gestion des services de l'eau et les différentes administrations.

Il a ajouté que ces comités jouent un rôle primordial dans le développement de la politique des ressources en eau et ont pour missions l'étude du projet de plan directeur d'aménagement des ressources en eau pour établir un rapport détaillé adressé au ministère de tutelle.

== Mobilisation des ressources en eau: l'Algérie a réalisé une importante avancée ==

 

Le ministre des Ressources en eau a affirmé que l'Algérie avait réalisé une importante percée en matière de mobilisation des ressources en eau et s'attèle actuellement à relever les différents défis liés à la couverture des zones enclavées, l'amélioration du service et des indices de gestion et le renforcement et le maintien des infrastructures réalisées dans le cadre du programme initiée depuis 2002 par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Evoquant les résultats positifs enregistrés dans le cadre de ce programme, notamment en nombre de barrages, qui est passé de 41 en 1999 à 78 en 2017 avec une capacité de 8,2 milliards de m3, le ministre a fait état de la réception de deux nouveaux barrages fin janvier en cours et de quatre autres en 2019, portant le nombre total à 84 barrages pour une capacité globale de quelque 9 milliards de m3.

Rappelant en outre la réalisation de 11 station de dessalement d'une capacité de production totale dépassant les 2,1 millions m3/j, dont la station d'El Mektaa d'une capacité de 500.000 m3/j, M. Necib a fait état du lancement éminent de deux autres stations à El Taref et Alger d'une capacité de production de 300.000 m3/j chacune.

Par ailleurs, le ministre a abordé le raccordement au réseau d'eau potable (98 pc) et au réseau d'assainissement (90 pc) ainsi que la réalisation de stations de déminéralisation au Sud, dont 9 uniquement à Ourgla et une à Touggourt, à Tindouf et à Ain Salah.

M. Necib a également évoqué la réalisation des méga projets de transfert d'eau, à l'image de celui reliant Ain Salah à Tamenrasset sur 750 Km, le transfert de Béni Haroun, le transfert des eaux de Chott El-Gharbi et enfin le transfert des eaux Mostaganem-Arzew- Oran.

Quelque 182 stations d'épuration d'une capacité de traitement de 860 millions/an sont en service actuellement contre 45 stations en 1999, soit 137 stations de plus.

S'agissant de la réhabilitation des grands périmètres d'irrigation, les superficies réhabilitées sont passées de 156.000 hectares en 1999 à 252.000 hectares en 2017, soit une hausse de 96.000 hectares.

Le taux de remplissage des barrages s'élève actuellement à 53%, a rappelé le ministre, relevant que cette quantité permettait de garantir une alimentation  en eau de deux ans. Deux barrages ont enregistré une baisse significative, à savoir le barrage de Ben Dalia (Souk Ahras) et Hamame Debagh à Guelma, a-t-il fait savoir.

Pour ce qui est de la mobilisation des eaux, le ministre a indiqué que près de 10,5 milliards m3 d'eaux sont mobilisées annuellement dont 31% provenant des barrages, relevant par la même occasion que les eaux sous terraines demeurent la principale source de mobilisation des eaux en Algérie.

 

Se référant aux statistiques des dix dernières années, le ministre a relevé que le taux de remplissage des barrages atteignait une moyenne global de 70%, mobilisée entre janvier à mars, ajoutant que le volume de 500 millions m3 stocké à ce jour, n'avait  pas été enregistré depuis trois ou quatre années.

L'installation des membres des cinq nouveaux comités de basins hydrographiques
  Publié le : samedi, 13 janvier 2018 19:44     Catégorie : Economie     Lu : 490 foi (s)   Partagez