La croissance mondiale devrait redémarrer à un rythme modéré

Publié le : mercredi, 20 septembre 2017 14:13   Lu : 280 fois

PARIS- La croissance mondiale devrait redémarrer à un rythme modéré avec des risques potentiels de révision à la hausse des  prévisions, a indiqué l’Organisation de la coopération et du développement  économiques (OCDE), soulignant que la confiance s’affermit, et  l’investissement et les échanges se redressent.

Dans son dernier rapport Perspectives économiques intermédiaires, présenté  mercredi, l’OCDE a estimé que cette modeste reprise mondiale bénéficie de  la croissance enregistrée en Asie et de la reprise observée dans les pays  producteurs de produits de base, avertissant qu’elle reste insuffisante  pour une amélioration durable.  L’économie mondiale a affiché une embellie au cours de l’année écoulée. 

Dans la plupart des pays, les indices de confiance, la production  industrielle, les principaux indicateurs de l’emploi et les échanges  transfrontaliers sont repartis à la hausse. 

Cette expansion conjoncturelle encore modeste reste toutefois trop peu  robuste pour asseoir une amélioration durable de la production potentielle  ou contribuer à réduire des inégalités persistantes, a-t-elle expliqué,  soulignant que les risques liés aux vulnérabilités financières  pourraient  se matérialiser en cas de chocs au niveau de l’action publique ou d’ordre  géopolitique.

Elle a noté, dans ce sens, que l’économie mondiale se porte mieux mais pas assez bien pour améliorer durablement le bien-être des citoyens.

"Les perspectives de croissance à court terme reposent sur une plus large  assise et la phase d’expansion est prometteuse, mais gardons-nous de tout  excès d’optimisme", a déclaré la Chef économiste de l’OCDE, Catherine L.  Mann, lors de la présentation du document, préconisant la poursuite de la  voie d’une politique monétaire accommodante dans certaines économies sans perdre de vue, toutefois, la stabilité financière, de façon à faciliter de  nouveaux rééquilibrages en faveur de mesures budgétaires et structurelles.

En outre, l’organisation, dont la mission est de promouvoir les politiques  qui amélioreront le bien-être économique et social partout dans le monde, a  indiqué que l’investissement n’a pas permis de soutenir comme il l’aurait  fallu la croissance mondiale, les échanges, la productivité et les salaires réels, soulignant que si la conjoncture semble plus propice à  l’investissement,  la clarté et la pérennité des facteurs qui le motivent  devront être confirmée.

Au sujet de l’emploi, l’OCDE fait constater que durant ces dernières  années, la croissance de l’emploi a retrouvé un  assez bon dynamisme,  soutenant que l’évolution tendancielle des taux d’emploi et d’activité est   meilleure  que celle relevée pendant la décennie qui a précédé la crise.

Par ailleurs, elle a relevé également que la croissance des échanges  mondiaux  s’est affermie  au cours de l’année écoulée,  sans retrouver  toutefois son dynamisme d’avant la crise.

Elle a précisé que l’intégration renforcée des échanges au sein des  chaînes de valeur mondiales, grâce à l’introduction de la technologie,  permet l’ouverture de nouveaux marchés et accroît la productivité. Cependant, fait-elle remarquer par ailleurs, les vulnérabilités  financières  continuent de peser sur les prévisions.

 La survenue de chocs géopolitiques et l’adoption de mesures  protectionnistes pourraient induire de brutales corrections des prix des  actifs, et les risques de révision à la baisse des projections pourraient  dès lors se matérialiser sous différentes formes, a-t-elle expliqué,  recommandant aux pouvoirs publics l’adoption d’une approche intégrée pour  mettre la mondialisation au service de tous et l’amélioration du système  international en instaurant des règles du jeu  plus équitables.

 

 

 

 

Last modified on mercredi, 20 septembre 2017 15:01
La croissance mondiale devrait redémarrer à un rythme modéré
  Publié le : mercredi, 20 septembre 2017 14:13     Catégorie : Economie     Lu : 280 foi (s)   Partagez