Aquaculture: examen des moyens de renforcer la coopération entre les Ressources en eau et la Pêche

Publié le : vendredi, 31 janvier 2020 12:37   Lu : 21 fois
Aquaculture: examen des moyens de renforcer la coopération entre les Ressources en eau et la Pêche

ALGER- Les ministres des Ressources en eau, Arezki Berraki et de la Pêche et des productions halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi ont fait état, jeudi à Alger, de la volonté de leurs secteurs respectifs de développer des programmes d'aquaculture dans les barrages afin de contribuer au soutien de la production nationale de poissons.

Lors d'une réunion de travail regroupant les cadres des deux ministères, MM. Ferroukhi et Berraki ont examiné les moyens de développer le domaine de l'aquaculture continentale et la possibilité de s'orienter vers de nouveaux mode d'élevage, en sus des défis qui pourraient se poser à ce type d'investissements.

Cette réunion, ont affirmé les deux ministre vise la cristallisation de programmes et la mise en en place d'une feuille de route pour chaque secteur permettant d'avoir une large perspective des modèles et les modalités d'exploitation de différentes ressources pour le développement de la production.

M. Berraki a estimé que cette réunion était une occasion pour échanger autour du projet de développement de la pêche continentale au niveau des barrages et retenues d'eau et le renforcement de la coordination entre les deux secteurs afin que les investissements soient pertinents et bien ciblés.

Pour ce faire, le ministre a préconisé l'implication des organismes et établissements publics relevant du secteur dans ces activités à travers des investissements bénéfiques, pouvant constituer des revenus supplémentaires et une solution pour l'amélioration de leur situation financière.

Il a assuré, à ce propos, que tous les efforts seront mobilisés pour accompagner ces investissements et garantir un suivi continu à travers la poursuite de latenue des rencontres entre les cadres des deux secteurs, afin de bénéficier des avis des experts et d'zxaminer les défis auxquels pourraient faire face ces projets.

Le secteur des Ressources en eau compte 81 barrages, d’une capacité globale de 8,274 milliards de m3 d’eau, et 65 petits barrages, d'une capacité de 4361,22 millions m3, ce qui représente une assiette importante aux activités d'aquaculture, a-t-il poursuivi.


Lire aussi: Aquaculture : le prix du poisson d’élevage est élevé en raison des marges bénéficiaires


Pour sa part, M. Ferroukhi a mis en avant le désir de son secteur de développer davantage le partenariat dans ce domaine, en s'orientant vers de nouveaux modes d'élevage dans les barrages. il a souligné, à cet égard, l'importance de la formation et de l'accompagnement technique des opérateurs dans ce domaine ainsi que du développement de ce mode de production qui peut être orienté à l'avenir vers l'exportation et la fabrication d'autres produits dans le cadre des activités de transformation.

Le secteur oeuvre à élargir l'aquaculture notamment dans les zones sahariennes, permettant la valorisation des ressources en eau disponibles, le développement des fermes aquacoles et l'exploitation des énergies renouvelables.

Les deux parties ont proposé l'élaboration d'études détaillées sur les barrages existant vu qu'ils sont différents en termes de type, de composition d'eau et de caractéristiques naturelles, outre la création d'une filière chargée de la gestion des investissements.

Les deux ministres ont évoqué également les aspects juridiques pouvant constituer un obstacle à la concrétisation ou le retardement de plusieurs projets ainsi que l'élaboration d'un plan de travail pour lever ces obstacles.

Selon les données présentées durant la réunion, les activités aquacoles continentales sont réparties sur 26 barrages et 35 opérateurs, dont 9 barrages (12 opérateurs) à l'est du pays, 8 barrages (10 opérateurs) au centre et 9 autres (13 opérateurs) à l'ouest, avec une production de 313,64 tonnes durant 2019.

 

Barrages: taux de remplissage de 63,6 %

 

Les mêmes données font état d'un taux de remplissage des barrages de 63,6%, dont 50 barrages en situation "confortable", 20 barrages à plus de 80% et 6 autres à 100%.

Vingt-trois (23) barrages sont exploités pour l'alimentation en eau potable et l'irrigation, 12 pour l'irrigation et 28 pour l'approvisionnement en eau potable uniquement.


Lire aussi: Tlemcen: production de 100 t de daurade et de loup de mer en 2019


Pour ce qui est du volume d'eau mobilisé durant 2019, il a atteint 1703,2 millions m3, dont 1123,6 millions m3 en eau potable et 579,6 millions m3 pourl'irrigation.

A noter que le nombre des barrages au niveau national est passé de 13 barrages en 1962 à 81 barrages en 2020.

Aquaculture: examen des moyens de renforcer la coopération entre les Ressources en eau et la Pêche
  Publié le : vendredi, 31 janvier 2020 12:37     Catégorie : Economie     Lu : 21 foi (s)   Partagez