Calligraphie arabe, entre passion et attachement à l’identité nationale

Publié le : lundi, 24 décembre 2018 14:58
Calligraphie arabe, entre passion et attachement à l’identité nationale
Photo : APS

MEDEA - Coup de cœur, pour certains, signe d’attachement à l’identité nationale ou amour et passion, pour d’autres, autant de qualificatifs qui traduisent l’attrait qu’exerce la calligraphie sur ces artistes en herbe, venus partager cette passion de l’écriture avec d’autres personnes, à l’occasion de la 14è édition de l’atelier de calligraphie arabe, organisé du 22 au 25 décembre courant à Médéa.

Malgré l’écart de l’âge et leurs parcours différents, les calligraphes présents à cette édition, ont pour point commun, la passion du trait, des formes géométriques et des couleurs, à travers lesquels ils parviennent, chacun dans son style et approche, à transformer en une œuvre artistique d’où jaillit toute la beauté du "verbe arabe".

Sid-Ahmed Baba, jeune calligraphe d’Adrar, sud du pays, considère la calligraphie, qu’il a découvert, il ya trois ans de cela, comme "un moyen pour préserver le legs culturel ancestral, d’explorer les profondeurs du patrimoine local, de s’en inspirer pour le présenter sous une forme artistique accessible à tous", se disant fier de servir à la promotion et la sauvegarde, à la fois, de ce patrimoine, qui représente en somme un élément de notre identité culturelle".

Pour Mohamed Es-Sadek Khemis, de la région de Ouargla, la calligraphie est « une sorte d’oxygène » qui lui donne cette vitalité qui lui a permis, depuis son enfance, de tracé sa voie et cumuler les participations, sans « fléchir ou douter » de ce qu’il fait.


Lire aussi : 14e atelier national de Calligraphie arabe: la calligraphie maghrébine à l’honneur


D’autres calligraphes, plus âgés, à l’instar de Mahboub Cheboub, natif de la même wilaya, qui continue inlassablement, depuis 1988, à "explorer les méandres" de cet art, à la recherche de la perfection qui le hisse à un niveau mondial, affirmant puiser « cette force dans la magie du verbe arabe qui se laisse apprivoiser facilement et permis toutes les créations possibles et imaginables".

Lakhdar Hémistiche, enseignant retraité de la wilaya de Msila, ne rate aucun atelier, depuis plus de douze ans, et a profiter de la présence de calligraphes de renoms pour se former et s’initier aux différentes techniques d’écriture et de conception de toiles.

C’est cette passion pour la calligraphie qui l’incite à revenir chaque année et revivre cette atmosphère particulière qui le replonge, l’espace d’une édition, dans les profondeurs de la calligraphie et de profiter, de chaque moment et rencontres, pour se perfectionner et apprendre davantage sur un art qui continue de passionner, depuis des siècles, des hommes et des femmes de tout horizon.

Calligraphie arabe, entre passion et attachement à l’identité nationale
  Publié le : lundi, 24 décembre 2018 14:58     Catégorie : Culture     Lu : 6 foi (s)   Partagez