22e Sila: la présence des auteurs fédère l'essentiel des visiteurs   

Publié le : mardi, 31 octobre 2017 16:20
22e Sila: la présence des auteurs fédère l'essentiel des visiteurs   

ALGER-Les rencontres avec les auteurs présents au 22e Salon du livre continuent d'attirer de plus en plus de lecteurs, alors que l'affluence à cette grande manifestation culturelle qui réunit pas moins d'un millier d'éditeurs semble, à mi-chemin, marquer le pas, notent les observateurs.

Les stands des éditeurs qui ont programmé des ventes-dédicaces ne désemplissent pas depuis l'ouverture du salon au public, jeudi. Ces séances qui connaissent un succès grandissant d'année en année permettent aux lecteurs de rencontrer leurs auteurs préférés, se transformant souvent en de longs débats sur leurs oeuvres.


Lire aussi : 22e SILA: abattre les barrières mentales pour élargir le lectorat africain


Trois jours durant, le stand des éditions Enag a vu se former de grandes interminables devant le stand accueillant le romancier Waciny Laredj, venu signer son dernier ouvrage. Parmi les admirateurs du romancier rencontrés au salon du livre, nombreux sont ceux qui ont fait le déplacement de villes de l'intérieur pour se faire dédicacer le dernier roman de l'auteur, dont la sortie coïncide avec Sila.

Très attendu comme chaque édition, le romancier Amine Zaoui a également présenté son dernier ouvrage, alors que le stand de Barzakh, son éditeur, n'a pu contenir le public, nombreux, venu à la rencontre de Kaouthar Adimi, la jeune romancière présente pour la dédicace de son dernier roman,  également publié chez l'éditeur algérois.


22e SILA: l'absence de statistiques sur le lectorat entrave à l'édition


D'autres auteurs, à l'image de Amina Chikh, Lynda Chouiten, Lezhari Labter, le dessinateur Slim et Noureddine Sâadi, parmi d'autres étaient eux aussi au rendez-vous avec leurs lecteurs.

Au plan de l'édition, une nette progression de la production littéraire en Arabe et en Français est constatée chez la majorité des éditeurs algériens, avec la participation remarquée de jeunes auteurs présentant leurs premiers romans.

Cette édition a également révélé un engouement particulier pour le livre en langue anglaise proposé par des maisons d'éditions britanniques ou libanaises, notent encore les observateurs qui s'étonnent du nombre, relativement élevé de jeunes lecteurs qui se sont rués, dès les premiers jours du salon, sur les classiques et autres saga dans cette langue, parmi les oeuvres littéraires adaptées au cinéma, particulièrement.

 

 

=Communication insuffisante=

 

Six jours après son ouverture, le public habituel semble bouder le Sila. Avec 50.000 visiteurs par jour en moyenne, selon les organisateurs, le sila est loin de connaître l'affluence des grands jours et les chiffres sont en deçà de la fréquentation des précédents salons à pareille date, lâchent-ils quelque peu déçus.

Pour être dans l'air du temps, les organisateurs proposent, pour la première fois dans l'histoire du Sila, une application mobile permettant à l'utilisateur d'avoir des informations utiles pour repérer les différents stands, trouver rapidement un ouvrage ou s'informer sur les rendez-vous programmés.

L'information sur les différentes activités prévues est aussi accessible pour le visiteur, grâce au site Internet du Sila, mais l'organisateur a abandonné plusieurs autres supports de communication.


Lire aussi : 22e SILA: activité diversifiée au stand de l'Afrique du Sud


Aussi, les affiches sur lieux habituels de communication, y compris dans l'enceinte du Palais des expositions, ont-elles disparu du paysage et l'échange sur les réseaux sociaux abandonné.  Même la radio du Sila, un moyen d'information, qui a pourtant prouvé son efficacité en diffusant le programme des stands en continu, a été supprimée.

La gazette du Sila, téléchargeable sur le site Internet n'est plus distribuée au public dans sa version papier et les moyens de transport en commu, eux, n'ont pas été non plus mis à contribution, contrairement aux éditions passées.

Les médias étrangers, habituellement présents au Sila, manquent à l'appel de ce 22ème édition, relèvent, par ailleurs les observateurs qui attendent de confirmer si l'engouement pour la littérature et les auteurs algériens est réellement annonciateur d'un éveil de l'Algérien à la lecture. Une  question difficile, en l'absence d'études et de données sur le lectorat. 

Le 22e Sila se poursuit jusqu'a 5 novembre avec au programme un colloque international de trois jours sur Mouloud Mammeri.

22e Sila: la présence des auteurs fédère l'essentiel des visiteurs   
  Publié le : mardi, 31 octobre 2017 16:20     Catégorie : Culture     Lu : 15 foi (s)   Partagez