22e SILA: abattre les barrières mentales pour élargir le lectorat africain

Publié le : mardi, 31 octobre 2017 09:21   Lu : 4 fois
22e SILA: abattre les barrières mentales pour élargir le lectorat africain

ALGER - Des spécialistes africains de l'édition et de la littérature ont exhorté, lors d'une rencontre animée lundi au SILA, les professionnels du livre à élargir le lectorat africain en abattant les "barrière mentales" entre le nord, le sud et l'ouest du continent et en facilitant la circulation des ouvrages.

Les intervenants de cette rencontre, organisée à l'espace "Esprit panaf" du 22e Salon international du livre d'Alger (SILA), ont encore une fois rappelé le constat de l'état de la littérature africaine où auteurs du Maghreb et d' "Afrique noire" se retrouvent "séparés" par des barrières mentales. Une situation qui réduit encore plus les marchés et le lectorat même si ces littératures restent cependant "très proches" de par leurs contenus.

Appelant à la facilitation de la circulation des livres entre pays africains, les participants jugent cette ouverture "très bénéfiques pour les auteurs et éditeurs". Une démarche qui œuvre à élargir le marché et permettre l'émergence de "nouvelles plumes qui existent déjà" mais qui ont, malheureusement, "besoin d'une légitimité occidentale pour exister".


Lire aussi: 22e SILA: l'absence de statistiques sur le lectorat entrave à l'édition


Cette libre circulation permettra selon l'auteur et poète sénégalais Racine Senghor de mettre en place un espace d'échange et de débat entre auteurs qui doivent se faire le "miroir de leurs société respectives" et "sortir de l'image renvoyée par les médias occidentaux".

Racine Senghor et l'écrivain congolais Joss Doszen ont également proposé l'institution de prix littéraires africains pour asseoir une "légitimité" littéraire continentale, intégrant également les langues nationales, autre que celle imposée par l'occident et la France particulièrement.

Joss Doszen a cité l'exemple d'un prix sénégalais, créé par un éditeur, et qui a vu la participation d'auteurs de plusieurs pays du continent en quête de nouveaux marchés au Sénégal.

Ces propositions permettraient l'émergence d'autres d'expressions littéraires sur le continent, autre que celle légitimées et consacrés par l'occident dans les années 1960, l'auteur sénégalais, citant l'exemple de

Léopold Sédard Senghor, Kateb Yacine et Assia Djebbar, auteurs qui constituent l'essentiel des référents littéraires africaines.

Evoquant le marché du livre africain, l'éditeur sénégalais Abdoulaye Dialo a affirmé que son pays n'a d'échos de ce qui se fait au Maghreb que "par les médias occidentaux".


Lire aussi: 22e SILA: activité diversifiée au stand de l'Afrique du Sud


Il a, par ailleurs, relevé de la faiblesse des œuvres littéraires pour adolescents dans le catalogue continentale, ce qui constitue pour lui un marché porteur à investir pour "préparer le lecteur adulte de demain".

Rebondissant sur ces propos, Joss Doszen a affirmé qu'il existe un réel vide entre le livre pour enfant (5-11 ans) et le livre destiné à un lectorat adulte même si ce créneau demeure "dévalorisé" ce qui pousse certains éditeur africains à créer des "auteurs sur commande".

Parlant des espaces d'échanges, comme le SILA, les auteurs présents dont le Guinéen Mohamed Lamine Camara a regretté l'absence des éditeurs algériens à ce genre de rencontre, ainsi que celle "très remarquée" des étudiants et universitaires.

Inauguré jeudi, le 22e SILA se poursuit jusqu'au 5 novembre avec plusieurs autres rencontres au programme de l'espace "Esprit Panaf" abordant l'édition et la littérature en Afrique.

22e SILA: abattre les barrières mentales pour élargir le lectorat africain
  Publié le : mardi, 31 octobre 2017 09:21     Catégorie : Culture     Lu : 4 foi (s)   Partagez