"De nos frères blessés", un drame de guerre poignant

Publié le : mardi, 18 février 2020 10:32   Lu : 75 fois
"De nos frères blessés", un drame de guerre poignant

BEJAIA - La pièce "De nos frères blessés", de Joseph Andras, et mise scene, par Fabrice Henry, déroulée, lundi soir au theatre Abdelmalek Bouguermouh, au 3ème jour du festival international du théâtrede Bejaia, a émue jusqu’aux larmes tant la pièce était poignante et son récit bouleversant.

L’histoire, qui met à jour, le parcours héroïque mais singulier de Fernand Iveton, un travailleur algerien d’origine Française, engagé foncièrement dans le combat de libération nationale mais qui a du le payer de sa vie, ayant été sauvagement torturé, condamné à mort à l’issue d’un simulacre de procès puis guillotiné en 1957, a secoué et ébranlé tout le public, portant habitué a entendre des faits de guerre invraisemblable. Dans la région, notamment dans ses montagnes il n’y’a pas de famille, sinon des cas rares, qui n’aient été confronté ou entendue des récits sur des violences coloniales inouïes.

Et pourtant, ce soir, il a cédé au drame Iveton, dont beaucoup ignoraient peut-être l’existence mais qui le découvrent dans sa vérité, ses engagements, ses convictions mais aussi toute sa fragilité, et surtout le martyr subit. Un homme dans la vie s’est  brisée tel une vase de porcelaine, dans le corridor de l’aveuglement et de bêtise et qui n’a pu échapper à l’échafaud, malgré une forte mobilisation et les discours humanistes de l’administration coloniale d’alors, d’autant que dans sa propagande, il n’y’avait pas de soulèvement encore moins de guerre mais juste des "événements".

Alors il a fallu le liquider brutalement pour en faire un exemple et conditionner, ainsi, tous les français d’origine algérienne en situation d’être tentés de suivre son modèle. Car au niveau des arguments ayant présidé à son exécution, la sentence a été plus que disproportionnée.

Et pour cause ! Iveton, la trentaine non révolue, a été arrêté à Belcourt (Alger) pour avoir caché et déposé une bombe dans son lieu de travail. Un engin toutefois, qui n’a jamais explosé, ni tué quiconque, ayant été dissimulé dans endroit ou il ne pouvait faire de victime, son objectif n’était autre que celui d’éveiller les consciences et d’attirer l’attention sur les massacres d’Algériens.

Pour autant son geste a été interprété comme un ‘‘acte terroriste", et à ce titre il a été traité comme tel en l’occurrence comme "Un rebelle, un traitre, un félon, un blanc vendu aux crouilles". Et la demande de grâce, introduite auprès des autorités française, notamment, François Mittérand, alors ministre de l’Intérieur et ultérieurement devenu président et artisan en 1982, de la loi sur l’abolition de la peine de mort et qui fut rejetée.

Pour mettre en scène, ce drame, Fabrice Henri, n’a pas eu recours à quelques artifices se contentant, hormis quelques passages romancés, de reproduire fidèlement le livre de Joseph Andras, récipiendaire du prix Goncourt du "1er roman", en 2016, qu’il a refusé, du reste, d’accepter.

Le metteur en scène à fait la part belle à la narration, laissé à l’apanage de 04 comédiens d’exception (François Copin, Clémentine Haro, vincent Poudroux, et Thomas Résende), qui ont magnifié, le texte original, en le déclamant dans une émotion et un réalisme époustouflants.

En fait, son succès, au-delà de la performance des acteurs, doit beaucoup également à la technique scénographique utilisée, empruntant surtout au théâtre actif qui associé dans un jeu commun acteurs et les spectateurs dans une dynamique partagée d’écoute et d’engagement. Plusieurs spectateurs ont été conviés ainsi à lire des passages de lettres d’Iveton à sa femme, ou campant sur scène, quelques rôles de condamnés à mort, sur le point de passer sous la lame de la guillotine, sur fond d’un chant révolutionnaire "Min djibalina" entonné collectivement.

Un spectacle singulier, original, bien servi par les comédiens et surtout par la qualité et la puissance du texte, que d’aucuns qualifient de chef-d’œuvre.

"De nos frères blessés", un drame de guerre poignant
  Publié le : mardi, 18 février 2020 10:32     Catégorie : Culture     Lu : 75 foi (s)   Partagez