RABAT - L'élan de solidarité avec le mouvement du Rif au  Maroc ne cesse de s'élargir à l'intérieur du pays qu'à l'étranger soutenant le juste combat des populations de cette région du nord marocain oubliée par le pouvoir central en matière de développement et de prise en charge des droits fondamentaux.

Published in Monde

PARIS - Le futur accord d’échange entre l’Union européenne (UE) et le Maroc devra être, malgré les "contorsions" de l’UE, conforme au droit international et à la décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), a affirmé mercredi l’ambassadeur d’Algérie en Belgique, Amar Belani.

Published in Monde

AL HOCEIMA (Maroc) - Plusieurs milliers de personnes manifestaient mardi soir dans les rues d'Al-Hoceïma pour demander la libération de Nasser Zefzafi, leader de la contestation populaire dans la région du Rif (Nord du Maroc) arrêté  lundi par la police, ont rapporté les médias.

Published in Monde

ALGER - Le journaliste du quotidien El Watan, Djamel  Alilat arrêté dimanche par les autorités marocaines, alors qu'il couvrait  les manifestations dans la région du Rif (Nord du Maroc), a été expulsé lundi du territoire marocain, selon des informations rapportées par des agences de presse.

Published in Algérie

BRUXELLES - Le Front Polisario a condamné lundi "fermement" la proposition de la Commission européenne pour la renégociation de l'accord d'association UE-Maroc, appelant l'Union et ses Etats membres à "rejeter" cette proposition qui constitue une "violation" de la décision de la Cour européenne de justice (CJUE) et des principes fondamentaux du droit international.

Dans une lettre adressée aux dirigeants de l'Union européenne (UE) et signée par son secrétaire général, Brahim Ghali, le Front Polisario a " condamné fermement cette nouvelle proposition de la Commission européenne", soulignant que si elle est approuvée par le Conseil de l'UE " violerait à la fois la décision de la Cour de justice de l’UE du 21 décembre 2016 et les principes fondamentaux du droit international".

Le Front Polisario a exhorté, à ce titre, l'UE et ses Etats membres à "rejeter la proposition de la Commission européenne de renégocier l'accord d'association UE-Maroc dans les termes actuels en raison des graves conséquences juridiques et politiques sur la question du Sahara occidental".

L'observatoire des ressources naturelles au Sahara occidental (WSRW) a révélé, il y a quelques jours, que la Commission européenne a demandé aux Etats membres de l'UE un mandat pour réexaminer l'accord  de libéralisation avec le Maroc afin d'inclure des produits provenant des territoires occupés du Sahara occidental.


Lire aussi : Les arrêts de la CJUE sont contraignants pour les institutions de l'UE


Le Front Polisario a considéré la proposition de l'exécutif européen, non seulement, comme une preuve que la Commission a "renoncé à ses obligations pour la mise en œuvre de bonne foi la décision de la Cour de l'UE", mais "elle encourage également le Conseil de l'UE à approuver une proposition qui contredit la politique de longue date de l'Union sur le Sahara occidental ".

Pour le Front Polisario, la demande de la Commission aux Etats membres de l'UE le mandat de réexaminer cet accord commercial controversé avec le 

Maroc afin d'inclure les produits provenant du territoire occupé du Sahara Occidental, "encourage aussi le Maroc à poursuivre l'exploitation illégale des ressources naturelles du Sahara occidental".

"Cela sapera les efforts des Nations unies pour la relance des négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario avec une nouvelle dynamique et un nouvel esprit, selon la dernière résolution du Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il prévenu dans sa lettre.

Le Front Polisario a mis l'accent dans sa lettre sur l'arrêt de la Cour de justice de l'UE, rendu le 21 décembre dernier dans lequel la Cour a affirmé clairement que le Maroc n'a pas de souveraineté sur le Sahara occidental.

"La Cour a donc décidé que, selon le principe de l'autodétermination, l'UE et le Royaume du Maroc ne peuvent inclure, soit de jure, soit de facto, le Sahara occidental dans leurs relations commerciales sans l'accord préalable du peuple sahraoui ", a-t-il souligné.

 

Le Front Polisario demeure engagé à défendre les intérêts du peuple du Sahara occidental

 

Compte tenu du statut distinct et séparé du Sahara occidental en vertu du droit international, telle que souligné par la CJUE dans son jugement, le Maroc ne peut donc pas conclure des accords internationaux applicables au territoire sahraoui, qu'il occupe illégalement, a rappelé le Front Polisario aux dirigeants européens.

Par conséquent, a-il-poursuivi, le Maroc n’est pas habilité à s’exprimer au nom du peuple d’un territoire situé en dehors de ses frontières internationalement reconnues.

Le Front Polisario a averti, à ce titre, les dirigeants européens qu'il demeure "engagé à user de toutes les voies juridiques, en vertu du droit de l'UE et du droit international, pour défendre les intérêts suprêmes du peuple du Sahara occidental et son droit inaliénable à l'autodétermination sous tous ses aspects, y compris sa souveraineté permanente sur ses ressources naturelles et l'intégrité territoriale du Sahara occidental".

Dans une autre lettre adressée à la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, le ministre sahraoui délégué pour l'Europe a mis en garde contre toute volonté de contourner les dispositions de la décision de la CJUE, dénonçant les manoeuvres visant à permettre la poursuite de l'occupation du Sahara occidental et des "opérations de rapine" et du "pillage continue", qualifiant ces actes de "brigandage international". 

Published in Monde

AL HOCEIMA (Maroc) - Le leader de la contestation populaire "Hirak errif",  qui secoue depuis plus de six mois le nord du Maroc, Nasser Zefzafi, a été arrêté lundi par la police, rapportent des médias citant de source gouvernementale.

Published in Monde

BRUXELLES- Le comité belge de soutien au mouvement  populaire dans le Rif a appelé dimanche les autorités marocaines à annuler  le mandat d'arrêt lancé contre le leader de la contestation "Hirak errif",  Nacer Zefzafi et à "écouter la voix de la raison".

Published in Monde

RABAT - La situation était tendue samedi à Al-Hoceïma (nord du Maroc) après une tentative d'arrestation, la veille, du leader de la contestation populaire du mouvement "el-hirak" dans le Rif, Nasser Zefzafi, accusé d'avoir agressé un Imam dans une mosquée, alors qu'à Khouribga (centre du pays) les populations intensifient leur mouvements de contestation, à travers des marches et sit-in, pour revendiquer d'emploi, la justice et les droits sociaux.

Published in Monde

ALGER- L'Ambassadeur et conseiller au ministère des  Affaires étrangères, Mohamed Haneche, a  affirmé mercredi que les tentatives de la diplomatie marocaine de remettre en cause la représentativité unique et légitime du peuple sahraoui par le Front Polisario et changer les termes de référence de la question lors du des travaux de la réunion du Comité des 24 aux Caraïbes "ont échoué", dénonçant une machination grossière rejetée par l'ensemble des délégations.

Published in Monde

ALGER - L'Ambassadeur conseiller au ministère des  Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mohamed Haneche, a  assuré mercredi à Alger que la prétendue agression d'un membre de la  délégation marocaine lors d'une réunion du Comité des 24 sur la  décolonisation tenue récemment à Kingstown (Caraïbes) relève d'une mise en  scène "grotesque" et "grossière", condamnant un procédé et un acte  répugnants qui ne méritent pas de s'y attarder.

Published in Algérie

Des ordres de mérite de rang Achir décernés à titre posthume à Aicha Barki et à des membres du secteur de la santé

Jeu 04 juin 2020 - 20:10
ALGER- Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a remis, jeudi, au nom du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune des médailles de l'ordre de mérite au rang de "Achir" à titre posthume à trois membres du corps médical, en l'occurrence Pr. Si Ahmed El Mehdi, Dr. Boudissa Wafa et M. Talhi…

La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement

Ven 05 juin 2020 - 09:51
ALGER- Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belhemdi, a affirmé jeudi que la réouverture des mosquées était une décision relevant du seul ressort du Gouvernement et que c’est lui qui l’annoncera en fonction des conclusions du…

Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position

Jeu 04 juin 2020 - 14:02
ALGER- L'annonce par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de la reprise des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine, neuf jours après les avoir suspendus, conforte la position de l'Algérie qui a décidé de ne pas renoncer à l'utilisation de…

RABAT - L'élan de solidarité avec le mouvement du Rif au  Maroc ne cesse de s'élargir à l'intérieur du pays qu'à l'étranger soutenant le juste combat des populations de cette région du nord marocain oubliée par le pouvoir central en matière de développement et de prise en charge des droits fondamentaux.

Published in Monde

PARIS - Le futur accord d’échange entre l’Union européenne (UE) et le Maroc devra être, malgré les "contorsions" de l’UE, conforme au droit international et à la décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), a affirmé mercredi l’ambassadeur d’Algérie en Belgique, Amar Belani.

Published in Monde

AL HOCEIMA (Maroc) - Plusieurs milliers de personnes manifestaient mardi soir dans les rues d'Al-Hoceïma pour demander la libération de Nasser Zefzafi, leader de la contestation populaire dans la région du Rif (Nord du Maroc) arrêté  lundi par la police, ont rapporté les médias.

Published in Monde

ALGER - Le journaliste du quotidien El Watan, Djamel  Alilat arrêté dimanche par les autorités marocaines, alors qu'il couvrait  les manifestations dans la région du Rif (Nord du Maroc), a été expulsé lundi du territoire marocain, selon des informations rapportées par des agences de presse.

Published in Algérie

BRUXELLES - Le Front Polisario a condamné lundi "fermement" la proposition de la Commission européenne pour la renégociation de l'accord d'association UE-Maroc, appelant l'Union et ses Etats membres à "rejeter" cette proposition qui constitue une "violation" de la décision de la Cour européenne de justice (CJUE) et des principes fondamentaux du droit international.

Dans une lettre adressée aux dirigeants de l'Union européenne (UE) et signée par son secrétaire général, Brahim Ghali, le Front Polisario a " condamné fermement cette nouvelle proposition de la Commission européenne", soulignant que si elle est approuvée par le Conseil de l'UE " violerait à la fois la décision de la Cour de justice de l’UE du 21 décembre 2016 et les principes fondamentaux du droit international".

Le Front Polisario a exhorté, à ce titre, l'UE et ses Etats membres à "rejeter la proposition de la Commission européenne de renégocier l'accord d'association UE-Maroc dans les termes actuels en raison des graves conséquences juridiques et politiques sur la question du Sahara occidental".

L'observatoire des ressources naturelles au Sahara occidental (WSRW) a révélé, il y a quelques jours, que la Commission européenne a demandé aux Etats membres de l'UE un mandat pour réexaminer l'accord  de libéralisation avec le Maroc afin d'inclure des produits provenant des territoires occupés du Sahara occidental.


Lire aussi : Les arrêts de la CJUE sont contraignants pour les institutions de l'UE


Le Front Polisario a considéré la proposition de l'exécutif européen, non seulement, comme une preuve que la Commission a "renoncé à ses obligations pour la mise en œuvre de bonne foi la décision de la Cour de l'UE", mais "elle encourage également le Conseil de l'UE à approuver une proposition qui contredit la politique de longue date de l'Union sur le Sahara occidental ".

Pour le Front Polisario, la demande de la Commission aux Etats membres de l'UE le mandat de réexaminer cet accord commercial controversé avec le 

Maroc afin d'inclure les produits provenant du territoire occupé du Sahara Occidental, "encourage aussi le Maroc à poursuivre l'exploitation illégale des ressources naturelles du Sahara occidental".

"Cela sapera les efforts des Nations unies pour la relance des négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario avec une nouvelle dynamique et un nouvel esprit, selon la dernière résolution du Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il prévenu dans sa lettre.

Le Front Polisario a mis l'accent dans sa lettre sur l'arrêt de la Cour de justice de l'UE, rendu le 21 décembre dernier dans lequel la Cour a affirmé clairement que le Maroc n'a pas de souveraineté sur le Sahara occidental.

"La Cour a donc décidé que, selon le principe de l'autodétermination, l'UE et le Royaume du Maroc ne peuvent inclure, soit de jure, soit de facto, le Sahara occidental dans leurs relations commerciales sans l'accord préalable du peuple sahraoui ", a-t-il souligné.

 

Le Front Polisario demeure engagé à défendre les intérêts du peuple du Sahara occidental

 

Compte tenu du statut distinct et séparé du Sahara occidental en vertu du droit international, telle que souligné par la CJUE dans son jugement, le Maroc ne peut donc pas conclure des accords internationaux applicables au territoire sahraoui, qu'il occupe illégalement, a rappelé le Front Polisario aux dirigeants européens.

Par conséquent, a-il-poursuivi, le Maroc n’est pas habilité à s’exprimer au nom du peuple d’un territoire situé en dehors de ses frontières internationalement reconnues.

Le Front Polisario a averti, à ce titre, les dirigeants européens qu'il demeure "engagé à user de toutes les voies juridiques, en vertu du droit de l'UE et du droit international, pour défendre les intérêts suprêmes du peuple du Sahara occidental et son droit inaliénable à l'autodétermination sous tous ses aspects, y compris sa souveraineté permanente sur ses ressources naturelles et l'intégrité territoriale du Sahara occidental".

Dans une autre lettre adressée à la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, le ministre sahraoui délégué pour l'Europe a mis en garde contre toute volonté de contourner les dispositions de la décision de la CJUE, dénonçant les manoeuvres visant à permettre la poursuite de l'occupation du Sahara occidental et des "opérations de rapine" et du "pillage continue", qualifiant ces actes de "brigandage international". 

Published in Monde

AL HOCEIMA (Maroc) - Le leader de la contestation populaire "Hirak errif",  qui secoue depuis plus de six mois le nord du Maroc, Nasser Zefzafi, a été arrêté lundi par la police, rapportent des médias citant de source gouvernementale.

Published in Monde

BRUXELLES- Le comité belge de soutien au mouvement  populaire dans le Rif a appelé dimanche les autorités marocaines à annuler  le mandat d'arrêt lancé contre le leader de la contestation "Hirak errif",  Nacer Zefzafi et à "écouter la voix de la raison".

Published in Monde

RABAT - La situation était tendue samedi à Al-Hoceïma (nord du Maroc) après une tentative d'arrestation, la veille, du leader de la contestation populaire du mouvement "el-hirak" dans le Rif, Nasser Zefzafi, accusé d'avoir agressé un Imam dans une mosquée, alors qu'à Khouribga (centre du pays) les populations intensifient leur mouvements de contestation, à travers des marches et sit-in, pour revendiquer d'emploi, la justice et les droits sociaux.

Published in Monde

ALGER- L'Ambassadeur et conseiller au ministère des  Affaires étrangères, Mohamed Haneche, a  affirmé mercredi que les tentatives de la diplomatie marocaine de remettre en cause la représentativité unique et légitime du peuple sahraoui par le Front Polisario et changer les termes de référence de la question lors du des travaux de la réunion du Comité des 24 aux Caraïbes "ont échoué", dénonçant une machination grossière rejetée par l'ensemble des délégations.

Published in Monde

ALGER - L'Ambassadeur conseiller au ministère des  Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mohamed Haneche, a  assuré mercredi à Alger que la prétendue agression d'un membre de la  délégation marocaine lors d'une réunion du Comité des 24 sur la  décolonisation tenue récemment à Kingstown (Caraïbes) relève d'une mise en  scène "grotesque" et "grossière", condamnant un procédé et un acte  répugnants qui ne méritent pas de s'y attarder.

Published in Algérie