EL-AYOUN OCCUPEE (Sahara Occidental) - L'organisation Amnesty international a exigé, pour la seconde fois en moins d'un mois, des autorités d'occupation marocaines l'abandon immédiat des poursuites "injustifiées" à l'encontre du journaliste Ibrahim Amrikli.

Published in Monde

LONDRES- L’ONG Amnesty International a réagi samedi à la campagne de diffamation orchestrée à son encontre par le gouvernement marocain, lui rappelant dans la foulée son sinistre bilan des droits de l’homme.

Published in Monde

LONDRES - L’ONG Amnesty International a dénoncé samedi dans un communiqué la campagne de dénigrement orchestrée par le gouvernement marocain contre son bureau à Rabat après les révélations sur l’utilisation d’un logiciel israélien pour espionner le journaliste militant Omar Radi.

Published in Monde

LONDRES - Amnesty International a, dans un rapport publié jeudi, dénoncé l'usage excessif de la force par les forces d'occupation marocaines, dans la répression de manifestants sahraouis à Laayoune, qui célébraient la victoire de l'Algérie dans la Coupe d'Afrique des Nations le 19 juillet, causant la mort d'une jeune militante sahraouie, et appelé à une enquête "impartiale" et à traduire les auteurs en justice.

Published in Monde

 

RABAT- L’organisation des droits de l’Homme, Amnesty International a dénoncé mardi, dans son rapport annuel, la restriction de la liberté d’expression et de réunion au Maroc et accusé les autorités marocaines d’avoir "torturé et emprisonné" après des procès "inéquitables" des dizaines de personnes en lien notamment avec le mouvement pacifique "Hirak" dans la région du Rif.

Published in Monde

LONDRES- L’organisation non gouvernementale (ONG) Amnesty International (AI) a tiré mardi la sonnette d’alarme sur la répression par les autorités d'occupation marocaines des manifestations pacifiques dans les villes sahraouies occupées.

Published in Monde

LONDRES - L'ONG Amnesty international (AI) a dénoncé dans un rapport, les graves irrégularités de procédure judiciaire commises par le tribunal de première instance de Casablanca au Maroc, à l'encontre des journalistes et militants appréhendés en lien avec les manifestations pacifiques du Mouvement Hirak dans la région du Rif, appelant à leur rendre justice, dans un rapport rendu public lundi l'ONG.

Published in Monde

ALGER- Le gouvernement américain a "délibérément" adopté des politiques et pratiques migratoires qui ont causé un préjudice catastrophique à des milliers de personnes en quête de sécurité aux Etats-Unis, notamment en séparant plus de 6 000 familles en quatre mois, soit bien plus que ce que les autorités avaient annoncé précédemment, indique Amnesty International (AI) dans un rapport publié jeudi.

"En septembre, le Service des douanes et de la protection des frontières (CBP) a informé Amnesty International qu’il avait séparé de force plus de 6 000 familles rien qu’entre le 19 avril et le 15 août 2018 û plus du double du nombre communiqué précédemment", a mentionné AI dans son document. 

Ainsi, le document révèle le bilan brutal des initiatives du gouvernement, sous la présidence de Donald Trump, visant à affaiblir et démanteler le système d’asile du pays, en violation flagrante de la législation américaine et du droit international. 


Lire aussi: L'Algérie rejette "globalement et dans le détail les assertions" de Felipe Gonzalez Morales


Au total, le gouvernement Trump a désormais admis avoir séparé environ 8 000 "cellules familiales" depuis 2017, a indiqué Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d'AI, dans le rapport intitulé: "Ici, vous n’avez aucun droit: refoulements illégaux, détention arbitraire et mauvais traitements de demandeurs d’asile aux Etats-Unis".

Parmi les politiques et pratiques "cruelles" constatées figurent, selon AI, des renvois forcés illégaux en masse de demandeurs d’asile à la frontière mexicaine, des milliers de séparations illégales de familles, et une augmentation du recours à la détention arbitraire et illimitée des demandeurs d’asile, bien souvent sans possibilité de libération conditionnelle.

"Le gouvernement Trump mène une campagne délibérée de violations généralisées des droits humains afin de punir et de dissuader les personnes qui cherchent une protection à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique", a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d’AI.


Lire aussi: Allemagne : Berlin à la recherche d'une main d'oeuvre étrangère qualifiée


La rapport exhorte, en outre, le Congrès à "agir immédiatement pour enquêter et dresser un état des lieux complet des séparations de familles par les organes du gouvernement fédéral, et adopter une législation interdisant les séparations et la détention illimitée des enfants et de leurs familles".

 

La législation américaine bafouée

 

Selon des témoignages recueillis par AI, "les autorités de contrôle des frontières des Etats-Unis bafouent de manière flagrante la législation américaine en matière d’asile et le droit international relatif aux réfugiés en renvoyant de force des personnes au Mexique sans avoir enregistré ni traité leur demande d’asile..."

Mme Guevara-Rosas a dans ce sens regretté que "les personnes renvoyées au Mexique peuvent subir des atteintes aux droits humains directement sur place ou une expulsion et le risque d’être victimes de graves violations de leurs droits fondamentaux dans leur pays d’origine."


Lire aussi: L'ONU plaide pour une représentation exacte des migrants, loin des clichés 


 

Depuis 2017, les autorités américaines ont également imposé une politique de "détention obligatoire et illimitée" des demandeurs d’asile, bien souvent sans possibilité de libération conditionnelle, pendant toute la durée de l’examen de leur demande. Cette mesure constitue une forme de détention arbitraire, en violation de la législation américaine et du droit international.

Amnesty International a recueilli les témoignages de demandeurs d’asile détenus indéfiniment après avoir sollicité une protection, dont des personnes séparées de membres de leur famille, des personnes âgées et des personnes atteintes de graves problèmes de santé et nécessitant des soins médicaux spécifiques.

Il est cruel de la part des autorités américaines de détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort... le Congrès doit agir maintenant pour mettre fin à la détention d’enfants et de familles une bonne fois pour toutes, et financer des solutions permettant d’éviter la détention.."

Parmi les mesures prônées par AI à l'adresse des Etats unis, figurent le Programme de gestion des dossiers familiaux (Family Case Management Program), dont l’efficacité a été prouvée à 99 % pour aider les familles demandeuses d’asile à comprendre et respecter les conditions de l’examen de leur dossier d’immigration.

Published in Monde

LONDRES - La destruction illégale par les forces d’occupation israéliennes d'un village Palestinien et le transfert forcé de ses habitants constituent un "crime de guerre", a affirmé l’organisation des droits de l’Homme, Amnesty International (AI).

Published in Monde

LONDRES - L’organisation des droits de l’Homme, Amnesty International, a demandé aux autorités marocaines d’annuler toutes les charges retenues contre un manifestant marocain du mouvement Hirak, condamné à cinq ans de prison.

Published in Monde

Décès du cheikh Sabah al Ahmed: Tebboune présente ses condoléances au nouvel émir de l'Etat du Koweït

Mar 29 septembre 2020 - 22:00
ALGER - Suite au décès de l'émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a adressé au Cheikh Nawaf Al-Ahmed Al-Jabir Al-Sabah, nommé officiellement émir de l'Etat du Koweït, un message de condoléances, dans lequel il a mis en avant "les…

Enseignement supérieur: des modes de formation accompagnant les exigences de développement, priorité du secteur

Mar 29 septembre 2020 - 19:49
ANNABA- Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, a affirmé mardi à Annaba que "la diversification des méthodes d’enseignement universitaire et le recours à de nouveaux modes de formation qui…

EL-AYOUN OCCUPEE (Sahara Occidental) - L'organisation Amnesty international a exigé, pour la seconde fois en moins d'un mois, des autorités d'occupation marocaines l'abandon immédiat des poursuites "injustifiées" à l'encontre du journaliste Ibrahim Amrikli.

Published in Monde

LONDRES- L’ONG Amnesty International a réagi samedi à la campagne de diffamation orchestrée à son encontre par le gouvernement marocain, lui rappelant dans la foulée son sinistre bilan des droits de l’homme.

Published in Monde

LONDRES - L’ONG Amnesty International a dénoncé samedi dans un communiqué la campagne de dénigrement orchestrée par le gouvernement marocain contre son bureau à Rabat après les révélations sur l’utilisation d’un logiciel israélien pour espionner le journaliste militant Omar Radi.

Published in Monde

LONDRES - Amnesty International a, dans un rapport publié jeudi, dénoncé l'usage excessif de la force par les forces d'occupation marocaines, dans la répression de manifestants sahraouis à Laayoune, qui célébraient la victoire de l'Algérie dans la Coupe d'Afrique des Nations le 19 juillet, causant la mort d'une jeune militante sahraouie, et appelé à une enquête "impartiale" et à traduire les auteurs en justice.

Published in Monde

 

RABAT- L’organisation des droits de l’Homme, Amnesty International a dénoncé mardi, dans son rapport annuel, la restriction de la liberté d’expression et de réunion au Maroc et accusé les autorités marocaines d’avoir "torturé et emprisonné" après des procès "inéquitables" des dizaines de personnes en lien notamment avec le mouvement pacifique "Hirak" dans la région du Rif.

Published in Monde

LONDRES- L’organisation non gouvernementale (ONG) Amnesty International (AI) a tiré mardi la sonnette d’alarme sur la répression par les autorités d'occupation marocaines des manifestations pacifiques dans les villes sahraouies occupées.

Published in Monde

LONDRES - L'ONG Amnesty international (AI) a dénoncé dans un rapport, les graves irrégularités de procédure judiciaire commises par le tribunal de première instance de Casablanca au Maroc, à l'encontre des journalistes et militants appréhendés en lien avec les manifestations pacifiques du Mouvement Hirak dans la région du Rif, appelant à leur rendre justice, dans un rapport rendu public lundi l'ONG.

Published in Monde

ALGER- Le gouvernement américain a "délibérément" adopté des politiques et pratiques migratoires qui ont causé un préjudice catastrophique à des milliers de personnes en quête de sécurité aux Etats-Unis, notamment en séparant plus de 6 000 familles en quatre mois, soit bien plus que ce que les autorités avaient annoncé précédemment, indique Amnesty International (AI) dans un rapport publié jeudi.

"En septembre, le Service des douanes et de la protection des frontières (CBP) a informé Amnesty International qu’il avait séparé de force plus de 6 000 familles rien qu’entre le 19 avril et le 15 août 2018 û plus du double du nombre communiqué précédemment", a mentionné AI dans son document. 

Ainsi, le document révèle le bilan brutal des initiatives du gouvernement, sous la présidence de Donald Trump, visant à affaiblir et démanteler le système d’asile du pays, en violation flagrante de la législation américaine et du droit international. 


Lire aussi: L'Algérie rejette "globalement et dans le détail les assertions" de Felipe Gonzalez Morales


Au total, le gouvernement Trump a désormais admis avoir séparé environ 8 000 "cellules familiales" depuis 2017, a indiqué Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d'AI, dans le rapport intitulé: "Ici, vous n’avez aucun droit: refoulements illégaux, détention arbitraire et mauvais traitements de demandeurs d’asile aux Etats-Unis".

Parmi les politiques et pratiques "cruelles" constatées figurent, selon AI, des renvois forcés illégaux en masse de demandeurs d’asile à la frontière mexicaine, des milliers de séparations illégales de familles, et une augmentation du recours à la détention arbitraire et illimitée des demandeurs d’asile, bien souvent sans possibilité de libération conditionnelle.

"Le gouvernement Trump mène une campagne délibérée de violations généralisées des droits humains afin de punir et de dissuader les personnes qui cherchent une protection à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique", a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d’AI.


Lire aussi: Allemagne : Berlin à la recherche d'une main d'oeuvre étrangère qualifiée


La rapport exhorte, en outre, le Congrès à "agir immédiatement pour enquêter et dresser un état des lieux complet des séparations de familles par les organes du gouvernement fédéral, et adopter une législation interdisant les séparations et la détention illimitée des enfants et de leurs familles".

 

La législation américaine bafouée

 

Selon des témoignages recueillis par AI, "les autorités de contrôle des frontières des Etats-Unis bafouent de manière flagrante la législation américaine en matière d’asile et le droit international relatif aux réfugiés en renvoyant de force des personnes au Mexique sans avoir enregistré ni traité leur demande d’asile..."

Mme Guevara-Rosas a dans ce sens regretté que "les personnes renvoyées au Mexique peuvent subir des atteintes aux droits humains directement sur place ou une expulsion et le risque d’être victimes de graves violations de leurs droits fondamentaux dans leur pays d’origine."


Lire aussi: L'ONU plaide pour une représentation exacte des migrants, loin des clichés 


 

Depuis 2017, les autorités américaines ont également imposé une politique de "détention obligatoire et illimitée" des demandeurs d’asile, bien souvent sans possibilité de libération conditionnelle, pendant toute la durée de l’examen de leur demande. Cette mesure constitue une forme de détention arbitraire, en violation de la législation américaine et du droit international.

Amnesty International a recueilli les témoignages de demandeurs d’asile détenus indéfiniment après avoir sollicité une protection, dont des personnes séparées de membres de leur famille, des personnes âgées et des personnes atteintes de graves problèmes de santé et nécessitant des soins médicaux spécifiques.

Il est cruel de la part des autorités américaines de détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort... le Congrès doit agir maintenant pour mettre fin à la détention d’enfants et de familles une bonne fois pour toutes, et financer des solutions permettant d’éviter la détention.."

Parmi les mesures prônées par AI à l'adresse des Etats unis, figurent le Programme de gestion des dossiers familiaux (Family Case Management Program), dont l’efficacité a été prouvée à 99 % pour aider les familles demandeuses d’asile à comprendre et respecter les conditions de l’examen de leur dossier d’immigration.

Published in Monde

LONDRES - La destruction illégale par les forces d’occupation israéliennes d'un village Palestinien et le transfert forcé de ses habitants constituent un "crime de guerre", a affirmé l’organisation des droits de l’Homme, Amnesty International (AI).

Published in Monde

LONDRES - L’organisation des droits de l’Homme, Amnesty International, a demandé aux autorités marocaines d’annuler toutes les charges retenues contre un manifestant marocain du mouvement Hirak, condamné à cinq ans de prison.

Published in Monde