DJELFA- Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a affirmé, samedi soir à Djelfa, que les manifestations des Algériens à Paris, le 17 octobre 1961, réprimées dans le sang par la police française, demeureront "une marque d'infamie dans l'histoire de la colonisation française".
CONSTANTINE- Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Tayeb Zitouni a estimé samedi après-midi depuis Constantine que le projet d’amendement constitutionnel soumis à référendum populaire le 1er novembre 2020 "consolide toutes les libertés individuelles, collectives, politiques et associatives en leur consacrant de nombreux articles".
RELIZANE- Le président du Front El Moustakbel, Abdelaziz Belaid, a souligné, samedi à Relizane, que le projet d'amendement de la constitution est considéré comme "une base pour l’édification d'un pays moderne et stable".
TIARET- Le Secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Abou El Fadhl Baâdji a appelé, samedi depuis Tiaret, les militants du parti à voter "oui" au projet d'amendement de la Constitution qui "constitue un garant du changement auquel aspire le peuple algérien".
TIARET- Le conseiller auprès du Président de la République chargé des associations religieuses, Aïssa Belakhdar a indiqué, samedi à Tiaret, que le projet d’amendement de la Constitution n’a laissé aucun doute sur les composantes de l’identité nationale.
SKIKDA - Les participants aux travaux du colloque national consacré au référendum sur l’amendement constitutionnel, ont relevé samedi à Skikda que "l’édification de l’Algérie nouvelle est basée sur le partenariat avec la société civile".
GUELMA- Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Tayeb Zitouni, a affirmé samedi à Guelma que le projet d’amendement de la Constitution soumis au référendum du 1er novembre prochain est venu "fortifier définitivement la question de l’identité".
ALGER - Le vote en faveur du projet d'amendement de la Constitution soumis à référendum le 1er novembre prochain est à même d'assurer le changement et l'édification d'une Algérie nouvelle, forte, démocratique et prospère, ont souligné samedi les animateurs de la campagne référendaire à son 11eme jour.
AIN DEFLA- Les massacres commis lors des évènements du 17 octobre 1961 à Paris sont considérés comme une infraction pénale punissable par la loi et sont, de ce fait, "imprescriptibles", a indiqué samedi à Aïn Defla, un enseignant de l’université Djillali Bounaâma de Khémis Miliana, Kamel Kadimi.
SOUK AHRAS- Le président du Front de l’Algérie nouvelle (FAN), Djamel Benabdeslam, a indiqué, samedi, à Souk Ahras que sa formation politique "soutient le projet de l’amendement constitutionnel".