Menu principal

Menu principal

ALGER- Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et la Haute représentante de l'Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini, ont condamné "energiquement" dimanche à Alger, les attaques terroristes ayant frappé deux églises en Egypte. "Nous nous associons dans la condamnation énergique de ces actes terroristes criminels qui ont frappé le peuple égyptien frère dans un symbole de convivialité et de tolérance et du vivre ensemble de la société égyptienne. Nous sommes solidaires du peuple égyptien", a déclaré M. Lamamra lors d'une conférence de presse animée conjointement avec Mme Mogherini. De son coté, Mme Mogherini a exprimé sa solidarité avec les familles des victimes de ces attaques terroristes qu'elle a qualifiées "d'inacceptables", en rappelant la nécessité de s'unir contre le terrorisme. Deux attentats à la bombe ont pris pour cibles deux églises dans les villes égyptiennes de Tanta et d'Alexandrie faisant plus de quarante morts.
ALGER- Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a réaffirmé dimanche la solidarité de l'Algérie avec l'Egypte "dans ses efforts pour l'éradication du terrorisme" et ce suite aux attentats à la bombe ayant ciblé deux églises à Tanta et Alexandrie. "C’est avec une profonde affliction que j’ai appris la nouvelle des lâches attentats qui ont ciblé un lieu de culte, et faisant des dizaines de morts et blessés parmi nos frères égyptiens. Ces actes terroristes constituent une nouvelle atteinte aux valeurs de l’Islam, religion de coexistence entre les différentes confessions et une religion qui sacralise la vie", a écrit le Président Bouteflika dans un message de condoléances à son homologue égyptien . "Je vous présente, au nom du peuple et du gouvernement algériens, et en mon nom personnel, mes sincères condoléances et je souhaite un prompt rétablissement aux blessés, victimes de cet acte barbare", ajoute le chef de l'Etat. Le président Bouteflika a en outre " réaffirmé la solidarité de l’Algérie avec l'Egypte, pays frère, dans ses efforts visant à assurer la sécurité de ses citoyens et de leurs biens et éradiquer le fléau du terrorisme".
TISSEMSILT - Le président du parti Tadjamou Amel Al Djazaïr (TAJ), Amar Ghoul, a appelé dimanche à Tissemsilt les jeunes à faire face aux "complots fomentés contre l’Algérie". Animant un meeting à la maison de la Culture Mouloud Kacem Nait Belkacem, dans le cadre de la première journée de la campagne électorale des législatives du 4 mai prochain, Amar Ghoul a insisté sur l’importance de la contribution des jeunes dans l’édification de son pays qu’il faut, a-t-il recommandé, "protéger contre tous les complots". Le président de TAJ a mis l’accent sur la nécessite d’être à l’écoute des jeunes, de leurs visions et de leurs ambitions, assurant que son parti restera aux côtés de ceux qui bâtissent le pays. Abordant le programme électoral de sa formation politique, Amar Ghoul a souligné que celui-ci préconise le renforcement du secteur agricole dans la wilaya de Tissemsilt, en privilégiant l’agriculture de montagne et l’irrigation pour assurer un développement durable à la région. Le président de TAJ a longuement abordé les questions de sécurité et de stabilité, soulignant que ces volets "ne relèvent pas uniquement des missions qu’assure l’Armée nationale populaire, mais sont également des responsabilités que doivent assumer les jeunes". Il a également indiqué que sa formation politique œuvre à "relever" le niveau du discours de la classe politique et préconise des réformes et des "réajustements" dans les secteurs de l'agriculture, de l'industrie et des banques pour encourager l’investissement. Au volet social, il a appelé au renforcement et au développement des espaces de solidarité nationale. Enfin, le même responsable a assuré que son parti propose, pour ces élections législatives, des listes de jeunes candidats "compétents pouvant présenter au peuple algérien une alternative et construire une Algérie forte".
ALGER - L’Algérie et l’Union européenne (UE) œuvrent "étroitement" à trouver des solutions aux problèmes communs, a fait savoir, dimanche à Alger, Federica Mogherini, Haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la Politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne, plaidant pour un accroissement du nombre de bénéficiaires, algériens et européens, du programme d’échanges universitaires, Erasmus+. Animant une conférence à l’Université d’Alger 3 à l’occasion des 30 ans du programme d’échanges entre étudiants européens et étrangers, Erasmus+, Mme Mogherini était notamment accompagnée du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique par intérim, Mohamed Mebarki et de l’ambassadeur et chef de la Délégation de l'UE, John O’Rourke. La coopération entre l’Algérie et l’UE "s’est particulièrement intensifiée depuis quelques temps et les deux parties œuvrent étroitement à trouver des solutions aux problèmes communs", a-t-elle déclaré, en présence de nombreux étudiants de l’université, d’enseignants et de responsables universitaires. Mme Mogherini a ajouté, à ce propos, que "la priorité des deux parties consiste à trouver le lien entre l’université et le monde du travail d’une part, et à la création d’emplois qualifiés, d’autre part". Au sujet du programme Erasmus+, elle a fait savoir que plus de 600 étudiants algériens ont en bénéficié, entre 2015 et 2016, alors que de nombreux enseignants universitaires en ont également profité, tandis que des étudiants européens s’y sont également inscrits pour étudier en Algérie. A ce propos, Mme Mogherini a émis le vœu de voir s’accroitre le nombre des bénéficiaires, aussi bien du côté des Algériens étudiant en Europe, qu’en sens inverse. Plaidant l’intérêt de ce programme, dont elle a, elle-même, bénéficié en tant qu’étudiante, elle a considéré qu’il s’agit d’une expérience "utile" dans la mesure où elle forge ''l’indépendance, l’autonomie et la citoyenneté et qu’il s’agit d’une grande école en matière de respect…
ALGER - L'Algérie a condamné "avec force" dimanche par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, les deux attentats à la bombe contre deux églises dans les villes de Tanta et d'Alexandrie (Egypte), dénonçant une nouvelle fois le terrorisme sous toutes ses formes. "Nous condamnons avec force les deux attentats terroristes à la bombe qui ont visé dimanche deux églises dans les villes de Tanta et d'Alexandrie en Egypte", a déclaré à l'APS le porte-parole du ministère des Affaires étrangères. "Ces deux attentats abjects contre des lieux de culte et de paisibles fidèles sont des actes terroristes en contradiction avec toutes les valeurs humaines et morales", a ajouté M. Benali Cherif, soulignant qu'ils "ne sauraient en aucun cas entamer la détermination de l'Egypte et de son peuple à poursuivre la lutte contre le terrorisme et à préserver la paix et la sécurité". "Tout en réitérant notre condamnation du terrorisme sous toutes ses formes, nous présentons nos condoléances aux familles des victimes de ces deux actes criminels et exprimons notre entière solidarité avec le gouvernement et le peuple égyptiens", a conclu le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
KHENCHELA - Le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbas, a appelé dimanche depuis Khenchela les citoyens à voter massivement le 4 mai prochain pour "la sécurité et la stabilité" du pays. Lors d'un premier meeting de campagne électorale pour les législatives du 4 mai du FLN, M. Ould Abbas a animé un regroupement régional rassemblant les candidats et responsables des mouhafadhate et kassamate du parti de plusieurs wilayas de l’Est. Le premier responsable du FLN a insisté sur la mobilisation des citoyens qu'il a appelé à se diriger "en force" vers les urnes, estimant que "la crédibilité d’une élection se mesure à son taux de participation". Il a assuré avoir la "certitude" que les citoyens khenchelis voteront "avec force", lors des prochaines élections en "soutien au président moudjahid Abdelaziz Bouteflika". M.Ould Abbas a affirmé que le choix de Khenchela par son parti comme première station de cette campagne électorale tient au fait que "Khenchela est une wilaya moudjahida (combattante)" et que "l’Aurès est le bastion de la glorieuse Révolution" du 1er novembre 1954. Il s’est engagé, devant les militants du parti, à défendre les projets "sensibles" qui préoccupent les populations locales dont ceux du raccordement de Khenchela à l’autoroute Est-ouest, de la voie ferroviaire et d’appui au développement.
ALGER - Plusieurs partis politiques engagés dans les législatives du 4 mai prochain ont commencé dimanche, au premier jour de la campagne électorale, à dévoiler les grandes lignes de leurs programmes, appelant à une participation massive à ce scrutin afin de consolider la paix et la stabilité dans le pays. Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a considéré, lors d'un meeting populaire depuis Boutheldja (wilaya d’El Tarf), que les prochaines échéances électorales constituent "une opportunité pour consolider les acquis de l’Algérie" en matière d'unité nationale, de stabilité et de sécurité, appelant les citoyens à se diriger massivement aux urnes. Evoquant les grandes axes du programme de sa formation politique, il a indiqué que son parti propose plusieurs mesures de soutien en faveur des couches sociales défavorisées, des dispositifs d’aide à l’emploi de jeunes et un renforcement de la couverture sanitaire, tout en insistant sur l'exploitation des richesses de la région d’El Tarf et la réhabilitation du travail minier en relançant le gisement minier d’Oum Théboul. De son côté, le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN) a appelé, lors d'un meeting populaire qu'il a animé à Khenchela, à voter en force lors des prochaines législatives afin de préserver la sécurité et la stabilité du pays, soutenant que le taux de participation sera un des facteurs de crédibilité des élections. Il a promis à cette occasion qu'il défendra tous les projets de développement économique inscrits à Khenchela comme celui du projet de réalisation d'un axe routier reliant la wilaya à l'autoroute est-ouest et le projet de construction d'une voie ferrée. Le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, qui a opté pour une campagne de proximité à Alger à l'entame de la campagne, a indiqué que les solutions aux…
GHARDAIA - Le premier secrétaire du Front des forces socialiste (FFS), Abdelmalek Bouchafa, a affirmé dimanche à Ghardaïa que sa formation politique était porteuse d’un projet politique et stratégique visant à "sauver l’Algérie de l’aventurisme et de la politique unique". S’exprimant lors d’une conférence de presse, M. Bouchafa a indiqué que son parti a choisi de lancer sa campagne électorale pour les législatives du 4 mai depuis Ghardaïa, ville "indissociable de l’Algérie" et qui, a-t-il dit, constitue une "vision et un exemple concret de la citoyenneté et de la société civile dans le développement durable". "Malgré l’absence d’une liste électorale du FFS à Ghardaïa, nous sommes présents ici pour donner de l’espoir aux habitants et contribuer à la réduction de l’exclusion’’, a-t-il soutenu, en rappelant que le "FFS a appelé depuis 1963 à la mise en place d’un consensus national et d’un rassemblement de tous les Algériens autour d’un projet sociétal prometteur". De son coté, un membre du FFS (candidat de la wilaya de Bejaia), Chaffaâ Bouaiche, a indiqué que dans son programme électoral, le parti s'engage à œuvrer pour l'amélioration des conditions de vie, l'ouverture d'un dialogue avec tous les acteurs pour l'élaboration d'un plan stratégique de développement local, le renforcement de la crédibilité des élus et la réhabilitation de l'action politique. La délégation du FFS, conduite par son premier secrétaire, a entamé à Ghardaïa sa campagne de proximité, en visitant le Ksar de Tafilelt avant d’effectuer une tournée dans le Ksar et le Souk de Ghardaïa, et de tenir une conférence de presse collégiale au siège local du FFS.
ALGER - Le président du Front El Moustakbal (FM), Abdelaziz Belaid a appelé dimanche à Alger à une participation massive aux prochaines élections législatives pour barrer la route à "toute manipulation de voix". Lors d'une conférence de presse animée au premier jour de la campagne électorale en prévision des législatives du 4 mai, M. Belaid a indiqué que "l'abstentionnisme n'est pas dans l'intérêt du peuple", qu'il a appelé à "voter et trancher pour faire obstacle à toute manipulation de voix". Sous le slogan "Confiance en l'avenir", le Front El Moustakbal œuvre, a-t-il soutenu, à consacrer l'unité du pays, à redonner espoir aux jeunes et à rétablir la confiance aux citoyens, souhaitant des élections intègres et propres. Il a indiqué que son parti participe à ces élections avec un programme électoral porteur d'une "vision importante et décisive pour l'avenir du pays" car l'Algérie, a-t-il estimé, traverse une conjoncture sensible tant au plan régional que sécuritaire, économique et social qui nourrit des idéologies et des idées intruses", appelant à ne pas y succomber. Le président du Front El Moustakbal a rappelé que le programme du parti compte plusieurs propositions touchant les principaux secteurs du pays dont la santé, l'éducation, l'agriculture, le tourisme et la réforme de la justice. Soulignant que sa composante politique s'engage dans les législatives pour la deuxième fois, M.Belaid a affirmé que l'objectif escompté est d'occuper "une place honorable" sur la scène politique et d'impulser une dynamique réelle. Il a appelé, dans ce sens, à éloigner l'administration du champs de compétence de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE). Concernant le programme de la campagne électorale, M. Belaid a indiqué qu'il effectuera 30 sorties et meetings populaires, outre les activités du bureau national, ajoutant que 11% des candidats du parti ont moins de 30 ans et que…
AIN DEFLA - Le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, a affirmé dimanche à El Attaf (Aïn Defla) qu'une participation massive aux prochaines élections législatives constituait un moyen à même de consolider l’unité nationale et de mettre en échec les dessins de ceux qui veulent lui porter atteinte. Animant un meeting à dans le cadre de la campagne électorale pour les élections du 4 mai prochain, M.Touati a soutenu que le boycott de ce rendez-vous électoral est "un acte irresponsable susceptible de constituer une opportunité pour ceux qui veulent maintenir le statu quo". "Une participation même par le biais d’un bulletin blanc est un moyen de s’affirmer et de s’opposer à la fraude", a-t-il estimé, notant que de par le monde, les élections constituent un mécanisme incontournable dans la concrétisation de la gouvernance démocratique. Faisant savoir que durant l’actuelle campagne, son parti axera son discours d’avantage sur le programme que sur les candidats, il a indiqué que les aspects socio-économiques prédomineront lors des meetings populai6res qui y seront animés. Assurant que son parti possède "un ancrage national", il a appelé à lutter contre le régionalisme sous toutes ses manifestations, observant que de "tout temps, l’Islam a constitué un rempart ayant contribué à la sauvegarde de l’unité nationale". Soutenant que son parti lutte pour les classes défavorisées, sans pour autant faire des nantis un ennemi, il a tenu à préciser que l’urgence réside dans la moralisation de la vie politique et la réhabilitation de la notion du travail afin de barrer la route aux opportunistes et corrompus de tous bords. Evoquant la conjoncture actuelle du pays, il a estimé que la crise multiforme dans laquelle il se débat ne peut être surmontée qu’avec un retour à la proclamation du 1er novembre 1954 qui stipule que le pouvoir revient au…