Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |23/04/2017

USD 1$ in 108.22 in 114.83
EUR 1€ in 116.05 in 123.16
JPY 100¥ in 99.12 in 105.20
GBP in 138.71 in 147.22

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

23/04/2017 18:40

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube  

Vous êtes ici : ACCUEIL»ALGÉRIE»Algérie Presse Service - Afficher les Articles par mot clé : legislatives 2017

ALGER - La campagne électorale pour les législatives du 4 mai prochain entame sa troisième et dernière semaine avec une intense activité des différentes formations politiques pour inciter les Algériens à aller voter, en dépit du peu d’engouement des citoyens constaté lors des différents meetings animés par les leaders des partis engagés dans ces  élections, relèvent les observateurs.

Les activités partisanes se sont, en effet, multipliées ces derniers jours, les chefs des partis politiques sillonnant le territoire national afin de convaincre les populations locales à s’exprimer lors du scrutin législatif, premier rendez-vous électoral après la révision de la Constitution en février 2016.

Les leaders des partis prévoient d’animer près d’une trentaine de meetings populaires par jour contre une dizaine de meetings au début de la campagne, tout en intensifiant leur communication sur les réseaux sociaux.

Ils ont répété lors de leurs sorties l’importance d'aller voter dans un contexte "particulier" marqué notamment par une conjoncture économique difficile suite à la chute drastique des cours de pétrole.

Toutefois, la campagne électorale, "qui manque jusque-là de flamme" selon les observateurs, peine toujours à emballer les citoyens qui se montrent "moins enthousiasmés" par les programmes proposés et les promesses faites par les partis politiques.

Pour faire face à l'adhésion très relative des citoyens à cet événement, les imams ont appelé lors de la prière d'El Djoumoua à sensibiliser les citoyens à une participation massive aux élections législatives du 4 mai, "décisive et importante pour le pays".

Le président du Haut Conseil Islamique, Bouabdallah Ghlamallah a appelé également samedi les jeunes à "voter massivement" lors des prochains législatives constituant, selon lui, "un tournant décisif dans l'histoire de l'Algérie", afin de "préserver la sécurité et la stabilité de l'Algérie".

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait affirmé lors de sa visite mercredi dernier à Oran qu'une large participation aux législatives du 4 mai "consolidera indéniablement notre patriotisme et renforcera la stabilité du pays".

De son côté, le Général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah, vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), affirmé lors de sa visite à la 4e région militaire d’Ouargla que le scrutin du 4 mai était "hautement vital" pour l'Algérie et les Algériens, relevant que le devoir de citoyenneté exige des personnel militaires de "participer dans l'accomplissement de ce devoir national hors des casernes aux côtés de leurs concitoyens".

Concernant le déroulement de la campagne électorale, le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), Abdelouahab Derbal a indiqué que le nombre des dépassements enregistrés était "très limité" comparativement au nombre important des candidats.

Selon les déclarations de M. Derbal, la campagne électorale se déroule de "manière satisfaisante et convenable" et les dépassements constatés concernent essentiellement l'utilisation des espaces réservés à l'affichage, la publicité commerciale sur les pages des journaux au profit des listes électorales ainsi que le tirage au sort des représentants des  partis aux bureaux de votes.

A propos des candidates "sans visages" sur les affiches électorales qui a suscité une vive polémique, le premier responsable de la HIISE a demandé aux partis politiques concernés de se conformer à la législation en vigueur et modifier leurs affiches.

Pour sa part, l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) a relevé la "sérénité" qui caractérise la couverture médiatique de la campagne électorale pour les législatives, en faisant prévaloir "un respect mutuel et une concurrence loyale entre les candidats dans l'exercice de la pluralité et de la diversité politiques".

Par ailleurs, la campagne électorale a été marquée par l'assassinat inédit du candidat du parti du Front de libération national (FLN) à la wilaya de Bejaïa aux prochaines législatives, Mohamed Said Djouder.

La police judiciaire de Bejaia avait retrouvé mercredi dernier la dépouille mortelle du candidat porté disparu depuis le 30 mars dernier, mais avait exclu, toutefois, "toute charge politique inhérente à ce drame".

Les formations politiques ont axé leurs discours sur les défis politiques et socio-économiques auxquels fait face le pays, tout en expliquant leurs programmes destinés à améliorer le cadre du vie des citoyens, notamment les jeunes.

Publié dans: ALGÉRIE

DJELFA - Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a exprimé dimanche à Djelfa l’engagement de son parti à oeuvrer pour la restitution du soutien aux éleveurs en le maintenant l’année durant.

Animant un meeting populaire au titre de la campagne pour les législatives du 4 mai prochain, M.Ouyahia a estimé que les éleveurs ont été lésés, en début d’année, après l’arrêt du soutien qui leur était destiné, jusqu’à mai prochain, s’interrogeant sur le sort réservé à ces derniers (éleveurs) dans l’attente de ce soutien.

"D’où l’engagement pris par le RND, en partant du principe que l’Etat se doit d’assurer un soutien suffisant aux éleveurs et à leur cheptel, durant toute l’année", a-t-il souligné, soutenant que si "le tort causé aux éleveurs persiste, c’est la faillite qui les attend et ils finiront par demander l’aumône dans les villes". "Nous ne voulons pas que l’éleveur soit acculé à une telle situation, comme ce fut le cas dans les années 2006, 2007 et 2008", a-t-il martelé.

Le SG du RND a promis, en outre, l’amélioration de la situation des éleveurs et l’accompagnent de la filière par la réalisation de trois abattoirs modernes, à l’échelle nationale dans un objectif, a-t-il dit, de renforcer le marché local en viandes rouges.

Il a, à ce propos, exprimé son souhait que les abattoirs réalisés par l’Etat soient rendus fonctionnels, à l’instar de celui de Hassi Bahbah, à l’arrêt depuis deux années, a-t-il relevé.

M. Ouyahia, a, en outre, réitéré le soutien du RND au président de la République, après avoir assuré que son parti a son propre programme à travers lequel il veut insuffler une dynamique supplémentaire au développement national, et répondre aux doléances des citoyens.

Il a affirmé que le programme du RND permet à ceux qui y adhéreraient de lui demander des comptes demain, s’il n’est plus fidèle à ses engagements, tout en exigeant, également, des comptes de ses candidats et candidates, s’il s’avère qu’ils n’ont pas été loyaux avec eux.

M.Ouyahia a, aussi, rappelé les quatre axes principaux de son programme électoral représentés par la préservation de la sécurité, de la stabilité et de l’unité nationale, l’amélioration de la gestion des affaires du pays, l’amélioration de la performance économique et l’amélioration de la politique sociale.

Publié dans: ALGÉRIE

MEDEA - Le président du parti Tajamoue Amel Djazair (TAJ), Amar Ghoul, a averti dimanche à Médéa sur le risque de récupération des "déçus de la démocratie" et leur embrigadement par ceux qui rêvent de voir le pays sombrer dans le chaos.

S’exprimant à l’occasion d’un meeting populaire, tenu à la maison de jeune Hassan-El-Hassani de Berrouaghia, à 30 km à l’est de Médéa, dans le cadre de la campagne pour les législatives du 4 mai, M.Ghoul a appelé à s’éloigner du discours "mielleux" en direction de la jeunesse et à l’impliquer "réellement" dans la gestion directe des affaires du pays.

Il a assuré que la jeunesse algérienne attend des "gestes et des actes concerts" de la part de la classe politique pour reprendre espoir, d’être associée dans la construction du pays, de décider, par elle-même, de son avenir et surtout être mieux représentée au sein des instances élues du pays.

"Ces élections doivent être l’occasion pour redonner espoir aux jeunes et leurs offrir une réelle perspective de changement", a expliqué M. Ghoul, ajoutant que, dans le cas contraire, "beaucoup de déçus au sein de cette force vive de la nation qu’est la jeunesse, risque de basculer dans la violence ou d’être récupérée par ceux qui veulent nuire au pays".

Pour le président de TAJ, le meilleur moyen de lutter contre le désespoir, l’extrémiste et la haine de l’autre est de transmettre aujourd’hui et, dans les faits, le flambeau à la jeunesse, soutenant que c’est cette option qu’a choisie sa formation en accordant la priorité aux jeunes dans le choix des candidatures.

Publié dans: ALGÉRIE

OUARGLA - Le Secrétaire général (SG) du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbès, a appelé, dimanche depuis Ouargla, les jeunes à "consolider l’édifice institutionnel de l’Etat algérien et la pratique démocratique".

Animant un meeting à la maison de culture Moufdi-Zakaria, dans le cadre de la 15ème journée de la campagne électorale pour les prochaines législatives, Ould Abbès a appelé les jeunes à "contribuer à la consolidation de l’édifice institutionnel de l’Etat algérien et de la pratique démocratique, ainsi qu’à la concrétisation effective des réformes  globales prônées par le président de la République Abdelaziz Bouteflika, pour la préservation de la cohésion du peuple algérien et de l’intégrité territoriale du pays".

Les réalisations, depuis 1999, constituent "une arme pour affronter l’avenir", a lancé Ould Abbès en direction des jeunes, les invitant à "adhérer en force" au programme du FLN qui, a-t-il dit, "constitue un prolongement du programme du président de la République, tire ses orientations de la proclamation du 1er Novembre 1954 et accorde un grand intérêt au Sud du pays".

Devant un auditoire nombreux de militants et de sympathisants, le SG du FLN n’a pas manqué de rappeler les réalisations enregistrées par la wilaya d’Ouargla depuis 1999, à l’instar de la faculté des sciences médicales, du centre anticancéreux, ainsi que le programme de pose d’implants cochléaires aux enfants issus de familles démunies.

Ces opérations de développement, a défendu Ould Abbès "ont pris forme sous la conduite du FLN" qui représente, selon lui, "le parti du président de la République et de tous les Algériens". Un "parti qui s’emploiera à réaliser davantage d’acquis", a-t-il ajouté.

Evoquant la glorieuse Guerre de libération nationale et l’important rôle assumé alors par le Grand Sud, Djamel Ould Abbès a indiqué que "les actions menées par les populations d’Ouargla (soulèvement du 27 février 1962) et de tout le Sud du pays lors de la Guerre de libération et sous la bannière du Front de libération nationale, inspirent de la fierté et de la détermination à poursuivre le combat de l’édification et de la construction".

Il a présenté, par ailleurs, sa formation politique comme étant "la colonne vertébrale de l’Etat algérien", estimant qu’il est du devoir des Algériens de "reconnaître le rôle de ce parti dans la construction du nouvel édifice de l’Etat algérien".

Djamel Ould Abbès a, au terme de son intervention, invité les citoyens à se rendre massivement aux urnes lors des législatives du 4 mai et de choisir les candidats du FLN.

Publié dans: ALGÉRIE

KHENCHELA - Le représentant de l’Union En-Nahda-Adala-Bina, Abdallah Djaballah, a estimé dimanche à Khenchela que l'Union était "porteuse d’une alternative et d’une vision claire pour la résolution de la crise actuelle du pays".

Dans un meeting populaire tenu à la maison de culture Ali-Souaï dans le cadre de la campagne électorale pour les législatives du 4 mai, Djaballah a assuré que "si elle serait majoritaire dans la prochaine Assemblée populaire nationale, l’Union œuvrera à réformer le système politique du pays pour le rendre fort, efficient, souple et stable".

L’alternative portée par l’Union insistera, a-t-il ajouté, sur la "rationalisation de l’usage de l’argent public, soumettra la fonction publique au critère de la compétence et consolidera les facteurs d’union parmi les enfants de ce pays liés par la même religion et la même histoire".

Elle œuvrera également, a ajouté Djaballah, à "instaurer la paix, consolider la réconciliation et soutenir les couches les plus démunies".

"Un développement économique global et diversifié exige la relance des secteurs de l’agriculture, de l’industrie et des services", a estimé Djaballah qui a appelé les citoyens à se diriger en force aux urnes le 4 mai pour donner leurs voix aux candidats de l’Union En-Nahda-Adala-Bina.

 

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Les élections législatives du 4 mai prochain doivent constituer un facteur d'unité nationale à même de préserver la paix et la stabilité, considérées comme étant une ligne rouge à ne pas franchir, ont relevé les chefs de partis au 15e jour de la campagne électorale qui entame sa troisième et dernière semaine.

C'est dans ce sens, que le président du Mouvement pour la paix et la société (MSP) Abderezak Makri, qui s'exprimait à Ouargla au nom de l'Alliance MSP-Front du Changement, a estimé qui' il était temps de mettre en place une Alliance pour l'Algérie où régneront la paix et la concorde entre les Algériens, lesquels ne sont pas disposés à revivre les  souffrances des années 1990, a-t-il soutenu.

Le même discours a été tenu à Batna par le coordinateur général du Parti des jeunes (PJ), Hamana Boucharma, pour qui "l’unité de l’Algérie était une ligne rouge à ne pas franchir", insistant ainsi sur "la nécessité de préserver la cohésion nationale qui constitue la base de l’unité du pays".

Le président du parti El Karama, Mohamed Benhamou, a également appelé à partir de Souk Ahras la jeunesse algérienne à "s’attacher à l’unité nationale pour l’édification d’un Etat moderne et fort à travers ses institutions", soulignant que "sans unité nationale et sans stabilité, il ne saurait y avoir de développement ou de décollage économique".

Le secrétaire général du pari du Front de libération national, Djamel Ould Abbes a souligné à Ouargla que les jeunes sont appelés à contribuer à la concrétisation des réformes globales initiées par le président de la République Abdelaziz Bouteflika afin de consolider l'union du peuple algérien et préserver l'intégrité territoriale de l'Algérie, soulignant que les acquis réalisés depuis 1999 permettent d'envisager l'avenir du pays  avec davantage de sérénité, d'ambitions et d'espoir.

Le représentant de l’Union Nahda-Adala-Bina, Abdellah Djaballah, a mis l'accent à Khenchela sur les facteurs à même de renforcer l'unité nationale et d'ancrer davantage la réconciliation nationale entre tous les enfants de l'Algérie, unis par une religion et une Histoire communes. La veille, à El Tarf il avait souligné que le programme de l’alliance qu'il représente "puise ses références de la Déclaration du 1er--Novembre 1954", laquelle met l'accent sur la préservation de l'unité nationale.

Sur un autre registre, le secrétaire général du Front national de la justice sociale (FNJS), Khaled Bounedjma, qui était à Tiaret s’est dit "confiant" quant à "l’efficacité" des réformes initiées par le président de la République et des missions dévolues à la Haute instance indépendante de surveillance des élections législatives, saluant par ailleurs les efforts de l’Armée  nationale populaire et des autres corps de sécurité pour la préservation de la paix et de la sécurité dans le pays.

Pour sa part, la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louiza Hanoune, a prôné à Bouira, la lutte contre la médiocrité et la corruption qui gangrènent l'activité politique en Algérie, suggérant de véritables solutions pour sortir le pays de la crise "Le Parti des travailleurs participera aux prochaines élections législatives pour lutter contre la médiocrité et la corruption qui gangrènent l'activité politique en Algérie," a-t-elle souligné, estimant que "la crise actuelle que connaît l'Algérie est la conséquence de la défaillance des politiques économiques et sociales".

Les formations politiques qui animent la campagne électorale sont unanimes à appeler les Algériens à voter en masse le 4 mai prochain. C'est dans ce cadre qu'une campagne de sensibilisation sur l'importance des élections législatives a été organisée ce dimanche à Tissemsilt par la section des Scouts musulmans algériens.

Publié dans: ALGÉRIE

EL TARF - Le secrétaire général du Parti El Khat Al Acil, Abderrahmane Sellam, a soutenu, dimanche dans la localité de Cheffia (Daïra de Boutheldja, wilaya d’El Tarf), que "le vote est une solution pour rétablir la confiance entre l’électeur et le candidat".

Animant un rassemblement populaire, au niveau de la principale place publique de cette commune, au titre de la 15ème journée de la campagne électorale, le chef de parti a considéré que le rendez-vous électoral du 4 mai prochain constitue "la meilleure opportunité à saisir pour reconstruite la confiance entre l’électeur et le candidat".

Affirmant  que le peuple demeure "souverain de ses décisions", le chef du Parti El Khat Al Acil a exhorté les citoyens à "aller massivement aux urnes pour choisir ceux qu’ils estimeront pouvoir être leur ambassadeurs  au parlement et sauront trouver des solutions à leurs préoccupations".

Il a, à la même occasion, souligné l’importance de "préserver les acquis de la paix et stabilité",  et la nécessité de perpétuer le message des chouhada, mettant en garde contre les dangers du boycott, préconisant un changement pacifique.

Publié dans: ALGÉRIE

MEDEA - Le président du front national Algérien (FNA), Moussa Touati, a déclaré, dimanche à Médéa, que l’abstention et le vote à bulletin blanc sont loin d’apporter une solution aux problèmes actuels du pays, mais risqueraient d’aggraver encore davantage la situation.

S’exprimant lors d’un meeting populaire, tenu à la maison de la culture Hassan-el-Hassani de Médéa, dans le cadre de la campagne pour les législatives du 4 mai prochain, M. Touati a estimé que le recours à l’abstention, tout comme le vote à bulletin blanc, "ne feront pas avancer les choses et ne contribuent en rien à résoudre les problèmes politiques ou socioéconomiques dont se débat le pays", ajoutant que ces deux options vont profiter à "ceux qui ont peur du changement et redoutent l’arrivée au parlement des compétences exclus, jusqu’ici, des sphères de décisions".

"Les électeurs algériens doivent aller voter en masse le jour du scrutin et s’exprimer, en toute liberté et conscience, leur choix, car, beaucoup de personnes misent sur l’abstention et le boycott pour pousser le pays vers l’inconnu et privé le peuple d’un moyen civilisationnel pour opérer le changement tant attendu", a-t-il dit.

L’orateur a appelé les citoyens à choisir "les compétents et le intègres, ceux qui ne vont pas se détourner du peuple, une fois élus à l’Assemblée populaire nationale, mais qui ont pris l’engagement d’être la porte voix et son relais à l’intérieur de l’hémicycle", a fait observer le président du FNA.

M. Touati a insisté, par ailleurs, sur la nécessité de "mettre la politique à l’abri de l’argent sale", estimant que l’intrusion de l’argent dans la politique est "une atteinte à la pratique démocratique et un danger pour l’indépendance et la crédibilité des instances élues".

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - Agenda actualisé du 15e jour de la campagne électorale pour les législatives du 4 mai 2017.

 

FLN

 

-- Le secrétaire général du Front de libération nationale, Djamel Ould Abbas anime un meeting populaire à la maison de la culture Moufdi Zakaria dans la wilaya de Ouargla (9h30).

 

RND :

 

-- Meetings populaires du secrétaire général du Rassemblement national démocratique, Ahmed Ouyahia, à Djelfa (10h00), à Magra dans la wilaya de M'sila (14h00), et un autre à M'sila (17h00).

 

MPA:

 

-- Meetings populaires du président du Mouvement populaire algérien, Amara Benyounes, à Tissemssilt et à Blida.

 

FDJ:

 

-- Le président du Front pour la justice et le développement (FDJ), Abdallah Djaballah, représentant de l'Union Nahda-Adala-El Bina, Abdallah Djaballah anime deux meetings, à Khenchela (matin) et à Jijel (après-midi).

 

MEN

 

--Le mouvement de l'entente nationale anime un meeting populaire à la salle omnisports à El Kala (16h00).

 

PLJ :

 

-- Meeting du président du Parti de la liberté et de la justice, Mohamed Saïd, à la salle Aicha Haddad dans la wilaya de Bordj Bou-Arreridj (14h00).

 

PT :

 

-- Meeting de la secrétaire générale du Parti des Travailleurs, Louiza Hanoune, à la place des martyrs dans la wilaya de Bouira (10h00).

(Transmis)

 

FAN:

 

-- Meeting du président du Front de l'Algérie nouvelle, Djamel Ben Abdeslam, au centre culturel de Barika dans la wilaya de Batna (13h30).

 

Front Al-Moustakbal:

 

-- Meetings du président du Front Al-Moustakbal, Abdelaziz Belaid, à Tiaret (10h00) et à Tissemssilt (15h00).

 

FFS

 

-- Meeting du premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS), Abdelmalek Bouchafa, au centre culturel Aissat Idir au centre de  Skikda (15h00).

 

TAJ :

 

-- Meeting du président de Tajamoue Amal al Jazair, Amar Ghoul, au centre culturel Hassan Hassani de Berrouaghiga  dans la wilaya de wilaya de Médéa.

 

FBG :

 

-- Meeting du secrétaire général du Front de la bonne gouvernance, Aissa Belhadi, au centre de Tlemcen.

 

ANR :

 

-- Meeting du secrétaire général de l'Alliance nationale républicaine, Belkacem Sahli, au centre culturel de la commune K'sar El Boukhari dans la wilaya de Médéa (10h00).

 

MSP:

 

-- Meeting du président du Mouvement de la société pour la paix, Abderrezak Makri, à Aïn Defla (16h30).

 

UFDS

 

--Le secrétaire général de l'Union des forces démocratiques et socialistes, Noureddine Bahbouh, anime un meeting à Jijel (10h00).

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER - La couverture médiatique de la campagne électorale des législatives du 4 mai prochain par les chaines de télévision publiques et privées n'a pas enregistré "de dépassements", a assuré dimanche à Alger, le ministre de la Communication, Hamid Grine.

"En toute franchise, je n'ai pas remarqué ou vu de dépassements dans aucune des TV, privées ou publiques", a-t-il indiqué à la presse en marge d'une conférence à l'Ecole nationale supérieure de journalisme portant sur "la circulation de l'information en droit international et en droit interne". 

M. Grine a ajouté, dans ce sillage, qu'il avait eu un entretien avec le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), Abdelwahab Derbal au sujet de journaux qui utilisent la propagande au profit de certains partis dans la couverture des législatives, relevant qu'il avait demandé aux responsables de médias, qu'ils soient privés et publics "de ne pas recourir à la propagande politique".

Interrogé sur l'accréditation des journalistes étrangers pour la couverture des législatives, M. Grine a indiqué qu'ils étaient environ une quarantaine, ajoutant qu'il "y a une différence entre les législatives qui enregistrent des demandes moins élevées que les élections présidentielles". 

S'agissant de la fusion des six journaux publics (El Moudjahid, Echaab, El Massa, Horizons, El-Djoumhouria et Ennasr), dans un même groupe, M. Grine a indiqué que ces quotidiens ne seront pas transformés en hebdomadaire ou regroupés pour en faire deux journaux, ajoutant qu'aucun employé de ces journaux "ne sera touché par une quelconque mesure".

Cette reconfiguration des journaux publics, actée par le Conseil des participations de l’Etat (CPE), vise à faire face aux difficultés  économiques de ces entreprises ainsi qu’au déclin des médias publics qui souffrent d’une "désaffection du public", a-t-on expliqué récemment auprès du ministère de la Communication.

Publié dans: ALGÉRIE

BOUIRA - Le parti des travailleurs (PT) milite contre la médiocrité et la corruption, qui gangrènent la politique en Algérie, et propose de véritables solutions pour sortir le pays de la crise qu'il traverse, a souligné dimanche sa présidente, Louiza Hanoun, lors d'un meeting électoral tenu à Bouira.

"Le parti des travailleurs militera et participera aux prochaines élections législatives pour mettre un terme à la médiocrité et la corruption qui gangrènent le travail politique en Algérie, (...), et il propose de véritables solutions sociales et économiques pour sortir le pays de la crise dont le peuple paie les conséquences", a indiqué Hanoune lors de ce meeting organisé à la place publique de l'ancien centre-ville de Bouira.

La patronne du PT a ajouté, par ailleurs, que "la crise actuelle que connaît l'Algérie est née de la défaillance des politiques économiques et sociales mises en place, dont la responsabilité n’incombe qu'à l'actuelle majorité parlementaire des partis au pouvoir", qui, a-t-elle jugé, "ont failli à leur mission", estimant qu'"il est temps pour qu'ils partent et laisser la place aux compétences de prendre les rennes du pays".

"Le PT appelle à une mobilisation populaire pour opérer un changement démocratique et lancer un nouveau processus politique susceptible de mettre fin aux violations répétées des lois constitutionnelles et mettre en place un système économique fiable basé sur la lutte contre la corruption, l’impôt sur la richesse et sur la valorisation des richesses, ainsi que sur une véritable justice sociale", a encore souligné l'oratrice.

Selon Mme Hanoune, la crise économique et la politique d'austérité adopté par l'Etat a créé "un climat de désespoir parmi les citoyens à cause des lourdes factures qu'ils paient et l'effondrement du pouvoir d'achat".

"C'est pour cela que le PT insiste sur une participation massive au prochain scrutin et un vote en faveur de ses élus en vue de rétablir l'ordre économique. Nous ne sommes pas un parti de fausses promesses, mais un parti de militantisme et d'engagement", a-t-elle déclaré.

Les prochaines élections constituent "une phase charnière et un rendez-vous avec le destin des Algériens et Algériennes", a indiqué Mme Hanoune, ajoutant que "notre parti a besoin d'une forte majorité au Parlement pour qu'il puisse lutter contre les inégalités et injustices".

Mme Hanoune a appelé, par ailleurs, les citoyens et les militants de son parti à un contrôle strict des opérations de vote, parce qu'"il n y' a pas de garanties de transparence", a-t-elle encore jugé. "La transparence s"acquiert par un strict contrôle des opérations de vote et dépouillement", a-t-elle estimé.

Publié dans: ALGÉRIE

OUARGLA- Le président du Mouvement de la société pour  la paix (MSP), Abderrazak Mokri, a estimé, samedi soir à Touggourt  (Ouargla), que le temps était venu de constituer une alliance pour  l’Algérie.

S’exprimant lors d’un meeting de campagne électorale pour les législatives  du 4 mai, au nom de l’Alliance MSP-Front du changement (FC), M. Mokri a  affirmé que le temps était venu pour tous les citoyens qui croient en ce  pays de "constituer une alliance pour une Algérie où régneraient la quiétude, l’amitié et l’entraide et où seraient bannies la haine et la  discorde".

Pour le même responsable partisan, l’Algérie dispose de compétences lui  permettant d’"ériger des pôles de développement où le chômage, la crise de  logement et les problèmes d’éducation et de couverture sanitaire seraient  inexistants et qui s’appuierait, outre le développement du riche segment  touristique, sur l’agriculture pour assurer l’autosuffisance et ne plus  recourir à l’importation de produits alimentaires".

L’Alliance MSP-FC qui jouit, soutient M. Mokri, d’une "large base  populaire", sortira "victorieuse" lors des prochaines législatives car,  estime-t-il, disposant du potentiel nécessaire pour "gérer avec succès les  affaires de l’Etat".

Participant aux élections "avec sincérité et une réelle détermination",  cette alliance compte en son sein des "compétences" en mesure d’appliquer  son programme intitulé "Le rêve algérien", poursuit Abderrazak Mokri qui se  dit "convaincu" des chances de sa formation de gagner aux prochaines élections "pour peu qu’elles soient à l’abri de la fraude".

Au terme de son intervention, M. Mokri a appelé à une participation  massive aux élections du 4 mai prochain et à se prononcer en faveur des  candidats de l’alliance MSP-FC.

Publié dans: ALGÉRIE
dimanche, 23 avril 2017 09:43

Une dernière semaine pour convaincre

ALGER- La presse nationale paraissant dimanche a estimé  que la dernière semaine de la campagne électorale pour les législatives du  4 mai sera décisive pour l'ensemble des partis politiques en lice qui  devront abattre leurs dernières cartes, en multipliant meetings et  rencontres de proximité, pour tenter de convaincre les citoyens de donner  leurs voix à leurs candidats.

Sous le titre "Le plus dur reste à faire", le journal L'Expression indique  que "les partis entament le dernier virage avant le jour J", relevant  qu'"affaiblis par les quinze jours de meetings non-stop, les acteurs  politiques sont à bout de souffle, mais n'ont pas droit au répit" pour  rafler le maximum de voix.

"Un défi difficile à relever, devant le peu d'enthousiasme affiché par le  citoyen pour cet évènement politique, les craintes d'une abstention élevée  provoquent la panique chez la classe politique", note le quotidien.

Lui emboitant le pas, le journal Les débats estime que cette dernière  semaine est "décisive" et qu'à moins d'une semaine de la fin de la campagne  électorale "les chefs de partis continuent à sillonner le territoire  national et les candidats tentent, via des actions de proximité, de  convaincre les citoyens de l'utilité de se rendre aux urnes". 

"L' abstention hante toujours les formations politiques en lice, qui ne  trouvent toujours pas les bons arguments et les promesses en mesure de  mobiliser l'électorat. Une raison pour laquelle, ces derniers jours de  campagne sont décisifs", ajoute-t-il.

Le journal El Massa (arabophone) estime, quant à lui, que le compte à  rebours de la campagne électorale a commencé et qu'il ne reste qu'une  semaine pour les chefs de partis "pour tenter d'attirer et convaincre les  indécis".

"Les partis politiques auront une semaine pour abattre leurs dernières  cartes à travers la multiplication de meetings et rencontres de proximité  afin de persuader les citoyens à voter", estime encore El Massa.

Selon le quotidien arabophone Echourouk, la campagne électorale  s'essouffle après deux semaines de campagne qui n'a pas obtenu "les  résultats escomptés", ajoutant que tout devrait se jouer durant la dernière  semaine de la campagne  durant laquelle les partis politiques devront  réviser leurs stratégies de communication pour expliquer leurs programmes  et multiplier les meetings et rencontres avec les citoyens pour les  persuader de voter.

Pour le quotidien Reporters, les partis politiques et les candidats libres  entament ce dimanche "la dernière ligne droite" pour tenter encore de  convaincre les potentiels électeurs de voter pour leurs listes, soulignant  que "les pouvoirs publics mettront les bouchées doubles pour inciter les plus réticents à se rendre aux bureaux de vote et bouder les appels au  boycott et la tradition abstentionnistes".  

Dans ce sens, le journal Horizon rapporte la déclaration du ministre de  l'Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, pour qui  "voter est la meilleure voie pour préserver la sécurité et la stabilité".

El Moudjahid évoque, quant à lui, les chefs de partis qui rappellent aux  citoyens "les enjeux dÆune telle compétition démocratique pour la  stabilité, la sécurité le développement du pays, les exhortant à faire le  libre et bon choix du candidat le plus compétent et le plus intègre".

Le journal El Watan souligne, pour sa part, que "la campagne peine à  convaincre", alors qu'elle entame sa dernière semaine, ajoutant qu'"elle  éprouve des difficultés à mobiliser massivement et surtout à proposer des  programmes dans le respect des règles d'une confrontation démocratique".

El Khabar, quant à lui, évoque des rencontres et meetings animés par les  chefs de partis politiques qui ont investi le terrain pour porter le  message de leurs formations respectives, précisant que la majorité de ces  formations politiques a traité de la crise économique et financière dans le pays, proposant par la même des solutions permettant de sortir de cette  impasse.

Le quotidien El Fadjr (arabophone) relève  un changement de stratégie des  partis politiques qui ont préféré investir le terrain et les places  publiques au lieu des salles pour rencontrer les électeurs et les inciter à  adhérer à leurs programmes, et appellent également à la participation  massive aux urnes et au "refus de prêter oreille aux appels de boycott".

Publié dans: ALGÉRIE

BATNA- Le coordinateur général du Parti des jeunes (PJ),  Hamana Boucharma a considéré samedi après midi à Batna que "l’unité de  l’Algérie était une ligne rouge à ne pas franchir".

"Le Parti des Jeunes insiste sur la nécessité de préserver la cohésion  nationale qui constitue la base de l’unité du pays et la soupape de la  sécurité", a souligné M. Boucharma au cours d’un rassemblement populaire  animé à la salle de cinéma de la cité Ennasr du chef lieu de wilaya dans le  cadre de la campagne électorale des législatives du 4 mai prochain.

"L’Algérie est unie et il n’y a pas de place pour le régionalisme", a  ajouté le même intervenant, précisant que le Parti des Jeunes est un  "mouvement populaire où toutes les idéologies s’effacent pour une seule  appartenance,  l’Algérie".

 Le responsable partisan a indiqué que sa formation politique oeuvre à  "concrétiser le rêve des chouhada de la guerre de Libération nationale  comme Mustapha Benboulaid et Ben M’hidi et les autres pour la mise en place  d’un Etat démocratique basé sur la justice sociale dans le cadre des  principes islamiques".

Publié dans: ALGÉRIE

MOSTAGANEM- Le président du parti El Wassit Essiyassi,  Ahmed Laroussi Rouibate, a invité, samedi, à partir de Mostaganem, les  électeurs à choisir des compétences capables d’assumer la responsabilité de  défense des libertés politiques et des problèmes du citoyen.

Au cours d’un meeting animé dans le cadre de la campagne électorale pour  les législatives du 4 mai prochain, Laroussi Rouibate a appelé à voter au  profit des candidats de son parti qui "représentent des compétences  capables d’assumer la responsabilité de défendre les libertés politiques"  et "lever les entraves qui bloquent une réelle participation des citoyens à  l’exercice de leurs droits politiques".

Il s’est engagé, en cas d’obtention de sièges au prochain parlement, à  "porter haut la voix du citoyen, protéger son pouvoir d’achat et préserver  l’Etat, ses symboles ainsi que les constantes nationales".

Le même responsable a ajouté que "son parti est convaincu de l’idée d’une  transition pacifique et démocratique" comme il contribuera à l’effort  national pour faire sortir le pays de la crise.

Publié dans: ALGÉRIE

RELIZANE- Le président du Mouvement populaire algérien  (MPA), Amara Benyounès, a considéré samedi, à Relizane, que l’adhésion de  l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce est  inévitable.

Lors de son meeting animé à Relizane, au 14ème jour de la campagne  électorale des législatives, Amara Benyounès a expliqué que l’économie  nationale nécessite plus de liberté et d’initiative, tout en s’interrogeant  sur les causes de la non-adhésion à ce jour de l’Algérie à l’OMC, une  organisation mondiale qui compte 164 pays et à travers laquelle se font  plus de 97% des échanges commerciaux mondiaux.

Le président du MPA a appelé les algériens à travailler et produire  davantage pour le bien du pays, tout en défendant les principes de la  justice sociale et de la lutte contre la corruption.

Par ailleurs, M. Benyounès a insisté sur l’importance des prochaines  élections et mis en exergue la nécessité d’une large participation des  algériens à ce scrutin pour donner des leçons à ceux qui sèment le doute et  le désespoir et démontrer que le peuple tout en entier se regroupe des  institutions étatiques, du gouvernement et du président de la république.

Enfin, M. Benyounes a salué tous les corps de sécurité qui ont fait des  sacrifices pour protéger le pays contre le terrorisme durant les années  1990.

Publié dans: ALGÉRIE

El TARF- Le représentant de l’union  Nahda-Adala-Bina,  Abdellah Djaballah, a considéré samedi à Besbes,dans la wilaya d’El Tarf,  que le programme de l’alliance "puise ses références de la déclaration du  1er novembre 1954".

Animant un meeting populaire au niveau du complexe sportif de proximité  (CSP) de Besbes, dans le cadre de la campagne électorale des législatives  du 4 mai prochain, le président du Front pour la justice et le  développement (FDJ), Abdallah Djaballah, appelant les citoyens à se diriger  aux urnes le jour J, a soutenu que son parti s’engage, en cas de victoire,  à mettre en place "une législation fondée sur les bases islamiques  permettant, entre autres, de réformer le secteur agricole et le système  éducatif".

Le responsable partisan a plaidé pour l’édification d’un Etat démocratique  et social devant être instauré par le biais "du changement et des réformes,  à la mesure des attentes et ambitions du peuple".

Il a insisté sur la participation massive au scrutin, ainsi que le suivi  des différentes étapes de l’opération électorale pour "éviter toute  tentative de fraude et permettre l’élection d’un parlement où seuls des  hommes intègres et contribuant à la construction d’un Etat basé de droit  pourront émerger".

Publié dans: ALGÉRIE

SOUK AHRAS- Le président du parti El Karama, Mohamed  Benhamou, a appelé samedi à partir de Souk Ahras la jeunesse algérienne à  "s’attacher à l’unité nationale pour l’édification d’un Etat  moderne et  fort à travers ses institutions".

Animant un meeting populaire, en présence des cadres et militants de son  parti à la cinémathèque de la ville, dans le cadre de la campagne  électorale pour les législatives du 4 mai prochain, M. Benhamou a affirmé  que "sans unité nationale et sans stabilité, il ne saurait y avoir de  développement ou de décollage économique".

M. Benhamou a, dans ce contexte, expliqué que "la force de son parti  réside dans l’intégrité et la compétence de ses candidats enclins à faire  entendre la voix du peuple aux hautes instances" avant d’ajouter que  "l’argent sale n’a pas sa place au parti El Karama, contrairement à  certains partis politiques qui se sont transformés à des registres  commerciaux dont tirent profit les chefs de parti et leur entourage".

Le président du parti El Karama a également loué la politique du président  de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour "consolider les institutions  constitutionnelles et la préservation de la sécurité du pays et sa  stabilité grâce aux efforts déployés par l’Armée nationale populaire et les  différents services de sécurité".

Après avoir exhorté les jeunes à prendre leurs responsabilités et à ne pas  laisser la scène politique vide devant ce qu’il a qualifié d’"opportunistes  et d’arrivistes", le responsable partisan a appelé les citoyens à se  diriger massivement vers les urnes le 04 mai prochain et à élire les  candidats de sa formation politique.

Publié dans: ALGÉRIE

TIARET- Le secrétaire général du Front national de la  justice sociale (FNJS), Khaled Bounedjma, a appelé, samedi à Tiaret, à  opérer "le changement qui préservera la dignité des citoyens".

Il a souligné, à l’occasion d’un meeting animé au chef-lieu de wilaya dans  le cadre de la campagne électorale pour les législatives du 4 mai prochain,  que son parti vise à "opérer un changement qui libèrera le citoyen du  chômage et à préserver sa dignité en lui garantissant emploi et logement".

Il a ajouté que le programme du FNJS "préconise, entre autres, la réforme  du secteur de la santé, la consolidation de la gratuité des soins, une  justice sociale entre toutes les régions du pays et l’indépendance de  l’appareil judiciaire".

Après avoir développé les mesures sociales proposées au profit des jeunes  entrepreneurs, des étudiants et des couches plus démunies, le président du  FNJS a estimé que le scrutin du 4 mai sera "propre et crédible" et s’est  montré "confiant" quant à "l’efficacité" des réformes initiées par le président de la République et des missions dévolues à la Haute instance  indépendante de surveillance des élections législatives.

Tout en saluant les efforts de l’ANP et des autres corps de sécurité,  Khaled Bounedjma a appelé les citoyens à voter pour les candidats les "plus  compétents et intègres".

Publié dans: ALGÉRIE

GUELMA- Le président du mouvement El Islah, Filali  Ghouini, a souligné l’importance de renforcer les prérogatives des élus au  sein du parlement et des assemblées locales pour consolider le principe de  la souveraineté du peuple.

S’exprimant au cours d’un meeting populaire animé à la maison de la  culture Abdelmadjid Chafai, au centre-ville, dans le cadre de la campagne  électorale pour les législatives du 4 mai prochain, M. Ghouini a affirmé  qu’à cause de "prérogatives limitées, les membres des Assemblées élues en Algérie se trouvent actuellement entre le marteau de l’administration et  l’enclume de la pression populaire avec toutes ses réclamations et ses  préoccupations".

Qualifiant la relation entre l’élu et l’administration, de "réalité  malaisée" à différents niveaux, où le plus souvent le dernier mot revient,  selon lui, à l’administration et qu’il s’agit de rectifier, M. Ghouini a  convié les députés du prochain parlement à "classer la révision des lois  fixant les prérogatives des élus à l’échelle nationale, de la wilaya et de  la commune, parmi les priorités de leur mandature".

Le président du mouvement El Islah a considéré, par ailleurs, que la  restitution des assemblées de leurs prérogatives qui étaient en leur  possession, avant d’être attribuées à l’administration, "d’unique moyen  d’encourager les citoyens à voter", soutenant qu’un grand nombre d’élus dans différentes Assemblées et de différents partis politiques sont de bons  exemples en matière de gestion et de sacrifices au service de l’intérêt  général.

M. Ghouini a fait remarquer, à ce propos, que cette situation risque  d’accentuer le taux d’abstention aux prochaines élections engendrant, au  fil du temps, "une abstention d’un autre genre", selon lui, à savoir le  refus de se porter candidat, et partant, les partis seront incapables de  compléter leurs listes électorales.

Le responsable partisan, a par ailleurs, appelé au changement du système  politique actuel en Algérie pour un système parlementaire qui accordera,  selon lui, du pouvoir à l’élu au sein de l’Assemblée populaire nationale  d’autant qu’il est, selon Ghouini, "la partie légalement habilitée à  demander des comptes au gouvernement, à le questionner, allant jusqu’à le  pousser à la démission pour matérialiser la volonté du peuple à travers ses  représentants".

Publié dans: ALGÉRIE
Page 1 sur 22
banner-aps