Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |23/04/2017

USD 1$ in 108.22 in 114.83
EUR 1€ in 116.05 in 123.16
JPY 100¥ in 99.12 in 105.20
GBP in 138.71 in 147.22

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

25/04/2017 01:52

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube  

Vous êtes ici : ACCUEIL»ALGÉRIE»Algérie Presse Service - Afficher les Articles par mot clé : algerie belgique

BRUXELLES- La solidarité des Belges avec les Algériens qui se battaient pour leur indépendance doit faire l'objet d'un travail de mémoire afin de transcrire et transmettre le témoignage de ceux qui ont apporté leur soutien à la guerre d'Algérie, ont souligné jeudi les participants à une soirée projection-témoignage-débat à Bruxelles.

Organisée dans le cadre des commémorations du 1er novembre 1954 par l'association les amitiés belgo-algériennes (Asbl Laba), la soirée a permis de mettre en lumière l'engagement de Belges aux côtés d'Algériens décidés à se défaire du colonisateur.

Dans son film-documentaire "Le Front du Nord" projeté à l'occasion de cette soirée, le réalisateur belge Hugues Le Paige a donné la parole aux femmes et aux hommes de l'ombre qui avaient organisé la solidarité belge avec les combattants algériens.

Intellectuels, militants de gauche, syndicalistes ou communistes dissidents, ces activistes belges anticolonialistes ont été aux côtés des militants du Front de libération nationale (FLN) qui ont engagé une lutte armée pour leur indépendance.

Dans leurs témoignages, Alex Somerhausen, Guy Cudell, et  Anne Chotteau-Somerhausen

entre autres sont revenus longuement sur cette aide concrète qu'ils ont apporté aux Algériens en leur permettant de passer les frontières, de se cacher, ou en organisant la défense des Algériens prisonniers et torturés.

Lors du débat qui s'en est suivi, Suzy Rosendor, Adeline Liebmann et Pierre Blieck ont mis l'accent  sur l'aide apportée par le réseau belge sur le plan médical, humanitaire et judiciaire pour assister les détenus algériens en France et en Belgique et pour empêcher les expulsions et les extraditions vers la France de ceux qui étaient arrêtés en Belgique. Mais il y avait aussi une aide clandestine, selon les intervenants qui ont fait état de l'existence d'un réseau équivalent aux "porteurs de valise" en France.

Evoquant le combat politique et public des soutiens belges à la révolution algérienne pour tenter d’influer sur l’opinion et le gouvernement belge, Adeline Liebmann, Suzy Rosendor et Pierre Blieck ont expliqué également leurs raisons d'agir, affirmant leur conviction de la justesse de la cause algérienne.

Publié dans: ALGÉRIE

BRUXELLES- L’ambassadeur d’Algérie auprès de la Belgique, Amar Belani, a déclaré que la coopération entre l’Algérie et la Belgique "existe", relevant que cette coopération est à la fois "pragmatique"et "constructive".

"La coopération entre l’Algérie et la Belgique existe. Elle est pragmatique, elle est constructive", a-t-il déclaré à Charleroi où il s'est rendu pour apporter son soutien à la famille de l’une des deux policières blessées dans l'attaque à la machette survenu à Charleroi.

"On n'a pas besoin d’accords bilatéraux de réadmission", a-t-il ajouté, à la même occasion, relevant qu'"avec tous les pays, nous avons une très bonne coopération en matière de réadmission de ceux qui séjournent de manière irrégulière".

Le chef de la mission diplomatique algérienne en Belgique a, à cette occasion, condamné "de la manière la plus ferme" cette attaque qu'il a qualifiée "d'acte abjecte", exprimant sa sympathie, la compassion et la solidarité de l'Algérie "non seulement pour les deux policières touchées, mais aussi pour leurs familles, leurs proches et leurs collègues".

M. Belani, cité par la presse bruxelloise, a rappelé que "l’année dernière, 155 Algériens qui étaient en situation irrégulière en Belgique ont été rapatriés vers l’Algérie avec la bonne  coopération des services consulaires algériens parce que, dans ces cas-là, on avait été saisi et il y avait un travail qui avait été fait avec l’Office des étrangers".

Il a précisé, s'agissant du cas de Babouri, que "nous n’avons absolument reçu strictement aucune demande, aucune sollicitation de la part de l’Office des étrangers quant à son identification comme étant un Algérien et, à plus forte raison, nous n’avons rien reçu quant à l’exécution de la mesure d’éloignement vers l’Algérie".

Relevant que "si la Belgique en avait fait la demande, Khaled Babouri aurait eu toutes ses chances d’être rapatrié dans son pays natal", précisant que "nous collaborons sur tous les cas pour lesquels nous sommes saisis, chaque fois qu’on a été saisi et qu’il a été déterminé que l’intéressé était Algérien, la coopération s’est enchaînée de manière tout à fait mécanique."

"Dans ce genre de situation, notre procédure, c’est d’envoyer un agent consulaire interviewer l’intéressé pour pouvoir recueillir un maximum d’informations sur lui afin de diligenter en urgence une enquête en Algérie et de confirmer qu’il s’agit bien d’un Algérien", a-t-il expliqué.

L'ambassadeur algérien a noté que beaucoup "se débarrassent de leurs passeports en arrivant ici (ndlr, Belgique) et se disent ensuite Algériens alors qu’ils sont marocains ou tunisiens", soulignant qu'une fois que cette identification est faite, on établit un laissez-passer et on évacue la personne vers l’Algérie avec le premier avion disponible".

Publié dans: ALGÉRIE

BRUXELLES - La mémoire des trois mineurs algériens disparus dans la tragédie du Bois de Cazier (Bruxelles) le 8 août 1956, a été évoquée lors d'une cérémonie de recueillement organisée par l'ambassade d'Algérie.

La cérémonie de commémoration du 60ème anniversaire de la tragédie du Bois de Cazier à la mémoire des 262 mineurs disparus, parmi lesquels figuraient les trois algériens, Belamri Amar, Kaddour Ali et Mami Saïd, a été organisée par l'ambassade d'Algérie à Charleroi (60 km de Bruxelles), avec le concours de l’association belge "Bois du Cazier".

A cette occasion, l’Ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, M. Amar Belani a souligné dans son allocution, que "ce rassemblement commémoratif sert à évoquer l’histoire", mais constitue aussi "une occasion pour parler du présent et de l’avenir dans un contexte marqué notamment par un discours clivant qui essaime partout en Europe, y compris en Belgique, interrogeant l’utilité, voire les bienfaits de la migration sur le développement socio-économique de ce pays".

"Les monuments dans la mine et dans le cimetière érigés à la mémoire des mineurs disparus cristallisent aujourd’hui la reconnaissance d’une nation pour la participation des mineurs à l’aventure industrielle, économique et culturelle et à l’essor de cette région", a indiqué M. Belani.

Il a, en outre, précisé que la co-organisation de cet évènement est également, une occasion pour saluer l’attachement de la communauté algérienne établie en Belgique à son identité ainsi qu’à son pays d’origine, l’Algérie.

L'ambassadeur a rappelé le sacrifice de la communauté algérienne et "sa précieuse contribution qui ont grandement permis au Front de libération national, et à sa branche armée, l’ALN, de mener avec succès des actions héroïques contre l’armée coloniale, comme celles que commémorera mon pays, le 20 août prochain".

"Cette date anniversaire du 20 août commémore la journée du Moudjahid qui fait la jonction entre deux événements qui ont profondément marqué l’histoire de la révolution algérienne, à savoir : l’offensive menée par les moudjahidine, le 20 août 1955, dans le Nord-constantinois contre les forces d’agression coloniales, d’une part, et la tenue du Congrès de la Soummam, un an après, le 20 août 1956, dont les décisions vont structurer et organiser la révolution algérienne, d’autre part", a-t-il ajouté.

M. Belani a indiqué, en outre, que cette journée de recueillement est également l’occasion pour rendre hommage aux martyrs de la révolution algérienne et rappeler le devoir sacré d’honorer leur mémoire, d’en tirer les leçons nécessaires pour la sauvegarde de l’unité nationale, et de participer à l’épanouissement et à la prospérité de l’Algérie.

A la fin de son allocution, l’Ambassadeur d’Algérie a rendu hommage à l'association belge "Bois du Cazier", qui, à travers son travail et son dévouement, a réussi à inscrire en 2012, ce site minier sur la liste de l’UNESCO, permettant ainsi la préservation de la mémoire et la valorisation culturelle et touristique du charbonnage.

Le 8 août 1956, le charbonnage du Bois de Cazier fut le théâtre de la plus importante catastrophe minière en Belgique causée par un incendie, avec 262 victimes de plusieurs nationalités dont les trois Algériens, sur les 274 hommes présents dans la mine.

Actuellement, la mine est un musée consacré à la catastrophe, ainsi qu'à l'histoire de la région.

Publié dans: ALGÉRIE

ORAN- L’ambassadeur du Royaume de Belgique à Alger, Frédéric Meurice, a assuré mardi à Oran qu'il n’y a pas eu de modification dans la politique d’établissement de visas aux ressortissants algériens.

S’exprimant en marge d’une journée d’étude tenue au siège du Centre de recherche d’Anthropologie sociale et culturelle (CRASC) sur la participation politique de la femme élue locale, M. Meurice a précisé qu’il "n’y a pas eu de modification dans la politique d'établissement de visas", depuis l’attentat du 22 mars dernier ayant visé l’aéroport Bruxelles-Zaventem.

"D’une manière générale, trois Algériens sur quatre qui demandent le visa à notre ambassade l’obtiennent le plus vite possible, nous avons un taux d’acceptation de 75%", a précisé le diplomate belge, signalant que six mille (6.000) visas d’entrée en Belgique sont délivrés annuellement aux ressortissants algériens.

Par ailleurs, l’ambassadeur a indiqué que plus de 30.000 Algériens vivent sur le sol belge.

Pour ce qui est des relations économiques entre les deux pays, M. Meurice les a qualifiées d’"assez importantes" dans la mesure où un bon nombre entreprises belges activent en Algérie ou travaillent en partenariat avec des partenaires algériens dans divers domaines comme l’industrie agroalimentaire, l’industrie pharmaceutique, le transport, entre autres.

Pour l’industrie agroalimentaire, principalement en ce qui concerne la poudre de lait et aliments pour bétail, le diplomate belge a indiqué que les deux pays travaillent actuellement sur des projets de création d’unités de production en Algérie.

Concernant le volume d’échanges commerciaux entre les deux pays, il a souligné que son pays exportait traditionnellement vers l'Algérie plus d’un milliard d’euros, tandis que l’Algérie exportait vers la Belgique, avant la chute du prix de pétrole, entre 1,5 et 2 milliards d’euros.

Pour les perspectives, l’ambassadeur belge a annoncé que sur le plan académique, plusieurs programmes de coopération avec des universités algériennes sont en cours, tout comme des échanges avec le ministère de l’Intérieur et des collectivités locales intéressé par l’expérience Belge en matière de maintien de l’ordre dans les stades, entre autres.

Fréderic Meurice a également relevé les échanges en matière de sécurité entre les services des deux pays.

Publié dans: ALGÉRIE

BRUXELLES - Des opérateurs économiques belges ont marqué, jeudi à Bruxelles, leur intérêt pour le marché algérien, soulignant le potentiel qu’offre le pays dans de nombreux secteurs d’activités et leur volonté de se rendre en Algérie pour mieux connaître l’environnement des affaires.

Réunis autour d’un workshop organisé par le Club des entrepreneurs belges et algériens " Aïn El Kheir", les représentants des sociétés belges, BEDELCO, Krones SA, Ipsen Logistics BVBA  et DEME ont exprimé leur souhait de " renforcer" leur présence en Algérie, pour certains et de "développer davantage" leur activités pour d’autres.

"L’Algérie pourrait être une plateforme d'extension pour les entreprises belges à la recherche de nouveaux marchés car le pays constitue une fenêtre sur l’Afrique", a estimé  le président du club Aïn El Kheïr, Hamid Aït Abderahim qui a accueilli avec" grande satisfaction " l’intérêt affiché par les hommes d’affaires belges pour l’Algérie.

Un intérêt que l’ambassade d’Algérie à Bruxelles encourage, appelant les opérateurs économiques belges à " saisir  les opportunités d’affaires" que leur offrent les nombreuses opportunités non encore exploitées, notamment dans le cadre de la colocalisation.

"Le recensement de plus d’une centaine d’entreprises belges installées en Algérie reflète un intérêt naissant pour un marché qui offre des mécanismes tel que la colocalisation, permettant aux entreprises de préserver leurs intérêts socio-économiques dans leur pays d’origine, tout en développant leur croissance par un investissement direct en Algérie et des perspectives réelles de débouchées sur le marché africain ", a indiqué Dahmane Yahiaoui, représentant de l’ambassade d’Algérie à Bruxelles à cette rencontre.

Selon ce diplomate qui a prononcé une allocution au nom de l’ambassadeur, Amar Belani, des progrès " significatifs" ont été accomplis durant ces deux dernières années  dans le cadre des réformes engagées en Algérie pour améliorer le climat des investissements en vue de " la diversification de notre économie".

M. Yahiaoui a cité, à ce titre, la réduction de l’impôt sur les bénéfices des sociétés et de la taxe sur les activités professionnelles, l’amélioration de la régulation de l’accès au foncier industriel et l’octroi d’avantage fiscaux et parafiscaux à tout investisseur étranger qui contribue dans le cadre d’un partenariat au transfert de savoir-faire.

La diversification de l’économie, a-t-il poursuivi, tourne autour de trois axes, à savoir, le partenariat industriel par l’investissement direct, l’exportation hors hydrocarbures et le développement de la sous-traitance.

Il a mis l’accent, par ailleurs, sur l’importance de la dimension humaine dans la consolidation des relations économiques et commerciales, soulignant que " la circulation des personnes et la facilitation d’octroi de visas aux hommes d’affaires algériens est un préalable important pour la concrétisation de ces partenariats" et qu’ " il est important à cet égard de supprimer les contraintes qui pourraient affecter le courant de visites d’hommes d’affaires".

De son côté, Me Wassila Mouzai, commissaire aux comptes et membre de la Cour international d’arbitrage ainsi que de la Chambre de commerce internationale (ICC), a fait un focus sur la conduite des affaires en Algérie, mettant en exergue les principales réformes menées pour améliorer le climat des affaires.

Me Mouzai a, ainsi, présenté les différentes conventions et principaux accords  liant l’Algérie à la Belgique, notamment dans le domaine de la fiscalité et de la protection sociale, ainsi que la politique algérienne  de protection des investissements étrangers réalisés en Algérie à travers la sécurisation juridique des contrats de partenariats.

Rappelant les filières identifiées comme prioritaires et devant permettre de concrétiser la diversification de l’économie nationale escomptée, Me Mouzai a énuméré toutes les dispositions fiscales introduites par les autorités algériennes pour encourager l’investissement étranger, notamment dans les secteurs du Tourisme, de l’Agriculture et de l’Industrie.

Elle a relevé, en outre, la réintroduction du recours au financement extérieur indispensable à la réalisation des projets stratégiques après autorisation de l’Etat  conformément aux dispositions de la LF 2016.

A la recherche de partenaires algériens pour développer des sociétés mixtes, une soixantaine d’entrepreneurs  belges ont pris part à cet atelier destiné à les informer sur les conditions économiques, financières, juridiques et fiscales en Algérie.

Publié dans: ECONOMIE

ALGER - Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed-Larbi Ould Khelifa, a signé jeudi le registre de condoléances à la résidence de l'ambassadeur de Belgique à Alger, suite aux attentats terroristes qui ont frappé mardi dernier Bruxelles.

"Nous avons appris avec une grande affliction les attentats terroristes odieux qui ont frappé dans la matinée du 22 mars courant l'aéroport et une station de métro à Bruxelles provoquant plusieurs morts et blessés", a écrit le président de l'APN dans le registre de condoléances.

"En ces pénibles circonstances, je vous présente au nom de son excellence, Abdelaziz Bouteflika, président de la République, et aux nom du peuple et du gouvernement algériens, et en mon nom personnel, nos très sincères condoléances aux familles des victimes durement éprouvées par la perte d'êtres chers et notre solidarité avec le peuple belge ami, accompagnées de nos voeux de prompt rétablissement aux blessés".

"Ces crimes odieux que nous condamnons avec la plus grande fermeté sont contraires aux valeurs humaines et universelles et aux principes de paix et de tolérance édictés par toutes les religions", a souligné M. Ould Khelifa, qui était accompagné du ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

"En renouvelant nos très sincères condoléances et notre profonde solidarité au peuple ami belge, je vous prie d'agréer, excellence, l'expression de notre très haute considération", a conclu M. Ould Khelifa.

Publié dans: ALGÉRIE

ALGER- L'Algérie a condamné avec "vigueur" les attentats qui ont frappé mardi matin la capitale belge, Bruxelles, les qualifiant d'"actes terroristes lâches et abjects", indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

"Les attentats qui ont frappé, ce matin, la capitale belge Bruxelles sont des actes terroristes lâches et abjects que l'Algérie condamne avec vigueur", précise la même source.

"Cette agression montre encore une fois, le visage hideux du terrorisme dont l'aveuglement et la haine n'ont d'égal que le peu de cas que font les terroristes de la vie humaine et des valeurs communes de l'humanité", souligne le MAE.

"L'Algérie, solidaire du Royaume de Belgique et du peuple belge, leur présente ainsi qu'aux familles des victimes ses condoléances et réitère son rejet du terrorisme et sa disponibilité à poursuivre sa coopération avec l'ensemble des acteurs internationaux pour le réduire à néant", ajoute la même source.

"Pour ce faire, la lutte globale contre le terrorisme doit prendre en compte le nécessaire traitement des racines desquelles ce mal tire sa nocivité et sa capacité de nuisance", a conclu le ministère dans le communiqué.

Publié dans: ALGÉRIE
banner-aps