Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique"  fondateur de "l'Algérie nouvelle"

Publié le : jeudi, 12 décembre 2019 09:31   Lu : 2 fois
Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique"  fondateur de "l'Algérie nouvelle"

ALGER- Les quotidiens nationaux ont souligné dans leurs éditions parues jeudi que l'élection présidentielle du 12 décembre  constitue un rendez-vous "historique" et "l'acte fondateur de la nouvelle  Algérie", mettant en avant les décisions prises par les autorités du pays  pour garantir la transparence de ce scrutin depuis l'avènement du Hirak du  22 février 2019.

Sous le titre "Les cinq candidats face à l'arbitrage suprême des  Algériens", Le Soir d'Algérie a relevé que "l'enjeu principal et cardinal de cette élection historique, qui prime sur toute considération, est celui de garantir la pérennité de l'Etat avec l'élection d'un président de la  République, pierre angulaire de tout édifice constitutionnel".

La même publication a soutenu à ce propos que l'élection présidentielle a  permis au pays d'éviter des "scénarios suicidaires", citant notamment "les phases de transition" et de "processus constituants" proposés par certaines  parties.

Pour Horizons, il s'agit d'un "scrutin de tous les espoirs", écrivant que  "l'heure de vérité a sonné" et que "ce rendez-vous historique est l'acte fondateur de la nouvelle Algérie, riche de son pluralisme et des acquis du  Hirak".

De son côté, L'Expression a barré sa Une "Présidentielle 2019 : l'urne de  vérité", rappelant ainsi que "les lois de la République doivent être respectées et le choix des électeurs aura force de loi".

Dans son éditorial, le tabloïd a dénoncé la "volonté nihiliste de ceux qui  ne partagent pas la démarche et leur ambition de barrer la route aux électeurs qui veulent exercer leur devoir électoral", tandis que Le  Courrier d'Algérie a soutenu, quant à lui, que le scrutin constitue "un

jour décisif", jugeant que "l'urne concrétisera l'espoir du peuple qui a vécu tant de désillusions, depuis la disparition du président Houari Boumediene en décembre 1978".


Lire aussi :  Un scrutin important et décisif » selon « El Djoumhouria »  


L'Echo d'Algérie a mentionné, pour sa part, que "toutes les dispositions  légales, organisationnelles et sécuritaires ont été prises pour garantir la réussite de scrutin et permettre aux 24 millions d'électeurs de s'acquitter  de leur devoir en toute liberté et dans un climat de sécurité".

"Après trois semaines de campagne au cours de laquelle ils ont tenté de  convaincre les citoyens du bien-fondé de leur démarche, l'heure de vérité a sonné pour les cinq candidats à la présidentielle", a-t-il ajouté.

Avec le titre "L'Algérie vote", El Moudjahid a estimé, quant à lui, que  "la voie est toute tracée pour la nouvelle Algérie, qui a rendez-vous avec son destin à la faveur du scrutin de la renaissance démocratique".

"Le rendez-vous historique du 12 décembre, conforté par les acquis du  processus électoral consacrant la pluralité des opinions et le droit de manifester, consacre le droit de vote inaliénable, sacrifié sur l'autel des  intérêts étroits des faiseurs de fitna et gravement alterné par les actes d'intimidation et les provocations ciblant les votants, particulièrement en  France", a écrit le doyen de la presse nationale dans son édito.

Sous le titre "La Présidentielle, l'heure de vérité", le quotidien Liberté  a noté que ce scrutin se tient dans un climat de tension exacerbée,  évoquant une consultation qui se déroule sur fond de contestation et  d'incertitude notamment de la part des parties qui revendiquent un  changement radical et une phase de transition.

Quant au journal El Watan, il a évoqué un scrutin qui se déroule "dans un  contexte particulier", en raison de "la poursuite du mouvement  contestataire à cette joute depuis le début de la campagne électorale".

La presse régionale a abondé dans le même sens, relevant dans leur  livraison de ce jeudi que les urnes vers lesquelles le peuple Algérien  s’apprête à aller constituent le rendez-vous électoral de tous les espoirs. Ennasr a barré sa Une "Les Algériens éliront aujourdئhui leur président"  et relevé que plus de 24 millions dئélecteurs sئapprêtent à aller aux urnes dans une échéance supervisée pour la première fois dans lئhistoire de  l’Algérie par une instance indépendante.

La publication, éditée à Constantine a consacré plusieurs pages à ce  rendez-vous électoral et relayé la déclaration du chef de l'Etat lors du  Conseil des ministres exhortant "les Algériens et les Algériennes à assumer  leur responsabilité en se rendant aux urnes pour choisir, en toute liberté  et conscience, le prétendant et le programme qui correspondent à la  conviction de chacun, en vue de faire sortir notre pays de cette situation,  dont la perduration n'est nullement dans l'intérêt de l'Algérie".

L'Est Républicain a réservé un article à lئautorité nationale indépendante  des élections (ANIE) soulignant que cette instance sera ce 12 décembre  "devant un test grandeur nature et doit  justifier dans un contexte  difficile, son indépendance et sa neutralité",  et a publié également un compte rendu de la conférence de presse du président de cette instance, qui  a assuré "de la régularité et la transparence du scrutin, en réponse à des voix qui se sont exprimées ici et là, sur le spectre de la fraude".

Le quotidien "El Djoumhouria" a souligné, de son côté, dans son éditorial  sous le titre "Solution décisive" que "ce rendez-vous important et décisif"  permettra de "faire sortir le pays de l'impasse politique, de consacrer la  légalité et parachever l'édification dئun Etat de droit".

La presse arabophone a, quant à elle, focalisé sur la question du taux de  participation qui risque, estime-t-on d'être "faible", notamment dans  certaines régions du pays qui ont exprimé leur opposition à la tenue de cette élection.

El Khabar a rappelé, dans ce contexte, "les divergences existantes entre  les partis politiques et les organisations de la société civile à propos de la participation à ce scrutin considéré par une partie des Algériens comme  l'unique solution, alors que d'autres y voient un facteur pouvant accentuer  encore la crise que traverse le pays".


Lire aussi:  Le rendez-vous électoral de tous les espoirs


Echourouk a relevé que l'élection du 12 décembre intervient dans un "contexte politique particulier", mettent l'accent sur le fait que "ce  scrutin a été déjà reporté à deux reprises suite à la pression du mouvement  Hirak".

Media

Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique"  fondateur de "l'Algérie nouvelle"
  Publié le : jeudi, 12 décembre 2019 09:31     Catégorie : Algérie     Lu : 2 foi (s)   Partagez