Campagne électorale : des engagements pour poursuivre la lutte contre la corruption et la bureaucratie

Publié le : jeudi, 05 décembre 2019 19:30   Lu : 11 fois
Campagne électorale : des engagements pour poursuivre la lutte contre la corruption et la bureaucratie

ALGER - Les candidats à la présidentielle du 12 décembre se sont engagés jeudi, au 19ème jour de campagne, de lancer divers projets socioéconomiques pour répondre aux attentes des citoyens et à faire sortir l'Algérie de sa crise actuelle, promettant de lever les entraves bureaucratiques et de lutter contre la corruption qui gangrène le pays.

Depuis Tébessa, où il a animé un meeting populaire au Palais de la culture Mohamed Chebouki, le candidat Ali Benflis a dénoncé "les corrompus qui ont saccagé le pays durant la dernière décennie", affirmant que "les procès tenus ces derniers jours témoignent de l'ampleur du préjudice qu'ils ont causé".

Le prétendant à la magistrature suprême a appelé, ainsi, les Algériens à "se tourner vers l'avenir", promettant, s'il est élu président, de "mobiliser les enfants intègres du pays qui serviront leur patrie et non leurs intérêts personnels".

Le président de "Talaie El Hourriyet" s'est dit porteur d'un "projet politique et socioéconomique pour régler la crise et faire sortir l'Algérie de son passé douloureux et lui permettre d'aller de l'avant pour devenir un Etat fort et redoutable".

Il a précisé, dans ce sillage, que son projet vise à instaurer un "Etat avec des institutions légitimes, un président aux prérogatives bien définies et un parlement qui assure un rôle de contrôle, ainsi que de libérer l'initiative dans le cadre d'une économie de marché sociale".


Lire aussi: La présidentielle permettra d'asseoir les fondements de la nouvelle République


De son côté, Abdelmadjid Tebboune s'est engagé à "régler tous les problèmes de développement des régions de l'extrême Sud, à leur permettre de créer la richesse économique et à mettre un terme au problème du chômage".

S'exprimant lors d'un meeting animé à Illizi, dans l'extrême Sud du pays, M. Tebboune a indiqué que son programme électoral, qui comprend 54 engagements, prévoit des solutions à tous les problèmes de développement de la population des régions de l'extrême Sud, particulièrement dans les secteurs de la santé, des ressources en eau, de l'agriculture, de l'emploi et du tourisme.

Dans ce cadre, le candidat indépendant a promis, s'il est élu président, de créer des zones de libre-échange à Djanet et Bordj Omar Driss, tout en évoquant la promotion du tourisme saharien et d'en faire de cette activité une source de revenus, ainsi de procéder à un cadastre des terres dans ces régions et d'assurer leur mise en valeur.

S'adressant particulièrement aux jeunes, il a promis, aussi, de créer une nouvelle banque pour accompagner et appuyer les projets des jeunes et les projets des start-up, assurant qu'il est disposé à accorder une seconde chance aux jeunes qui ont échoué dans leurs projets créés dans le cadre des mécanismes publics de soutien à l'emploi.

 

Impliquer la diaspora dans l'édification du pays

 

Quant au candidat Abdelaziz Belaïd, il a focalisé son discours électoral sur la question des cerveaux algériens émigrés, appelant à la mise en place de "conditions favorables" pour leur retour au pays afin qu'ils puissent contribuer au développement.

Le secrétaire général du "Front El-Moustakbal" a souligné, lors d'un meeting animé à la maison de culture Malek Haddad à Constantine, que "l'édification d'un Etat moderne est tributaire du développement de la recherche scientifique et la formation des cadres".

Ceci exige, a-t-il précisé, "la conjugaison des efforts de tous pour atteindre cet objectif, en encourageant les compétences nationales établies à l'étranger à revenir en Algérie".

"Plusieurs compétences nationales établies à l'étranger souhaitent retourner au pays et y travailler pour peu que toutes les conditions soient réunies", a-t-il fait observer, proposant "la conclusion d'accords avec ces derniers notamment dans le secteur de la Santé pour contribuer à la formation des médecins et pour épargner aux pays les frais importants des missions à l'étranger".

M. Belaïd a appelé, par ailleurs, les Algériens à saisir l'enjeu du scrutin du 12 décembre qui marquera, selon lui, la "fin du cauchemar imposé par la bande".


Lire aussi: L'élection présidentielle se déroulera normalement et dans de bonnes conditions


Pour sa part, Azzedine Mihoubi s’est engagé à conférer une "grande place à l’Histoire dans le système scolaire et culturel, dans les médias et dans la vie de la famille algérienne humble pour construire une génération fière de sa mémoire et de ses héros".

Intervenant lors d'un meeting populaire animé à Sétif, le candidat du Rassemblement national démocratique (RND) a soutenu que "le peuple doit être plus conscient" et qu'il y a lieu "d'accorder davantage d’importance à l'enseignement de l’Histoire qui revêt une grande valeur pour la préservation de la mémoire et asseoir la civilisation dans divers domaines".

Il a, également, évoqué les potentialités économiques et industrielles de la région de Sétif qu’il a qualifiée de "modèle remarquable de développement et de modernité".

L'hôte de Sétif a relevé, à l'occasion, que "les véritables investissements sont ceux qui génèrent des emplois aux jeunes, surtout que la région et les wilayas avoisinantes renferment de grandes énergies de management de méga projets".

Dans ce sens, le candidat du RND a prôné la mise en place "des conditions opportunes loin de la bureaucratie, de la corruption et des pratiques négatives" pour l'émergence de pôles économiques, s'engageant, en cas de son élection, à réaliser de multiples projets dont un grand hôpital et un stade olympique qui sied à la réputation sportive de la région.

Media

Campagne électorale : des engagements pour poursuivre la lutte contre la corruption et la bureaucratie
  Publié le : jeudi, 05 décembre 2019 19:30     Catégorie : Algérie     Lu : 11 foi (s)   Partagez