La presse nationale évoque une campagne électorale qui se poursuit dans une "atmosphère particulière"  

Publié le : lundi, 25 novembre 2019 10:47   Lu : 12 fois
La presse nationale évoque une campagne électorale qui se poursuit dans une "atmosphère particulière"  

ALGER- Les quotidiens nationaux parus lundi ont focalisé sur le rejet par les cinq candidats à la présidentielle du 12 décembre des tentatives d'ingérence étrangère dans les affaires intérieurs du pays, soulignant que la campagne électorale, qui est à son neuvième jour, se poursuit dans une "atmosphère particulière".

Sous le titre "Le devoir de vigilance et de solidarité", Horizons a estimé que la riposte des cinq candidats à une "manœuvre" du Parlement européen, ne "souffre aucune équivoque" et qu'"elle est à la mesure des velléités d'ingérence d'eurodéputés".

"L'Algérie en refondation démocratique et unie par un destin commun reste, hier comme aujourd'hui, un rempart solide contre toutes les tentatives désespérées vouées fatalement à l'échec, comme l'a relevé à Ouargla le général de corps d'Armée Ahmed Gaid Salah, dénonçant les agissements des ennemis d'hier et de leurs serviteurs aujourd'hui", a ajouté le journal.     

El Moudjahid a consacré, également, son éditorial à cette question, relevant qu'"au moment où l'Algérie s'apprête à élire son président de la République dans la transparence et l'équité, à rompre avec une préjudiciable précarité institutionnelle, on observe, de guerre lasse, des cercles tendancieux et hostiles qui émergent tel un serpent de mer, tentant d'annihiler toute perspective de sortie de crise, de discréditer toute solution destinée à régler conformément à la légalité constitutionnelle l'impasse politique dans laquelle se trouve le pays".

Dans ce contexte, l'auteur de l'édito, portant le titre "Ingérence mal placée", a rappelé que "les Algériens se montrent toujours unis face aux périls qui les menacent et aux manœuvres dilatoires qui se trament contre toutes les ingérences étrangères".   

L'Expression a dénoncé, de son côté, "des manœuvres de déstabilisation contre l'Algérie", réservant un dossier spécial à ce thème dans lequel il a relevé que les candidats à la présidentielle ont répliqué en chœur au Parlement européen, lors de leurs meetings électoraux.

"Les Algériens se reconnaissent dans le mouvement qui s'oppose à l'organisation de l'élection présidentielle, ont le droit de dire leur sentiment et d'accuser l'Etat de toutes les tares, des plus viles dictatures. Ils sont dans leur pays, ils usent de leur liberté d'expression. Mais cette liberté qui autorise même l'excès, comme dans toutes les démocraties de la planète, ne signifie pas que n'importe qui se donne le droit de se poser en donneur de leçon et convoquer tout un parlement pour sortir avec une résolution", a écrit le tabloïd. 

Se basant sur l'appréciation positive de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) sur le déroulement de la campagne électorale, l'Expression a estimé que la passe d'armes entre candidats "c'est de bonne guerre", précisant dans ce sillage que "le chemin qui conduit au palais d'El Mouradia n'est pas un long fleuve tranquille".


Lire aussi: Campagne électorale: quatre grands thèmes débattus par les candidats à la présidentielle


Le Soir d'Algérie a évoqué, quant à lui, "une dure campagne électorale qui attend encore les cinq prétendants à la magistrature suprême, après un début laborieux".      

La publication a fait état d'une campagne électorale qui se poursuit dans une "atmosphère souvent tendue", citant à ce propos "les déplacements des candidats dans les différentes wilayas chahutés par des manifestants hostiles à la tenue des élections".

Dans le même esprit, Liberté s'est attardé sur les interpellations des manifestants contre la présidentielle, citant un bilan de "300 personnes depuis le début de la campagne électorale".

Les quotidiens arabophones ont abordé, pour leur part, la campagne électorale en réservant leurs colonnes notamment aux discours tenus par les candidats lors des meetings électoraux et sur le s enjeux de ce scrutin.

Echaâb a noté que les candidats vont devoir intensifier leur campagne et miser sur les activités de proximité pour convaincre les électeurs à se rendre aux urnes.


Lire aussi: Présidentielle 2019 : la campagne toujours en quête de "déclic" selon la presse oranaise


Consacrant un dossier à la campagne électorale, El-Bilad est revenu, pour sa part, sur les déclarations des candidats à propos de l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures et du front social, soulignant que "la provocation du Parlement européen contre l'Algérie a suscité un vif débat sur la politique étrangère.

"Les cinq candidats ont été unanimes à réclamer un consensus national pour défendre la souveraineté nationale et préserver la stabilité de l'Algérie", a fait observer El Bilad, tout en relevant que "la première semaine de la campagne électorale a été marquée, toutefois, par le climat de tension entre des manifestations qui soutiennent le processus électoral et ceux qui le rejettent".

El Mihwar El Youmi a, également, écrit en Une "Campagne électorale : le début de la fièvre", présageant d'une "escalade" qui va marquer l'actualité dans les prochains jours en raison de la "concurrence" entre les cinq prétendants impliqués dans la course à la Magistrature suprême du pays.

 

Media

La presse nationale évoque une campagne électorale qui se poursuit dans une "atmosphère particulière"  
  Publié le : lundi, 25 novembre 2019 10:47     Catégorie : Algérie     Lu : 12 foi (s)   Partagez