8e jour de campagne: le rejet de toute ingérence étrangère parmi les points évoqués

Publié le : dimanche, 24 novembre 2019 19:07   Lu : 10 fois

ALGER - Le rejet de toute ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie, la politique étrangère de l'Algérie et l'amendement de la Constitution, ont constitué dimanche, huitième jour de campagne électorale, les principaux points abordés par les candidats à l'élection présidentielle du 12 décembre prochain.

Développant le volet relatif à la politique étrangère dans son programme électoral, le candidat Ali Benflis a promis depuis M'sila de relancer le projet de l'Union de Maghreb arabe (UMA), de revoir la relation avec l'Union européenne (UE) et de créer un Conseil national de sécurité.

Au cours d'un meeting, M. Benflis a mis en exergue le "programme diplomatique d'urgence" qu'il propose pour relancer l'UMA et engager un dialogue direct qui permet de traiter les foyers de tension dans la région.

Le candidat a également proposé de "revoir l'Accord d'association avec l'Union européenne avec la sérénité requise", insistant sur la "nécessaire défense des intérêts de l'Algérie".

Le président du parti Talaie El Hourriyet s'est engagé à réactiver les auditions parlementaires du ministre des Affaires étrangères pour être au fait de la politique étrangère.

Il a proposé "l'institution d'un Conseil national de sécurité qui débattra des grands dossiers sécuritaires nationaux et internationaux et examinera les différents changements et alliances à l'international, avec débat sur la situation difficile des pays limitrophes", relevant la situation en Libye "dont l'accompagnement par le dialogue s'avère indispensable, tout en raffermissant les relations avec la Tunisie, le Maroc et le Sahara occidental.

Lors d'un second meeting à Bordj Bou Arreridj, M. Benflis a appelé à s'opposer aux tentatives des "résidus de la bande, encore actifs, de perturber l'élection présidentielle", saluant le rôle de l'Armée nationale populaire qui "accompagne le peuple dans sa révolution". Il s'est engagé, à cet égard, à satisfaire les revendications exprimés par les Algériens lors du "Hirak", affirmant que, pour ce faire, l'élection présidentielle constitue le "premier pas".


Lire aussi: La récupération des fonds transférés à l'étranger, une question qui distingue la campagne électorale


Le candidat Azzedine Mihoubi a exprimé, dans un meeting à Biskra, son rejet total de toute ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie, en réaction à l'annonce de députés du Parlement européen de tenir une réunion pour examiner la situation dans le pays.

Le secrétaire général par intérim du RND a qualifié de "scandaleuse" cette tentative d'ingérence, relevant que certains députés européens n'ont pas encore assimilé le fait que "l'ère de la tutelle est révolue et que l'Algérie est un pays indépendant".

M. Mihoubi a de nouveau défendu l'option de l'élection présidentielle en tant qu'issue "unique" à la crise, affirmant que l'Algérie a un besoin "vital" de solutions s'inscrivant dans le cadre constitutionnel. Il a salué dans sens les "marches populaires de soutien à l'élection présidentielle", estimant qu'elles constituent une "dynamique ouvrant des perspectives prometteuses à l'Algérie".

Le candidat Abdelaziz Belaid a, lui aussi, affirmé que "le peuple algérien, qui décidera souverainement de son destin, rejette toute tutelle et toute ingérence étrangère dans les affaires intérieures de son pays", dénonçant, à ce propos, la position de certains députés du Parlement européen.

"Le 12 décembre sera le début de la nouvelle république dont rêve le peuple algérien et de la mise en place d'institutions qui jouiront de sa confiance", a soutenu le président du Front EL Moustekbal lors d'un meeting à Tiaret.

Le candidat a promis d'ouvrir la porte à toutes les initiatives et potentialités à l'intérieur et en faveur de la communauté nationale à l'étranger pour "construire une Algérie forte et une économie solide", assurant que le pays avait les atouts nécessaires pour "devenir en quelques années une puissance économique et politique".


Lire aussi: Présidentielle : les candidats rejettent catégoriquement l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures du pays


Il a affirmé, d'autre part, qu'il accordera à l'agriculture le soutien qui convient car, a-t-il dit, "la sécurité alimentaire est partie intégrante de la souveraineté nationale".

Le candidat indépendant Abdelmadjid Tebboun s'est engagé, pour sa part, à ouvrir un "large débat national" sur l'amendement de la Constitution s'il était élu président de la République.

Invité du forum du quotidien El Hiwar, M. Tebboune a précisé que le projet qui sera soumis (à référendum) préservera "les constantes et les éléments constitutifs de l'identité nationale, dont l'amazighité, sur laquelle l'actuel Loi fondamentale du pays a tranché".

Saluant le rôle de l'Armée nationale populaire dans la sauvegarde de la stabilité et la défense du peuple, M. Tebboune a affirmé que le pouvoir "n'a pas de candidat à l'élection présidentielle", les cinq prétendants à la magistrature suprême ayant "les mêmes chances" d'accéder à cette fonction supérieure.

Il a affirmé, en outre, que "la guerre contre la corruption sera poursuivie" et que les fonds transférés illégalement seront "récupérés", précisant qu'il existe des mécanismes pour cela et qui seront dévoilés en "temps opportun".

Evoquant les relations entre l'Algérie et le Maroc, il a indiqué qu'elles seront revues dans le cas où le Royaume du Maroc présente des "excuses" au peuple algérien. Rabat avait injustement accusé l'Algérie à propos de l'attentat terroriste qui avait ciblé en 1994 un hôtel à Marrakech et avait procédé à la fermeture des frontières entre les deux pays.

8e jour de campagne: le rejet de toute ingérence étrangère parmi les points évoqués
  Publié le : dimanche, 24 novembre 2019 19:07     Catégorie : Algérie     Lu : 10 foi (s)   Partagez