Présidentielle: les candidats préconisent une "refonte" du système de santé

Publié le : samedi, 23 novembre 2019 12:36   Lu : 4 fois
Présidentielle: les candidats préconisent une "refonte" du système de santé

ALGER - Les cinq (05) candidats engagés dans la course électorale, pour le compte de la présidentielle du 12 décembre prochain, promettent à leurs potentiels électeurs "un accès à la santé pour tous", préconisant une "refonte" du système national de santé à travers une batterie d'actions allant notamment dans le sens de la modernisation et de l'efficience de celui-ci.

Dans cet ordre d'idées, le candidat Abdelkader Bengrina, qui a inclus le secteur de la santé parmi les "priorités" de son programme électoral, propose une série de mesures pour redresser le système sanitaire, à commencer par "un dialogue national" impliquant l'ensemble des acteurs concernés et devant aboutir à "une vision stratégique" de la santé publique.

Il suggère, en outre, la révision des dispositions réglementaires régissant le secteur, y compris la nouvelle loi sanitaire péchant, à ses yeux, par "un manque de débat académique et professionnel", tout en préconisant également "la complémentarité" entre les secteurs public et privé ainsi que le renforcement des capacités d'accueil des établissements hospitaliers.

L'utilisation des nouvelles technologies, la mise en place d'un système de veille sanitaire, la promotion de la production nationale médicamenteuse, le renforcement du rôle du médecin de famille, l'amélioration de la vie sociale des personnels de la santé ainsi que la formation des ressources humaines, sont autant d'autres axes du programme électoral de M. Bengrina dans son chapitre consacré à la santé.

Le candidat Ali Benflis promet, quant à lui, de faire de ce secteur "une priorité nationale", en considérant "urgent" de le réformer par la mise en place d'un système de santé "performant, moderne et de qualité pour tous". Il s'est également engagé à "bâtir un système de santé et de sécurité sociale performant et de qualité pour tous".


Lire aussi: Présidentielle : les candidats promettent l'ouverture de l'économie et la relance du développement dans le Sud  


Ainsi, Il s'engage à mettre davantage l'accent sur la médecine préventive et de proximité ainsi qu'à la santé environnementale, tout en préconisant notamment le développement de structures spécialisées dédiées aux maladies chroniques, neuro-dégénératives et à la gériatrie.

Ceci, en plus de la création d'une Haute autorité de Planification et de Contrôle de la santé, la promotion de la recherche médicale et scientifique en milieu hospitalo-universitaire, la modernisation du système de la Sécurité sociale, la révision de la carte sanitaire et du service civil ainsi que le soutien à la production nationale de médicaments.

"L'accès à des soins de qualité pour tous" figure également dans le programme électoral du candidat Abdelmadjid Tebboune qui promet une hausse du budget de ce secteur qui sera, soutient-il, consacré à l'édification d'établissements hospitaliers, de structures d'urgence et à "l'élimination" des pathologies transmissibles, tout en annonçant la réduction des taux de mortalité infantile et maternelle.

Œuvrer dans le sens d'une solution "définitive" au problème de la disponibilité du médicament fait également partie des engagements électoraux de l'ancien Premier ministre. Ceci, en sus de la numérisation du système de santé, la révision du service civil, la revalorisation de la profession médicale ainsi que la consécration des normes internationales pour l'ensemble des indicateurs référentiels de santé publique, à l'horizon 2030.

Consacrer le droit des citoyens à "la même prise en charge" à travers le territoire national ainsi que la réalisation de pôles régionaux et de caravanes sanitaires pour les régions enclavées constituent les principaux axes du programme électoral du candidat Belaïd Abdelaziz.


Lire aussi: Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie


De plus, ce dernier entend "impliquer" le secteur privé dans la mise en œuvre des programmes nationaux de prévention ainsi que la généralisation de la contractualisation avec ce dernier, tout en proposant des "incitations" aux médecins exerçant dans les régions enclavées ainsi que l'élargissement de la carte Chiffa aux prestations liées aux analyses et autres radiographies.

Sur les "15 engagements stratégiques" qu'il s'est tracé durant sa campagne électorale, le candidat Azzedine Mihoubi a consacré un chapitre au secteur de la santé dans lequel il promet également "un accès à la santé pour tous" et ce, à travers des "dispositifs innovants et adaptés aux contraintes locales".

Outre le maintien de la gratuité des soins, M. Mihoubi suggère l'élaboration d'une "carte sanitaire" comme un outil de planification du secteur à même d'assurer "une mise en adéquation de l'offre et de la demande de soins", tout en prévoyant la "modernisation des modalités de financement" du secteur et le lancement d'un programme national de mise à niveau des hôpitaux publics.

De plus, il soumet l'idée d'un comité d'experts chargé de définir "une nomenclature unifiée" des actes de soins, la création de pôles régionaux pour la santé maternelle et infantile, la révision des modalités d'accès aux études dans les filières médicales, ainsi que l'ouverture d'universités privées pour l'enseignement de celles-ci.

Le déploiement d'un programme spécifique pour les personnes âgées, la généralisation du principe du tiers-payant, en lieu et place du remboursement à postériori ainsi que la mise à contribution des compétences, parmi les cadres retraités, pour des missions spécifiques, figurent aussi parmi les projections du candidat Mihoubi pour l'Algérie de l'après-12 décembre.

 

Media

Présidentielle: les candidats préconisent une "refonte" du système de santé
  Publié le : samedi, 23 novembre 2019 12:36     Catégorie : Algérie     Lu : 4 foi (s)   Partagez