Le moudjahid Khedad Belgacemi : un riche parcours au cœur de la wilaya IV Historique

Publié le : mardi, 29 octobre 2019 13:54

 TISSEMSILT- Le moudjahid Khedad Belgacemi, dit "Ali Ennahia" (87 ans), remonte, avec un sentiment de fierté et du devoir accompli, le cours du temps pour se remémorer les étapes majeures de son parcours militant dans la région de l’Ouarsenis. La célébration du 65e anniversaire de la révolution du 1er novembre 1954 est, pour lui, une opportunité pour évoquer son glorieux passé.

L’année 1956 restera pour ce moudjahid une date mémorable, celle de son incorporation dans les rangs de l’ALN. "J’ai rejoint l’ALN en 1956 au centre +Boulouha+ au Djebel Amrouna, dans la région de Theniet El Had. Je l’avais fait en compagnie de Abdelkader Khedaoui", explique-t-il, dans un entretien à l’APS.

"Ali Ennahia" reconnaît que c’est grâce à l’engagement, à la conviction inébranlable et à l’action de mobilisation du moudjahid Si Benkhedda Mabdoue que de nombreux jeunes de la région avaient pris le chemin des maquis pour rejoindre les rangs de l’ALN dans la wilaya IV historique.

Agé de 87 ans aujourd'hui, le moudjahid a expliqué que durant ses premiers mois au sein de l’ALN, il activait dans la région comprise entre Aïn Defla et Theniet El Had et particulièrement dans la région de "Zeccar" (Tipaza) où une attaque a été menée contre un poste militaire de l’armée coloniale française portant le nom de "Tizi Franco".

"Nous avons infligé des pertes matériels à l’ennemi dont la destruction de deux blindés et d’un camion de transport de troupes. Nous avons également récupéré des armes légères et lourdes", se souvient-il, ajoutant que lors de cette attaque, conduite par le lieutenant Si Hamdane, un capitaine et deux soldats français avaient été tués.

Khedad se souvient également que les régions de Cherchell et Aïn Defla, dans lesquelles il activait, avaient enregistré de dizaines offensives de l’ALN contre les forces d’occupation françaises.

"Ces actions militaires étaient œuvre de la katiba +Hamdania+ dirigée par d’illustres responsables à l’image de Si Hamdane, Si Othmane et Si Moussa", précise-t-il.

 Par ailleurs, le moudjahid Khedad, grâce à sa bravoure, sa perspicacité et ses qualités de meneur d’hommes, s’est vu confier, en 1961, le commandement de la Nahiya III de la 3è région relevant de la wilaya IV historique.

Ce front de Tissemsilt englobait Khemisti, Ouled Bessam, le chef-lieu de

wilaya, Sidi Abed et Ammari. Khedad a été promu durant cette période, au grade de lieutenant après avoir assumé diverses responsabilités militaires : de chef de groupe au sein de la Katiba "Hamdania" au chef de la région de Cherchell.

Malgré le poids des années et des signes de fatigue extrême, "Ali Ennahia" se remémore des différentes régions où il avait activé dont Tissemsilt, Khemisti, Dhaya, Hamadia, Mahdia (Tiaret) et Ouled Bessam, le long de l’Ouarsenis ainsi que Sidi Slimane et Bordj Bounâama.

Parmi les hauts faits d’armes enregistrés dans la wilaya IV historique, le moudjahid a cité, avec une touche de fierté, l’attaque menée contre le poste militaire de Chouaïmia (Khemisti), à la fin de l’année 1961, qui a permis l’élimination de 15 soldats et la destruction de divers engins de guerre alors que trois soldats de l’armée française ont été faits prisonniers.

Le moudjahid Khedad a dirigé et pris part à plus de 30 opérations militaires contre l’ennemi dans la région, notamment l'attaque du principal poste d’Ouled Bassam, faisant 20 soldats français tués et la destruction totale de matériels lourds de guerre ainsi que la récupération d'une grandequantité d'armes légères et de munitions.

Abordant ses missions militaires, le moudjahid a souligné qu’il avait été chargé par le Commandement de la Wilaya IV historique "d’organiser les actions des commissaires politiques et des contacts secrets entre les postes de l’ALN dans l’Ouarsenis, à l’instar de Bordj Bounâama, Sidi Slimane, Theniet El Had, Khemisti, Tissemsilt et Ouled Bessam".

Parallèlement, "Ali Ennahiya", surnom par lequel le désignait jusqu’à présent la population de la région, n’a pas oublié d’évoquer l’attaque entreprise avec 20 de ses compagnons d’armes contre une école de formation opérationnelle de l’armée française de Tissemsilt.

"Cette action militaire a été accomplie avec l’aide d’un algérien, un certain Hamid Henni, qui dirigeait ce poste. Il avait fait part de son désir de rejoindre les rangs de l’ALN en refusant tous les avantages octroyés par l’administration coloniale", indique le vieux moudjahid.

Pour lui, l’un des meilleurs jours de sa vie est celui du 5 juillet 1962, avec la proclamation de l’indépendance nationale. "A Tissemsilt, les festivités et les liesses populaires ont duré deux longs mois, marqués par des spectacles de fantasia, des jeux de cavalerie, des chants folkloriques et patriotiques avec la participation des femmes et des hommes", se rappelle-t-il, avec une certaine émotion, les larmes aux yeux.

Le moudjahid Khedad Belgacemi est né le 2 septembre 1932 au douar Lirah, à Djemâa Ouled Cheikh, dans la wilaya d’Aïn Defla. Il a adhéré, à Theniet El had, au MTLD, en compagnie des figures marquantes de ce parti nationaliste, à l’instar de Bentoualbi Rabah, Mouloud Guessoum, Mebdoua Bekhada. Membre de l’ALN de 1956 à l’indépendance, il réside actuellement à Tissemsilt.

 

Le moudjahid Khedad Belgacemi : un riche parcours au cœur de la wilaya IV Historique
  Publié le : mardi, 29 octobre 2019 13:54     Catégorie : Algérie     Lu : 37 foi (s)   Partagez