L'intérêt accordé aux enfants, un investissement sûr pour l'avenir de l'Algérie

Publié le : lundi, 23 septembre 2019 14:21   Lu : 106 fois
L'intérêt accordé aux enfants, un investissement sûr pour l'avenir de l'Algérie

ALGER- Le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Hassan Rabehi a affirmé, lundi à Alger, que l'intérêt accordé aux enfants "constitue un investissement sûr" dans l'avenir du pays, impliquant pour nous tous "une action complémentaire et une grande mobilisation des ressources humaines et matérielles".

Dans une allocution prononcée à l'occasion de la 4e session de formation au profit des membres du réseau des journalistes algériens pour le renforcement des droits de l'Enfant, M. Rabehi a déclaré qu'"accorder un intérêt soutenu au présent de l'enfant algérien constitue un investissement sûr dans l'avenir du pays, impliquant pour nous tous une action complémentaire, un effort soutenu et une grande mobilisation de ressources humaines qualifiées et de moyens matériels à même de promouvoir les droits de l'Enfant dans tous les domaines et de le prémunir contre l'aliénation et l'effacement".

"L'Algérie accorde, depuis le recouvrement de la souveraineté nationale, une importance particulière aux questions de l'enfant qui constitue une priorité dans les choix de l'Etat, à travers les différentes politiques adoptées, fondées sur l'accès de l'enfant à ses droits notamment à la sécurité et à une vie digne et heureuse", a fait savoir le ministre, soulignant que l'attention accordée à l'enfant "s'illustre à travers les différentes politiques adoptées basées sur le principe de l’enseignement gratuit et obligatoire et de l'accès aux soins de santé, outre les services de solidarité au profit de certaines catégories d'enfants".

"L'intérêt accordé aux enfants n'est pas fortuit mais plutôt une conviction ancrée chez l'Etat, concrétisée par des programmes qui traduisent  les engagements consacrés par notre pays dans le système législatif national et ceux adoptés en vertu des chartes régionales et internationales inhérentes à l'enfant", a-t-il ajouté.

Dans le même ordre d'idée, M. Rabehi a rappelé que le système législatif "s'est consolidé dernièrement par la promulgation de la loi relative à la protection de l'enfant et la loi fixant les conditions et les modalités d'organisation et de fonctionnement de l'Organe national de la protection et de la promotion de l'Enfance (ONPPE).


 Lire aussiRéalisation de grands acquis législatifs au profit de l’enfant


"Le monde de l'enfant dont notre pays œuvre, en permanence, à son développement, est un monde prometteur et sensible qui exige de nous tous qu'on le traite (l'enfant) avec amour et respect, en prenant compte de son intelligence inné, son immense capacité de compréhension et son interaction avec l'environnement aussi bien interne qu'externe", a-t-il soutenu.

"Nos enfants sont confrontés quotidiennement à une invasion technologique impressionnante et une profusion des medias audiovisuels et  électroniques, devenant ainsi l'une des catégories les plus ciblées par cette activité, étant l'un des facteurs d'orientation, d'éducation et de construction de la personnalité de l'enfant dès son tendre âge", a affirmé M. Rabehi.

Dans ce contexte, le ministre a estimé qu'il était impératif, pour les personnes concernées par le monde de l'enfance, d'actualiser leurs connaissances en permanence et d'acquérir les compétences requises en vue d'attirer l'attention de l'enfant et de forger sa personnalité de façon saine et correcte, afin de renforcer son sentiment d'attachement à l'identité nationale et développer chez lui l'esprit d'ouverture sur l'autre avec modération et respect".

 

                                                                                                    Le secteur de la Communication apporte son plein soutien aux efforts visant à promouvoir les conditions de l'enfant

 

Compte tenu du "rôle pionnier des médias dans la vulgarisation, la protection et la promotion des droits de l'enfant, l'ONPPE veille en coordination avec le secteur de la Communication à organiser des sessions de formation régulières au profit des journalistes dans le but de consolider les droits de l'enfant", a rappelé M. Rabehi.

Le secteur de la Communication "participe également à des initiatives institutionnelles similaires", a-t-il ajouté, réitérant "le plein soutien de son département à tous les efforts et démarches visant à promouvoir les conditions de l'enfant qui est l'Homme de demain et l'avenir du pays".

Le ministre a cité, en outre, "les efforts consentis par son département ministériel pour concrétiser la politique de l'Etat, qui a déjà élaboré un plan national de communication pour la promotion des droits de l'enfant, avec la participation du secteur de la Communication et des acteurs concernés".

M.Rabehi a mis en avant "l'attachement des établissements placés sous tutelle à consacrer les droits de l'enfant algérien à l'information, à la culture et au loisir", de par "son attachement à son identité et aux fondements nationaux et civilisationnels", précisant qu"en sus du volume horaire important, les programmes audiovisuels consacrés aux enfants doivent remplir une série de conditions et critères, à savoir le respect de la spécificité algérienne, des horaires de diffusion adaptés, et le choix des spots publicitaires destinés à cette frange de la société".

L'intérêt accordé aux enfants, un investissement sûr pour l'avenir de l'Algérie
  Publié le : lundi, 23 septembre 2019 14:21     Catégorie : Algérie     Lu : 106 foi (s)   Partagez