Déminage de plus de 12.000 hectares depuis l'indépendance

Publié le : mercredi, 03 avril 2019 18:05
Déminage de plus de 12.000 hectares depuis l'indépendance

ALGER - Plus de 12.000 hectares de territoire ont été déminés, depuis l'indépendance, nettoyés des mines antipersonnel placées par le colonisateur français notamment tout au long des frontières est et ouest du pays, a affirmé, mercredi, le responsable du dossier des mines au niveau du ministère de la Défense nationale (MDN), le Colonel Hassan Gherrabi.

Présentant le bilan de l'opération de déminage des zones frontalières à l'est et à l'ouest du pays, lors d'une conférence organisée par le forum d'El Moudjahid, le colonel Gherrabi a précisé que depuis l'indépendance, "93 régions suspectes ont été déminées" et nettoyées des mines antipersonnel placées par la France durant la guerre de libération, notamment entre 1956 et 1962, tout au long des lignes Challe et Maurice, soit l'équivalent de 12.418 hectares de terres.

Selon une étude, la France avait implanté "11 mines per capita" dans les régions frontalières, a-t-il ajouté, rappelant, à ce titre, que le ministère des Moudjahidine avait recensé pas moins de 4830 victimes de ces armes dormantes placées durant la guerre de libération. 

Dans le même sillage, le nombre des victimes des mines antipersonnel s'élève, après l'indépendance, à 2470 personnes ayant  bénéficié d'une pension et d'une couverture sanitaire totale, a-t-il poursuivi.


Lire aussi: Quatre éléments de soutien aux terroristes arrêtés et six bombes artisanales détruites


Après avoir rappelé la ratification, en 2002, par l'Algérie de "la convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel", le colonel Gherrabi a fait savoir que l'opération de destruction de ces armes avait connu un rythme accéléré, pour le déminage de tous les territoires et la destruction des stocks de mines de l'ANP, atteignant ainsi, entre 2002 et décembre 2016, pas moins d'un million et 35 mines détruites.

Pour sa part, le président de l'Association nationale des victimes de mines antipersonnel, Mohamed Djouadi a souligné la nécessité pour la France de reconnaître ses crimes suite à l'implantation de mines tout au long des frontières est et ouest, et d'indemniser les victimes.

Par ailleurs, le responsable du ministère de la Défense nationale a été honoré par l'Association, pour les efforts consentis par l'armée, en vue d'éliminer ces armes dormantes.

Déminage de plus de 12.000 hectares depuis l'indépendance
  Publié le : mercredi, 03 avril 2019 18:05     Catégorie : Algérie     Lu : 30 foi (s)   Partagez